L'indépendance belge

437 0
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1914, 22 May. L'indépendance belge. Seen on 17 February 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/1j9765b750/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

I ÎO Centimes £N eELCiaUE fiT A PARJS <C 85* ANNÉE Vendredi 22 et samedi 23 nia; 1814 ADMINISTRATION ET RÉDACTION lîv rue des Sàablca» I5ïvuxeîàe» BUREAUX PARISIENS : 11, place de la Bours# ABONNEMENTS : ÉÇ'ITION QUOTIDIENNE inf.ir.-je. y-an. 20If. ISnuis, 10If. 3œei», 5ir. iSKMNKifc-M » 281'- " » «fc îlSWGti) » Wfr. » ^2 if. * ttu. ÉDITION HEBDOMADAIRE llatunitiwilt it d'Oulfi-inrl » PAGES, PARAISSANT LE MERCREDI u„ nu »S francs 6ÎSL «s francs L'INDÉPENDANCE BELGE Î2QÎS ÉDUnOTS BiB SÙVRa — SU PAGES Cfâs&vÀxioar SAS £Z vkuaâa Édition du matin 14V.143 1 Vendredi 22 et samedi 23 mai 1914 Les annonces sont-reçues£ A BRUXELLES : aux bureaux du jou^ud, A PARIS : il, place de la Bourse# A LONDRES î chez MM« John-F. Jones & C®, if> Snow Bill, E. C.; à f Agence Havas. n° i4«jL Cheapsiàe E, C. ; et chez Neyroud de Fils, LfcdL fto» 14.18, Queen Victoria Street, et T, B. Brow&^ Lîd, n° 163, Queen Victoria Street, ii AMSTERDAM ; chez Nijga&Van Ditmar, Rokia, Z> & ROTTERDAM : même rirnie, Wynbaven, 113» lift ALLEMAGNE, EN AUTRICHE-HONGRIE et &S SUISSE, aux Agences de la Maison Rudolt.Mos&s^ i"Di ITALIE : chez MM. Ilaaseustein & Vogler, à Miinr^ Turin et Rome. A£1EW*X0R& : Ï.B« Bsowbcp Ltd, V, East 42ûd Streefcr JLujourâ'hui fîevus politique. MEXIQUE ET LES ETATS-UNIS. -La médiation. — La base des négocie tions — La démission d'Huerla. Le succès des consiitotionnalistes. — Le" marche en avant. — Dans la région pt trçlifère. tin Albanie. — Mise en liberté conditior ûèlle d'Essad pacha. — .Son arrivée e; Italie. — Interview. — La situation. Durazzo. — L'impression à \ ienne. En Angleterre. — Le » home-rule » à 1 Chambré els-s communes. — Incident siU'xragistes à Londres. — Escadre an glaise à Kiel. Éa Autriche. — A la Délégation autri chienne. En Chine. — Règlement de la question mi litaire. — Les pourparlers sinb-améri cains. En Russie. — A la Douma. Lettre de Londres. Notes du Jour, par J.-B. En France. — Au Maroc. — Autour de. 1: prise de Tazza. — Situation satisfaisante En Belgique. — Leurs moyens de po'.é mique. La visite des souverains danois. Chronique mondaine. ïntcrniations financières et industrielles. — Nouvelles diverses de nos correspon dsnts. Les dépêches suivies de la lettre è sont celles qui ont paru d'abord dan: notre première édition, publiée à 4 heu les de l'après-midi; les dépêches suivie: de ia lettre B sont celles qui ont pan d'abord dans notre deuxième édition publiée à 6 heures du soir; les dépêche: suivies de. la lettre C sont celles qui on paru d'abord dans notre troisième édi .tion, publiée le matin. iJttL-AELLES, ~'ï mai Revue Politique Les événements d'Alban:e demeu rtut au premier pian de l'actualité L'arrestation d'Essad pacha et le souit vernent des paysan: musulmans cou tifiùe.nl- à être enveloppés d'un crrlai; inystèrè. Essad pacha, qui lui" ffaiit porté après son arrestation à bord d'ùi navire ae guerre, aut richien,,a été trant léré ensuite à boni dfyn vapeur italien le «Benghazi», et dirigé sur Brindisj Il est libre, mais il a du signer un en gagement aux termes" duquel il s'intei dit désonnais toute intervention dan les affaires intérieures et extérieures d l'Albanie, il est certain qu'Ëssad pach était dans le nouvel Etat indépendan un élément d'anarchie et de dissolu lion. Quel but poursuivait-il exacte ment ? On ne sait trop, mais ce qu'oi connaît du passé de l'ancien défenseu de Scutari permet bion des supposi lions, il est certain que Essacl pach: chercha, avant le choix du prince d iWied, à se l'aire porter au pouvoir su prênie. N'y ayant pas réussi en raisoi des résistances des puissances et d l'opposition du gouvernement proviso. re établi à Valloria, sous la présidenc d'ismaïl Ivêmal bey, il fut isoup'çonn de l'aire ensuite ic jeu des Turcs et cl lavoriser les intrigues ottomanes pou imposer un prince musulman à l'Aib; nie indépendante. Ces intrigues, éciioui rent, les agitateurs envoyés de. Constat tinople ayant été arrêtés à leur déba: quement à Vallona, Essad pacha part alors se plier docilement aux événi ments et affecta d'être .un des dél'ei seurs les plus ardents de la cause d prince de Wied. 11 était à la tète de 1 mission albanaise qui se rendit en A Jemagne; il parla au prince choisi pc l'Europe* au nom de l'Albanie; ce fi lui qui, entouré de sa garde fidèle, r< çut le prince Guillaume à son arrive à Durazzo; ce fut lui qui inspira le premiers actes du nouveau goUv-emi ment. Etait-il sincère ? Peut-être, mai en tout cas, il était sans mesure et faisait Irop sentir qu'il était le maîtr de la situation, que le nouveau régim ne se maintenait que par son bon pla sir. 11 était servi par une popularit que le prince ne connaissait pas,; avait à sa seule disposition des force armées dont, le prince ne disposait pa et ii organisait les choses à sa gui'sf sans trop s'inquiéter des décisions d gouvernement régulièrement établi Durazzo et dont., au surplus, il faisa partie. Essad pacha était-il l'agent d la Turquie ou même l'ageht, de l'Italie comme l'insinuent certaines informa lions, et cherchait-il à déterminer 1 chuté du prince ? Aucune précisio n'existe à cet égard; mais que Essa pàcha gêfiât la politique du prince, cel ne fait aucun doute et ressort claire ment des événements de ces dernière < mairies. Quoi qu'il en roit, il a fallu des ra sons graves pour déterminer le princ à faire arrêter Essad pacha, au risqu dé provoquer une véritable révolutioi il a fallu surtout des raisons gravi pour déterminer le princa à faire appi à l'Italie et à l'Autriche et demander ces puissances de débarquer des niarir pour le protéger éventuellement à Dt rizzo, alors qu'on annonçait que le landes de paysans musulmans ma ciraient sur la capitale. Le débarqu wènt de marins italiens e.t. autriehier est surtout significatif : c'est la premi re întervent.ioh directe de l'Italie et c l'Autriche en Albanie: c'est le premiî pas vers une occupation de la capital occupation que ies événements poui raient singulièrement précipiter.Ce fa mérite d'autant plus de retenir l'attei tion qu'on signale de source serbe i - présence d'émissaires dans l'Albanie d - Nord qui s'efforcent de convaincre 1 s population de la nécessité de faire o r cuper l'Albanie par les Italiens et ls - Autrichiens. Il ne faut pas s'étonne dans ces conditions, de l'attitude ho, - tile des tribus du .Nord et de la facilil i avec laquelle des désordres sont provi i qués dans toutes les régions de l'Albi nie. i La situation reste donc extrômemer grave et le banisseinént d'Essad pach ne suffit pas à l'éclaircir sérièusemen On sait de reste que plusieurs des men bres du cabinet albanais, et notammer le président du conseil, Turkhan p: cha, qui se trouve actuellement à Viei ne, sont des amis personnels d'Essa pacha. Seront-ils maintenus au pouvoi maintenant qu'Ëssad pacha est é'o gné d'Albanie? On ne le pense pas.Tu khan pacha paraît-devoir être sacrifn puisque le prince d'Albanie lui-mên: 1 a communiqué aux représentants d ' l'Italie et de l'Autriche a Durazzo, s décision de confier aux ministres ai tuels la gestion des affaires, sous la p'n sidence du ministre des affaires étrai gères, Mufkl bey — qui fut jadis secri taire de la légation ottomane à Bruxe les — jusqu'à ce que le nouveau cab net soit constitué. Un remaniement d i haut personnel gouvernemental e; donc prévu, mais il est significatif qu 1 le prince Guillaume,pourtant souverai ' d'un Etat indépendant, doive prendi ' l'avis des représentants de l'Italie et d 5 l'Autriche avant de procéder à un t< 1 remaniement. Tout tait donc prévoi i que la période de l'action international 5 pour l'organisation de l'Albanie indt ' pondante ne sera pas de longue duré ■ et que l'on marche rapidement ver une sorte de condominium italo-autr i chien. A regarder les choses de prè on peut s'étonner que l'Italie et l'Autr clie" débarquent des marins à Durazzc = fût-ce à la demande clu prince Gui laume, alors qu'elles n'ont reçu aucu » mandat spécial de l'Europe pour agi ' en Albanie. Il ne suffit pas, en vériti que Rome et Vienne soient d'accor pour cette action : l'Albanie est un - création commune des grandes puissar • ces et les décisions qui la concerner - ne sont valables que pour autant qu'e, - les soient prises par toutes les puissai i c?3 dirigeantes. On affecte volontiers s - l'oubliêr à Boms et à Vienne et le prit i ce Guillaume paraît devoir se gardt - tout aidant contre le trop d'empress-: ment de i'Italie et- de l'Autriche à ! | protéger que contre les menées :nti 1 rie-Ures qui" tendent à affaiblir son acte . rité en Albanie même. \ Le Mexique et les Etats-Uni: i r MEDIATION J, La base des négociations Niagara Faits, jeudi, 21 mai. l Bien que les médiateurs se soient reoct» 5 très successivement avec les délégués d< - deux parties, il n'y u eu jusqu'à préseï e qu'une seule entrevue officielle. Il est doi é difficile d'indiquer, les résultats dès maint e riant acquis, tous les intéressés observa: r le silence le plus strict. La situation cepe: i- dant, en dépit du trouble qu'a causé le d ;- menti de la démission du général Huert i- semble s'être améliorée. Le l'ait que les d .'- légués mexicains ont reçu plusieurs po it voirs est considéré comme de nature à f i- ciliter les négociations sur la base suiva i- te : établissement de la paix mexico-arn u ricaine et règlement général de la situatic a avec les rebelles; examen de la forme po l- sible d'un nouveau gouvernement mea r cain. it C'est à propos de. cette dernière questic ï- que sugiront les difficultés et aussi lor e qu'il s'agira de choisir l'homme qui devi S assurer les destinées <lu Mexique, car n'est pas un des noms mis en avant jti S qu'à présent contre lequel ne soient élevéi il des objections capitales. ( :0 e Encore la démission de Huerta i- Mexico, mercredi, 20 mai. y Le général. Huerta déclare qu'il autorii i] les médiateurs mexicains à offrir sa d S mission si elle ét3it nécessaire pour réso s die la crise. ( Les derniers combats S1 New-York, mercredi, 20 mai. Suivant des nouvelles reçues de JOare ' le général .Villa dit dans son rapport £ e sujet du combat de Raredo que les gén • ràux fédéraux Miguel Alvarez et Ingt Munoz ont été tués. a 11 annonce qu au combat, de Zertudhe 1 général fédéral et 32 officiers de son été ® majcir ont été faits prisonniers et exécut a sur-le-champ. ( s La marche en avant des constitutionnalist' i- Washington, jeudi, 21 mai. e Le croiseur « Californien » a fait sav< e de Mazatlan, par télégraphie sans fil, q 1 ! pendant la prise de Tépian, située à 30 1 'S lomètres au nord de Guataladjara,les cor '1 titutionnalistes ont eu 400 morts. Leur c a vaierie coupe ia ligne de communicati :S des fédéraux et empêche la circulation i chemin de fer entre Manzanillo et Gual ® ladjara. ." I-e général Angeles annonce que Salti ^ a été évacuée par les fédéraux. i Dana la région pétrolière ,r Washington, jeudi, 21 mai. ; Les représentants d'Angleterre, de H< l^iid« et des Etats-Unis travaillent de co it cert pour empêcher que le3 propriétaires i- de concessions pé.troliiéres soient dépouil- a lés de leurs propriétés en leur absence, u L'ambassade britannique apprend que a les étrangers peuvent se rendre de nou- ;- veau dans les concessions pétrolifères de la :s région de Tampico et que la sécurité leur r, est assurée, pourvu qu'ils soient circons- 3- pects. é Les douanes perçoivent les droits d'ex- )- portation comme par le passé, mais les 1- banques restent fermées. La monnaie fait défaut. (a) Nouvelles de l'Étranger [j ALBANIE r Essad pacha mis en liberté i- Un interview -lurazzo, jeudi, 21 mai. '< Avant de mettre Ussad pacha en liberté e on a, sur la demande du prince, procédé e à une .visite des effets personnels de l'an-^ cien ministre. An cours de cette visite, on a saisi deux paquets de lettres. Essad pacha a dû signer un document f" par lequel il s'engage sur l'honneur à ne plus s'immiscer dans les affaires intérieu-•* res' ou extérieures de l'Albanie. ' (a) u Rome, jeudi, 21 mai. it La « Tribnna •> a interviewé, à Briu-e disi, à bord du « Benghazi », Essad pacha, n Celui-ci a déclaré : « Mon Souverain a été e trompé de la manière la plus indigne. J'ii e servi loyalement mon roi et mon pays et. :i je n'ai .voulu qu'une chose : le bien de ma r patrie. Les événements actuels doivent être e attribués à des menées étrangères. L'Alba-nie et moi en sommes les victimes. Je puis e déclarer sur mon honneur que je n'ai ia-s mais eu aucune entente avec Constantino-'* Pie- 'l'ai servi mon pays et mon souverain s en soldat et en patriote. Les intrigues étrangères visent ma ruine. » |> Essad paclia est resté à bord pendant toute la nuit. (a) j. Essad pacha en Italij », Naples, jeudi, 21 mai. [I Essad pacha est arrivé ce soir. (a} e Rome, jeudi, 21 mai. i- Une noie officieuse dit que la nouvelle it publiés • par des journaux anglais .suivant f- laquelle Èssad pacha serait déporté à Tri-1- poli est absolument déhuée dé fondement, e (a) La situation à Durazzo ' Durazzo, jeudi, 21 mai. e .La nuit a été tranquille. La population reste calme. Le ministre d'Italie a deman-j. ^é au prince d'autoriser le lembarquement des matelots italiens et austro-hongrois. U est probable qu'ils retourneront à bord ce - soir. Aujourd'hui, à l'occasion de l'anniversaire de la princesse d'Albanie, les navires présents à Durazzo ont hissé le grand pa-5 voi. •> 1-e prince a communiqué au ministre ù'Autriche-Hongrie et au chargé d'affaires d'Italie qu'il avait décidé de maintenir-dans leurs fonctions les ministres actuels pour la gestion des affaires jusqu'à la formation du nouveau ministère, dont Musid bey assume la présidence avec les affai-res étrangères. Lis deux diplomates, ont. !® répondu qu'ils ' n'avaient aucune "objection '• à faire. (a) Les Malissores e- jt Durazzo, jeudi, 21 mai; ^ Dans la nuit d'hier, 150 Malissores oa-tiioliques sont arrivés de Scutari sous la s conduite de trois prêtres pour s'offrir à se*-ê' vir de garde au prince. Ils ont passé la nuit au Palais et ont été logés aujourd'hui a.- ^ans un bâtiment. q:ie le gouvernement _ venait d'acheter pour y installer les nuisis-;* très. i.e général de Weer et le commandant Thomson sont arrivés de .Vatana avec un détachement de gendarmerie qui comptait 1_ trente hommes. Un service solennel a été célébré • à l'é-n glise catholique à l'occasion de l'anniver-b" saire de la naissance de la princesse. Le a corps diplomatique et consulaire y assis-i' tait, ainsi que les autorités et un public s- nombreux. '3 Après ce service, une troupe de Malisso-1) res venus de Kruja pour prêter aide au gouvernement a organisé devant le Palais une manifestation de. sympathie en l'honneur du prince et de la princesse. Le ■ cor-* tège était précédé du drapeau -albanais. Le -- prince et la princesse se sont montrés au balcon avec leurs eni'ants.lls ont été salués 3) par des acclamations enthousiastes. L'aide de camp Kkrem bey Liboliova a remercié en leur nom les manifestant... de l'aide qu'ils offraient. ^ Après une réponse à celte allocution, lé prince S'est écrié : « Vive Kruja! „, « Vive l'Albanie! » Les manifestants se sont retirés sans au-. cui: désordre; Un ordre parfait règne dans la ville, (a) Les troupes austro-italiennes Durazzo, vendredi, 22 mai. L'amiral italien commandant les forces îs italiennes et austro-hongroises réunies a réduit, d'accord avec lî prince de Wied, iir l'effectif du détach:;rnent de débarquement, je laissant à terre soixante marins italiens et ;i- autant de marins autrichiens. Les détache-5. ment seront graduellement retirés. a. Aucun changement n'est survenu dans ta m situation. • ]u Le navire italien « Iride » et le croiseur a. autrichien « Ami.- ,1 Spaun » sont arrivés. (al jo Le mouvement insurrectionnel ai Durazzo, vendredi, 22 mai. Les insurgés se. sont emparés de Tirana. Sur la demande du prince de Wied, les lettres remises par Essad pacha au capi->1- taiûe Armstroog au moment de son dé-n- part îeroai l'objet d'une enquêté, Joute- quête n'ont pas encore été choisis. (a) fois, les membres de la commission d'en- Les accusations contre Essad pacha Durazzo, vendredi, 22 mai. Sur les indications d'un Albanais, au service d'Essad pacha, d'après lequel ce-lui-ci aurait soudoyé quatre individus et les aurait munis de bombes et envoyés à Du razzej pour commettre, le 19 mai, .un attentat contre le prince, une enquête a été ouverte. Une patrouille envoyée dans la propriété d'Essad pacha aux environs de Chia-ka a arrêté plusiears personnes suspectes et a saisi des fusils et des munitions. L'enquête ouverte contre les hommes de confiance d'Essad pacha, suspects de haute trahison, continue et provoque chaque jour de nouvelles arrestations. Ce soir, le calme règne dans la ville. Les nationalistes ont installé partput de forts piquets (te gardes de nuit Les marins descendus à terre sont demeurés à leur poste. Le cuirassé autrichien « Amiral Spaun » est arrivé. (a) Essad pacha et l'opinion italienne Rome, .vendredi, 22 mai. Après avoir relové tous les faits et circonstances qui sont susceptibles de faire naître un doute sur la culpabilité d'Essad paclia, le « Messaggero » déclare que si Essad pacha n'est pas coupable, celui qui a forfionté la tentative de révolte a assumé une bien grave responsabilité vis-à-vis du prince Guillaume et de l'Europe. Une correspondance de Durazzo au même journal dit qu'Ëssad paclia,qui est musulman et favorable à l'Italie, s'employait à contrebalancer les effets du protectorat des catholiijiues. exercé par l'Autriche. Pas de preuves contre Essad pasha Paris, vendredi, 22 mai. On mande de Rome au « Temps » ; M. Arnaldo Cipolla, correspondant du « Mattino d à Durazzo, a envoyé ce matin des détails inédits sur la situation. Muffid bey, membre albanais de la commission internationale de contrôle, gérant du département des travaux publics, ami fidèle d'Essad et sympathique à l'Italie, avait été arrêté, ou tout au moins maintenu dans sa maison sous une surveillance spéciale, pendant qu'Ëssad était conduil au port sous escorte. Muffid avait eu une violente discussion avec le ministre d'Autriche qui était allé presque jusqu'aux voies de fait-. Muffid reproche à l'Autriche d'ex-citer les éléments 'révolutionnaires contre l'Etat. Miiifid fut. ensuite libéré et le prince Guillaume lui accorda une décoration poui réparer ainsi les traitements dont il avait été l'objet de la part de certains agents trop zélés. Le correspondant ajoute qu'il n'existe aucune preuve contre F.ssad et que c'esl pour cela que le prince renonce au procès. « Retour de Turkhan pacha Vienne, vendredi, 22 mai.- I<a « Nouvelle Presse Libre » annonce que Turkhan pacha, qui avait demandé des instructions au prince Guillaume, a reçu une réponse en vertu de laquelle il doit retourner sans retard à Durazzo. Turkhar: pacha part ce soir pour cette ville par' la voie de Tries'te.: ' {c; ANGLETERRE Saisie d'armes Dublin, jeudi, 21 mai. La douane a saisi un chargement de baïonnettes destinées aux .volontaires de TUlster. (a: Escadre anglaise à Kiel Londres, jeudi, 21 mai. Selon le u Dail^ Mail n, l'Amirauté annonce que quatre cuirassés et trois croiseurs delà première escadre anglaise visiteront Kiel l'an prochain. (a) L'escadre autrichienne à Malte . Malte, vendredi, 22 mai. L'escadre autrichienne, sous le commandement de l'amiral Lofler, composée des cuirassés « .Viribus-Unitis », « Teghethotf > et ci Zrinvi », est arrivée ce matin. Elle doit séjourner à Malte jusqu'à jeudi prochain. (a) Incidents suifragistes Perquisitions Londres, jeudi, 21 mai. Les suffragettes ont tenté l'après-midi de présenter au Roi une pétition en faveui du vote d-is femmes à son approche du pa lais royal. Les rassemblements ont été dis persés par la police. M™* Pankhurst, qu se trouvait à la tête de la manifestation, £ été arrêtée à nouveau. La police, qui avait en connaissance di projet, avait pris- les mesures les plus sé vères pour empêcher la délégation d'entrer au Palais, les autorités ayant averti le: suffragettes que le Roi ne les recevrait pas Pendant la démonstration, la police e opéré i~ arrestations, dont trois hommes Les suffragettes ont brisé l'une des barriè res de Hyde Paris. Une mêlée avec la poli ce en est résultée, au cours de laquelle .^t manifestant a été blessé. Dans ta soirée, les suifragistes ont atta qné différents ministères dans White liai! où ils ont brisé quelques vitres. La polic< a. dispersé les manifestants et a opéré quel ques arrestations. 67 suîlragis-tes ont éti arrêtés, la plupart des femmes. Parmi eu: se. -trouvent M"» Sylvia Pankhurst et M" Drummon. Celle-ci a été arrêtée sur le seui dé la demeure du ministre Mac Kenna. Quelques réunions suifragistes ont e: lien également dans la soirée dans des sa! les -publiques. Les orateurs ont protest avec indignation et ont proposé d'adresse une protestation écrite au Roi contre le: brutalités de la police. A -une heure avancée dans la soirée, 1: police a fait une perquisition dans un ap partement d'un quartier de l'ouest de Lon dres. Les agents ont . saisi une quantit énorme: de cailloux, de marteau^ de coiipe rets et de documents très importants. Qui Ire femmes qui se trouvaient dans l'appar tement ont été arrêtées, ainsi qu'une cil quième qui arrivait au -moment de la pe qui si tion, portant un panier rempli, de cai loux. On croit que cette perquisition pei mettra d'éviter une grande campagne oor tre les vitres des magasins de West Enc Nouvel attentat surîragiste Londres, vendredi, 22 mai.. Une suffragette a endommagé ce mati à la Galerie Nationale, cinq tableaux à l'Ecole vénitienne par Bellini. (a) Londres, vendredi, 22 mai. Presque en même temps qu'était coir mis l'attentat de la National Galery, deu tableaux étaient détériorés au- salon de l'A càdémie; royale par une suffragette.Celle ci a été immédiatement arrêtée. L'Acadé mie royale a été fermée. Les tableaux d9 la National Galery n'on subi que de légères éraflures. La suffra gette s'est blessée avec les morceaux d glace recouvrant les tableaux. La Nationa Galery a été également fermée. La question des émigrants hindous .Victoria (Canada), .vendredi, 22 mai. On attend l'arrivée d'un vapeur japonai ayant à bord 370 Hindous. On dit que les autorités, d'accord ave> l'opinion publique, s'opposeront très proba blement au débarquement, de ces émigrants mais que les Hindous qui se trouvent déji au Canada prétendent que les passagers en leur quaiité de sujets anglais, ont 1 droit d'aborder dans n'importe quelle colo nie. On craint que si les autorités permet t-ent le débarquement des troubles ne sur gissenl) dans les centres ouvriers de Van couver. (b CHAMBRE DES COMMUNES Le (( home rule ». — Incidents M. Bonar Law dit .: Il n'est pas juste d discuter le « home rule » sans avoir cor naissance des propositions définitives di gouvernement. En conséquence, je deman de que les projets destinés à amender. 1 « horne rule » soient renvoyés.: M. Asquitn répond qu'il s'expliquera plu lard. Lord Robert Cec-il propose l'ajournemen des débats du « horne rule » parce que lor; que les propositions du « home raie » nou seront soumises, dit-il, le gouvernemen ne sera plus à notre tête. M. Asquith. répond : 11 faut d'abord qu la Chambre exprime son jugement d'un façon délibérée sur la proposition princ paie. Le bill supplémentaire contenant le amendements sera déposé devant la Chair br« des lords. M. Bonar I-aw affirme que tout cela es une comédie et qu'il 11e voit pas l'utilité d participer au débat. La motion d'ajournement est repoussé par 280 voix contre 17G, puis la speake ouvre la discussion sur le bill du « hôm rule » en troisième lecture. Aucun membr de l'opposition ne demande la parole. I-speaker donne la parole ,à M. Campbell, d< puté. Aussitôt de tous les bancs de l'oppos: tion partent les cris de <t Ajournez ! ». Ce cris se poursuivent sur l'air des lampion: et comme le tumulte ne cesse pas, le spe£ ker se lève. Le silence se fait. Le speaker demande alors à M. Bona Law s'il approuve ce genre de manifeste tion. Plusieurs voix : Ne répondez pas 1 N répondez pas ! M. Bonar Law répond : Je ne veux pa critiquer, Monsieur, ce que vous considère être votre devoir, mais quant à moi mo devoir est de ne pas vous répondre. A ces mots, les membres de Topposilio se lèvent et font .une longue ovation à Bonar Law. Le speaker dit alors .: Puisque M. Bona Law refuse de prêter son concours pour 1 rétablissement- de l'ordre, il ne me reste, e. présence de ce refus, qu'à suspendre 1 séance. M. Asquith, le cabinet et leurs partisan: qui restent à leurs bancs, sont l'objet d'un bordée d'invectives de la part des membre de l'opposition qui quittent la salle. M. A: quith et les ministres sa retirent à îeu tour avec leurs partisans, qui les acclî ment et agitent leurs mouchoirs. I-a Chambre s'est ajournée à vendred Comme l'ordre du jour fixe à lundi la di: cussion du « home-rule », le cabinet aur le temps de prendre une décision relativ au bill d'amendement du projet. (< — Le n Standard » annonce que le princ de Galles inspectera l'escadre française qi visitera prochainement fwliand. Le prine embarepiera sur le cuirassé «Marseillaise: et assistera aux évolutions des sexus-m: rins français qui accompagneront l'es ci dre. (a) — Une élection complémentaire législal ve a eu lieu pour le siège d'Eckingtor dans le Derbyshire. L'unioniste Bowden été élu. C'est un siège de perdu pour les 1 béraux. £j AUTRiCHE-HONG^iE La santé de l'Empereur Vienne, jeudi, 21 mai. Bulletin de santé de l'Empereur : nL'étï de santé de l'Empereur reste en général i même: Le souverain a passé une hem dans la petite galerie avec les fenêtres 01 vertes. » (f Vienne, .vendredi, 22 mai. L'Empereur a fait dans la matinée un première promenade à pied en plein a; dans le Kammergarten de Schoenbrum Cette promenade qui a duré une demi-het re a eu une excellente influence sur la sar té du souverain. (e Le roi de Suède à Carlsbad Carisbad, vendredi, 22 ruai. Le roi Gustave de Suède est arrivé matin, à y haure.s, à Garlsbad. (a) Les pourparlers de Turkhan pacha Vienne, jeudi, 21 mai. Turkhan paclia a conféré aujourd'hui avec les ministres de Roumanie, de Hollande et de Belgique, et avec les chargés d'affaires d'Italie et de Bulgarie. (a) A LA DÉLÊCATION AUTRICHIENNE Budapestli, jeudi, 21 mai. M. Schomburg, prenant la parole au cours de la Délégation autrichienne, s'est exprimé eu ces termes : il est nécessaire de bien montrer que nous devons et pouvons pratiquer une politique basée sur de puissantes alliances militaires. Nous commettrions une erreur voisine de la f-gdie si, en présence du groupement actuel des puissances en Europe,' il nous venait à la pensée d'ébranler notre alliance avec l'Allemagne, la nation la plus puissante qui soit au monde. L'armée autro-hongroise unie à l'armée allemande constituent la plus grande force militaire qui ait jamais existé. (a): Budapest, vendredi, 22 niai. Au commencement de la séance, le ministre président, comte Stuergh, répondant à une interpellation sur le cas de l'ancien député Sviha, que Ton disait faire partie des servioes de la police secrète, déclara que c'est pour lui un devoir de discrétion de s'opposer à ce qu'il soit répondu à una telle question. Il constate qu'un service étendu de police secrète n'existe pas. 11 sa borne au domaine criminel et se rapportes aux tendances politiques pour autant que ces tendances prennent un caractère criminel, comme les mouvements anarchistes et antimilitaristes et l'espionnage. Il ne peut pas entrer dans l'intention du gouvernement que les clubs parlementaires, par suite de leur attitude antigouverne-menlale, soient surveillés par des personnes de confiance et que des députés soient embauchés dans ce but. (c) BRÉSIL Mouvement diplomatique Rio-de-Janeiro, vendredi, 22 mat M. Da Cuuha, ministre près du Saint-Sià ge, est transféré à Madrid. M. Magalhaes Azecedo, résident en Turquie,est-promu ministre prèis duSaiiït^SiÉge. M. Gonsalves Pareira, ministre près des pays scandinaves,. est .mis à la retraite. M.. Texeira Macodo, consul , à Lisbonne, est mis en disponibilité; M. Souza . Pantas, cons.ii! à Genebra, est promu consîal à Lisbonne. (a) BULGARIE Appel estudiantin Sofia, vendredi, 22 mai. Les étudiants bulgares da Macédoine S l'Université de Sofia adressent à ieurs camarades de l'étranger un appel dans lequel ils attirent- leur attention sur la situation désespérée faite aux Bulgares en Macédoine par le traité de Bukarest qui les livre aux Grecs et aux Serbes. Pius de 150,000 fugitifs se trouvent actuellement en territoire bulgare. Ils terminent en demandant- l'érection de la Macédoine en province autonome • t comptent sur la. jeunesse universitaire de toute l'Europe pour élever la .voix en faveur de cette autonomie. $> L'emprunt Sofia, vendredi, 22 mai. Dans les milieux officiels on annonce qus le ministre des finances partira samedi ou dimanche pour Berlin afin de signer un emprunt. Cet emprunt serait conçu sur des bases nouvelles, f! se réduirait à 250 millions et comporterait l'abandon de ia part des banques dans le monopole de. l'exportation des tabacs, monopole qui serait remplacé par la constitution d'une société coin-téreasée et l'établissement d'un droit da 20 p. c.. sur la production des taixics. (b) AU SOBRAN l£ M. Ghenàdieîf critique sévèrement l'i» suffisance de préparation tant militaire q^ia politique de la guerre contre la Turquie. Il blâme la conclusion des traités serbo-bulgare et gréco-bulgare qui, à son avis, contenaient des germes de discorde fatale. 11 , blâme également l'aveuglement de M. Gu«-choff, qui avait une foi absolue dans U loyauté de la Grèce et de la Serbie, alur* que celles-ci cherchaient à faire traîner .a guerre afin de retenir l'armée bu-lgare en Thrace pour s'établir définitivement en Macédoine. La seule garantie contre la perii, die, des alliés était la conclusion rapide de la paix avec la Turquie. Le gouvernement de M. Guechoff y manqua et laissa la situation s'empirer. La catastrophe devenait inévitable. • L'orateur cite de nombreux documents établissant d'une manière indubitable Ie3 visées secrètes des Grecs et des Serbes dès le début des hostiltés. Le cabinet Guechoff ne prit pas garde aux avertissements qui ne manquèrent pas et négligea ics conseils de la Russie. Il refusa les avances que la Turquie lui fit par deux fois, offrant de céder Andrinople contre rengageaient da la Bulgarie de ne pas appuyer 1-j» revendications de la Grèce sur les tics. (a) CHINE Règlement de la question thibétaine Londres, .vendredi, 22 mai. On mande de Pékin au « Daily, 'I'elegra-phe » : Les délégués anglais et chinois de ::i commission thibétaine, réunis à SiiÉ!:\ paraphé, la semaine dernière', le r:r.-.:s...u projet de traité. Le Thibet sera divisé eu detix zones intérieur* et extérieure. Dans la zone intérieure, située en face de î'Ii. lo et qui comprend Lhaasa, ia Chine ne ic.a désormais que sU3ftr.aine; ia Chine ci : Grande-Bretagne -naintiendront tous dc.i.t leur"représentant i ii.-î-ssa,. Dans >1 îuw

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title L'indépendance belge belonging to the category Oorlogspers, published in Londres from 1914 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods