La semaine politique: journal socialiste hebdomadaire

125 0
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1914, 10 May. La semaine politique: journal socialiste hebdomadaire. Seen on 24 October 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/kd1qf8kc1r/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Troisième Année. — N° 19 Dimanche 10 Mai 1914 Le Numéro : 1 O Centimes La Semaine JOURNAL SOCIALISTE HEBDOMADAIRE Politique flDJVIIflISTRflTIOrl : Antony Neuckens 43, rue de l'Education, Bruxelles Î^ÉDRCTIOJSl : Max HALLET et Camille HUYSMANS 17, rue Joseph-Stevens, Bruxelles RS01SlriE|VIEriTS : Belgique : 5 francs par an. Etranger : 8 francs par an. SOMMAIRE : La loi des Assurances sociales. — Chronique de la semaine. — — Le Gaz à Molenbeek. — A propos de la « Grande Boucherie. » — La concurrence d'Anvers et de Rotterdam — Dans les Coopératives. — Grève générale contre l'arbitrage obligatoire. — Secrétariats internationaux de Métiers et d'Industries. — Fortune mobilière du monde. — L'Enfant (RABINDRANATH TAGORE.) — La Bayadère (RABINDRANATH TAGORE). — Théâtres. Demandez tarif des annonces à l'Administration : 43, rue de l'Education, Bruxelles. La loi des Assurances sociales Le projet Hubert est voté. Tout d'abord, nous regrettons sincèrement que ses auteurs n'aient pas eu l'objectivité et le courage fiscal nécessaires pour élaborer une loi exempte de toute préoccupation politique, donnant enfin satisfaction aux revendications légitimes du prolétariat.La loi exclut des milliers d'employés et d'ouvriers qualifiés. Elle ne donne pas aux affiliés des garanties suffisantes. Le mécanisme n'a pas de stabilité scientifique. Il n'organise pas la prévention dans l'intérêt de la santé ouvrière. Il n'assure point l'indépendance de la classe ouvrière. Il favorise l'éclosion dangereuse de multiples mutualités patronales, où les travailleurs trouveront souvent sujétion et asservissement sous le masque dej'altruisme. Les indemnités, dont bénéficient les ouvriers, sont également insuffisantes, et, d'autre part, les charges sont mal réparties, car, de l'aveu même du Gouvernement, les travailleurs paieront plus que le patronat et l'Etat réunis. La loi n'exonère pas les petits salaires et elle fait payer par les travailleurs le ris que-invalidité, qui, comme l'accident, est généralement un risque professionnel, et devrait, en toute justice, être couvert par les frais généraux de l'industrie. Elle fait payer par les travailleurs la pension de vieillesse alors que l'Etat la donne gratuitement, triplée et décuplée, aux fonctionnaires civils et militaires, aux membres du clergé et aux instituteurs libres des écoles adoptables. Les promesses faites avant les élections de 1912 et tendantes à assurer aux ouvriers âgés de 65 ans une pension de retraite d'un franc par jour, n'ont pas été tenues, car la somme de 365 francs ne sera jamais atteinte et à ceux qui auront versé des cotisations pendant 15, 25, 30, 45 et 49 ans, il manquera respectivement, pour atteindre la quotité promise, 197, 174, 159, 111 et 75 francs. Quant à ceux que la vieillesse étreint déjà ou qui sont près d'entrer dans son ombre, et auxquels, avant les élections de 1912, les candidats de tous les partis avaient promis la pension gratuite d'un franc par jour, ils ne recevront que 120 francs par an. L'actuelle aumône de 18 centimes sera portée, pour eux, à 33 centimes à peu près par jour. Quelle cruelle déception va leur infliger ainsi la majorité. Enfin, non seulement la date de mise en application est trop retardée, mais la loi ne prévoit pas la création d'un régime transitoire pour les milliers d'ouvriers et d'employés déjà âgés qui sont restés en dehors des mutualités par insuffisance de ressources dans notre pays de bas salaires, ou bien par manque de prévoyance dans un Etat qui n'a pas connu l'instruction obligatoire, et tous ces malheureux devront avoir recours, demain comme hier, à la charité déprimante de !a bienfaisance publique et privée. Ces griefs nombreux, que nous avons fait valoir au cours d'une discussion rapide, dont nous avons sollicité à plusieurs reprises l'aboutissement, ne nous empêchent point de mettre en lumière également l'avantage principal de la loi. Cet avantage, c'est le triomphe d'un principe, le principe d'obligation dont, au nom de tout le Parti ouvrier, notre regretté Hector Denis s'était constitué l'inlassable défenseur. La Droite, en ne se ralliant pas à ce principe dès 1894, a fait perdre à la classe ouvrière des millions de francs et elle a retardé d'un quart de siècle l'aboutissement d'une réforme nécessaire. Chronique de la Semaine LE NOUVEAU JOURNAL flamand quotidien socialiste pour Bruxelles et Anvers, De Volksgazet' paraît décidément le 1er juin. Les travaux à l'imprimerie ont quelque peu retardé l'apparition du journal, qui était fixée primitivement au 18 mai... anniversaire de l'Encyclique Rerum Novarum. La rédaction est au complet et le nombre ainsi que la qualité des collaborateurs sont une garantie du succès. De Volksgazet publiera en feuilleton un roman de Cyriel Buysse et comme supplément la lre édition de l'Année des Merveilles de Conscience, cette lre édition anticléricale dont on connaît quelques exemplaires seulement et que l'auteur transforma pour se faire une clientèle parmi les catholiques. ÇA RECOMMENCE. M. Helleputte fait publier dans les journaux des lettres adressées aux candidats cléricaux. Ces lettres annoncent l'exécution de travaux ' et doivent servir de propagande électorale. Triste ! Triste !

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title La semaine politique: journal socialiste hebdomadaire belonging to the category Socialistische pers, published in Bruxelles from 1912 to 1914.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods