Votre recherche * a donné 5679 résultats

a-z index des titres
  • Gecensureerde pers

Filtres

Sujet

Attente à l’Yser ou grandes offensives?

L’armée belge enregistra beaucoup moins de pertes que l’armée britannique et l’armée française. Alors que près de 3,75 % des soldats mobilisés périrent dans l’armée belge, les pertes s’élevèrent respectivement à 10,3 % et 16,8 % chez leurs homologues britanniques et français. Une situation imputable, ...

Le paysage journalistique belge pendant la Grande Guerre

À la veille de la guerre, la presse quotidienne vivait un âge d’or. Des centaines de journaux généraux et locaux paraissaient et étaient tirés à un million d’exemplaires par jour. Il s’agissait d’une presse d’opinion décomplexée et de nombreux journaux avaient une étiquette politique. En octobre 1914, la ...

Quatre années de fuite

La Première Guerre mondiale initia un flux massif de réfugiés. Au moins 500 000 civils belges, plus de 7 % de la population, passèrent les quatre longues années de la guerre à l’étranger.    Poussés par des histoires épouvantables et la progression de l’armée allemande, des millions de Belges fuirent leur ...

Une ambiance de Noël ternie

En 1914, le premier Noël au front se déroula dans une ambiance particulière. Au début des hostilités, les soldats avaient espéré une guerre courte. Ils s’attendaient à être rentrés chez eux depuis longtemps pour Noël et étaient surpris de se trouver encore dans les tranchées. Chez de nombreux soldats, il fallait donc chercher ...

La Saint-Nicolas en temps de guerre

Dans de nombreux pays d’Europe occidentale, on célèbre la Saint-Nicolas vers le 6 décembre. En Belgique et aux Pays-Bas, la Saint-Nicolas est la fête pour enfants par excellence, bien plus encore que Noël. Saint-Nicolas apporte alors friandises et cadeaux. C’était également le cas à la veille de la Première Guerre mondiale. ...

Wilson et la politique de neutralité

La nouvelle de l'invasion allemande de la Belgique ne laissa pas les Américains indifférents. Dès 1914, ils organisèrent des campagnes de grande envergure pour fournir de la nourriture et des vêtements à la « pauvre petite Belgique ». Mais une participation effective à la guerre n'était à ce moment-là pas à ...

Claustrophobie sous l'eau

Les Britanniques disposant d'une puissante flotte de guerre, les Allemands décidèrent d'utiliser une nouvelle arme de guerre en mer : le sous-marin. Ils allaient certainement jouer un rôle important lorsque l'armée allemande proclama la guerre sous-marine illimitée le 1er février 1917. D'un point de vue militaire, ...

Vers la ligne de front armé d’un chevalet

Un paysage dévasté à Nieuport, un abri antiaérien inondé ou un autoportrait en uniforme militaire… Ce ne sont là que quelques-uns des tableaux peints par les artistes de la Section artistique entre 1916 et 1918. La rue haute à Nieuport, par Léon Huygens (La patrie belge, 11/03/1917, p. 1) Les années précédentes, guerre et ...

Révolution de février en Russie

À la veille de la Première Guerre mondiale, l'agitation régnait en Russie. Un nombre croissant de Russes exprimait ouvertement son mécontentement vis-à-vis du tsar Nicolas II et de son régime autoritaire. Lorsque la guerre éclata, ce mécontentement fut provisoirement noyé par une vague de patriotisme. Les vifs sentiments ...

Les Américains sont là

Lorsque la Première Guerre mondiale éclata, le président américain Woodrow Wilson avait gardé les États-Unis neutres. Une série d'incidents diplomatiques et militaires rendit au fil du temps cette neutralité intenable. Le 6 avril 1917, à la demande de Wilson, le Congrès déclara la guerre à l'Allemagne. Dès ce moment-là, les ...

Les madones de Pervijze

Pendant la Première Guerre mondiale, des milliers de femmes furent actives sur le front en tant qu'ambulancières ou infirmières, parmi elles la sage-femme anglaise divorcée Elsie Knocker et l'Écossaise aisée Mairi Chisholm. L'accueil et le soin des soldats blessés furent chaotiques sur le front. La Croix-Rouge belge ...

Un réseau de couloirs

« Messieurs, nous n'allons peut-être pas changer l'histoire demain, mais la géographie certainement. » Le général Plumer à ses hommes la veille de l'attaque.   À l'aube du 7 juin 1917, après plusieurs jours de tirs intenses, le calme régna soudain sur le front allemand près de Messines et ...

Pages