Les nouvelles: journal belge quotidien publié à Maestricht par un groupe de journalistes liégeois

1358 0
20 November 1918
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1918, 20 November. Les nouvelles: journal belge quotidien publié à Maestricht par un groupe de journalistes liégeois. Seen on 06 December 2021, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/jh3cz33h58/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Les Nouvelles ^3Mlll2îf?^JEÉZfc.«'a(aMBBeaBEQ1^«2 Rédaction & Administra Turfmarki 31 & 31 La Haye — Téiéph.J Bureau à Maestrieht : Hotei Suisse,Vrijthof,Télùpl à Flsssingue : Siijkstraai FRANÇOIS OLYFF Directeur - Fondâtes 5 cents le numéro ABONNEMENTS : ... h . 1 florin par mois Hollande* >2.50 fl. par3mois F-tranger: port er. sus ANNONCES : La ligne : 15 C. en 4 • page F<éclame6 permanentes à forfait Journal belge fondé à Maestrieht en août 1914 | L'avenir de l'exportation i • industrielle allemande ! 1 Le gouvernement américain est en pos- j j session d'un livre, L'avenir de l'exporta- ' tion industrielle allemande, dû à la plu- j me d'un certain Herr S. Herzog. Ce livre a été publié en Allemagne et jusqu'à présent l'exemplaire qui est en- . » tre les mains du gouvernement américain j . est le seul qui soit sorti d'Allemagne. I M est destiné uniquement à la consom- j ^ mation allemande et révèle le plan conçu à Berlin pour conquérir après la guerre ie commence du monde. Ce plan est j extraordinaire et il montre clairement à ; ceux qui en ont lu les détails l'impossibi- : . lité qu'il y avait à faire la paix avec l'Allemagne avant qu'elle ne fut écrasée. La première partie de ce livre a trait aux clauses que les Boches espéraient faire introduire dans les traités de paix et la seconde partie est consacrée à l'exposé d'un projet d'organisation de l'in-I dustrie allemande. Voici un résumé de ce livre surprenant: Se baser dans l'avenir sur la valeur des traités et sur leur scrupule observation serait enfantin. Comme l'avenir du commence allemand en dépendra, il sera indispensable de faire insérer dans les trai- ; tés qui seront dictés sur les champs de ! batailles des clauses spéciales ayant trait ! aux produits des pays alliés. Une opportunité illimitée pour le^ en- j treprises allemandes d'acquérir les empla- 1 cements nécessaires pour obtenir les ma- ! tières premières et un droit illimité de les ' extraire. 1 Le gouvernement du pays pourra toute- j fois excercer ses droits sur les matières j premières, mais seulement avec ie con- i sentement des délégués allemands. Pour j garantir l'exécution de celte clause, des I gages devront être donnés. De plus, le total des matières premières , s extraites ne-pourra jamais décroitre arti- : ficiellement par suite d'un désir égoïste pour faire hausser les prix. ) En conséquence, il sera possible au gouvernement allemand d'intervenir et | les pays étrangers ne pourront prétexter i que leur souveraineté est violée. Mais, il ne suffira pas d'obtenir pour les entreprises allemandes l'opportunité illimitée de se procurer les matières premières, il faudra exiger des garanties l pour que le prix du transport des matiè- f res premières ne soit pas grevé de taxes d'ex- ; r portation et autres, ou que le transport ne soit contrarié par de mesquines chicaneries, par exemple, le refus de construire des embranchements de chemins de fer. Les fonctionnaires étranger devront prendre des mesures pour empêcher les promoteurs, les organisateurs et les membres des sociétés ayant pour but de boycotter les produits boches d'entraver ie commerce allemand. Si des cas de boycottages se présen- ► taient, le gouvernement allemand aura le droit d'être consulté et d'indiquer les mesures à prendre. Les droits de propriété volés dans le domaine des brevets allemands devront ► être restitués à leurs propriétaires. Ceux ci devront être indemnisés des pertes su- > bies jusqu'au jour de la restitution. La priorité devra être accordée aux Allemands désireux de faire breveter des inventions qu'ils ont faites pendant la guerre. > Les trois points ci-dessus, déclare Herr Herzog, ne représentent qu'un minimum des clauses à insérer dans les traités. Et il ajoute qu'il est à espérer que, -sauf dans des cas à déterminer, le génie (j industriel allemand ne sera pas autorisé à seconder les ennemis de l'Allemagne et qu'il sera interdit à ceux-ci de concourir pour les travaux de l'Etat, S'il n'en était pas ainsi, ce serait intolérable, car il faut ^ empêcher l'industrie ennemie de prospérer. n Le traité commercial devra mentionner s qu'aucune entrave ne sera mise au commerce allemand pour l'emploi des navi- ^ res. Se basant sur les statistiques, l'Aile- e magne devra fixer la proportion dans la- » quelle ses produits devront être importés {( par les pays ennemis. .. Les pays ennemis devront garantir " qu'ils achèteront des produits allemands dans les proportions indiquées dans le traité. Un minimum sera fixé pour cha- d que branche d'industrie. C'est une ques- c tion de chiffres qui devra être mise noir Ç sur blanc. ' Herr Herzog se rend compte que pa- n reil procédé soulèvera des objections, car a il est arbitraire, aussi s'empresse-t-il de répondre aux objections par cette phrase n bien allemande : " Avant la guerre, la patience de 1 Al- c lemagne a été mise à bout et si l'Aile- h magne s'est contenue, c'était pour sau- U vegarder la paix. L'Allemagne n'y a rien s gagné et il est temps qu'elle exige ses droits. „ Evidemment, les conditions énumérées par Heer Herzog ne pouvaient être imposées qu'à la pointe del'épée. Il ne peut plus en être question, grâce à l'héroïsme des soldats alliés, mais ces conditions ne montrent pas moins quels étaient les desseins d'une Allemagne victorieuse. La seconde partie du livre de Heer Herzog est très instructive. Elle montre es préparatifs allemands pour l'après-guerre.Ces préparatifs consistent dans le renforcement des industries dont la production est absolument indispensables aux acheteurs étrangers. Les insurpassables marchandises d'industries productives (cette expression est celle de Herr Herzog) sont les troupes de choc de l'invasion commerciale. Aussi le gouvernement devra-t-il maintenir ce monopole par tout moyen juste ou injuste, doux ou oppressif selon le cas. Et grâce à ces marchandises, un large marché sera créé dans tous les pays. Herr Herzog admet naïvement que le commerce allemand aura à compter ave-la haine que l'Allemagne a suscitée danc le monde entier et avec la résistance pass sive de ses ennemis. Pour assurer la réussite de ce plan, Herzog conseille aux industriels de faire f leur campagne par le canal des pays neu- r tras et de remplacer le Made in Germany par une imitation des marques américai- t nés ou anglaises. Les agents allemands devront, non seu- 1 lement parler couramment la langue du J pays dans lequel ils opéreront, mais aussi se faire passer pour des natifs. La base de l'offensive commerciale de l'Allemagne sera un bureau de statistiques commerciales. (Ce (bureau existait déjà 1 avant la guerre). Tout Allemand, qu'il soit ambassadeur, espion, voyageur, professeur ou ouvrier sera enrôlé dans ce service. Les renseignements y seront centralisés et permettront de suivre au jour le jour les besoins de chaque pays, ce qu'il consomme de produits allemands ou pourrait en consommer et les produits considérés comme indispensables. La direction générale pourra ainsi se rendre compte comment et dans quelle variation les montants proportionnels ont été modifiés par des attaques ouvertes ou cachées de pays étrangers ou de firmes étrangères. La réussite du projet dépend d informations rapides et sûres île tous les pays Mais les statistiques commerciales ne forment qu'une partie du projet de Hsrr Herzog. . Chaque Allemand, inventeur ou chimiste, chaque industrie ou laboratoire de l'Empire devra obéir aux ordres d'une direction générale, " la fédération commerciale „, et travailler constamment à trouver des substituts pour remplacer les matières premières et à perfectionner les méthodes et les procédés existants. Toute personne prenant part au travail (ouvriers, administrateurs, directeurs et financiers des " industries indispensables») sera soumise à l'autorité militaire et défense formelle lui sera faite de divilguei quoi que ce soit. La " brigade étrangère,, (composée des Allemands résidants en dehors de l'Empire) devra signaler dans ses moindres détails, toute invention, innovation ou signe de progrès dans les industries étrangères. Les industriels, les ouvriers, les ban-quiers formeront l'arméd industrielle. Cette armée sera sous les ordres d'un état-major composé de toutes les notabilités di commerce, de l'industrie et de fontion-naires de l'Etat. La fédération industrielle décréter* quelles sont les industries indispensable! et conduira la guerre économique. Un fond de garantie sera constitué et chaque industrie devra y contribuer. Ce fond sera aussi important que le besoin ! s'en fera sentir. Il sera employé à pour-! voir les industries offensives d'un corps ; d'experts techniques et de praticiens et ce sans frais pour les industries. Il servira également à subsidier ces industries, sans limites et dans la forme requise pour maintenir leurs frais d'exploitation en dessous de ceux de la concurrence. Ces industries auront un droit de priorité sur | les matières premières. i Le " fond de garantie „ sera aussi em-i ployé pour faire baisser le prix des ma-: tières premières quand le prix semblera , trop élevé et pour constituer des stocks, j ^ Les ouvriers de ces industries devront j s'engager pour la vie et sous aucun pré-: texte iis ne seront autorisés à faire grève 1 ou à cesser le travail, ne fut-ce que pour ^ un jour. Si cela est nécessaire, il leur sera octroyé un salaire plus élevé qu'aux ouvriers des industries " non indispensables Là encore, le " fond de garantie „ interviendra. Si dans certains cas des dirigeants ou des ouvriers sont appelés à se rendre à l'étranger, ils ne pourront sortir d'Allemagne qu'avec l'autorisation de 1'" état-major Des peines sévères seront édic-; tées pour éviter des désertions. | Le capital de ces industries devra être ; complètement allemand et aucun transfert ! de propriété ou de titre ne pourra être ; effectué sans autorisation. Aucun étran-; ger ne sera admis dans le persondel soit | comme directeur, ingénieur ou ouvrier. ! La fédération commerciale indiquera ! au gouvernement la politique à suivre a-.— j concernant l'octroi de rabais sur les frêts, j taxes à certaines industries, quand le besoin s'en fera sentir pour étrangler la ^ ' concurrence. Herr Herzog ne prévoit pas qu'une j partie du " fond de garantie „ pourrait être perdue. Tous les concurrents des L_- | " industries indispensables „ étant évin-; cés, les pays étrangers seront obligés ; d'acheter ies produits allemands, et, fina-j lement, les industries réaliseront des ké-i \ néfices importants. i ne?io| H<ÎTX : son auteur, rêve qui, cependant, serait ; devenu réalité si l'Allemagne n'avait pas ; été battue sur les champs de bataille, la • seconde partie doit attirer toute notre attention, car elle dévoile les projets aile-; mands pour l'après-guerre. Aux jouver-j nements alliés de prendre des mesures i pour empêcher que l'offensive industrielle j allemande ne soit couronnée de succès. J. de l'E. a * Lettres de Brixelles De notre correspondant : Je trouve enfin l'occasion de vous écrire pour vous résumer les événements qui ont si brusquement changé la face des choses à Bruxelles. Dans la nuit du samedi 9 au dimanche 10, nous avons encore entendu le canon, et même plus fort que jamais. Le dimanche "10, par un temps magnifique, on énorme cortège de soldats sans armes se forma à la gare du Nord à 2 h. précédés de drapeaux rouges et se dirigea par les boulevards vers la Bourse, la Grand' Place, le Palais de Justice, puis les boulevards de ceinture vers la rue de la Loi, escortés de milliers de curieux. Il pénétra sans encombre dans la zone interdite le long de la commandature et s'assembla devant le Palais de la nation. Quelques soldats franchirent en parlementaires les portes du bâtiment tandis qu'un ma-les„ne rin escaladait le balcon et y plantait le ; Harr drapeau rouge. Un soldat nommé Fieund .. . apparut peu après au balcon pour y lire :himis- ^ ja fou]e une proclamation annonçant re .. que le Conseil des soldats avait pris la ne direction de la garnison, que le gou-immer" verneur général s'était rendu sans condi-trou" tions et que la population était libre. Il lesIIîa" annonça en même temps que le Kaiser ner avait abdiqué et qne l'Allemagne était en République. La foule se dispersa aussitôt, travail colportant la nouvelle qui provoqua dans eurs et toute ja vjne un émoi indescriptible. Les ablesj drapeaux belges et alliés flottaient à toutes et dé- ies maisons. La joie avait quelque chose ivilguer de formidable. ingère. Vers 3 heures, le cortège du "Solda-i en de- t€nraad„avait rencontré un groupe de soldats r dans restés fidèles. La mitrailleuse établie place on, in- je Brouckère se mit aussitôt à fonction-ins les ner> tuant plusieurs soldats, un agent de la police bruxelloix M. Debie, un s ban- évacué français et blessant plusieurs e. Cette civils. tat-ma- Le cortège un peu disloqué se reforma lités du rapidement et se mit en route vers la tontion- place des Martyrs où au chant de la Brabançonne, un Belge grimpa sur la statue icrétera et y attacha un drapeau tricolore. nsables Le soir tous les globes électriques des boulevards se sont à la fois allumés, lan- La Bonne Samaritaine MariM-uj; on m... tat* I 5e Ani née — N" 89

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Add to collection

Location

Periods