Le bruxellois: journal quotidien indépendant

120 0
30 January 1918
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1918, 30 January. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Seen on 08 April 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/4b2x34p76q/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Le Bruxellois JOURNAÏ, QUOTIDIEN INDEPENDANT ABONNEMENT Bruxelles - Province - Etranger Les abonnements sont reçus exclusivement par toua 4e» PUREAUX DE POSTifS. Les réclamations concernant les abonnements doivent être adressées exclusivement an bureau de poste qui n délivré l'abonnement. PRÏX DES ABONNEMENTS : 3 mois : 2 mois * 1 mois : Fr. 9.00 Fr. 6.00 Fr. 3,00 TliAGE : 125,000 par jour «nw va «wï uv iilsttJJ 1919 ANNONCES Faits divers et Echo» t,s Jjgn# (t. «.00 Nécrologie 00 Annonces commerciales , , , , 2,00 Annonces financières . . 2:00 PETITES ANNONCES. . . La grande ligne, 160 Rédacteur en chef : Rivsft ARMAND Rédaction, Administration, Publicité, Vente 2 BRUXELLES, 33-35, rue de la Caserft* TIRÂGF. : 125,000 par jou» HITTITM —MM II III I illllll lia illll !!■ Il II IWIIB—P—38— ' LES IDÉES PACIFISTES nu [iffiliifilglleîiliii En réponse au fameux discours de Ltoy George du 19 novembre 1917 où il a d' cl xr comme d'habitude, que la paix et la prospérit du monde entier dépendent directement d'us victoire des Anglais qui soumettra leurs achei saircs à la volonté de l'Entente, il s'est icv dans les rangs conservateurs un critique, u homme dont la position politique ne jserim pas de mettre sa sincérité en doute. Ce critiqu est um pair anglais, Lord Lansdowne, qui, pa sa lettre adressee au « Daily Telegraph », lan ça la plus forte attaque contre les partisans Lloyd George en tête, dy système u d'uue guerr jusqu'à la victoire ». Cette lettre émanant d'u homme dont le point de vue politique devrai plutôt concorder avec -celui du représentant d gouvernement, eut un énorme retentissement. Lord Lansdowne exigea qu'à la Cseféreac des Alliés à Paris, 011 discutât nos seulemen l'unification de la >tiatég'e, mais surtout l'uni Ccation des buts de guerre; il résumait toute les déclarations laite- jusqu'ici a ce propos Selon Asquith, dont les buts principaux de 1 guerre sont « rétablissement et garanties »>, e aussi, selon les hommes d'Etat ennemis -Bethmann-liollivog et Czernin — on doit en visager les moyens d'empêcher une guerre fu tuie. Après avoir blâmé la décision de Paris stipu lant le quasi-boycottage commercial des Puis tances Centrales pour après la guerre, il indi Tue que les principes énoncés dans la note de Alliés du 10 janvier 1917 sont devenus en par tie inaccessibles et en partie sont restés au pre rnier plan (par ex. la question de la Belgique) que d'anties sont en partie devenus moins itn portants qu'auparavant. Lord Lansdorvne oon dut que les bienfaits d'une paix sont sans au cune utilité pour les peuples 31 épuisés qu'il n'ont plus la force de tendre les mains ro.ir k saisir. La guerre, conclut-il, doit finir pour cetu ' îaison que tous les peuples recomiais'-CBt quf catte guerre dure trop longtemps Voilà déjà assez longtemps que cette lettre fu publiée; beaucoup de changements politiques on W eu lieu et des événements d'une importance e d'une portée gigantesque sont survenus dans 1. vie politique internationale. \ Les milieux politiques de l'Entente ont lai.>=i ■Fu:- er la rude critique de Lansdowne s.vhs ei uvant influencer leur po fwT" pïonné à leurs ad ve;-.aires 1 occasion de les de-Irancer. 11 y a quelques jouts,, dans la h Revue \p nlique internat ouale », le politicien hongrois comte Andrassy redigea une réponse à Lord L jsdovvne, qui doit forcer les dirigeants tu* tentistes à réfléchir. Andrassy engage les Anglais à prendre l'initiative des pourparlers généraux concernant une paix conciliatrice. 11 invite le gouvernement anglais à se joindre à l'Autriche-Hongrie dans la lecherche des bases d'un nouvel équilibre eu ropéen et déclare que la Monarchie sejait heti-tetue de servir 'l'intermédiaire entre l'Allemagne et les puissances de l'Ouest, surtout entre l'Allemagne et l'Angleterre. Son opinion est, que la base d'un accord européen et d'une paix Hanche est facile a trouver à condition que l'Entente renonce à son point principal d'incon-ciliation, vu que Londres seul empêche la conclusion de paix. Le lait cjue l'Autriche reste ir.ébraulabiement à côté de ses Alliés et veut accomplir son devoir jusqu'au bout, n'est dii qu'à son désir d'une paix blanche. Andrassy attache une grande importance aux sympathies polonaises envers la France et l'Angleterre et croit qu'elles auront à jouer un rôlefséràeuit dans la réconciliation entre l'Allemagne et l'Entente. En se déclarant d'acord sur certains points avec Lansdowne, Andrassy recommande a L1 .yà George de joindre ses efforts à ceux ciu Lôi.,1 anglais. • L'Angleterre doit retourner à ses traditions d'intervention internationale et se contenter d'une réconciliation de deux camps belligérants; dans ce cas, elle aura l'appui chaleureux de I ' A u t riche -Hongrie. Au lieu de bénéficier de? avantages d'une conclusion de paix au front ouest afin de combattre à l'est, la Monarchie préfère profiter des événements russes afin de-contribuer à faire se conclure la paix pour toute l'Europe et par î.i. éviter la déâfdence européenne qui résultera d'une guerre à outrance. L'anéantissement de la puissance anglaise semble à Andrn--y le voir être dangereux, cai de pareilles intentions pourraient entraîner derrière elles toute une série de guerre- wïï'IS II n'existe qu'une possibilité d'éviter ce péril, c'est de trouver une formule de restriction réciproque des armements et, à partir de ce jour-là, de rendre obligatoire l'arbitrage international d'un tribunal où seraient représentés tous k» Etats. La pai.x en Europe ne repose que sur la réconciliation. de l'Allemagne ci 4e l '.ngle-' terre qui prime 4vitte formule passible. On doit attacher la même importance à cette invitation d'Andrassy que celle attribuée à la Conférence de Stockholm et—à -la formule russe qui sert déjà de base dans les pourparler- actuels entre la Russie et les Puissances Centrales, et servira de même pour la paix générale à venir. On connaît les déclarations-résolutions priss lors des conférences, à Clermont-Ferrand et à Londres, et reflétant les vraies idées des masses anglaises -et fiança -es. A ces résolutions, il faut ajouter le télégramme envoyé par la conférence du Labour Party à l'adresse de Tiotzk> où elle se déclare d'accord avec la formule russe et lui .promet de mettre en action toute son influence, sur le gouvernement afin d'obtenir de ce dernier une déclaration nette concernant les buts de guerre et, ensuite, sa participation aux pourparlers en vue -d'une pai? générale. Espérons que la réalisation de ces m tentions ne tardera pas à venir et servira di bon exemple aux démocraties des pays de l'Eu n tonte. Ivaiwf. LA GUERRE « Gâijsmct&âgués ifncleis : âllebsâ&d» * i BERLIN, 29 janvier (Officiel), midi: t Théâtre ds la s'aarre de l'Ouest, e Groupe d'armée du îeld-mareclial général r prince héritier Eupprecht de Bavière : En différents endroits du front, action d'ttr■ > tiïleiie. e Groupe d'année du prince impérial 1 allemand : E En Champagne, de vifs combat* locaux se sont J déroulés. De part et d'autre de la rouie St-Ui-<aire-St Souplet, des entreprises d'attaque fran-- (aises peu importantes ont échoué dans la ma-1 tinéc. h as positions situées entre les rmetes allant de Strmme-Py et Ripant vers le sud-est, 3 Jurent soumises au début de l'après-midi, an feu d'artillerie ennemi te plus violent. Sous cette 1 protection, des troupes d'infanterie françaises t avec des lance-flammes, s'avancèrent pour de lortes reconnaissances contre plusieurs endroits du front. Elles furent repsitssées avec de lourdes pertes en parité devant nos obstacles, en partie m corps-à-corps. Quelques prisonniers restèrent entre nos mains. Plusieurs lance-flammes furent capturés. Aviation: Une action, aérienne aboutit à de nombreux duels aériens. Nom avons abattu, hier 13 avions ■ mi'mis cl un ballon-captif. Londres et Sheei uess furent bombardées avec succès. - Des aviateurs ]tançais ont continué leurs attaques contre nos 1ib$itaux. Tandis qu'au mois de décembre les in slaïiaiions hospitalières de Relhel fuient plusieurs lois le but de leurs jets ; de bombe, ils attaquèrent ces jours-ci les iitslal-3 lotions de Labry {à l'est de Conflans). Théâtre de la guerre italien. Sur le plateau des Seft-Communes, un violent ' combat a éclaté de nouveau. Les Italiens ont attaqué hier dans les secteurs à l'est d'Asi-ago 1 jusqu'à la B renia, avec des forces importantes. L An mont Stsemoi et à l'ouest, leur attaque s'écte nia presque partout dans le peu devant les 1 'premières postlions aus'ro-hotigroises. Le mont di Ya&alla, sur lequel ils purent prendre pied passagère.leur fut arraché de 1 nouveau en conlrf-rtltaque. De même nos coali- es vue ° lutle dans ta région du col del Rossa, ainsi qu'entre le ravi'i ce Fretteela et la Vrénta. Des tentatives réitérées de l'ennemi pour vlar-gir par l'engagement de ses réserves des endroits de pénétration locale, échouèrent avec des pertes sanglantes. .1(1 officiers ci 15.50 soldats fttrctâ faits -prisonniers. ■Une de nos escadrilles armées de bombes jetn dans la nuit du 26 au 27 janvier., avec -un bon résultat, 21 ,<HM) Pg. de bombes sur Çastd-Framco, 7 révise et "'estre. De grands incendies étaient lisibles de loin. Des autres tkéMres de la guerre, rien de hou-iveau.Sur mer: BERLIN, 29 aimer (Officiel): Nos 0ûtu marins ont de nouveau infligé à V ennemi une pert: de i 8,(IU0 tonnes de jauge. Trois grands vapeurs oui clé coulés sur la côte d'Irlande, deux parmi eux naviguaient dans* un c&htoi fort: vient protégé par des coutte-torp'.l-lems. Un des vapeurs était le vapeur anglais armé « Martou » /o,840 t). AUTRICHIEN, VIENNE. jawier (Officiel): Sur le liant plateau des S et te Commit m, les duels d'artillerie sent devenus d'une extrême violence. TURCS CONSTANTINOPLE, 26 janvier (Officiel): Le croiseur ci.iHissé uSultan /avus Selim » est arrivé hier à c onsta;;l:i:ople- il est prêt à reprendre te service. Au cours des -nombreuses attaques aériennes ennemies, le.navire a été légèrement touché à deux reprises; tes explosions n' ont causé que des dégâts insignifiants. CONSTANTTNOPLE, 27 janvier (Officiel); Dans les Dardanelles, activité aérienne. Le liculena,tt-avi-.leur- Mcinicl.er a descendu un avion, qui a etc détruit par les flammes; l'aviateur ennemi a pé;i. Un sicond avion ennemi a été fortement endommagé par le lieutenant Çronleiss, ou (.Otfts d'un combat aérien. Sur le frsnt tu Palestine, canonnade ennemie , h peu phti violente. Par ailleurs, le calme a prévalu. BULGARES SOFIA, 2)3 janvier (Officiel): Sur plusieurs points du front en Macédoine, surtout entre le 1 ardar et le lac de Doiran, l'artillerie a cie plus active, A l'est du Vardar, un de nos détacheificnts de reconnaissance a fait des prison iiers anglais. Sur le coût s inf érieur de la Strouma, notre jeu a mie eu f.'ile des détachements de re-lonna'ssanee anglais. Sur te Iront de, la Dobroudscha, armistice. COMMUNiaUES DES ARMEES BE L'ElâïE^TE FRANÇAIS PARIS, 28 janvier (Officiel), 3 h. P.M.: Nous avons réussi diverses in cuisions dans tes lignes ennenves en Champagne et au nord de Si-MUtiel et ramené des piisonniers. Un coup de main sur nos petits portes de la région de FontenéUe (nord-est de St-Dié) n'a pas donne de résultat. Nuit calme sur le reste du front. : PARIS, 28 janvier (Officiel), 11 h. P.M.: En Champagne nous avons réùssi deux coups ; de mai» sur les tranchées ennemies. Nos détachements ont pénéirè jusqu'à la t oisième ligne ennemie et ramené des prisonniers dont un officier et une mitrailleuse. Canon-rade réciproque assez vive en Alsace, dans la région de l'Hart-maiiHsweilcrkopf.ITALIEN' ROME, 27 janvier ; Près de Capo Site, des détachements ennemis ont tenté au cours de la dernière nuit, de s'approcher des obstacles en fils' de fer de la tête de pont. Ils ont été immédiatement repoussés par un feu nourri. Ensuite, nous avons effectué une contre-attaque au cours de laquelle nous avons ramen l quelques prisonniers. ANGLAIS LONDRES, 27 janvier : Sauf quelque action de l'artillerie ennemie dans les et/virons de Ribéonrt, av. sud-ouest de Cambrai, il n'y a rien d'important à signaler. Un détache tient ennemi, qui tentait ds s'approcher hier de nos lignes, au sud de Lens, fut repoussé par notre feu avec ■pertes. Sur notre front au cours de la journée, aucun e vén-ement important à signaler. Aujourd'hui vers midi, nous avons bombardé avec succès la gare et les voies de communication it Trêves. L'épais brouillard empêcha nos aviateurs de constater avec précision, l'effet ne leurs proiectiles. Tous tins •avions iOvt rentrés indemnes. Dernieres Dépêchés Importants conciliabules e&tre alïiés. Genève, 29 jativ. — il s'e^t team mardi, à Paris, sou-s la prési-deuico de (JîememoP'aii, une oonféreneo de l'Enl/ente à laquelle Lioyd Ueoffge et Oïlaodio assistaient, i Mercredi, te grand Conseil de guerre de» Alliés se réunira à Vtasailless sous la présktaioe- dc Clamcn-ee. 1. 'Ijgs | Brelan de discours. * t Genève, 2G Jativ. — Le «New-York Herald» annonce que le -président W'iison répondra vendredi prochain aux discours du chancelier allemand et du ministre des affaires étrangères aus-tro^hongrois. Contraiiemeat à l'habitude le département d'état se refuse à donner à la presse, la moindre information concernant la réponse en prévision du président Wilson, On annonce également une rép; ase de Clemenceau pour samedi et une aura d'Orlando pour lundi. oord avec ies autres alliés Lloyd George répondra prochainement aux déclarations allemandes et autrichiennes relatives à son discours et à celui de Wilson. A propos des discours ds Hèrtling et de Gsernin. Copenhague, 29 janv. — L'« Extrabladct », commentant les récents discours centraux, dit ' v Les -disoouis de Hertling et de Czernin sont animés du même désir de paix, qui caractérisa ia politique de l'Allemagne et de l'Autriclie-Hongxie au cours de ces dernières années. Il dépend maintenant des Alliés de décider de l'avenir le plus prochain. Une décision à ce sujet sera très probablement prise dans la Conférence inter-Alliés, qui va se tenir à Paris. Le mende va en attendre avec anxiété le résultat, jiarce que la majorité du monde civilise ne songe qu'avec horreur.à 1a continuation inexorable de la guerre. Eofia, 29 janv. (Agence Bulgare). — Les discours du chancelier Hertling et du comte Czernin ont provoqué dans les milieux politiques sofiates la plus vive attention. La presse s^en occupe amplement et fait surtout ressortir leur clarté et leur netteté dJ argumentation en re-tnarquantj si la presse de l'Entente était admise à les reproduire intégralement, sans coupures, ui modifications, l'impression qu'ils produiraient dans les pays de l'Entente serait profonde et provoquerait une modification de l'opinion publique. Les hommes d'Etat des Puissances Centrales proposent une paix honorable pour le plus grand profit de l'Humanité entière. » Une nouvelle offensive cc-stie l'Italie? Londres, 28 janj. (Reuter). — Au cours d'un entretien avec un représentant du « Morning Post », Orlando a déclaré qu'il était d'accord avec les membres dirigeants du gouvernement anglais, pour toutes les questions essentielles, aion seulement en principe, mais encore en ce qui concerne les méthodes à suivre. Il croit que les Puissances Centrales entreprendront encore une offensive contre le front italien. Le but de guerre égoïste de l'Angleterre en Belgique. Berlin, 28 janv. — Le « Times » du 9 janvier écrit : « Souvent nos hommes d'Etat ont déclaré j que nous sommes décidés à combattre jusqu'à ce que nous soyions assurés de. la restauration» de la Belgique, de jU France et de la Serbie, de . la liberté des petites nations, de la liberté de la : justice, du droit d'autonomie comme bases d'une paix durable pour la démocratie et pour la ligue : des nations. Toutes ces déclarations sont exactes, et pourtant en réalité nous ne combattons j que pour notre propre sécurité. Nous sommes i entrés en guerre à cause de la Belgique, dont nous nous étions engagés à maintenir la neutralité. Mais pourquoi nous y sommes-nous obligés? ' Parce qu'au cours de ces dix années et nous basant sur les grandes guerres p.-ssécs nous étions en droit de présumer que cette inviolabilité de la Belgique et cette sécurité du Canal, élait nécessaire pour notre propre indépendance.» (S'il fallait un aveu de plus de l'égoîsme britannique et de son mépris foncier des petites nations pour lesquelles il a rompu tant de lances, en voici un qui est dépourvu d'artifices, et de nature à faire tomber les écailles des yeux de ceux qui pourraient encore se bercer de chimères. (N.d.l.RJ La lassitude croissante en Angleterre. Amsterdam, 29 janv. — Le «Daily News publie un article qui peut être considéré cou me un nouveau symptôme que l'on comment à être de plus en plus fatigué de da guerre e Angleterre. Il y e3t dit-, entre autres : u Tôt; comme lors de la guerre des Boers, une pai obtenue par des négociations est de beaucou préférable à une paix obtenue par la victoirf 1! n'y a aucune raison de douter de la durabilit d'une telle paix de conciliation, car les peuple seront tellement épuisés, -que la seule idée d'un nouvelle guerre rendra déjà l'humanité inalad pour un si^le. On ne peut s'attendre, d'une con tinuation 'le ia guerre., qu'à une augmentatioi des pertes anglaises, se chiffrant par millions qu'à la venue de la famine., qu'à une recru descence du mécontentement général, qu'à de centaines d'autres difficultés de ce genre. Notr dette atteindra., au mois d'avril prochain, 6 mil liar'ds de livres sterling et en avril 1920, elle si chiffrera par 10 milliards. Comment arrivera ♦ on à trouver les impôts nécessaires aux paie ments des intérêts 1 II est maintenant granc temps de parler ouvertement. Nous paraisson: avoir des ministres n'ayant pas la moindre no tion de la conduite d'une guerre, ni d'accord, pacifiques. Ils sont atteints d'-un fatalisme d'ui caractère néfaste. Le navire de l'Etat erre san. direction, sans pilote, dans des eaux inconnue! et dangereuses. Où aikms-nous ?.. » Un train déraillé. Pitris, 29 jar/v. — Un train qui tmnspor tait d'os troupes américaines a dépaillé, pei après avoir quitté Brestjteeis soldats ont éu gravement blessés. Une Conférence socialiste à Berne. Genève, 29 jaaw. — L*: journal .« La Suis se » apprend que le 21 mai aura lieu à tàest&t une conférence des sociatusti.s àrkasaUiés. La situation en Gaine. Le coiTespomufeat du « Da.ily Mail « à ïiem Tain amteaco qu'oti est à ia veille dïmpoi' tauts chanseaiieiftts diasis le gotifcrnicmen: chinois. A Pékiti, Feng4ai-T's.c4u33g a abari donné le fauteuil présitten-iicl pour pretn-drt la ciireetioi. des affaires. On mande de Péfeia, 23 jaaiv. — Los re boites dn sud ont occupé l'os (ni, un p-oiût ira. portant du Yaog-Tsé. Le présid-emil -est a-llt conférer sur la sâtoation avec tes gourer nfîiurs de Chili, Tsai-Ponn-g et Kîang-Si. La rupture diplomatique nisao-aoumaine. Berlin, 29 janv. — Du « Lolcal Anzeiger » ; Par la rupture officielle des relations entre Pé-uograd et Jassy, la confraternité d'armes russo-roumaine a une fin peu glorieuse;, à laquelle l'on n >i 1 air s'att vu 1 é.'.éncr'ients dç. 1: semaine dernière. Ce processus est un symptôme de pins de Pécreulement qui s'accomplit actuellement sur tout le front de l'Est. ù .•■'•j «a pr/s de-n. «r Oaaseil roumain. Beriin, ?9 janv. — On annonce -qu'à la suite de la démission de M. Bratianu, qui fut acceptée par le roi, le -générai Averescu a été nommé président du Conseil roumain. La débandade russe en Roumanie. Londres, 27 janv. — Le correspondant spécial anglais au front roumain anmocice qu'à la suite des (^sortions en masse qui se produisent dit us les secteurs tenus pair les Russes, de grardos parties de ce front ont abandonné leurs positions et emmené leur artillerie. Pour recouvrer la liberté die leurs mouvements ils ont remis leurs canons à Jassy ©t sont ensuite paUis. LES EVjSE'SMSîïTS EN EUSbIE. Londres, 28 janv. (Reuter). — De Pétrograd au «Daily Netvs » : Une scission s'est produite parmi les Bolscheiviki. La minorité est d'avis que la faiblessfc et l'isolement de la Russie l'obligeront à conclure une paix séparée; la majorité y compris la gauche socialiste-révolutionnaire Skt prête à entrer dans une période de défense *volutionnaire. La décision appartiendra en dernier ressort à Trotzki. La suppression des héritages en Russie. Berne, 29 janv. — Le gonavcjst^meœt du Soviet a élaboré un nouveau décrat supprimant ie droit d'héritage. A la mort d'une personne possédant des biens, ceux-ci passent à un fonds de prévoyance sociale qui sera organisé. Un congrès de paysans à Pétrograd. PéU'ogmd, 26 janv. — (narras.) — Le 3e congrès des paysans convoqué par lies riol-chëvistes, s'eist tenu aujourd'hui à Pétrograd.Les relations de la Russie avec l'Ukraine, Paris, 29 janv. — Du « No-waj-a Chisn »: Une délégation de treize" personnalités ukra.t-jiionr.os de Kieff est arrivée à Pétrograd pour servir de médiateurs entre la Radia et le Conseil des Commissaires du peuple. LES HE G- OC I ATI OMS iffi PAIX A BREST-LITOWSïL La presse allemande, Berlin, 29 janv. -- Du « Lokal-Anzeiger v Les points en litige sont élaborés d'une façon claire et nette Notre point de vu<' a été porté avec suffisamment de détermination à la connaissance des Maximalistes, de sorte qu'ils peuvent se décider à accepter ou à refuser, sans qu'il soit besoin d'approfondir davantage le sens et le contenu du droit d'autonomie des peuples. La longanimité dont la quadrupliez a fait preu-*■' ve a été poussée jusqu'à l'abus et toute condescendance a une fin. La « Germania » fait remarquer que les négociateurs de paix des Puissances Centrales, notamment le secrétaire d'état von Kuhlmann cl le comte Czernin, apportent pour le stade dé cisîf où eu viennent aujourd'hui les négociation: avec les Russes, non seulement la confiance par ticulière de leurs gouvernements, mais ains que le verdict parlementaire de ces dernier: jours l'a établi d'une façon non équivoque, auss celle de la majorité écrasante des peuples di . l'Europe Centrale. La déclaration qui a su.v ——ra—— m m m tw m- à ce sujet n'a pas seulement créé des faits » nouveaux, mais tait reconnaître à nouveau pleî'-r.ement ce qui dès le début fut notre but et no» e trc mission. a Sous le titre de « Pierres d'achoppement sur t 1e chemin de la paix», la «Norddeutsche Allge-s meine Zeitung » écrit : Lorsqu'on apprend cîies p nos ennemis qui spéculent sur une révolution en Europe Centrale et sur la détection de la démo» é cratie socialistes par rapport à la masse popu-s laire totale, qu'il y :a eu léellemer.t des soulè» 5 vements partiels en Allemagne, -on serait tent5 • 3 de croire que ces espoirs sont près de se réaliser» Qu'il ne s'agit Jà que de minimes masses ou-1 vrières, ce 11'est pas cela qui influencera pro» , visoirement leur joie. Malgré cela il est établi aujourd'hui que ces grévistes ne sont ni del hommes, ni des femmes possédant un jugement politique, mais surtout de tout jeunes gens des deux sexes. C'est ce qui est établi expressément par la correspondance social-démocrate interna tionale. La guerre aérienne, 1 Lug&no, 29 janv. — Du «Corriere délia Se» ; ta » : Lors des attaques des aviateurs autrichiens trois hôpitaux ont été atteints à Mestre, mats s personne n'a été tué. Les dégâts matériels -sont ! considérables aussi bien, à Mestre qu'à Cast-el-: franco. A Trévise 15 personnes ont été tuées et ; beaucoup d'autres blessées. Le nombre des vic> times de Mestre est encore beaucoup pins grand, La guerre soûs-marlEe. Copenhague, 29 janv. — Dans un article d4 t fond publié par le journal « Politîken », sous ; le titre «Une année de guerre sous-marine», it est exposé : v II ne semble pas qu'il existe ut» remède effectif contre les sous-marins. L'armement des bâtiments de commerce, au moyen de pièces d'artillerie et de soldats de marine «e paraît plus suffire, attendu que les sous-marins sont maintenant de si grandes dimensions et si fortement armés au.-,si. De toute façon, il est de fait qu'un vapeur armé après l'autre est cou lé, tandis qu'au début de la -guerre, la plupart 1 des navires de commerce armés parvenaient â s'échapper lorsqu'il leur arrivait de découvrit à temps l'ennemi. Ce <5 ui semble plus efficace, ce sont les convois fortement armés; mais même ceux-ci n'ofiren-t pas de ,-écurité suffisante. D'après des feuilles anglaises, ies effectifs de* : constructions pour 191â n'ont été atteints., en 1917, qu'aux mois d'octobre et de novembre. -i?m 193 7, l'Angleterre n'a certainement pas pu construire beaucoup plus de 1 1/2 million de tonnes de jauge. La France n'a rien pu construire du. tout. On ne possède pas de chiffres sur les constructions américaines. On peut estimer <jue les Alliés n'om pu guère compenser qu'un iticti de leurs ^pertes ->ur tuer. ■>- la nu...lié t.-ui a* pb —T . il t uter . c.!' ■*]' i • <-•>«• vois réduisent de beaucoup l'utilité de service des navires et que l'entrée en guerre de l'Amérique exige un fort supplément de tonnage nou-leau. il n'est au'fond pas tout-à-fait inadmissible que quelques petits sous-lieutenants de sous-marins puissent, finalement, exercer -une influence plus décisive sur la conclusion de la guerre, que les plus puissants aiyiraux et généraux. « Berlin, 29 janv. — Parmi les succès sous-marins du mois courant, figurent des torpillages .particulièrement pénibles pour les Anglais. Le « Daily Chronicîe » du 9 .janvier signale la perte d'un navire chargé df vivres qui, quelques jours auparavant, avait accosté un port, anglais, sans toutefois décharger sa cargaison, et avait reçu ordie de naviguer vers un autre port. En cours de route, il fut t-orpillé, et ainsi périt ie précieux navire, bien que_sa cargaison eût pu être déchargée et eût pu être transportée par chemin de fer vers 3a destination définitive. Le Parlement s'occupera de l'affaire. Le « Times » du i décembre cite deux cas analu^uvs, Parmi les navires coulés l'un trar -oortail du thé, l'autre 1,000 tonnes de viande. Aucun d.--deux n'avait pu décharger sa cargaison dans le premier port, par suite du manque d'installations de déchargement. L'émotion fut grande parmi la population anglaise, car on comptait qu'avec la quantité de viande coulée on aurait pu, d'après estimation allemande, nourrir millions d'hommes, c'est-à-d-îie plus du tiers de la population anglaise, pendant plus d'une semaine.Stockholm, 28 janv. ' — De Gothembeurg au «Journal de Stockholm»; Le vapeur «Fylgio» (2,550 tonnes) du Lloyd suédois a"^été coulé le 2i janvier au large de la côte écossaise. Berne, 28 janv. — Du « Petit Parisien » : Le vapeur anglais « Warong » a péri à hauteur de la Bretagne. Sept hommes de l'équipage se sont nov^, un canot de sauvetage ayant chaviré; 13 autres ont été sauvés. DÉPÊCHES (Rireproduites de Sédition précédente.) lypiure entre la Roumanie et fa F&ussie Bel lin, 28 janv. — Un radiotéiégrammé de Pétrograd annonce que ie gouvernement de Pétrograd a rompu les relations diplomatiques avçp'la Roumanie. L'ambassade roumaine a été supprimée sans autre forme de procès. Quant au trésor roumain qui se trouve à Moscou, il a été déclaré insaisissable. Le gouvernement du Conseil des commissaires a assumé la res-I onsabi'ité de la garde de cet or et sa îemise au peuple roumain. Le général Tscherbatscheff a été considéré comme tiers neutre dans le conflit. a- La répor.ss à Hertling et à Czaïniu. , . Paris, 28 janv. — L' « Echo de Paris » annonce qu'un échange de vues très animé a lieu actuellement entre les cabinets de l'Entente au su-> ; jet de la réponse à taire aux discours du clian-i celier de l'Empire allemand et du ministre des : affaires étrangères autrichien. Wilson répondra i paraît-il, point par point aux déclarations des Mercredi 30 janvier Î918 DIX CENTIMES 5m* année. ■ e. - N° 1197 - E± B

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Le bruxellois: journal quotidien indépendant belonging to the category Gecensureerde pers, published in Bruxelles from 1914 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods