Informations belges

678 0
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1918, 22 July. Informations belges. Seen on 29 March 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/df6k06xt7t/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

N° 758 22 Juillet 1918 INFORMATIONS BELGES Observation importante Les difficultés inhérentes à l'état de guerre rendent actuellement impraticable le contrôle régulier des nouvelles de presse concernant la Belgique occupée ; lorsqu'il s'agit de nouvelles indirectes, il est seulement possible, en certains cas, de s'assurer de l'exactitude de leur texte ou de leur substance, par un contrôle de leur source première de publicatioa. On aura donc égard aux classifications ci-après : (x) signifie : Information indirecte et qui, tout en présentant des caractères suffisants de vérité, n'a pu être contrôlée sur texte de presse ou sur document. (xx) signifie : Information indirecte qui a pu être contrôlée sur texte de presse ou sur document. (xxx) signifie : Information de source officieuse ou officielle belge. Les notes A'information directe et personnelle ne sont précédées d'aucun signe. Adresser les communications de service : 29, rue Jacques-Louer, (Seine-Inférieure) France. L'Armée belge. — L'Importance de son action pendant la guerre. — On a tendance, lorsqu'on parle de l'armée belge, à ne se souvenir que de la magnifique résistance qu'elle a offerte aux hordes allemandes au début de la campagne. Les noms glorieux de Liège, Haelen, Anvers, Namur, Dixmude, l'Yser, reviennent naturellement sous la plume. Certes, le souvenir de ces combats héroïques doit être perpétué. Ils rappellent les heures les plus tragiques de la guerre et les immenses sacrilices consentis par la Belgique, abominablement trahie par l'Allemagne parjure, à la cause du droit et de la liberté. A Liège et sur la Gette, l'armée belge a retardé l'ennemi pendant le temps nécessaire pour permettre aux armées franco-britanniques de faire face au péril stratégique, A Anvers, en retenant devanielle des forces qui n'ont pas pu se porter au secours de von Kluck, elle a contribué efficacement à la victoire de la Marne. Sur l'Yser, en versant son sang à flots, elle a barré la route deDunkerque et de Calais. Mais depuis lors, en outre, elle n'a pas cessé de jouer un rôle important que l'on ne connaît et n'apprécie pas toujours assez. Constituant l'extrême aile gauche du front occidental, elle occupe un des secteurs les plus ingrats et les.plus difficiles. Elle vit dans l'eau et dans la houe, parmi les ruines amoncelées. Un labeur gigantesque lui a seul permis d'édifier, dans les plaines basses de la Flandre maritime, où l'eau est à fleur de sol, les formidables et délicats travaux à l'abri desquels elle monte, depuis bientôt quatre ans, sa garde sacrée. L'effort prodigieux de l'avant et de l'arriére a abouti à la résurrection et au renforcement d'une armée que l'on croyait agonisante après la bataille de l'Yser. En terre d'exil, les Belges ont construit leurs propres usines de guerre, leurs magasins d'intendance, leurs camps d'instruction, installé les innombrables services qui assurent la vie régulière de l'armée. Le Gouvernement a appelé sous les armes tous les hommes réfugiés à l'étranger et aptes à servir le pays. Par milliers, des jeunes gens héroïques ont franchi, malgré les dangers mortels et les cruelles représailles de l'oppresseur, la triple barrière des fils électrisés. Une armée belge de plus en plus puissante a été ainsi constituée, aux effectifs accrus, au matériel abondant et perfectionné, tout entière animée d'un moral ardent et d'une volonté de vaincre inébranlable. Aux tranchées, sur ce coin de Belgique qu'ils n'ont jamais quitté, ces soldats intrépides ont rempli, sans l'ombre d'une défaillance, tout leur rude devoir dans des conditions dont -on soupçonne à peine les difficultés. En assurant l'inviolabilité de l'extrême gauche alliée, ils ont enlevé au commandement suprême toute crainte, en ce qui regarde cette partie si délicat du front général et ont permis aux armées franco-britanniques de manœuvrer librement depuis les Flandres jusqu'aux Vosges. Les troupes belges ont subi sans broncher, des bombardements continuels, repoussé des attaques allemandes ; de leur côté, elles ont harcelée l'ennemi sans répit, lui ont infligé des pertes sensibles, l'ont obligé de maintenir devant le front belge des forces importantes. Cette action si utile à la cause commune, mais plus ingrate que glorieuse, elles l'ont accomplie sur un front de plus en plus étendu. Elles ont repris successivement, aux troupes françaises ou britanniques, des secteurs d'importance capitale, couvrant des points particulièrement sensibles, et dont la défense exige autant d'effort constant que de vigilance et d'habileté. Chacun sait que ' l'armée belge occupe aujourd'hui le front qui s'étend de la Mer du Nord jusqu'au voisinage d'Ypres. Preuve évidente de sa puissance et de la confiance qu'elle inspire. Elle a prouvé sa valeur chaque fois que les circonstances lui en ont fourni l'occasion. Faut-il rappeler la part importante qui lui revient dans l'échec infligé aux Allemands, à Steenstraete, en avril 1915, lors de la première attaque aux gaz asphyxiants. Il suffit de savoir que c'est la résistance stoique de l'aile droite belge qui empêcha l'ennemi de percer, en ce moment, le Iront français dont les défenseurs avaient été décimés par le poison mortel. Lors de l'offensive franco-britannique dans les Flandres, pendant l'automne 1917, elle a prêté à l'armée du général Anthoino un concours efficace ; les .circonstances seules n'ont pas permis qu'il se développât plus complètement. Eu octobre 1917, les troupes belges prirent pied, en liaison avec les unités françaises, dans la presqu'île' de Luyghem. qu'elles nettoyèrent, ramenant des prisonniers et un nombreux butin. Plus récemment, deux engagements sérieux ont permis à l'armée belge de manifester brillamment ses qualités combatives et morales. En mars 1918, d'ahord, au Reigersvliet, où les éléments d'une division do cavalerie gardant les tranchées, sont assaillis par les « stosstrup-pen » d'une division d'élite prussienne. Une splendide contre-attaque, menée en plein jour, chassa l'ennemi des postes où il avait pénétré et ramena dans nos lignes 125 prisonniers et plusieurs mitrailleuses. . Le 17 avril 1918, ce fut une affaire beaucoup plus sérieuse. Après les succès de leur .offensive au Sud d'Ypres, les Allemands avaient projeté de prendre à revers la ligne franco-britannique eu enfonçant la ligne défendue par les Belges vers Merckem, Ivijppe, Lange-marc-k. Quatre divisions ennemies s'élancèrent contre les positions tenues par les éléments des 3° et 4e divisions belges,certaines de bousculer un adversaire qu'elles affe ctaient de mcprise'r. Elles subirc ut le plus cuisant

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Informations belges belonging to the category Oorlogspers, published in Le Havre from 1916 to 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods