Journal de Gand: politique, industriel, commercial et littéraire

409 0
21 November 1915
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1915, 21 November. Journal de Gand: politique, industriel, commercial et littéraire. Seen on 07 July 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/222r49kd1q/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Dinit che 21 cl lundi 22 novembre lUli» S eenlimes le numéro S9me année — N° 325-3*26 JOURNAL DE GAND ABONNEMENTS : BELGIQUE : S fr. par an ; 4 Ir. pour six mois ; ~ fr. pour trois mois Pour l'étranger, le port en sus REDACTION & ADMINIS'lRATION : CAND — 3, RUE DE FLANDRE, 3 — CAND TELEPHONE 665 «■■■■■liM'Illlll H—M—at—I— A NNONCES : Voir le laril au bas de la dernière page du journal. Avis oliiciels de l'autorité allemande AVIS concernant le service postal ciaoïi poui' ics civns uu uisuiCi uc iu coiiuiianuaiiiui c ue rsruges. lV o jJ ci 10 1C O LOiii chu ull oCi V ivC pOoiUl u c.c cittL/ii puai ivû naunamo un uiùi» .ci uc ia C UC i^ruges CX l.li c ^ COOU1. Ltô supuiauunS nxces en particulier concernant i cicnUue uu terrnoiic auniio au scr-vice avec oi u^co ainsi 4a au ûujci ue ia langue, uu genre ue lettres -admises, ci ues tarus a appliquer, sont us memeo que pour i-e rayon ue 1 eiapé. aussi pour ee qui concerne 1 inscription ues adresses, il laut proeeutT exactement ue 1a même laçon que uans te rayon de l'eiape: Les lettres venani de l'Allemagne et des territoires uu gouvernement général doivent eire postées sous douDie enveloppe, t^ette (Je l'intérieur doi tetre munie ue 1 a-dresse exacie du destinataire avec l'ajoute suivante: « Kommandantur Bruegge (Bel-g.en) X. L'enveioppe extérieure qui doit être affranchie et termée, est à adresser comme suit : « An die Etappen-Inspektion Gent, postlagernd Bruessel. » Les ieitres provenant des localités du district de ta commandanture de bruges et ou rayon de l'étape, et qui ont pour destinât-on des localités dans le district de Bruges e, du rayon de l'étape doivent être adressées « Durch die Etappen-Inspektion Gent. » Toutes les lettres doivent être remises sous enveloppes ouvertes et affranchies-Llles doives! porter au verso de l'enveloppe le nom et l'adresse exacte de l'expéditeur.Les mandats-posie soni soumis au même règlement que dans le rayon de l'étape, et peuvent être versés à la poste de Bruges (gare). Outre la vide de Bruges même, les localités suivantes du district de la commandas-lare de Bruges sont admises au service postal : Dudsele, Koolkerke, Meetkerke, Dam-me, Maele, Sijsele, Lophem, Sint-Kruis, Assebroek,, Sint-Michiels, Sini-Andries. Les envois contenant des communications d'un caractère militaire ou politique ne seront pas expédiés. Gand, le 10 novembre 1915. Der Etappeninspekteur, von Unger Generalleutnant. L V <;7 K i\ \\ 1 Sur le front occidental Communiqué officiel allemt.ii-Berlin, 19 novembre (Communiqué de midi). — Duels d'artillerie et combats à l'aide de lance-bombes, dans l'Argonne et dans les secteurs voisins ainsi que dans les Vosges. Une escadrille d'avions allemands a attaqué des campements anglais à l'ouest de Paperinghe. Communiqué officiel français Paris, 19 novembre. — Rapport de jeudi après-midi. Violent feu d'artillerie en Artois ol dans le bois de Givenchy. Nous avons entretenu un feu concentré, avec des engins de tranchées, contre les installations allemandes d'Herbecourt, dans la vallée de la Somme. Nous avons bombardé les tranchées, près d'Autreches sur la rive nord de l'Aisne. Rapport de la soirée du 18 novembre. — Notre artillerie a bombardé les installations ennemies du sud de la Somme, dans le secteur d'Andechy. Echelle, St Aurin et Sef- iCr ei ont réduit les batteries ennemies au silence. En Argcnne orientale, le travail de nos sapeurs a obtenu des résultais dans le voisinage de Vauquoiset dans le hameau de Malancourt. Un retranchement ennemi fut détruit par une de nos mines. Communiqué officiel belge Paris, 19 novembre. — Forte canonnade sur notre front. Nos batteries ont dispersé des détachements d'ouvriers dans la direction du pont de la ferme de l'Union, Groolehemme et Ter-vaele. Sur le front oriental Communiqué officiel allemand Berlin, 19 novembre. — Rien de nouveau. Communiqué officiel autrichien Vienne, 19 novembre. — Pas d'événements importants. Communiqué officiel russe St-Pétersbourg, 19 novembre. Rapport du 18 nov. - Sur tout le front il n'y a, en général, pas de changement. Les Allemands c.n attaqué, dans la nuit du 17 novembre, 3ur la chaussée vers Mitau ; ils ont été re-pojssés par notre feu d'artillerie et de mitrailleuses. Au front de Dryswjaty-Bogin-àioje l'artillerie a entretenu un feu très-violent sur différents points. Sur ia ligne de chemin de fer Ko-wel-Sarny, l'ennemi attaqua de Miedwieze à Podczerewiecze-Rowe, 12 kilomètres de Czartorysk ; il fut arrêté par notre feu. Sur le front des Balkans Communiqué officiel allemand Berlin, 19 novembre. — Hier, la poursuite s'est continuée par une série d'engagements heureux, qui ont fait tomber entre nos mains environ 5,000 prisonniers serbes. Communiqué- officiel autrichien Vienne, 19 novembre. — Les Monténégrins ont été de nouveau battus près de H ri -by. Nos troupes sont entrées en Sandschal, joas les acclamations de la population ma-nométane.Le; avant-postes de forces de combat qui opèrent en Serbie occidentale, 'se trouvent devant Nowa-Baros et en Sienica. Une colonne a passé les crêtes du Jankow, à une altitude de 1931 mètres. Les divisions allemandes du général von Kôvess ont atteint les environs de Raska ; et au sud-est, au fleuve de Kopaonik-Planina, combattent des troupes austro-hongroises. L'avance des divisions allemandes et bulgares fait des progrès vers le bassin de Pristina.Communiqué officiel français Paris, 19 novembre. — Pas d'événement important, le 17 novembre, au Cernani, au Wardar. Dans la direction de Kosturino, au nord de Rabrowo, les Bulgares ont attaqué le 16 et 17 novembre; toutes nos positions sont conservées.Communiqué officiel monténég'rln Gettigne, 19 novembre. — Rapport du 16 novembre. — Notre armée du Sandjak, qui fut - attaquée par des forces supérieures, s'est repliée sur ses positions principales vers la Drina. Une tempête de neige entrave partout les Opérations. Forte canonnade sur tous les fronts. Escadre russe à la côte bulgare L'Universel apprend de Bucharest que 15 unités de la flotte russe de la Mer Noire, notamment trois dreadnoughts, croisent devant la cqte bulgare. Sur le front iî^io-autrichlan Communiqués officiels autrichiens Vienne, 18 novembre. — Cet après-,n;u. une de nos escadrilles aériennes de marine bomDarda avec succès les forts de San Ni-coio et Alberoni, l'arsenal, l'aérodrome, le gazometre, la gare et plusieurs casernes de* venise. Malgré le feu violent de défense et t'auaque de trois aéroplanes enn.mis, notre escadrille est revenue au complet saine et sauve. Vienne, 19 novembre. — L'attaque .ia lienne recommence au front de l'isonzo: Comme dans les combats précédents, elle est dirigée principalement contre le territoire de Gôrz. La tête de pont se trouve continuellement sous le feu de l'artillerie lourde. Une tentative d'attaque contre Oslavia, et une forte poussée en avant contre les hauteurs de Podgora, ont été repoussées. Le bombardement sytstématique de la ville de Gôrz a duré quatre heures dans la mat née et deux heures dans l'après-midi ; 3C00 projectiles de tout calibre ont été employés à cetie oeuvre de destruction et causèrent de grands incendies. Le^ dégâts militaires sont insignifiants; par contre la poulation a été fortement atteinte en pertes de vies humaines et de propriétés. Dans le secteur nord du haut plateau de Doberdo, l'ennemi a de nouveau attaqué avec vigueur. Au flanc nord du mont San Michele, il pénétra plusieurs fois dans notre position ; les corps-à-corps acharnés se ter minèrent cependant par la conservat'on de la ligne primitive de combat par nos trou-ces. Toutes les attaques contre le secteur de San Martino s'écroulèrent, avec de lourdes pertes pour les Italiens; deux fortes attaques échouèrent également au front nord de la tête de oont de Gôrz ainsi que d'autres. plus faibles, en ' territoire de Br?ic et dans les environs de Flitsch. Un de nos aviateurs ieta des bombes; sur la fabrique d"1 drap de Schio. Communiqué officiel italien Rc.n., 19 novembre. Rapport du 18. — De nouveaux rapports font ressortir l'importance de l'activité d'attaque de nos troupes dans ia vallée DelJ'Aqua contre les hauteurs au nord est de Gôrz. La marche en avant de l'infanterie, soutenue par l'artillerie; dura du 13 au 17 novembre, malgré qu'elle fut entravée par le mauvais temps. Le 17 novembre nos détachements d'encerclement se sont réunis sur le plus haut sommet de la vallée ; peu de soldats ennemis sont parvenus à s'échapper. Hier a perduré des deux côtés un feu nourri de l'artillerie ; celle de l'adversaire se montra particulièrement active dans les environs de Gôrz. On a constaté que de nombreux projectiles furent lancés des alentours de la ville. On a vu également des colonnes de troupes venant de la ville, traverser les pont; et escalader les pentes des monts Sabatino et Podgora. pour renforcer la défense, ou cour relayer les troupes d'occupation. Nos .aviateurs et postes d'observation ont constaté la présence de batteries sur les crêtes qui dominent Gôrz à l'est. .. .. Ën mer Communiqué officiel allemand Berlin, 19 novembre (Officiel).— Un de nos sous-marins rencontrant, le 5 novembre dernier, près de la côte du nord de l'Afri-qje, le « Tara » (6,322 tonnes), croiseur auxiliaire anglais, l'a torpillé et fait sombrer. Le lendemain, 6 novembre, il a surpris, dans le port de Sollum, les deux canonnières anglo-égyptiennes « Prince Abbas » (300 tonnes) et « Abdul Menen » (450 ton- I nés) armées de deux canons et il les a détruites à coups de canon. Le même sous-I marin, après avoir réduit au silence un na-j vire marchand anglais qui était armé, en a I rapporté le canon comme butin. Chronique Gantoise \^itivi.-ii ic/Ho communales. -— Cnu-i-au uco jointes. — Kesiaurauon ce 1 annexe csi uu uoti|On Ci ue ia porte d en.ree, orcuit ^uppitmeinaire. -— Kappoi 1 prese.i.e par m. ie bourgmestre Braun au nom du ^oncge êcrièvinai. Messieurs. Les travaux de restauration de 1 annexe'Est du grand donjon (gaiei.„ (liane) et le renouvellement ue la porte d'entrée uu Cnâteau des Comies ont été décidés en 1910. Le Conse.l, en séances des 30 mai 1910 et 29 septembre 1913, a voté des crédits s'élevani à la somme giobale de fr. 30,846.08 et constituant l'évaluation de la part de la Ville (moitié) dans le coût desdiis travaux et de leurs accessoires. II résulte de deux rapports récents de M. De Groote, ft. d'ingénieur en chef, que la dépense totale, relative à l'entreprise Van Auiryve, s'élève à fr. 69,252,72, dont la moitié est à la charge de la Ville (34,626.36 fr.). 11 y a donc un supplément de crédits de fr. 34,626.36 — fr. 30846.08 = fr. 3,780.28 3 voter. Cette majoration de dépenses est expliquée par des travaux supplémentaires qui, d'après les services techniques de l'Etat, seuls! chargés de la direction et de la surveillance des travaux, étaient inévitables. Dans une lettre du 27 janvier 1914, M. l'Ingénieur en chef. Directeur des Ponts et Chaussées, faisait, en effet, cette observation que lorsqu'il s'agit de la restauration d'aussi vieux bâtiments, il est impossible de prévoir exactement l'état des maçonneries, les quantités à démolir et, par conséquent, celles à reconstruire.il arrive fréquemment que des matériaux qu'on croyait pouvoir remployer, se brisent et doivent être remplacés. La nécessité de certains n'apparaît souvent qu'au cours de l'exécution. I e service technique communal est d'accord sur les décomptes. Le Collège vous propose donc de les approuver à votre tour et de voter le crédit nécessaire. EllECTRICITF inslal1- très soignée. GENIETS, 14, rue deBrabânt, Gand (940) CORRESPONDANCES commerciales avec la Hollande. — Communiqué de la Chambre de commerce et des Fabriques de Gand. Nomenclature des lettres venant d( Hollande non retirées au 18 novembre 1915. Agence maritime Minne ; Arnaouloglou ; H. Aloy; Alimentation (Cu G1'); AIsberghe-Van Oost ; Anth.ierens, Pinte; Aloncius. Boterdaele; Buyck frères; Briqueterie Thiel-rode ; Bailliu, Berghgracht ; Barz Reinhold ; Boks; J. Bouché; Bleu d'outremer ; Buyl frères, Cherscamp ; Bracke F., Loochristy. Fr. Chemay; J. Collier; Carels frères; L. Cracco; A. Cornelis; A. Coryn, Deurle; Collard fr., Loochristy. Ç. Desirydt; E. De Cuyper; L. Dureyrî; F. De-rudder; A. Deprinse; E. Delarue; Debacker; PeSçhryver; Debaerdemaecker, r. Fiévé; De-winne-Maes; L. De Beule ; L. Deny; J. Dusesoi; A. Dç Hovre; R, D'hondt r. Wondelghem, 165; E, De Bouvre; De Smet-Van Overberg ; X. De Staute; F- Demeester; Detaeye Cie; De Clercq-Van Gysegem; De Schryver-De Block; P. Desmet, Gentbrugge; A. Dub.ulle; De Coo-man, Meirelbeke ; J. DeCock, id ; L. De Vos, id.; E. De Groote, Evergem; J. De Puysseleyr, Loochristi ; J. De Meyer, id.; René Dubois, Wondelgem; De Bruyeker, Droesbeke, Wynkel-St-Croix; Willy Debondt, St-Nicolas; Daeninck, Evergem; De Gryse-Van Haverbeke, Wev'el-ghèm; Mad.Dutrie, Melle; C. Deridder, Schoo-naerde.Erikson; Eecloo (Soc. anonyme). L. Geenens; Geeraert-Demasure ; Grondel fr.; Godschalck; Groverman, Gentbrugge; Ge-vaert, Audenarde ; Gernaey-Delbeke, Waere-ghent ; Goetlials, Vosselaere. Heughebaert; Hilderson; Hoosenians; V.Huy-ghebaert; Hye-Decroin ; A. Huysman; J. P. Harlman; Haereus-Wille, Somergem. Kets; Kuyk; Kerkvoorde; Kintel Reiss, St-Nicolas.Lalement; Ad. Lippens; Linière La Dwina; Ladrière; Linière Gantoise; Lesaffre, Mont-St-Amand; Lercangée, à Grammont. Jul. Minne ; D. Marchand ; G. Migeon ; Monckarnie; U. Maes; Moerrnan-Mees. Ostyn. Plouvier C"; Papeterie Escaut; Peeters-Dtiyver, St-Nicolas; Th. Piens, Melle; Tlieod. Patiwels, Meirelbeke. Rockhout ; Rom R. Stoffels; Em.Simon; G. Servaes; Scltilleman; E. i>u'y; G. A. Stultjes; A. Soenen; Snoeck, Aeltre; F. bpae, Meile; E. Scolle, Eecloo; Scliepens-De Baets, Saffelaeie. A. Thibau; Arth. Thienpont, Gentbrugge. Utiramarine, Melle; Usine des Moulins. vanoe vvane ir. ; Van de Wynckel Ch.; Vve Vanûenbussche; Van der Donck Notaire; Van-denbos; J. Van VVesemaei; U. Van Hoorebeke; A. Veroauwen; Vermeiren,sœurs, rue deBruges, 103; O.Van tien bosch; h. Van Hove; P. Valide Putte C°; Verbert L ; vaitCtiyck; J. Van Herre-wege; J. Vergaelen; L. Van bteenkiste; Ch. Vennarcke, Ueutbrugge; R. Vanuer Swaehnen; H. Vandaele; U. Van Avermaeie; M. Verdonck; K. Van bellegtiein, Loochristi; Vandeweglie V., idem.;Clil. vander Linden,Loochristi; J. Vanaa, tr., Oostacker; K. Van Coppenolle-den Dein, Destelbergen ; Vaude Putie-Baudts, Eecloo ; Velleinan A., btekene; Van Laetnem, Meire; Praet-Uansaeri, Baesrode; A. Van Puymbroek, bt-Nicolas; L. Vanpraet, Termonde; Ph. Ver-ineire, Hanlme; Vannaulé-Moens, Haniine; Van SpeyDrouck, fuite; F. Van Kerchove, Meirel-oeke; Vandillewyn, Thiel; A!. Vatth'eden, Wet-teren: H. Vandepoele citez Buyck', Eecloo. bocieie Waerschoot, VV. VVayenberghe. GiuVRh Communaie de Secours, Dons, 4/' nste. — i-ersonnei enseignant, ncoies communales, tr. ; Mme Albert Acnter-gael, Cti souvenir oe son mari, 50 fr. j f-er-sonnel de i'Acadéijiie des Beaux-arts, fr. 372,25; Aidez les malheureux, 160 fr. ; M. Bauwens, 5 fr. ; Une institutrice, 5 fr. ; Hco-nome, 10 fr. ; Ouvriers Service Electricité, fr. 15,50 (56) ; M. Alex. Léman. Président de l'assoc.ation suédoise des filateurs de lin. 500 fr. ; M. Bauwens, 5 fr. ; M. AI. Strony « Oud Gend », fr. 55,44; Personnel enseignant : Ecoles communales, 520 fr. (53) j Personnel enseignant: Ecole du Livre. 64 tr. ; Personnel Bureau de Bienfaisance, fr. 100,05; Le corps des Sapeurs pompiers, fr. 105; Aidez les malheureux, 210 fr. ; Ouvriers Service Electricité, 16 fr. ; Personnel Ecole Industrielle, fr. 210,65 (sept..) ; Id., id., fr. 159,50 (oct.) ; Id. id., fr. 200,01 (nov.); Personnel Cimetières, fr. 15,50; Personne! subalterne de la Police, 274 fr. ; Les officiers de Police, 185 fr. ; Personnel Ecole professionnelle (filles), 76 fr.; Représentât on par Excelsior dans Verbroedering, fr. 4,66; Monckarnie et fils, Gand, (50 M.) fr. 62,50; Employés et ouvriers Tramways Electriques, 41 fr. Feuilleton du Journal de Gand 150 Le Comte DE Monte-Cristo PAR ALEXANDRE DUMAS Pendant le déjeuner, qui était extellent et servi avec une recherche infinie, Franz chercha des yeux le regard d'Albert, atn d'y lire l'impression qu'il ne doutait pas qu'eussent produite en lui les paroles de leur hôte; mais, soit que dans son inscouciante habituelle il ne leur eût pas prêté une grande attention, soit que la concession que le comte de Monte-CristO lui avait faite à l'endroit du duel l'eût raccomodé avec lui, soit enfin que les antécédents que nous avons racontés, connus de Franz seul, eussent doublé pour lui seul l'effet des théories c|u comte, il ne s'aperçut pas que son porhpagnon fût préoccupé le moins du monde; tout au contraire, il faisait honneur au repas en homme condamné depuis quatre ou cinq mois à la cuisine italienne, c'est-à-dire à l'une des plus mauvaises cuisines du monde. Quant au comte, il effleurait à peine chaque plat ; on eût dit qu'en se mettant à table avec ses convives il accomplissait un simple devoir de pobtesse, et qu'il attendait leur départ pour se faire servir quelque mets étrange ou particulier.Cela rappelait malgré lui à Franz la terreur que le comte avait inspirée à la comtesse G . et la conviction oû il l'avait laissée que le comte, l'homme qu'il lui avait montré dans la loge en face d'elle, était un vampire. A la fin du déjeuner, Franz tira sa montre. - Eh bien ! lui dit le comte, que faites-vous donc? — Vous nous excuserez, monsieur le comte, répondit Franz, mais nous avons encore mille choses à faire. — Lesquelles? — Nous n'avons pas de déguisements, et aujourd'hui le déguisement est de rigueur. — Ne vous occupez donc pas de cela. Nous avons, à ce que je crois, place del Po-polo, une chambre particulière.; j'y ferai porter les costumes que vous voudrez bien m'indiquer, et nous nous masquerons séance tenante. — Après l'exécution? s'écria Franz. — Sans doute, aorès, pendant ou avant, comme vous voudrez. — En face de l'échafaud? — L'échafaud fait partie de la fête. — Tenez, monsieur le comte, j'ai réfléchi, dit Franz ; décidément je vous remercie de voire obligeance, mais je me contenterai d'accepter une place dans votre voiture, une place à la fenêtre du palais Rospoli, et je vous laisserai libre de disposer de ma place à la fenêtre de la piazza del Popolo. — Mais vous perdez, je vous en préviens, une chose fort curieuse, répondit le comte. — Vous me la raconterez, reprit Franz, et je suis convaincu que dans votre bouche le récit m'impressionnera presque autant que la vue pourrait le faire. D'ailleurs, plus d'une fois déjà j'ai voulu prendre sur moi d'assister à une exécution, et je n'ai jamais pu m'y décider; et vous, Albert? — Moi, répondit le vicomte, j'ai vu exécuter Castaing ; mais je crois que j'étais un peu gris ce jour-là. C'était le jour de ma sortie du collège, et nous avions passé la nuit je ne sais à quel cabaret. — D'ailleurs, ce n'est pas une raison, parce que vous n'avez pas fait une chose à Paris, Dour que vous ne la fassiez oas à l'étranger : quand on voyage,c'est pour s'instruire; auand on change de lieu, c'est pour v-•;r. Songez doge quelle figure vous ferez quand on vous demandera : Comment exécute-t en • à Rome? et que vous répondrez: Je ne sai pas. Et puis, on dit que le condamné est ui infâme coquin, un drôle qui a tué à coup: de chenet un bon chanoine qui l'avait élevi comme son fils. Que diable ! quand on tu un homme d'église, on prend une arme plu convenable qu'un chenet, surtout quand ce homme d'église est peut-être notre père. S j vous voyagiez en Espagne, vous iriez voi ; les combats de taureaux, n'est-ce pas / El | bien ! supposez que c'est un combat qui nous allons voir ; souvenez-vous des ancien Romains du Cirque, des chasses oû l'oi tuait trois cents lions et une centaine d'hom mes. Souvenez-vous donc de ces quatre , vingt mille spectateurs qui battaient -de mains, de ces sages matrones qui condui | saient là leurs filles à marier, et de ces char , mantes vestales aux mains blanches qui fai j saient avec le pouce un charmant petit si gne qui voulait dire : Allons, pas de paresse achevez-moi cet homme-là qui est aux troi quarts mort. —- Y allez-vous., Albert? dit Franz. —i JV\a foi, oui, mon cher! j'étais comm vous, mais l'éloquence du comte me décide — Allons-y donc, puisque vous le voulez dit Franz: mais en me rendant place d; Popolo, je désire passer par la rue d ^ Cours ; est-ce possible, monsieur ie comte 5 — A pied, oui; en voiture, non. 1 --Eh bien ! j'irai à pied. — Il est bien nécessaire que vous passiez par la rue du Cours? — Oui, j'ai quelque chose à y voir. — Eh bien ! passons par la rue du Cours, nous enverrons la voiture nous attendre sur la piazza del Popolo, par la strada del Ba- - buino; d'ailleurs je ne suis pas fâché non 1 plus de passer par la rue du Cours pour ; voir si des ordres que j'ai donnés ont été 3 exécuiés. 1 — Excellence, dit le domestique en ouvrant la porte, un homme vêtu en pénitent - demande à vous parler. 3 — Ah ! oui, dit le comte, je sais ce que - c'est. Messieurs, voulez-vous repasser au - salon, vous trouverez sur la table du milieu - d'excellents cigares de la Havane, fe vous y - rejoins dans un instant. i Les deux jeunes gens se levèrent et sorti-3 renf par une porte, tandis que le comte, après leur avoir renouvelé ses excuses, sortait par l'autre. Albert, qui était un grand s amateur, et qui, depuis qu'il était en Italie, ne comotait pas comme un mince sacrifice , celui d'être privé des cigares du ça'é de Pp-I ris, s'approcha de la table et poussa un cri ,1 de joie en apercevant de véritables puros. ? ^ (A suivre.) •

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Journal de Gand: politique, industriel, commercial et littéraire belonging to the category Liberale pers, published in Gand from 1856 to 1923.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods