L'écho de Sambre et Meuse

172 0
24 januari 1918
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1918, 24 Januari. L'écho de Sambre et Meuse. Geraadpleegd op 17 september 2019, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/zg6g15vp4g/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Adminis ration-Rédaction : J.-B. COLLARD 37, rue Fossés Fleuris, Namur L'Echo de Sambre & Meuse JOURKTAL QUOTIDIECN Lis CHiiiféi in liite -~0— ALLEMANDS Berlin, 22 janvier (officie)). La dernier alinéa du communiqué officiai de Berlin relatif à la bataille navale livrée dam les Dardanelles doit être rectifié comme suit : — Le croiseur < Sultan- Javus-Selim » « touché fond en entrant dais les Dardanelles, dans le Détroit, près de Nagara. Il n'a pas été mis à la côte, comme le prétend une information officielle anglaise. » AUTRICHIENS Yieane, 23 janvier (officiai de ce midi). Pas l'événement particulier à signaler. Tienne, 13 janvier (officiel de ce midi). Sur les deux rives de la Breata, l'artil-Isrie a été plus active que ces deniers jours. BULGARES Sofia, 21 janvier (officiel) Sur les rives| du lac d'Oehrida, canonnade un peu plus violente. A l'Ouest du lac, nos unités oat exécuté de fructueuses opérations de reconcais-sanee.Sans la boucle de le Cz«rna et à l'Est du Dobropolje, feux roulants successifs. Au Sud d'Huma, nos détachements d'attaque ont pénétré dais les tranchées ennemies et en ont ramené des prisonniers grecs. ^ Au Sut de la Selasitza, des détachements d'infanterie anglaise, qui avançaient contre nés avant gardes près du Dolmporci et sur les rives du lac de Butkovo, ont été pris sous notre canonnade et dispersés. Sur le front de la Dobreatscha,armistice. TURCS Coastantinople, 21 janvier (offieiel) Le croiseur-cuirassé «Sultan Jrvus Se lim » et le petit croiseur « Midill* », ainsi que des torpilleurs, sont hardiment sertis des Dardanelles pour attaquer et détruire des ferces navales ennemies signalées près de l'île d'Imbros. Deux «onitors ennemis — le «Rsglan». jaugeant 4,000 à 5,000 tonnes et armé de deux canons de 356 mm , et le monitor < M. 28» jaugeait 500 tonnes et araté d'un canon de 234 maa. et d'un canon de 152 mm. — un vapeur de transport de 2,000 tonnes, une station de signalisation et de nombreux dépôts de munitions ent été détruits. Au retour, le petit croiseur « Midilli », toaché par plusieurs mines, a coulé Graade activité aérienne réciproque. Ua avion ennemi a été descendu au eours d'un combat aérien ; d'autres ont été fortement endommagés. Nos batteries de la «ôte ont efficacement bombardé des torpilleurs ennemis. Sur le frent en Palestine, après un combat aérien, ua avioa anglais a été forcé à atterrir à l'arrière de nos lignes. Les aviateurs — 2 officiers anglais — ont été faits prisonniers. -«s-essa» ssssw*. La «lierre navale — Berlin, 23 janvier. Pas un jour ne se passe sans que les cofiaaauuifués officiels signalent que des navires ent été torpillés ea plein convoi, même puissamment protégés. Souvent plusieurs vapeurs d'un même coavoi sont détruits, alors que précédemment chaque attaqua de nos sou» marins ne faisait généralement qu'une seule victime.La marche ascendante de nos succès prouve que le système adopté par nos ennemis de faire naviguer leurs navires en commun ne constitue pas le moyen sftr qu'ils cherchent de se défendre contre ses sous-marins. — A supposer même que nous n'avons pas perdu un seul navire, écrit le « Journal of Commerce » dans son numéro du 27 décembre, les conv is n'en constitueraient pas moins un inutile gaspillage de tonnage. En attendant que puisse être réunie sur un point convenu une flottille marchande qui comprend parfois 20 navires et plus et qu'elle soit prête à entreprendre son voyage, beaucoup de temps est inutilement perdu. La vitesse du convoi se mesure à celle du plus lent des navires dont il se compose.Lorsqu'il doit faire escale dans un port, son arrivée y entraide des retards pour tous les navires qui s'y trouvent et dont il faut ajourner le déchargement faute de place ». Le ministre français de l'alimentation, M. Boret, parlant des transport an convoi à la séance du Sénat du 18 décembre, a évalué à 20 p. c. la diminution de trafic qu'ils entraînent, et dans le « Times » du 28 décembre, M. Allen, président de la Compagnie Khédiviale de paquebots, écrit que l'obligation de faire voyager les navires en convoi double la durée de leur voyage. Négociations de Paix A BREST-LITOVSK — Stockholm, 22 janvier. Lt délégation russe et la délégation de l'Oukraine à Brest-Litovsk ont définitivement rompu. — Berlin, 22 janvier. Oa mande de Brest-Litovsk aux journaux du soir : Le président de la délégation russe annonce L'arrivée de deux fondés de pouvoir du Comité exécutif cantral de Kharkof chargés de participer aux négociations de paix; ils se joindront aux délégués russes. Il résulte des documents arrivés à Brest-Litovsk que le Comité exécutif central de Kharkof ne reconnaît pas au secrétariat général de Kl fi et à la Rada centrale le droit de négocier au nom de l'Oukraine, sous prétf xte que ces organismes rep; ésen-tent exclusivement la bourgeoisia. L'attitude que prendront les délégués des Puissances, centrales vis-àvis de ce nonvel état de cheses n'est pas encore fixée. — Bieat Litovsk, 21 janvier. La Commission allemande chargée de régler les questions d'ordre économique a coitinué les négociations entamées avec les délégués russes. Les travaux préparatoires ont été confiés à une sous commission, qui s'est réunie dès cet après-midi. Hier et aujourd hui ont eu lieu aussi les premiers pourparlers de la Commission juridique russo allemande, qui a traité les points suivants : fin de l'état de guerre, rétablissement des relations diplomatiques et consulaires, indemnités et rétablissement des traités. En ca moment, la Commission discute la question des droits des particuliers. — Bâle, 22 janvier. Oa mande de Paris à l'Agence Télégraphique de la Presse suisse : — La nouvelle de la bonne fin des négo dations de paix entre les Puissances Centrales et l'Oakraine a causé une telle surprise à Paris que la plupart des jour-Eaux ne la publie que sous réserves. Le « Journal » et le < Petit Parisien » espèrent que l'Oukraine se tombera pas dans le piège, mais ils reconnaissent que la conclusion d'un traité de paix aurait une très grande importance, l'Oukraine étant riche en céréales et en matières premières.— Berlin, 23 janvier. Dans les cercles commerciaux, on affirme que le travail d'organisation pour la reprise des relations commerciales avec la Russie est à peu près terminé. D1MCHI8 DIVERSES ™"""'1 limim—W'III II MM—H —IWIHI II Il I IIIIIIII — Paris, 22 janvier. Oa annonce de Tokio au « Temps », la signature à Pékin k la date du 12 janvier d'un traité aux termes duqnel le Japon se serait engagé à fournir des armes k la Chine pour un montant de 4 millions de liv. st. — Copenhague, 23 janvier. Mercredi aura lieu la dernière réunion de la Commission parlementaire norvégienne pour la politique extérieure à qui est confiée l'élaboration de la réponso à fsire à l'offre américaine de conclure une convention économique avae la Norvège. Les conditions posées par l'Amérique sont considérées par tous les partis comme inacceptables. Quant à la réponse du gouvernement norvégien, on dit qu'elle contiendra une proposition de nature à amener un accord. — Lo ;dres, 22 janvier. A la Chsmbre des Communes, un dépelé a demandé au gouvernement comment il se fait que des sous-marins allemands peuvent opérer à l'embouchure de la Mersey, alors que les sous-marins anglais ne se rendraient jamais au large des ports allemands de la mer du Nord M. Mac Namara, secrétaire de l'Amirauté, n'admet pas que l'on dise que les sous marins britanniques sont incapables d'atteindre les ports ennemis de la mer du Nord. — Il ne faut pas oublier, a-t-il ajouté, qae la côte allemande est située tout autrement que la côte anglaise. D'autre psrt, les Allemands peuvent établir d'importants barrages de mines dans leurs eaux, leur trafic commercial maritime étant inexistant, tandis que l'intensité de notre mouvement maritime nous force de laisser libres les entrées de nos ports. » — Londres, 23 janvier. Oa mande par sans-fil de Jassy au « Daily Chronicle » : — Depuis le 16 janvier, le roi et la reine de Roumanie ont quitté Jassy. M. Brstianu, qui er;t toujours à la tê';o du gouvernement, n'a pas encore indiqué l'endroit où les souverains résident. Les délégués des Conseils des ouvriers et des soldats roumains travaillent dans différents ministères. — Paris, 22 janvier. On mande de Jassy au «Petit Parisien» : — La position de M. Bratianu est gravement monacée. L'opposition csmbat sans trêve le gouvernement.M. Bratianu dispose encore pour le moment de la majorité. Une crise ministérielle aurait non seulement pour conséquence la victoire do l'opposition, mais amènerait sans auoun Derniers Comiiipés Ses Belligérants ALLEMANDS Berlin, 24 janvier. Théâtre de la guerre à l'Ouest. Pas d'événements notables. La vive activité combative de notre infanterie nous a permis de faire des prisonniers en de nombreux endroits du front. Sur la voie ferrée Bjesingbe Staden, nous avons capturé 6 mitrailleuses. Théâtre de la guerre à l'Est. Rien de nouveau. Front macédonien. Activité d'artillerie dans plusieurs secteurs.Au Sud-Ouest du lac de Doiran, une poussée anglaise s'est écroulée. Front italien. La situation est sans changement. Der erste Generalquartiermeister, LUDENDORFF. —«o»— FRANÇAIS Paris, 23 janvier (3 h.). En Bslgique, à la faveur d'un impartant coup de main qu'ils avaient fait précéder d'un bombardement intense, les Allemands ont pu prendre pied à l'Est de Nieuport-Ville dans un élément avancé de notra première ligne. Vives actions d'artillerie dans la région d'Avocourt. Nuit calma sur le reste du front. Paris, 23 janvier (Il h ) Ea Belgique, canonnade dans le secteur de Nieuport. La fraction allemande qui avait pénétré ce matin dans nos lignes, à l'Eat de Nieuport, en a été chasséa aussitôt. Sur la rive droite de la Meuse, lutte d'artillerie assez active dans le secteur de la côte 344 et sur le front du Bois le Chaume. Sur ce dernier point, un coup de main allemand consécutif k un vif bombardement a échoué sous nos faux. Journée calme partout ailleurs. Aviation Dans la période du 11 au 20 janvier, dix avions allemands ont été abattus tant en combat» aériens que par lo tir de nos canons spéciaux. En outre, il se cosfirme que 4 appareils allemands signalés comme gravement touchés, ont été réellement abattu» dans la période précédente, ce qui porte k 19 lo chiffre des avions détruits par nos pilotes du 1" au 1# janvier. doute une orientation nouvelle de la politique du pays. D'autre part les ministres eux mêmes ne sont plus d'accord. La Chambre a été ajournée au 25 janvier malgré les protestations de la minorité En Italie. — Zurich, 23 janvier. Les journaux italiens estimant las frais résultant pour le gouvernement da l'aide donnée anx réfugiés italiens des territoires occupés à 25 millions de lires par mois. — Lugano, 23 janvier. A la reqnête de plusieurs banques milanaises, le tribunal de Milan a ordonné la saisie des biens et de la propriété du gouvernement révolutionnaire russe, indépendamment d'une somaae de deux Baillions pour dommages-intérêts et intérêts en retard. Comme le gouvernement révolutionnaire russe n'a pas de représentant reconnu en Italie, la sentence du tribunal a été rendue publique. — Milan, 22 Janvier. Parlant du discours que M. Orlando prononcera k bref délai au sujet des buts de guerre de l'Italie, la « Perseverenza » dit que le silence que garde le commissaire de l'alimentation prouve que l'approvisionnement du pays n'est pas encore assuré.On avait espéré que la Conférence des Alliés tenue à Paris aurait donné à l'Italie du pain, du charbon et de l'acier; malheureusement, il n'en a pas été ainsi. — Londres, 28 janvier. On mande de Rome au * Daily News » que M. Orlande a renosscô à prononcer k Milan le discours qu'on avait annoncé pour dimanche prochain, que M.* Sonnino n'a ; pas davantage l'intention d'y prendre la parole et que le gouvernement refuse de convoquer la Chambre prochainement. — Rome, 22 janvier. Le commissaire de l'alimentation M. Crespi a déaidé qu'à partir du 1er février des céréales diverses devront être mélangées aux céréales à panification dans la proportion de 20 à 30 p. c., de 75 kilos de rie par exemple par quintal métrique de grains. On prévoit que oette proportion sera i s ^pFïïrttrnsÊEiacs^swaarfwwvsm^ renforcée pendant les mois suivants vu les stocks minimes de céréales existant sur le marché mondial. M. Crospi a organisé un contrôle de tous les moulina en vue d'y empêcher la mouture des céréales à panification dont l'existence n'a pas été signalée au gouvernement.— Genève. 23 janvier. Ea Italie, le charbon se vend actuellement 600 francs la tonne aux usines et 1,000 francs la tonne aux particuliers. —«o»— Ea Kaes'e. — Pétrograd, 23 janvier. Lo Cons#il des commissaires du peuple a été informé que, dans diverses parties du pays, les contre-révolutionnaires organisent un vaste mouvement pour renverser le gouvernement maximaliste. A la tête du mouvement sa trouvent Kornilof, Savinko, Filonenko, Gutschof, tandis que les chefs des cosaques restent cette fois k l'arrière-plan. Le quartier général des contre-révolu- | tionnaires paraît être établi à Samara et k Novotscharkask. I Deux courriers du gouvernement mili- j taires du Don ont été arrêtés sur le Trans- £ sibérien; ils étaient porteurs da documents | prouvant que les contre révolutionnaires I sont sur le point de constituer et d'équiper une armée de 100 000 hommes. Le Comité du Salut public, qui vient de jj se constituer, dispose de sommes énormes qui lui «ont envoyée» viâ Tokio. La « Pravda » est d'avis que les capitalistes internationaux appuient financière ment le mouvement aontre-révolutionnaire qui commence à se développer. Il est incontestable que le parti militaire russe tout entier soutient le nouveau mouvement réactionnaire. A Pétrograd, on est d'avis qu'on est aujourd'hui seulement à la veille du choc définitif entre les deux partis extrémistes de Russie. Le Conseil des commissaires du peupla prend fiévreusement toutes les mesure» pour tenir tête à la contre-révolution menaçante. — Stockholm, 22 janvier. Le Conseil des commissaires du peuple à Pétrograd a publié une proclamation dans laquelle il se retourne contre la menaçante agitation qui règne dans la capitale, où les bolchevistes ne disposent plus en ce moment de forces suffisantes. On croit que les régiments caser nés k Pétrogrsd ne suivront plu» aveuglement le» bolchevistos et que s'il devait sa produire une nouvelle guerre civile, ils se déclareraient neutres Les bolehevistes prennent des mesures de précaution; ils concentrent des matelots et des troupes finlan-aises qui lear sont dévouées et renforcent les effectifs de tirailleurs lettons. L'accentuation de la crise des vivres rend la situation encore plus grave. — Copenhagae, 21 janvier. On mande de Pétrograd qu'en y est mécontent de l'attitude de M, Trotzki, que les milieux bourgeois considèrent comme indigne. Il est certain que tous les parti» veulent la paix, mais ils condamnent les manoeuvres auxquelles se livrent les bo'chevistes à la Conférence de Brest. Leurs rodomontades sont si manifestement vaines qu'elles froissent le sentiment de dignité de tout le monde. La Fédération des cheminots signale que les soldats désertent du front Sud-Ouest.A Pétrograd, le ravitaillement laisse do nouveau à désirer. Depuis une semaine, on se fusille dans les rues et l'on pille les magasins : une réaction est inévitable. •— Pétrograd, 22 janvier. Les socialistes révolutionnaires ont décidé de ne pas fomenter de grève et do ne pas combattre la dictature de M. Lénine. Les derniers combats de rues ont fait 120 victimes, dont uce vingtaine de tués. La Garde Rouge et les matelots de Lénine sont maîtres de la capitale. — Paris, 22 janvier. On mande de Pétrograd que M. Lénine a déclaré que la Constituante a été remplacée par une Convention nationale nommée par la Congrès des soviets russes. — Milan, 22 janvier. Le « Corriere délia Sera » apprend de Pétrograd qu'après la suspension de l'Assemblée constituante, on a arrêté des députés en masse. — Paris, 22 janvier. Un détachement de la Garde Rouge a arrêté trois députés de la Constituante à la rédaction de la « Yolja Narodna ». La Constituante recherche Mme Brech-kovskaïa, la grand'mère de la révolution. — Paris, 23 janvier. On mande de Pétrograd à l'Agence Havas : — Le Conseil des commissaires du peuple a ajourné l'Assemblée constituante au 28 janvier. Les socialistes révolutionnaires ont décidé de ne pas tenir compte de cette mesure et de sa réunir avant cette date. M. Lénine leur a fait savoir qu'il ordonnerait de disperser par la força toute réunion. — Londres, 23 janvier. Contrairement à d'autres informations, le « Morning Post » annonça que le gouvernement de Pétrograd a ordonné de L & nouvelles élections pour l'Assemblée constituante; elles sont fixées au 27 février. L'assemblée ne se réunira que lorsque la paix sera conclue avec les Puissances centrales. Les précédentes élections ont été annulées.— Londres, 23 janvier. Oa mande de Pétrograd su « Daily Mail » : — Depuis vendredi, l'ambassade d'Angleterre n'est plus autorisée à télégraphier à son gouvernement. C'est à c» fait qa'il faut attribuer l'absence de nouvelles de Pétrograd dans la Presse anglaise depuis samedi matin. — Milan, 22 janvier. Da < Corrierre délia Sera » : La dissolution de l'Empire russe fait de rapides progrès. Moscou est devenu le centre d'un important mouvement en faveur de la proclamation de l'autonomie du territoire grand russien. Un Cong ès se réunira d'ici un mois pour élaborer la Constitution de ce nouvel Etat. — Pétrograd, 23 janvier. De l'Agence Télégrapbiqae : — Les détachements du Soviet envoyés de Kai khof à Pu'.tava ont livré bataille aux troupes da la Rada de Kief, qui ont été entièrement défaites. La ville ds Pultava est au pouvoir des soldats du Soviet. Les conseils des ouvriers, des soldats et des paysans ont acclamé es délégués du Comité exécutif de Karkhof Le calme règne à Pultava. — Stockholm, 22 janvier. On mande d'Haparands qu# M Swiehuf-vad a déclaré, au cours d'une entrevue avec un collaborateur du « Rietch », que la Finlande ne fera jamais partie d'une république fédérative russe. Tons les bruits concernant une union fédérative entre la Finlande et l'Esthonie sont dénués de fondement. —«o»— En France. — Péris, 23 janvier. M. Clémenceau a ea jeudi dernier un nouvel entretien avec M. Poincaré. Il a annoncé au Président qu'une accusation venait d'être portée contre M. Briand. Avant d'ordonner l'arrestation de ce dernier, le président du Conseil a tenu à prendre l'avi»du président de la République, qui lui a conseillé d'attendre que l'affaire Caiilaux fut terminée. Toutefois, des mesures ont été prises pour qtae M. Briand ne puisse quitter le p&ys. M. Briand serait accusé des mêmes faits que ceux mis à charge de M. Caiilaux. Oa prétend qu'on aurait trouvé la preuve en Italie qu'il aurait délibéré avec les socialistes italiens sur le point de savoir comment, après avoir renversé le gouvernement, on pourrait constituer un pouvoir révolutionnaire en Italie. Les conséquences de ce coup d'Etat devaient amener la même situation en France. — Paris, 22 janvier. De l'Agence Havas : — Hier, lundi, le Sénat, dont presque tous les membres étaient présents, s'est réuni l'après-midi. A 2 h., les tambaurs annoncent l'arrivée du président, M. Dubost. Lorsque la séance s'ouvre à 2h 45, il n'y a personne au banc du gouvernement. Le président dit que la Cour de cassa- : tion a désigné M. Mérillon au siège du procureur général et choisi MM. Cénac et Dombard comme avocats-généraux. Il donne ensuite lecture du procès-verbal de ia séance de la Chambre où a été votée la résolution renvoyant M. Malvy devant la Hauta Cour. M. Malvy est inculpé d'avoir, dans l'exercice de ses fonctions de ministre de l'intérieur et sur le territoire de la République française : 1° Fourni des renseignements à l'ennemi concernant certains plans militaires et diplomatiques, ceux notamment des opérations du Chemin des Dames et 2° d'avoir favorisé l'ennemi en provoquant des mutineries militaires. M. Dubost propose au Sénat de se constituer en Haute Cour. Cette résolution est adoptée et la séance levée à 6 h. 25. Vingt minutes plus tard, s'ouvre la première séance de la Haute Cour. Après l'appel nominal, le procureur général et les avocats généraux sont introduits; puis, après que M. Dubost a reçu de» mains du procureur d'Etat l'acte d'accusation, la Haute Cour fixe sa prochsine audience au 28 janvier. : esatsmamimmÊiÊÊÊÊÊmaÊÊÊStaamk % n «n™ DERNIÈRES DÉPÊCHES LA QUESTION DE L'ALSACE LORRAINE La question de l'Alsace-Lorraine qui, d'aprèi la fameuse déclaration du sous-secrétaire d'Etat allemand est le seul obstacle à l'avènement de la paix, est encore le sujet des préoccupations toutes particulières des peuples neutres. Dans un article du « Stockholms Dag-blad » du 26 novembre, traitant des racines historiques sur la question de l'Alsace-Lorraine, nous trouvons les passages sui-| vants : j « La France veut une paix réparant ^ « l'injustice de 1870 ». 4me année. N* 20 Le N° centimes Jeudi-Vendredi 24-25 Janvier 1918

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'écho de Sambre et Meuse behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in - van 1915 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes