La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie

292 0
25 January 1918
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1918, 25 January. La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie. Seen on 25 February 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/nc5s75816d/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

PRIX DES ABONNEMENTS mois (lévr.i mars), lr.T,60;l moi»(14rr,) fr. 3.80. Les demandes d'abonnement sont reeu»)] smcnl par les bureaux el les facteurs des postes. jgs réclamationf concernant les abonnements doivent tre adressées exclusivement aux bureaux de poste. ADMINISTRATION ET REDACTION : (ontaflne-aux-HerbcS'Potâgères, 31, Bruxollc». PRIX OES ANNONCES Petites annonces, la ligne, fr. 0.75. — HéclaMM avant les annonces, la ligno, Jr. 1.75. — Corps dû journal, la ligne, (r. 7.50 — Faits divers, la lignes ir. 5.00. — Nécrologie, la ligne, Ir. 3,50 — Coin des Eleveurs, la ligne, fr. 1.50* Bureau» de 0 à 17 neures. Direction et Afeiliiistraiia.i : 1? iWC, "t* 403 IBORESSÉE. DIRECTEUR" Ht, 1,270° jour de guerre (Rien h signaler. Négociations de paix Rien de plus simple, en théorie, que do proclamer le droit des peuples do disposer d'eux-mêmes. La rupture entre les négociateurs oukrasnions et la délégation russe montre que 1 application du prin- ^ cipo se heurte à toutes sortes d'obstacles ! Les envoyée de la Kada ne de;nandaionl pas autre chose que de défendre à leur manière et sans l'immixtion des Russes Jos intérêts de 1 Oukrame. Les Kir ses ont admis provisoirement leur point de vue, pour ne pas se doimer l'apparence de la cOn-tradiciion, et pour autant que les iutorets oukrat-nions leur semblaient concorder avec les leurs. Les talégu-s de Kicw ne pouvant s'accommoder do leurs atermoiements et décidés à obtenir une éolutio.. rapide, seul moyen ù ieurs yeux de sortir du gâchis où se débaltont actuellement, les diverses i"uionalités russes, les représentants du Soviet leur brûlent la poluesse. ii»trctcmp3, ils appuient les nouveaux délégués oukraiiuens do Kiiur-kow liont les idées leur semblent, ton jours proyl- t • Èoirei/i;ni, plus en harmonie avec les leurs. La Société des Nations, telle que la conçoit lo ( Soviet, faii sienne la formule de Théfème : < Fais ce qye voudras»; dan la pratique," on la complète par cette insignifiante restriction : « pourvu ' que tu ne me déranges pas >. i Le là l'attitude des maximalistes vis-à-vis de 1 l'Oukraine, des Roumains, de la Conslituante. On serait curieux de connaître l'opinion des membres j de cette assemblée dissoute sur le dr.oit des peu- ^ pies de disposer d'eux-mêmes, c II consiste pour i les maximalistes, dit le < Nieuwo Rotterdamscho Courant >, à régner par la force contre la volonté « de la nation. > En fait, la liberté des peuples, comme celle des individus, a pour limite le respect dô3 droits du voisin, et la première condition do la* vie en so- i ciété consiste dans la fixation des droits et des devoirs de chacun. * * * Pétrograd,-24 janvier : 1 Au Congrès général des soviets, le maximal! ste Stocklof a prononcé un discours et a dit entre autres que les négociateurs russes n<i précipiteront pas la conclusion de la paix, quoique la. situation générale de la IiuSslc * nécessitie une entente rapide* Les grandes grives qui ont eu lieu en Autriche- < Hongrie renforcent la position des délégués i russes à Bresfc-Litovsk. Sofia, 23 janvier : Les m'tgociatijons do Bro?ft-Lâtovsk étant 'interrompues, M. Popof, ministre bulgare ! die la justice, et M. Srejuvitschi, consul ; général de Bulgarie à Budapest, arriveront r demain à Sofia pour faire rapport au gou- t yernement et prendre ses instructions. Le j ministre plénipotentiaire ltu^ef, qui fa.it a aussi partie do la djlégatàom bulgare, est arrivé avant-hier à Sofia. - i ® ( JLa, guerre navale Christiania, 23 ianVicr : Les mesures que viente cP&lictor lei gou- I YerDwnont américain quant à 1 approvision- £ veulent dbs navires en charbon do soute, V* placont tout 1e tonnage neutre sous son contrôle à partir du 1er février 19-18. Les n ajffnateurs des pays neutres doivent prendre l'engagement de ne pas commercer avec les Puissances centrales, 'de ne pas transporter leurs sujets et de n'ombarqueu; que des mar- & chandises dont l'exportation a été autorisée, ^ au préalable. ti Le „Tidens Tegn" dit que ces condition» sont beaucoup plus rigoureuses que oedlos & .posées par 1 Angleterre et rendent ïinpos- U sible tout trafic maritime avec PAmtrique '>: ei un accord n'intervient pas. î Paris, 22 janvier : eu Du Petit Journal" : ni — Grâce & des perfectionnements mets- le sants, les sous-marins allemands «ont au- à jourd'hui en mesure d'opérer devant New- M York. Il fa<ut s'attendre à voir la liste des il> navires torpil^s augmenter encore. 1' • * • IW Rotterdam, 23 janvier : si Le ,,Maasbode" annonce que le vapeur Suédois „Hertha ' (548 tonnes brut) a coilé. Lo sçhooncr à moteur norvégien „ Port-la nd'' a été détruit par les flammes dans v< L'océan Pacifique. di ♦ ** Rotterdam,. 23 janvier : m Le ,,Maaébode" annonce que lo vapeur pi „Christianiafjord", poussé à la côte do d' rorre-Neuve par la 'empête, a été complé- so «ment détruit par les vagues. \A Madrid-, 23 Jam-irj : * p" On annonce officiel leroetft que l'installation de radiotélégraphie du croiseur protégé Cliarles-Quubtf' a ét?é endommagé r-ar ia tempête. Un raz de marée a fait aller ;f sé; a dérive plusieurs petits navires, en:re au- 81f res- :a canonnière „Hlernon Cor!os". Le racht royal ,,Giaralda" a aussi étS avarié. _.e torptilleur ,,13" est entré en collision [veo le placeur de mines ^niine''; les d(U leux navires ont été endammagés. lLn * * ♦ nM Amsterdam, 23 janvier : bl( On mande de Batavia en daie àu 14 inn. 11 ner : Hf -Le ,crP'seur japonais „Kasu«a" a tou- lai iholes récJs de Tand^g-Œia^TàMBoaniî. s'e Chan, au nord-ouest de Bankt, Le navire ente d« so renflouer par se» propre» moyeaff. i EN AMÉRIQUE g — . da Paris, 24 janvier : On mande de New-York au '"Matin. , Le senateur Mac llumb a déposé au ^at,un projet do mobilisation civile qui étend à tous les hommes âgés de 18 h ■ ans. Il s'agit surtout do donner des brus î « chemins de fer et aux usines de guerre 61 • * « 'mi Amsterdam, 2-t janvier : vii Ou mande (fe Washington que la Gr cutation de la consommuiiun du charbon ' 00 ^ S^and méoontentemeut dans la : tirwf ^myricaiae ainsi que pfirmi la popu- i deS aHair08- -Lo „Now- sot lcMui.^ , ®ntro «"Mes que ceiieré- la uis.r:,.? laplus çrand malheur qui , ^ Américains. Ces,, u'ut ' oaino de ne 1 ordre à l'année amù- faç. ciianip & î?,up ^ fou sur A imitions. a m ^ économiser des soai VQTI Londres, 23 jinvier*' oa~\Ld:'Pf°U6 Wasiiingum do. atre-viD!** ess,un aux Etats-Unis de» l "s l™trf« fU'3 ."«ertwdaia (rténus - qu'il ni faut ^, î?in6' l'A8o^co lfleuter Me dns viv«Sr J ' cet aocwJ qu un face : m-intÏÏJ™»"' coliclu eu les "',Pr',m,:c te Alliés et la, s-n,p Pays-Bas Paccord général plus large que l'on escompte et a,ux termes duquel la 1 loi-lande reoevrait des vivres et des matières premières on (pantité suffisante pour maintenir en exploitation ses principales industries.» * * Amsterdam, 24 janvier* On mande de Washington que le contrôleur dos vivres ^ annoncé l'institution d'un jour saus viande par semaine. Deux jours par semaine on ne pourra pas consommer d'aliments à base de farine; de même la consommation de la viande de pore g or a défendue deux jours par semaine. • Paris, 23 janvier : On man'^te de Montevideo au ,,Temps'* qu'une grève s'est organisée simultanément en Argentine et dans l'Uruguay pour entraver l'exportation, des céréales et dû la viande vers les pays die l'Entente. Les gouvernements des deux pays se sont mis d'accord sur les mesures à prendre pour y parer. EN ITALIE Berlin, 23 janvier : On mande de Luguno à la ,,Krîegs Zei-tung" : — Le haut commandement italien a inter- • lit, sous peine de 2 à 6 mois de prison et d'une amende de 200 à 1,000 lire, cfce donner asile aux militaires italiens, français et anglais, sauf qu'ils soient en possession d'une permission régulière. Le» journaux Miens signalent k>us les jours des arrestations de personnes accusées d'avoir tJ3nu des prO|>os de nature à mer Ver Je péuple dans sa volonté de continuer la guerre. * * ♦ Rome, 24 janvier : Le ,,Popolo d'Italia." annonce que ^ le service dus voitures cie place a du être arrêté à Milan à cause du manque de courant électriqjue. Il n'y a pas de benzine pour les automobiles. Les événements de Russie Copenhague, 24 janvier : On mande d'Haparanda que le Comité Au Salut pu laie de Potrograd a publié un manifeste dans lequel il dit que dans leur lutte contre le gouvernement, tous les eontre-revoluiiounaires se sont alliés pour mettre leurs projets à exécution à la dato ô!u 18 janvier (vieux style). On a constaté que ^ton-enkô, Savinkof et- Kcrenski, venant de l'éfcrograd, so sont mis à la téfe du mouvement contre-révolutionnaire dans le territoire du Don. Le mouvement serait soutenu par les banquiers et le>s spéculateurs db Moscou. Le gouvernement a concentré à Pétrograd vingt mille matelots dPHelspngfors et de Cronstadt. ♦ * ♦ — + Milan, 23 janvier : On mande de Pôtrogrud. à la Epoca" : — Les maximalistes ont fait arrêter un iMand nombre de chefs socialistes, a'nsl que 'tëi écrivains et des savants. A Rome, crans les milieux lusses, le bruit court que MM. Kudinof et Migert, socialistes révolutionnaires Wen connus, auraient ét,5 assassinée. , ♦ * » Pétrograd, 23 janvier : Le gouvernement vient d'adresser au président diu commissariat du Soviet un ordre d'urgence signé Lénine et Steinberg, ministre de la justice, et cfeon-t voict le texte : — Le comité de la lutte contie 1ô3 pogroms mande au quartier général de la Garde Itougp, à la commission pour com. battre la oontre-révolu<ion, au commissaire des affaires crimin^les aux commissaires de® gares de Pétrograd ; Toutes les forces dont vous disposez seront immédiatement-mobilisées aux fins d'arrêter los matelots et les gardes rouges qui ont pénétré cette nui' à l'hôpital maritime et y ont assassiné MM. Tchingarcf et Kokochkine. Ils seront arrêtas ave^ leurs complices et- amenés fc l'Institufr Smolny, chambre 75. Un rapport nous sera adressé toutes les deux heures sur la marche de l'enquête." * * » Pétrograd, 23 janvier : Le Conseil des ouvriers et des soldats a voté la résolution suivante dans sa séance du"~2<> : — Le Conseil réprouve l'assassinat ce MM. -Ta'iingaref et Kokochkine, tiu's<\ l'hôpital. La classe ouvrière ne permet pas d'attentat contre ses prisonniers quelle que soit, leur attitude à 1 égard! de la rôvôlution. Le Conseil approuve les mesures énergiques prise* par les commissaires • du peuple pour rétablir l'ordre." » * * Pétrograd. 24 janvier : Les commissaires du peuple ont été avisés que la police est sur les traces des assassins de MM. Tchingaref et Kokochkine. * ♦ ♦ Stockholm, 2-4 janvier : On mandio d'Haparanda que, dans la nuit diu 22, un combat a eu lien à Tornea entre un groupe de Finnois armés et un détache, ment de soldats russes; il y a eu plusieurs bles&i's. Dans le reste du pays, on s'attend à tout moment à des trooibles graves. A Ilelsingfors, la Garde Rouge occupe le palais du gouverneur général; o. Abo, elle s'est emparée die l'âcole de navigation. Stockholm, 24 janvier : s • De la ,,Novaja Chisn" : — A Bakou et dans les environs1, un grand nombre de personnes ont succombé à h* peste. Le choléra asiatique sévit aussi dans cette contrée et s'étend rapidement sur les rives de la mer Noire. • * * Stockholm, 24 janvier : • I Société suédois a d'agriculture a sollicité du gouvernement l'autorisation d'expor-fer, après la conclusion de la paix troi3 1 mille têtes de bétail destinées autx Lro'i's nro- ( vinoas lithuaniennes de Kovno, Wilna et 1 Grrodtto. Le Roi a refusé. ; Paris, 24' janvier : La dissolution de l'Assemblée constâtuajite louleve peu dta conimentairos de la mrt de a prestSe française. t, L'Homme Libre" écrit : (j Les maxinirilistes se conduisent d'une 1 açon toute aussi autocratique que le Tsar, r ^ Pétrograd, toutes lefi passions de la masse r ont décîtojnées. Il est possible que le gou- , eroeniant prisidé par M. Uaine ne SoJt t as directement responsable des assassinats n • d&9 vols, mais la population lui en en, c osa© la respoîlsa^>ilifc3l.,, ci D© M. Gustave Ilervé : Il n'y a plus rien à espérer on Rus-e pour l'Entente. On, resta impuissant en ce d'un pareil cyclone qui* comme tous c s phénomènes cîa la nature, finira par p ivp&iScr natarellement,'' DÉPÊCHES DIVERSES —-— L'AFFAIRE CA+LLAUX Paris, 23 janvier : Le capitaine Bouchardon' a interrogé hier après-midi un colonel français au sujet de m 1 affaire Caillaux ; il interrogera au jour-d'hui un général retraité. Dana les milieux • • judiciaires, on assuro que l'expert commis à cet effet a estimé que, lors de leur émission, les valeurs trouvées dans le coffre-fort de Florence représentaient 409,000 fr. ; '/ do cette somme, 180,000 francs proviennent j ! p; de la succession Renouard. / se Le capitaine Manen a interrogé aujour-* d'hui M. Tonne], qui lui a déclaré souffrinî du cœur ; un médecin légiste a été chargai , de l'examiner. 1 u< ♦ w oi • * \ 0 Paris, 23 janvier : ' w De l'Agence Havas : L&1 — M. Uaillaux a été interrogé mardi ma- \ tin par lo capitaine Boucharaon sur lea f documents trouvés à Floronce, sur son ; vovage en Argentine# en^1915, et sur ses ho entretiens avec certaines personnalités de Buenos-Aires, ainsi que sur les télégram- \ mes du comte Luxburg portés à la connaissance du gouvernement français par les Etats-Unis. / Les membres de la mission italienne ont travaillé touto la matinée à la chancellerie f T. de la troisième Cour militaire ; ils ont étu- l'< dié et copié certains documents du dossier la Bolo et de celui du journaliste Hanau. j ql Ce matin, MM. Lenoir, Dessouches et? Humbert, dont les affaires ont été transmit -, ses à la justice militaire, ont été interrogés! ^ par le lieutenant Jousselin. { tr * ■" * 1 0E Paris, 23 janvier : J ég La a Vérité „ prétend que plusieura sceï? qi lés apposés sur les paquets contenant les eu documents trouvés dans le coffre-îort df li< Florence-et expédiés à Paris par los autqL c]] rites italiennes ont été brisés. Des documente ti€ auraient disparu, entre autres une pièce ' écrite de la main du président de la République. Procès-verbal de ces faits aurait éfé Pv dressés. **♦ ^ Borne, 23 janvier : j cl De l'Agence Télégraphique de la près» 011 suisse : Ç P] — De nouvelles ' arrestations se rappor- ce tant à l'affaire Caillaux ont été opérées qi récemment à Milan. Les autorités gardent un m silence absolu à ce sujet. ^ Paris, 23 janvier : j ^ Le „Temps» dit qu'il est vraisemblable rc que des pourparlers auront. • lieu à Paris 6v entre MM. Clemenceau, Lloyxl George et to Orland'o,- mais qu'il n^est pas question d^ l'e convoquer i>roohadnement une conférence get| néi-ale des Alliés. 'i » * * ^ Cologne, 23 janvier : \ ai) On mande de la frontière italienne à la le „ Ga-zette de Cologne" : F hf — Les journaux anglais annoncent qii vr les chefs des gouivèmements et les miniatrï tic de la gnijrre des puissances d0 P Entente se à réuniront "VTaisemblablement la semamo prochaine à Paris pour discuter les 6vénX ut monts de Russie, l'intervention dos Ftatà- na Unis et un programme de paix commun, es Ils examineront, en outre, la question de^ re vivres et les préparatifs à faire en vued'u:>e no reprise des opérations militaires au priit- de temps. Toutefois, il convient, parait-il, ci» ne pas attacher une importance particulière tei à cette conférence. \ ue Manchester, 23 janvier : Le ,,Manchester Guaidian" apprend: que les présidents du' Conseil interalliés discute-ront entre eux avant l'ouverture de la Conr 'ûrence d!e Paris les buts de guerre de l'En- hû [ente. ^ ♦ * * niî Paris, 23 janvier : riv M. Clemenceau s'est longuement entretenu ter lier avee M. Orlando. d0 ♦ * * pa: Paris, 23 janvier : l'ei Du ,,Tem^>s,; : — M. Orlandto restera peu de temps à Paris. Accompagné de l'amiral de Rcvei et lu général Alfieri, il assistera à la Confé- ap: -ence mariti'me inter^-llfiée qui va se tdnir coi i Londres. (je ^ . « * * de^ Pans, 24 janvier : les ^L'Humanité" annonce que la réunion de 'Union des syndicats français, qui devait se enii» te 29-à Lyon, a éflé interdite par le j >résidfent du Conseil. Le „Petit Journal" ooi ipprcnd! que cette interdiction a été décida b .la, soi te de la saisie, dans certaines im- la >rimeries, de pamphlets visant à faire. proclamer la grève générale pour forcer le l gouvernement à faire la paix. ] ■D • no • • * ^ * (l^r Paris, 23 janvier : sai. M. Boret, miniistîro de l'alimentation, a ma >orté à la connaissance du maire de Pans m ue, à partir du 29 janvier, les liabdtants de ® la capitale et de &a banlieue auront droit con 300 grammes de pain que leur déljvre- ver ont les boulangers contre remise du cou- sai: on dê la carte de 'pain. Ce système sera àccossivement appliqué dans les autres villes I e France. ] ^ x • 1 Geneve, 24 janvier : tior De g'raves émeutes se sont produites à mis 'jon et à Saint-Etienne. On aurait dû faire tous ppel à la gendarmerie de la frontière jour Daj '•s réprimer. Le long de la frontière suisse, ont a poste sur deux aurait dû partir pour la qui >gion en effervescence. cota Paris, 2-3 janvier : * I Le Conseil des ministres s'est occupé hier t a recrutement dans-les colonies d0 l'Afri- lo i ne occidentale et de l'Afrique centrale, ! .rit ixquellcs il a décidé de donner abonnais ues ae administration commune. Le gouvtr- 'ion sur général de l'Afrique centrale, rclov/- vix&t i ses fonctions sur sa demande, sera r m acé par M. Merlin, gouverneur de Mada- L ascar. j * * « non Paris, 24 janvier : viai De nombreux socialistes russes séjour- H c int en France ont demandé au président rate la Chambre française la suspension de jour Immunité parlementaire de M. Maurinc f-red ^.iTès, rédacteur à P„Echo do Paris", dred ntre qui plainte a été déposée oit chef outrages à M. Trotzky et aux socialistes OP. Bâla, 24 janvier : Le3 ,,'Basler Naohrichten" apprennent Amérique qu'étant donné les dil£icult^que De Suisse éprouve à faire opéiCr (fes tran«- l» « rts par la France et l'Angleterre, l'Am^- C9nn lue sfest déclarée prête à reprendie nne i-tie du blé acheté par la Suisse en Argen- S L» crise dès transports, affecte é«ele- quaij mt l'arrivage des matières jaemiéces. Si elle versa Qtmuait, il faudrait s'attendre à l'arrêt l£x m grand nombre d^ indus tries suisses. exter ♦ * « tros î Berlin, 23 janvier : r6su" ^1. von Kùliimann s'est entjrtote«au me1*- di apris-miiii aveo les chefs des jartis i M „ floiaantoirca. « ** t» 8' Berlin, 23 janvier : Le feld-maréchal von Ilindenburg et le général Iyudendorff sont rentrés ce soir au granid quartier général. vienne, 23 janvier : On annonce la mort injopinée du felct inarcicliaL-liefuteiiant Franz von Hoefer, de section, au ministère de la guerre c^-n adjoint du cbef de l'état-major. Vienne, 23 janvier : / Le travail a^-ant été repris en grande partie dès avant-hier et hier, les équipes sont au; complet aujourd'hui dans toutes les fabriques et l'on peut oonsidérer le mouvement gréviste comme terminé. Les nouvelles de la province signalent que la plupart cJ es, ouvriers y ont également repris le travaiiy Ou n'a signale de nuille part d'incidej» grave. \ V * * * Prague, 23 janvier : Après uiî chômage de vingt-quatre heures, 10 travail a été repris) dans toutes le3 exploi- -, talions. , * * * Vie:iiiO, 23 janvier : / /Dans une interview qu'il a accordée nu ïorrospondant de guerre du ,,Neuie6 Wiener ^ Tagebla^tt", Jo baron von Arz, chef de L'état-major, loi a dit que sans nul doute La monarchie est résolue à faire la paix et [pie lui-même en est un partisan convaincu, mais qu'il s'agit de savoir s'il serailt possible de faire évacuer tout de suite par les troupes les territoires qu'eues occopent. H an doute. A l'appui do son opinion à cet Sgard, un officier présent à l'entretien a dit pie la plupart des troupes russes qui oc-mpaienlt enoore une petite partie de la Ga-Licio orientale y ont abandonné leurs t-ranj-ihées, laissant le champ libre à dejs bandes le voleurs et de pillards qui parcourent la région en brûlant et en rançonnant la population.— On par'e toujours, dit le chef détat-najor, de la possibilité d'une prompte con-ïlusion de La paix aveo la Russie, mais on yublie complètement que les autres pays de .'Entente n'ont fait encore aucun pas en :e secs. Même en ce moment, il n'y a pa& jusqu'à la RloôSnanie qui ne si'oi^pose énergiquer neat à entamer des négociations. L'Italie, tout somme si elle no voyait pas jusqu'où nos roupes ont pénétré sur son territoire, oon-inuo à parler d'annexer Trente et Trieste. L/Entente n'a pas encore soufflé mot de la rétrocession qui pourtant s imposera,1 à toute îvidence» des colonies allemandes. Pour toutes ces raisons, j'estime fort tirémiaituyé j .'espoir que le pubUç a caressé" ep "ces (1er- j nt'iis, -s'SffRt'® cFe voir conclure la paix à| )r^f délai." WBBxrn autre entretien qu'il a accordié lu correspondant de l'„Arbei'tier Zeitungi ! e chef d état-major von Artz dit qu'il sour tiaite qu'oui réussisse à convaincre les ouvriers que ni le gouvernement ni la direc-lon de l'armée ne font le moindre obstadle i la conclusion do la paix. — Tous, dit-il, nous avons soif de paix jfc personne no songe à conquérir ni à an-îaxer : ce sont nos ennemis, au contraire, isux de l'Ouest surtout qui ne veulent pas ■enoncer à leur visées do conquêtes et d'an-îexions. X^e cas des Russes est autre, mais le ce côté aussi la paix soulève des diffi-iu4tés d'ordre technique qu'il ftiut quelque emj>a pour aplanir. Que les oavnterg pron-îent encore un peu de patience, mais qu'ils oient bien pei*suadés de notre volonté sin-, ère do conclure la paix bientôt. f V tienne, 4 janvier : D'importantes délibérations ont eu • liéo Lier à propos de la polîtiquo éitrangero. I. Wookerlé, président du Conseil des mi-astres hongrois, et le comte Tisza sont ar* iv s i\ Vienne et se sont longuement entre-anus avec le com;e Czernin qui leur a tonné des détails sur les négociations de «aix. Tout trois ont ensuite été re;us par empereur Chair les. Londres, 24 janvier :* Lq „Morning Pogt'' annonce que lunÉi piv-s-mixii tous les ministres anglais se Sont onstâtjiiiés an conseil extraordinaire de la Couronne pour prendre position v»s-à-vis es événements de Pétrograd, qui ont lésé ïs droits do ressortissants anglais*. Londres, 23 janvier : La Chambre dos lords a voté par 132 voiîx outre 42 un amendement à la loi sur la éforme électorale adoptant le principe do i représentation proportionnelle. * * « Londres, 23 janvier : La ptotlice a perquisitionné avamjt-hien: ans les locaux du parti socialiste; elle a lisi un grand nombre d'exemplaires d'un anifeste portant oomme titre : ,,Les ou-rietrs an^Uiais niVcrjaibaront-ilis pas l'appel i la Russie V . En outre, la revue „Call", mtonant un article! du représentant du gt>u-amoment maximalisto à Londres, a (été tisie. F -, **• Ivoruires, 23 janvier : Du „Timee" : Les Sinn-Feiners demandent que la que»-m de Piniiéjiendiance do l'Irlandè soit sou-ise à un référendum auquel narticiperaiont us les IrLîndais âgés do plus de 18 ans. , ans les villes irlandaises, des manifestes it été placardés invitant tous les peuples îi négocient la paix à stipuler dans leurs facilitions l'indépendance de l'Irlande. .♦ * » Londres, 23 janvier : Le chancelier do l'Echiquier annonce que j montant dos traites que le gouvernement itannique est forcé de reprendre à la suite s événements ce Russie s'ûlève à 7 mil- i >ns 516,000-C et oelui des Bons du Tr satf f sse h 10 millions de £. t * % . 1 Londres, 28 .janvier : ^ Lo départcfmemfi de l'alimentation a de î •n veau réduit la consommation de la j inde, du pain, du su^re et de la graisse, c est interdit aux hôteliers et aux resthu-. c teurs de débiter do la viande pondant deux ^ i»'s par semaine, soit le mardi et le* ven- c -di à Londres e4 los mercredi et le ven- ' îdi dans le reste du pays. . J PINIOÏÏS ET COMMENTAIRES ' Les Exterminlstcs. ]■ Do M. Alexandre Blauc, dôputS du Vauclusc.dans ^ < Journal *du Peuple > de Paris, numéro da 16 g rant : j - Il est criminel de parler de paix en ce mo- r. ut ! > s écrient les héros do l'intérieur. J'en ap- j lie aux héros , du front, qui me paraissent mieux j 11 i fié» pour nous juger, et pour juger nos ad-îairea exterminlstcs. ixleiminiatea, jusque, mais non compris, leur ^ îrmination propre. Peu Importe la peau des au- " ; la leur avant tout. Leur peau et leur bourse iment leur patriotisme. C'est pourquoi, à leur , l'heure des couvoraations ne saurait sonner. ^ ivant que le3 Empire® centraux eussent parlé, C4 oxterniinistos nous nargualont ainsi : < Pour g o la paix, avant de discuter, que le3 ennemis te proposent. Et vous voyez qu'ils ne la proposent S pas. C'est qu'ils no la veulent pas ! > Iq Dès que les Empires centraux parlent, les ex-terministes, pour qui lo dernier jour de guerre serait le dernier jour de joie, trouvent une autre objection : < C'est un piège 1 Bouchons nos oreilles! Mieux vaut que les hécatombes continuent ! > Elles continuent, en effet. Ceux qui les provo-^uent n'en souffrent pas. Mais à un gouvernement cf/ resgpnsable du sang français et qui a la préten-ti^Jf de sauvegarder les intérêts français — en sup-L Jusant que l'intérêt de l'Humanité lui soit indif-feront — on a le droit de dire : < Pourquoi refu-vT ser de causer ? Si les propositions allemandes con-■j | stituent un piôgo, vos diplomates le verront bien. ® I Vous on doutez ? Alors, \ous avouez quo vos di-i&s iplomatcs sont des imbéciles. Remplacez-les dans ce tes Js cas. Et que l'on #ause. Si l'on causait, la paix se-e- Brait proche, certaine, et n'aurait rien d'humiliant eg I pour nous. Elle arrêterait l'immonde boucherie qui Og I jure avec vingt siècles de prétendue civilisatlon.il est vrai que la paix arrêterait aussi les bénéfices irI scandaleux. des profiteurs, véritables Thénardiers, ^ pour qui le sang humain est le meilleur de3 en-v grais. Elle arrêterait la verve d'orateur et de jour ' nalistee qui no pourraient plus pousser Jes autres à accomplir des prouesses dont ils se sentent d'eux-îfl, mêmes incapables. Elle arrêterait l'ardeur belll-)i- j queuse et prudemment verbale des boulevardiers quinquagénaires ou réformés, qui enfoncent los tranchées ennemies dans le3 restaurants de nuit, la coupe à la main. Elle arrêterait l'hallali quotidien des belles madames qui mettent la c bête par terre>, 1,1 entre deux essayages do toilette dont on no souper *> çonnalt pas encore la somptuosité et le prix. ÎO t Oui, la paix arrêterait tout cola. Pour éviter une te pareille catastrophe, les integrossés exigent — sans et «ù de mots — qu'on arrête les partisans de la u paix. Car c'e3t, paraît-il, un crime que d'avoir du cœur. Un crime qui ne peut s'expier que par la cellulo d'abord, le conseil do guerre ensuite, le ?? poteau enfin. Il ne faut pas quo cela traîne. Comme la légls-^ lation actuelle ne prévoit pas une telle vélocité, on lit va fabriquer quelque bonne loi d'exception, dito loi C- de circonstance. a- Proférer le mot de paix équivaudra à un assas-oj. siqat. Deibler attend dans la coulisse. On no dô-gg rangera qu'un homme au lieu de douze. On ira I pins vite. Tel est le mot d'ordre donné par le3 renifleurs ^ de sang. Mot d'ordre exprimé sous forme do proposition de loi, par un député, naturellement roya-•t- liste, et qui fut jadis, dans l'Indre-et-Loiro, lo a- client presque hebdomadaire de la correctionnelle. >n Quand il défendra sa proposition, nous réclame-rons de lui, au préalable, la lêcture de son ca-^ sier judiciaire. Tant pis si cette lecture prend plusieurs heures ! . , Elle prouvera quo les extermlaistes ont trouvé ^ un porte-parole digne d'eux. Et digne de leur cause.3 ut ^ - L'ÉTAT D?FLANDRE e. [g Les élections pour le Conseil. —• L'article 310. jj. — Les mines du Ltmbourg. — A Gand [*ô ——— _ Les affiches apposées sur les murs do v| ^Bruxelles, portant à la connaissance do la a? population la résolution votée par le Conseil do Flandre, que nous avons fait con^ 15 naître, ont eu pour effet d'intriguer lo pu. ', blic et de provoquer des commentaires va-i- liés. U» Que faut-il entendre, en effet, par la pro-y. c^amation de l'autonomie (zelfstandigheid) de . la Flandre, et quelle est la portée oxacto -e de cette déclaration : u Uno nouvelle élection donnera au peuple flamand l'occasiori x d'exprimer sa Volonté,, ? Los électeurs se-i- ront-ils appelés aux urnes ? L'autonomie e, clmporte-t-elle la séparation administrative ts e{ politique de la Flandre et de la Wal-lfnie ? j C'est ce quo nous avons dettiandé à l'un de3 protagonistes du mouvement séparatiste. l" -, — Par la^ proclamation de l'autonomie, c nous a-t-il répondu, nous avons franchi le !i_ 'Rubicon. La Flandre sera désormais libre, Is autonome et indépendante. Nous devenons i- nous mêmes. Un nouvel Etat est formé, qui / est aussi peuplé que la Suisse, la Suède, le Portugal ou la llollande, plus peuplé que le Danemark ou la Norvège. Si vous me demandez ce qui adviendra de la Wallonie, je vous répondrai que nos ex-frères wal-J Ions agiront à leur guise. i- — ht les élections pour le Conseil do > Flandre, comment se feront-elles V s- — Il n'y aura pas d'électiorr à propre-a ment parler, vu qu>il n'est pas possible e d'appeler en ce moment 1e peuple au scru ' tin. Mais nou3 organiserons partout de grandes réunions populaires qui seront invitées à désigner les membres du Conseil. C'est ainsi que l'élection pour Bruxelles a eu lieu déjà, au meeting de dimanche der P nier. Les noms des candidats sont soumif tt à l'approbation des assistants et si la ma-a jorité se prononce en leur faveuif, ils sont s proclamés élus. En agissant ainsi, nous , évitons le reproche que les membres dii Conseil de Flandre ne représentent qu'eux-mêmes. Au surplus, le Conseil ne s'endort pas dans les délices de (Japoue, comme on pourrait le croire. Les élections faites, forts x de la confiance lui témoignée, il ne tardera a pas ù açir et s'évertuera h asseoir sur des 0 bases solides le nouvel Etat qui vient d'être créé. En outre, dans ces derniers temps, des décisions très importantes et qui auront un retentissement énorme dans le pays ont été prises yfrir lui... c — Des décisions qui intéressent la majo- 1 rite dos habitants ? i — Parfaitement. Tout d'abord, sur la pro . position des membres socialistes du Conseil, [ celui-oi vient de décider l'abrogation pure et simple du fameux article 310 du Code pé-' nal, qui depuis trente ans a provoqué tant " de discussions et de polémiques et a été la 3 cause de nombreuses grèves et lock-out. Ce pas décisif qu'il vient de faire dans là voie démocratique est de ^nature à lui concilier l'estime du prolétariat tout entier, {f Non moins importante est sa seconde dê-cision. U ne s'agit de rien moii» que de 1 expropriation des mines du Limbourg J, dont Tés'concessions, vous vous le rappellerez, ont été l'objet de si virulentes critiques à la Chambre. Lo3# concessions seront 5 révoquées, nous indemniserons les capita-; listes, pour la plupart étrangers, intéro^-3 sés dans ces affaires, et les mine8 seront exploitées par et pour le peuple. Voilà déjà 'le ia bonne besogne. D'autres suivront.Nous avons l'intention bien arrêtée de faire table rase du passé en édifiant l'Etat de Flandre sur los bases démocratiques. „ * * * ■ Des manifestations imposantes ont eu lieu à Gand, samedi soir. Un meeting auquel \ assistaient environ trois mille personnes s est tenu dans la salle du Conservatoire et la proclamation de l'autonomie de la Flandre y a été saluée par des applaudis ements nourris. Après le meeting, les étudiante et le public se formèrent en cortège, parcourant les rues de la ville, entonnant des chants de circonstance, et se groupèrent, Marché du Vendredi autour de la statue d'Arto-velde. Des orateurs prononcèrent des discours enflammés et des serments solennels furent échangés. On annonce pour dimanche un nouveau meeting monstre, au cours duquel aura lieu l'élection pour le Conseil de Flandre. ♦ % * A l'élection de dimanche dernier, les personnalités suivantes ont été désignées pour représenter l'arrondissement de Bruxelles au sein du Conseil des Flandres : MM F. Bogaerts, J. Borremans, A. Brys. R. De Clercq, R. De Cneudt, A. Fain-gnaert, H. Halsband, M. Josson, J. Lambrichts. L Maesfranckkx, H. Meert, A. Paccily, L. Pee-rebooin. J. Spincemaille, 1». Tack, E. Van Bergen, ' J. Van den Broeck, J. Van den Eynde, E. Ver Hees, T. Vernieuwe, L .Van Ziegesar. La députation se compose donc pour une grande partie de hauts fonctionnaires des nouveaux ministères, de professeurs, d'hommes de lettres et d'industriels. Elle comporte vingt-deux membres. Pour les autres arrondissements^ on procédera à la désignation des titulaires de la charge de conseiller par arrondissement unique . ou par groupe d'arr«ndissemcnts, de façon à obtenir uû total approchait de celui des députés élus par le suffrage universel plural. Communiques Officiels Communiqués des Puissances Centrales. Berlin, 24 janvier. — Officiel de ce midi i Théâtre de la guerre à l'Ouest. Pas d'événement particulier à signalçr. Jn grand nombre d'opérations de reconnais-sanco ont permis à notre infanterie de faire les prisonniers sur de nombreux points du ront. Sur le chemin de fer Boesinghe-Sta-len, nous nous sommes emparés de six ml-railleuses.Sur le théâtre de la guerre à l'Est, rien t signaler. Front macédonien. Activité de l'artillerie dans quelques seo-eurs. Au sud-ouest du lac de Doiran, une ittaque anglaise a échoué. Front italien. La situation n'a pas changé. » » # Berlin, 23 janvier. — Officiel : Rien de nouveau à signaler sur les divers théâtres de guerre. * » # Berlin, 24 janvier. — Officiel: Sur le théâtre de la guerre septentrional, îos sous-marins ont encore coulé 18,000 ton-ie8 brut La plupart des navires étaient for-ement chargés et ont été coulés dans la uaneno malgré toutes les mesures de dé-jqu iIs avaient prises. L'un d'eux, tor-nllé dans la Manche orientale dans un convoi que protégeaient de nombreux navi-'es, était, selon toute apparence, un vapeur ransportant du matériel de guerre. • * * Sofia, 22 janvier. —- Officiel : Sur lo front en Macédoine, sur différents joints, notamment- à l'ouest du lac de respa, au nord de Bitolia et à l'est du \ ardur, violente canonnade et feu partiel da ance-mmes. Près du village d'Altschak-uahle a 1 ouest du Vardar. engagements en-re patrouilles au cours desquels nous avons ait prisonniers des Français. Au nord-est lu lac de Doiran et sur la Strouma infô-îeure, notje feu a mis en fuite plusieurs ^Portantes patrouilles anglaises. Sur le front do la Dobroutscha, armistice. » * * Sofia, 23 janvier. — Officiel : .r.frf i™0* ien j Macéd°ino, engagements ntre détachements de reconnaissance. * * * Constantinoplo, 22. janvier. - Officiel : LÏ1 le front en Palestine, pas d'événe-particulier à signaler. r f °ta nie' los aviateors ennemis ont on« li te j appareil ennemi est tombé u do î!OS cailons de défense. Les ennemis ont péri et 1 appareil a , , d^,truit Par '«a flammes. A litre de re-n03 avlateurs ont efficacement at-Irisehirin. p ennemi étab'i Pr^ de Ko- apturéeîatr0Ui118 d® cavalerié ennemie a été L'avion anglais, signalé comme détruit >ar notre communiqué hier, a été descendu îrrarion Uf0aant Schubert' Pilotant un by- Communiqués des armées aiiiées Paris, 23 janvier. — Officiel de 3 Heures : Belgique, à la faveur d'un important oup de main que P ennemi avait fait .rcé-!cr d^un bombardement intense, il a pU ren?f(?> a 1 est da Nieuport-ViUer dans ui élément avancé de notre promise ligue. Vives actions d'artillerie dans la ligno Avoeoort. ^ Nuit calme aur le reste du front. . . •** ^arl®! ,2? janvier. — Officiel de U heures: Lu Belgique, canonnade dans le secteur o Nicuporfc. La fraction ennemie qui avait enetTe ce matin dans nos lignes à l'est de iieuport en a été chassée aussitôt. Sur la rive droite de la Meuse, lutte d'ar-Werie assez active dans le secteur de la Ag SU et sur le front du bois de Chaume, ur ce cDermer point, un coup de m: in cn-cmi consécutif à un vif bombardement a enoué sous nos feux. Journée calme par->ut ailleurs. » ♦ • Londres, 23 janvier. — Officiel : La nuit, des combats se sont livrés au îd-ouest de Saint-Quentin entre nos troupes des patrouilles ennemies. Trois do nos omiuos manquent à l'appel. Uno attaque dirigée par les Allemands mire nos postes établis au sud do La assée a été repoussée. * * ♦ Rome, 22 janvier. — Officiel : j la région do Zurez, dans le sec-ur de Zugna (vallée de Lagarina), entre Brenta et^ le versant occidental du monte rappa, ainsi que sur lo cours «moyen du iave, canonnade violente et ininterrompue. l ouest de Mârco, sur la rive gauche de momfo * détachements de reconnaissance menus ont été repoussés par notre feu. u nord de lagare, nos patrouilles ont i. dispersé dos détachements ennemis, ir le Pasubio, nous avons efficacement fait uter des contre-mines sous les travaux approche de 1 ennemi. Dépêches Diverses Christiania, 23 janvier : Au grand meeting convoqué hier par le 1 .ouvrier, les assistants ont voté à mammité une motion invitant la "ouver-iment à suspendre le service militair<^t à pprimer l'industrie do guerre die manière augmenter la production du pays et à arter le danger de la famine qin lg menace. La Haye, 24 janvier : Daily Mail" avait répandu une his-re extraordmaire de vol par la Suisse d« 7 secrefls de fabrication de l'indiustrie chique allemande expédié^ ensuite en Angle-re. Le „Daily News'' n'avait pas tardé mettre en doute l'eaactiùudj de cette in-mation. Aujourd'hui, le ,,Hollamfe Ni&uws iro ' annonce que le professeur Greon, de ir:10, po^ytocnniqua de Manchester, a au-îsé les journaux à déclarer que toute cette Jtoire est de gnre fantaisie. On seul secret de fabrication — il s'agit vert-brillant — a été examiné scienti* uement en Suisse. M. Graen a proî'ité de coasion pour faire remarquer que sou s chimistes anglais somt en mesure par labeur incessant de cr er dans le pays e industrie de^ matières colorant. Un l* il résultat ne saurait être atteint en or-lisant des expédut'ons pour voler la ••pro-ét-6 de ooncurrenis. L'histoire racontée r le ,,Daily Mail' , a ajouté M. Green, . d'autre effet quo de rendre l'Angleterre ioule et méprisable. * * * Londres, 23 janvier : 3n mande de Sidney au ,,i>ailj> Mitfl" : -Il n'a pas <té possible do trouver le nage nécessaire! pour exporter la der-ro rôcoûte australienne. La récolte de 8 est évaluée à 120 millions de bushels, rs que le pays n en consomme uuc 40 mil-îs. Vendredi &5 Janvier 1910 JOURNAL QUOTIDIEN — ÏLe Numéro : 15 Centimes S" Année. - Rà° 1147

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie belonging to the category Gecensureerde pers, published in Bruxelles from 1914 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods