Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires

306 0
27 November 1914
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1914, 27 November. Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires. Seen on 10 July 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/sx6445jg36/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

ANVERS, Vendredi 27 Novembre 1914 Le numéro 20 centimes Cinquante-septième Année No 17.168 PRIX DE L'ABONNEMENT : PAYABLE PAR ANTICIPATION : Anvers Frs 10,— par trimestre. Intérieur .... „ 11,50 „ Hollande et le Grand / 1375 Duché de Luxembourg \ " ' Autres pays de- l'Union Postale Frs 16,— par trimestre. On s'abonne dans tous les bureaux de poste LL0YD ANVERSOIS Seul Journal Maritime quotidien émanant des Courtiers de Navire DIRECTION & RÉDACTION : 14, RUE VLEMINCKX, 14 —ANVERS Téléphone : 3761 Annonces : 25 centimes la petite ligne. — 50 centimes la double ligne 1 franc la ligne sur double colonne. Emissions et Annonces financières : Prix à convenir Les annonces sont mesurées au lignomètre. — Les titres se paient d'après l'espace qu'ils occupent. Astronomie 28 novembre Lever du soleil 7 h. 18 m matin — ( 7.18) Coucher du soleil 3 „ 43 „ soir = (15.43) Lever de la lune 1 29 „ soir = (13 29) Coucher de la lune .... 2 „ 47 „ matin = ( 2.47) Pleine lune le 2 déc. . . 6 .. 21 „ soir = (18.21) Dernier quartier le 10 déc. 11 „ 32 „ matin = (11.32) Nouvelle lune le 17 déc . . 2 „ 35 „ matin ( 2.35) Premier quartier le 24 déc. . . 8 „ 25 „ matin - - ( 8.25) Haute marée à Anvers Matin Soir 28 nov. 11 h. 48 m. — (ilh.48, I - h. — m. — h. • ■) 29 nov — h. 19 m. = ( - h !9) 12 h. 48 m. = (12 h..48) 30 nov. 1 h. 19 m. = ( 1 h. 19) | 1 h. 46 m. = (13 h. 46) Haute marée à Terneuzen Matin Soir 28 nov. 11 h. — m. = (11 h —-) I 11 h. ?4 m. ~ (23 h 24) 29 nov. 11 lu 46 m. — \11 h. 46; I — h. — m. = (— h. —) 30 nov. — h. 05 ni. = (—h. 05; | 12 h. 24 m. ~ (12 h. 24) Hauteur du Rhin Cologne 25 nov. — m Strasbourg 24 nov. 2,£6 m Huningen .. 1,30 „ Lauterbourg „ 3.80 Kehl 2i2i „ Maxau .. 3,72 ,, Mannheim .. 2 94 „ Germersheim ,, 3,43 Caub ,. ^.Ol Mayence 1,08 .. I<uhrort ., 1,52 „ Bingen „ 1,86 ,. Duisbourg 1,14 Coblence 2,41 „ Lobitb .. 11.33 „ Diisseldorf „ 2,30 Waldsbut 0.92 Hauteur du Main Hauteur du Neckar Francfort 24 nov. 2,31 m. Heilbronn 24 nov. 1,00 m Hauteur de la Moselle Hauteur du Bodensee Trêves 24 nov. 0,87 m. Constance 24 nov. 3,10 m Evénements de Mer SINISTRES, AVARIES, ETC Ancobra. — Liverpool. — Le steamer anglais An-cobra, arrivé ici de l'Afrique Occidentale, rapporte avoir été assailli par une tempête le 15 courant à 16 milles au S. 0. de Land's End, au cours de laquelle la mer lui arracha le gouvernail ainsi que 1 ;i pontée. Le navire ayant subi quelques réparations provisoires, avait pu néanmoins poursuivre le voyage par ses propres moyens. Apoida. — Cape Town, 21 novembre. — Un incendie a éclaté à bord du vapeur allemand Apolda, saisi ici dernièrement, au cours de son voyage d'Anvers en Australie. Bleamoor. — Calcutta. — Un incendie a éclaté dans la cale arrière du steamer anglais Bleamoor, qui chargeait pour Rangoon, mais on est parvenu à éteindre le feu. .Mille tonnes environ de marchandises ont été avariées ; on ignore si le navire a souffert. Clan Stuart. — Londres. — Un télégramme de Cape Town informe : l.e steamer anglais Clan Sir art, venant de Glasgow, s'est échoué samedi dernier, au cours d'une forte tempête, dans la baie limons. Le navire repose en bonne position, sur un fond sableux. L'équipage est resté à bord. l ii second télégramme porte qu'il y a 10 pieds d'eau dans les cales n08 4 et 5 du steamer Clan Stuart. L'eau a en outre envahi la chambre des machines. Haddonhail. — Londres, 23 novembre. — Le steamer Haddomiall, qui s'était échoué le 28 juillet près du phare Tsukenjima (Okinawa), a été remis à flot. Metkovich. — Rome, 20 novembre. — Le steamer autrichien Metkovich, du Lloyd Autrichien, a coulé à î.-i suite d'un heurt contre une mine à Sebenico ; plusieurs personnes Ont péri. Murjek, Ribston. — Londres. 2:i novembre. — Le steamer suédois Murjek, venant de Philadelphie et New-York avec un chargement de grains pour Stockholm, a été abordé par le steamer anglais RibSTON alors qu'il était ;i l'ancre dans les Dunes ; ce dernier a continué le voyage ; quant au steamer Murjek il est entré ici avec des avaries considérables qui seront réparées en 'ce port. Norfolk. — Le steamer Norfolk, échoué à Mel-& bourne, travaille fortement et a 8 pieds d'eau dans , 1 la cale. L'incendie qui s'est déclaré à bord n'est ' pas encore éteint. Persian. — Patras, 2:1 novembre. — Le steamer anglais Persian s'est échoué à Clarenzo Point. Des remorqueurs et des allèges sont partis à son secours. « Le Persian porte un chargement de fruits secs et produits industriels grecs. La. valeur du navire est évaluée à £ 15.000. Rhenns l. — Tiel, .25 novembre. — Le bateau de fret Rhenns I, qui se rendait de Rotterdam à Francfort a. M., a été remorqué ici aujourd'hui ayant l'arbre de couche brisé. On transborde le chargement.Nouvelle ligne maritime La compagnie de navigation a vapeur American Exporters Line a créé un nouveau service de New-York sur Copenhague destiné au transport de marchandises. La nouvelle société travaille au moyen de capitaux américains et les bateaux battront pavillon américain. Achat de navires La Holland-Amerika Lijn a acquis le steamer néerlandais Gramsbergen qui a reçu le nom de Waaldijk. Ce m vire jauge 4995 tonnes brutes et a été construit en 1904. La navigation sur le Rhin Rotterdam, 25 novembre. — Vers le haut Rhin le niveau d'eau baisse. Il n'y avait pas de demande et très peu de transports. Assez de tonnage disponible, mais tendance faible. Le niveau d'eau est favorable vers le bas Rhin. Très peu de demande et transports, mais assez de tonnage disponible ; tendance également faible. Le remorquage se calculait, environ selon le tarif de 30 cents. Ville d'Anvers CONSEIL COMMUNAL Ordre du jour de la séance publique du samedi 28 novembre 1914, à 4 heures du soir. (Heure de la tour). 1. Contribution de guerre. 2. Emprunt au crédit communal. Compagnie des Installations maritimes , de Bruxelles 2 p. c. à 100 francs de 1897 Tirage 8 oct. — Payable le 2 janv. 1915. 25 séries. , 1165 1516 1940 2618 2683 3555 3963 4660 5290 5787 5913 620;! 6605 8635 10501 10544 12530 13530 14505 14556 15094 15287 16423 16444 17423 Série 2683 n» 9 frs. 5000 ; sér. 1516 n« 13 frs. 1000 ; sér. 5913 no 18 frs. 500 ; sér. 10544 n» 4, sér. 13530 n° 15 les deux frs. 250 ; sér. 8635 n° 12 frs. 150 ; sér. 1516 n® 11, sér. 3963 nn 8, sér. 4660 no 21, sér. 5290 , 0° 2. sér. 5787 n° 8, sér. 5913 n° 8, sér. 6605 n° 3, S(ir. 14556 n° 24, sér. 15094 n° 4 tous frs. 125. Les autres numéros des séries mentionnées 100 francs. BRUXELLES, 2 1/2 p. c. à 100 francs de 1902. Tirage 15 octobre 1914. — Payable le 1er juillet 1915. 18 séries. 1873 7228 8278 10662 10675 10875 17169 17234 LS«1 21775 22004 22031 22545 22970 23966 24025 27789 29357 Série 10662 rjo 8 frs. £5.000 ; sér. 22970 no 18 frs. 1000; sér; 10875 n° 9 frs. 500; sér. 17234 n° 15, sér. : 10675 no 2\ les deux frs. 250 ; sér. 1873 no 7, sér. 7228 ; 110 5, sér. 8278 n° 3, sér. 8278 n" 11, sér. 8278 no 20, sér. 10675 no 18, sér. 10875 no 11, sér. 17169 no 8, sér. I no 6. sér. 18451 no 12, sér. 22004 n° 5, sér. 22004 n 21, sér. 22031 no 15, sér. 22031 no 24, sér. 23966 n° lo, sér. 23966 no 15, sér. 23966 no 19. sér. 24025 n° 3, sér. 29357 n° 10, sér. 29357 n° 23 tous 150 francs. '-''s autres numéros des séries mentionnées 110 hancs. Allemagne Au cours de la guerre il est défendu aux navires marchands d'éclairer au moyen de réflecteurs les côtes ou les entrées de ports allemands. La consommation du café Parmi les denrées ' dont la consommation augmente dans tous les pays, le café est peut-être celle dont les progrès ont été le plus rapides. Actuellement,. les Pays-Bas sont de toutes les nations celle où il est le plus consommé de café par tète d'habitant ; les Etats-Unis et la Belgique viennent ensuite ; puis la France, où la consommation du café a beaucoup progressé depuis te milieu du dix-neuvième siècle, surtout depuis 1857, époque à laquelle le gouvernement décida que le cafu servirait de boisson dans l'armée. Voici une statistique empruntée au « Bulletin de la Statistique générale de la France », numéro d'avril 1914, qui donne les chiffres comparés de la consommation du café sous divers aspects : 1° Consommation du café en quintaux métriques : 1912 1911 1906-10 Quintaux Quintaux Quintaux France 1.112.000 1.110.000 1.044.000 Allemagne 1.682.000 1.817.000 1.892.000 Autriche-Hongrie 565.000 577.000 567.000 Royaume-Uni 130.000 130.000 132.000 Italie 276.000 265.000 228.000 Belgique 260.000 295.000 519.000 Pavs-Bas — 420.000 406.000 Etats-Unis 3.998.000 3.949.000 4.124.000 2° Voici maintenant, pour les mêmes pays et les mêmes époques, la consommation par tête d'habi tant, en kilos : 1911-1912 1 906-1910 France 2.81 2.66 Allemagne 2.66 2.99 Autriche-Hongrie 1.15 1.17 Royaumè-Uni 0.29 0.30 Italie 0.77 0.67 Belgique 3.68 7.07 Pavs-Bas 7.02 7.04 Etats-Unis ; 4.20 4.68 Pour la France seule, si l'on prend, d'après l'« Annuaire statistique de la France », les moyennes quinquennales de la consommation du café pour 1.000 habitants, on trouve, en 1.000 kilos, les chiffres sui-* vants pour les périodes ti-deësous : 1873-1877 1.27 1893-1897 1.89 1878-1882 1.59 1898-1902 2.12 1883-1887 1.79 1903-1907 2.44 1888-1892 1.79 1908-1911 2.74 Si, d'après le même ouvrage que ci-dessus, nous prenons la consommation par 100 habitants, en kilos, nous.avons les chiffres suivants : 1831 25.:i 1903 286.0 1841 37.8 1904 195.1 1851 52.0 1905 232.1 1861 100.3 1906 249.2 1869 131.0 1907 258.4 1873 123.3 1908 : 260.8 1881 171.9 1909 273.7 1891 182.9 1910 282.8 1901 221.6 1911 280.5 1902 226.3 1912 281.5 1913 291 (provisoire) Nous venons de voir les pays grands consommateurs ; quels sont, maintenant, les pays gros producteurs de café ? Avant tous les 'autres, on trouve le Brésil, puis Haïti, l'Inde, l'Amérique Centrale, les Antilles, l'Afrique Occidentale en certains points, .Sumatra, Java, La Réunion, Madagascar, etc. si nous consultons le tableau de la production mondiale du café, nous constatons immédiatement que le Brésil est le grand pourvoyeur de cette denrée, ainsi qu'on va en juger : Dp/\fln/>t i-i ifl 11 ot Prnrl net du des totale Campagnes Brésil autres pays du monde " sacs sacs sacs 1905-1906 10.844.000 3.948.000 14.792.000 1906-1907 20.190.000 3.596.000 23.786.000 1907-1908 11.001.000 3.861.000 14.862.000 1908-1909 12.912.000 4.003.000 16.915.000 1909-1910 15.324.000 3.801.000 19.125.000 1910-1911 10.848.000 3.676.000 14.524.000 1911-1912 13.037.000 4.337.000 17.374.000 Dans cette énorme production, quelle quantité la. 11r>p r.rprwi-pilp à l'a.a-ric.iilt.urp. brésilienne? Nous trouvons la réponse à cette question dans la statistique ci-après qui reproduit les chiffres des importations françaises de café pendant les trois dernières années écoulées (en commerce spécial, c'est-à-dire marchandises consommées en France) : îyid lï/iz uni Provenances Quint. Quint. Quint. Brésil 614.115 559.250 571.855 Haïti 178.530 193.775 185.424 Vénézuéla 110.760 108.291 93.044 Indes anglaises 63.409 71.797 63.403 Porto-Rico 23.121 10.361 11.696 Guadeloupe 4.139 10.234 8.632 Angleterre 1-207 349 631 Pays-Bas 508 500 889 Réunion 279 _ 782 1.196 Autres pays 156.745 157.047 168.796 Totaux 1.152.813 1.112.386 1.110.566 La statistique des Douanes que nous reproduisons ci-dessus n'est pas détaillée suffisamment. La dénomination « autres pays », se rapporte cependant à des régions de production qu'il serait intéressant de connaître. On peut combler en partie cette lacune en se reportant aux statistiques du port du Havre par où pénètrent les trois-quarts des cafés importés en France. En recherchant les lieux de provenance des cafés venus dans ce port, nous aurons l'indication à la fois des fournisseurs de la France et producteurs autres que le Brésil. Nous reproduisons tyi les chiffres du commerce général ; après le Brésil, et les huit autres pays cités plus haut, on trouvait, en 1912, les Etats-Unis avec 34.323 quintaux, le San-Salvador 44.315 ; les Indes hollandaises 27.990 ; leyYlexique 25.682 : l'Amérique hollandaise 23.551 : le Nicaragua 20.530; la Colombie 17.3^9: Cuba 13.093; Salit,-Thomas 12.080; la Nouvelle-Calédonie 2.925 ; la ctte des Somalis 2.2-56: Madagascar 1.201, etc. La part des colonies françaises n'est pas considérable dans 'es importations globales de café par le port du Havre. Dans son étude récente sur le sujet qui nous occupe, Mr Edouard Paven rappelait, que les quantités de café importées des colonies françaises par Marseille étaient également très faibles durant les trois années 1110-1912. Et il citait les chiffres suivants du commerce général (en tonnes) : 1910 1911 1912 Importations globales 26.022 23.091 29.795 Td. coloniiles françaises — 766 41 840 Le rapport de la Chambre de Commerce de Marseille constatait que la production des colonies françaises tendait à augmenter grâce aux plantations que l'on crtp à Madagascar et en Indo-Chine et il émettait l'oVinion que la culture du caféier prendrait un grànd essor dans ces colonies si le parlement français votait l'entrée en franchise dans la métropole dû café des colonies. Or, cette réforme a été votée autours de l'année 1913 (loi du 5 août). On verra plus tard quels seront ses effets. Le « Bulletin économique de l'Indo-Chine » de janvier-février 1914 nous a apporté ïi ce sujet de nouveaux renseignements. Ce imméro contient une importante étude tirée d'un livré sur « la culture du caféier au Ton-kin », écrit parMr Borel, vice-président de la Chambre d'agriculture du Tonkin et du Nord-Annam. Dans une note qui accompagne cet article, Mr Henri Brenier, chef du service des Affaires économiques du gouvernement, général, dit que, si on suivait les conseils donnés,par cet auteur, le café du Tonkin et de l'Indo-Chine, en général, pourrait prendre une place plus importante dans .la consommation française «où il ne'représente encore moyenne 1908-1913, statistiques ides douanes françaises, commerce spécial! que 220.0(0 kilogrammes sur une consommation totale (moyejme et de même période quinquennale1' de 108.955.00)1 kilogrammes. Au Gabon, la culture du café est répartie sur trois régions : 1e celle (lu Como et de Côte-Nord ; 2° celle de l'Ogoué et. de Fernand-Vaz ; 3° celle du littoral et du konilou. A Madagascar on fait des efforts en vue d'améliorer fi'tte culture dont certains types s'acclimatent bien] I] n'est pas d'un grand intérêt de poursuivre ici l'examen de toutes les colonies françaises qui exportent un peu de café, leur part dans l'approvisionnement de la France étant, encore tout, h fait infime, i Au point de vue commercial, le café est une denrée qui subit des Variations incessantes. Les mouvements des cours, ces dernières années ont. eu de brusques soubressauts. Ainsi en 1911, on a assisté à un mouvement de hausse puis à une réaction très brusque ; au grand marché du Havre, on avait coté les 50 kilos au début de janvier 70 et 73 francs ; au milieu de mars 66 à 65 fr. 25 ; fin juin 1911, de 67 fr. 75 à 68 fr. 25 ; au début d'octobre, 78 fr. 75 et 84 fr. 50 ; fin décembre, 81 fr. 75 et 82 fr. 25. En 1912, au début de l'année, le prix du café qui était de 80 francs environ pour le « Good average Santos », type du marché havrais, à terme, rétrograda jusqu'à 75 francs dans le courant de janvier pour remonter jusqu'à 86 francs en juin. C'est alors que de très fortes réalisations par le parti haussier, ainsi que des nouvelles très favorables concernant l'état des plantations dans l'Etat de Sao-Pàulo, firent, de nouveau, baisser les cours. En août, le « Good average » à terme ne cotait plus que 76 francs ; mais, tout d'un coup, les perspectives pour la prochaine récolte dans l'Etat de Sao-Paulo devinrent beaucoup moins bonnes. Des gelées avaient endommagé fortement les .caféiers. Tout le monde se mit, à acheter, haussiers comme baissiers, et le cours de 87 francs fut atteint ; les prix varièrent ensuite fort peu pour clôturer à 85 francs à la fin de l'année. En 1913, les cours fléchirent promptement. Le mois courant tomba à 69 francs, au commencement d'avril ; fin juin on tomba à 62 francs ; au com-mencèment de septembre à 59 fr. 75 : vers le milieu d'octobre, on remonta à 72 francs ; le 12 novembre, ori retomba à 65 fr. 50 c., le 24 décembre à 62 fr. 75 c. e 26 février 1914, on cote 59 fr. 50 c.. le 18 mars, 57 francs ; le 25 mars, 56 fr. 25; le 28 avril, 57 fr. 25 c. « Ces indications sur les variations des cours du café sont particulièrement instructives. Elles montrent que c'est un produit jiout les résultats sont très aléatoires et que, par couséqueni, il y a danger pour un pays, comme pour un individu, à se livrer exclusivement à sa culture. Il a, toutefois, l'avan-lage, contrairement à certains autres dont les cours ont beaucoup varié, le caoutchouc, par exemple, de pouvoir être conservé longtemps en entrepôt sans trop de dommage. C'est sur cette possibilité de le conserver qu'a été basée la vaste opération de la valorisation du café par l'Etat de Sao Paul-.., opération qui n'est pas encore liquidée et qui a consisté à mettre on réservé une partie des récoltes trop abondantes pour l'écouler.les années moins favorisées. Une belle récolte est une calamité, car la consommation, toute progressive qu'elle soit, n'arrive pas alors à absorber les .^quantités produites, auxquelles viennent s'ajouter les stocks.» D'après le Syndicat du': commerce des cafés au Havre, la situation statistique mondiale se présentait ainsi au début de ce mois : l'approvisionnement visible du monde avait diminué de 534.000 sacs en avril; il s'élevait au 1er jmai à 12.114.000 sacs au lieu de 12.648.000 sacs au 1er mars et 11.035.000 sacs il y a un an. L'approvisionnement visible de l'Europe était de 8.593.000 sacs, contre 8.730.000 sacs au 1er avril, soit une diminution de 137.000 sacs. Les stocks dans les dix principaux ports d'Europe étaient de 8.262.000 sacs, au lieu.de 8.166.00Q sacs au 1er avril. Colonies françaises LE CHEMiN DE FER DE KANKAN A BEYLA Construction de la première Sec.'ion Parmi les lignes de chemins de fer dont l'emprunt de 167 millions doit permettre la construction, celle qui doit réunir, après un parcours de 244 kilomètres, Kankan, terminus actuel du chemin de fer de la Guinée, à Beyla, centre commercial important, apparaît comme une des plus urgentes. Au point de vue du trafic, la ligne de Kankan à Beyla est appelée à donner de bons résultats. On estime à plus de trois millions de francs la valeur du commerce d'exportation de la seule région de Beyla. Ce commerce serait sûrement doublé d'un commerce d'importation de même importance en sel et en tissus principalement si les moyens de transport existaient. L'ensemble représenterait le sixième du commerce total de la Guinée et le cinquième de celui qui emprunte actuellement la voie ferrée. Si, en ce moment, il est. possible d'augmenter l'influence d'attraction fie la voie guinéenne et de lui conserver notamment les produits des hautes vallées de la Sassandra et. du Cavally, il en serait, autrement si une voie ferrée, aboutissant à Monrovia, et longeant la rivière Saint-Paul, pénétrait .jusque dans la région de Kisd-Bevla, secteur militaire dont les produits, pour une partie du cercle de Kissidon-gou, sont, déjà attirés vers le chemin de fer de Sierra-Leone. En présence fie cette situation, le Gouverneur Général de l'Afrique Occidentale française a estimé qu'il fallait aller vite et pousser activement le rail vers le Sud. Le projet- qu'il a récemment proposé au Département d'approuver comporte l'exécution d'une première section de 80 kilomètres, à partir de Kankan. En dehors de la construction d'un ouvrage important sur le Milo. le tracé de cette section ne paraît pas présenter de difficultés techniques sérieuses. Il est. à remarquer, en effet, que la différence de niveau entre les deux points extrêmes de la section considérée est seulement de 40 mètres, soit 0 m. 50 par kilomètre. Un profil aussi peu tourmenté permettra une pose rapide du rail et c'est, là l'essentiel. La direction générale suivie par le tracé a été imposée par la nature du terrain. Or avait le choix entre la vall'eé du Milo et celle du Dion. C'est à celle-ci qu'on a dû s'arrêter, parce que le caractère sinueux fie la vallée du Milo. l'étroitesse de son lit en certains points et les hautes falaises qui, parfois, le bordent auraient constitué des obstacles onéreux au développement de la voie ferrée. D'autre part, il n'existe entre Kankan et Beyla, en dehors de Gotogola et Téré, aucun marché ou village susceptible de justifier un changement, à l'allure générale du tracé. Autrefois, les villages étaient nombreux dans la vallée du Dion, mais c'était avant le passage des Sofas de Samorv. Bien que des centres fie population et de culture s'y créent peu à peu et que les ruines disparaissent, de jour en jour, il s'écoulera sans doute quelques années encore avant que le pays retrouve sa prospérité d'autrefois, prospérité dont le rail activera la reconstitution. Autour fie Kankan et de Beyla la situation est différente. Au voisinage de ces centres, les villages sont nombreux. Kankan a toujours été un centre important fie transaction, commerçant par le Milo avec le Haut-Sénégal et Niger. Quant à Beyla, situé au croisement des routes d'Odienné, de Bofosso et de Guéasso, il est à la fois le chef-lieu d'un cercle, la base de ravitaillement du secteur militaire et un marché très fréquenté par les Diou-las.La traversée du Milo constitue la seule opération importante de la ligne ce qui même pourrait occasionner un retard dans l'ouverture au trafic de celle-ci. On avait prévu pour cette traversée la construction d'un pont comprenant deux travées extrêmes fie 75 mètres et d'une travée centrale de 25 mètres, placée sur un îlot. Cette solution n'envisageait que le seul passage de la voie ferrée sur le fleuve. On a été appelé à examiner s'il ne conviendrait pas île remplacer cet ouvrage par un pont-route supportant. la voie du chemin de fer de manière à assurer en tout temps les relations entre Kankan et la rive droite du Milo. La voie à construire aura, comme les sections précédentes, 1 mètre de largeur et sera constituée par des rails de 25 kilogrammes de 8 mètres de longueur reposant sur 10 traverses. La limite de rampe nette est de 0.08 et le minimum des courbes de 250 mètres. Les gares prévues sont : Kankan .... Km. 0 Sana Km. 33 Bambaradougou . . . Km. 63 La dépense prévue pour la construction des 80 kilomètres de cette première section du Kankan-Beyla a été estimée à 6.000.000 de francs, soit 75.000 francs par kilomètre. Ces chiffres ne comprennent pas la dépense d'établissement du pont sur le Milo. En raison du double intérêt, politique et économique, que présente le prolongement vers la frontière du Libéria du chemin de fer de la Guinée, nous ne doutons pas qu'une grande activité ne soit imprimée aux chantiers dont l'ouverture a été demandée. Informations financières Spies Petroleum Company La production de cette société pendant, la semaine finissant le 22 novembre s'est élevée ù 7203 tonnes, contre 73&t tonnes la semaine antérieure. Le prix du pétrole brut, à Bakou est de 26 1/2 kopelis contre 25 kopeks la semaine passée. Nouvelles de mer MOUVEMENT DES STEAMERS ET DES VOILIERS Holland-Amerika Lijn Le st. Nieuw Amsterdam a quitté Rotterdam le 25 novembre, à destination de New-York. Le st. Ryndam, allant de New-York à Rotterdam, a passé Scilly le 25 courant. Le st. Rotterdam est arrivé à New-York le 24 courant, venant de Rotterdam. Le st. Oosterdyk, allant de Baltimore à Rotterdam, a passé Beachy Head le 25 courant. l.e st. \ eendyk a quitté Rotterdam le 25 courant à destination de Cuba et New-Orleans. l.e st. Sommelsdijk est arrivé à New-York le 24 courant, venant de Rotterdam. Le st. Zyldyk a quitté New-York le 24 courant à destination de Rotterdam. Porto, 23 i ov Parti pi ur Pensacola 20 nov. Arr. de Maasland (st. Au^ust Belmont (s), Buenos-Ayres Newport venant d'Amsterdam. New Orléans, 22 nov Bizerte, 21 nov Parti pour Arrivés de Batjan (s , vmsierdam Kronstad(s\ Clyd venant de Javj Ma y Park (s), Barry Lisbonne, 23 nov. Arr. de Norfolk, 22 nov. Arr. de 22 Leda ts), Cadix 20 Jemtland (s), Galveston Parti pour reparti pour Gothembourg. 23 Gelria (s), Amsterdam Parti pour venant de B -Ayres 22 Jethou (s), Gothembourg Alicante 22 nov. Parti pour Boston, 20 nov. Arr. de Helena (si, Barcelone Augusta ;s), Gèfle Gênes 22 nov. Arr. de Baltimore, 21 nov. Arr. de Atlas (s). Barcelone 20 L. H. Cari (s), Glasgow Port-Saïd. 24 nov. 21 Vedamore (s), Liverpool Parti pour Gudrun (s), Leith Ophir (s), Rotterdam unberton (s), Barry venant de Java. Galveston 21 nov. Arr. de Las Palmas, 20 nov. Arr. de Halizones (s), Liverpool Sardinia (s) Londres New-York, 24 nov. Arr.de St-Vincent (C.-V.), 21 nov. 20 Adriatic (s), Liverpool Arrivé de Mississippi (s), Hav e Kyma s), Montevideo Toro(s), Liverpool Calcutta. 19 nov. Parti pr Nickerie (s), Steenbergen (s). — Indes-Occidentales Colombo 23 nov. Parti pr Tiila (s), Copenhague Rembrandt (s) Java 21 John D. Rockefeller (s), venant d'Amsterdam. Copenhague Rangoon, 22 nov. Arr.de Cameronia (s), Glasgow Jasonls\ Chittagong Delaware;s), Dartnmuth Yokohama, 20 nov. Arr. de 22 Philadelphia (s), Atreus (s). Liverpool Liverpool Brisbans. 19 nov. Parti pr 2\ Rottcdam (s),Rotterdam Houtman (s), B itavia Sommelsdijk (s), » St-Michael's, 23 nov. Montevideo. 23 nov. Arrivé de Parti pour Regin (s), Megrez (s). Rotterdam Rotterdam à Wilmington venant de San Nicolas Parti pour Buenos-Ayres, 20 nov. 22 Valiy (s), New-Orleans Arrivés de venant de Londres. Pagasarri-(s). Manchester Charleston. 21 nov. Arr.de Zeta (s). Tyne Soutra (s), Gothembourg Santos, 20 nov. Parti pr Vaering (s), Copenhague Avesta (s), Stockholm Service du journal maritime « LLOYD ANVERSOIS » Liste des navires se trouvant actuellement dans le port d'Anvers VAPEURS Nom, genre, pavillon et courtier Emnlacein. Almeria, allemand — Tonnelier, N° 54 Andree Rickmers, allemand — Siebert, N° 52 A n verso i se, belge — Manceau, N° 59 Atto, allemand — von Bary, N° 76 Bellona, allemand — Manceau, N° 15 Christine Sell, allemand — De Keyser, Nu 22 Croatia, allemand — Schellen, " N° 53 Délia, allemand — Bodewig. X» 16 Delos, allemand Coinpt. ^Levant, N° 57 Elbing, allemand — Eiffe, 72 Elisabeth Rickmers, allemand — Siebert, N° 52 Erika, allemand — Siebert, N» 5 Feronia, allemand — Manceau, N° 16 Ganelon, allemand — von Bary, H. 19 Hanau,. allenttmd — Eiffe, N» 100 Hermes, allemand — Bodewig, X° 15 Hispania, allemand — D'Haene, N° 5 Huberfels, allemand — Wackerbarth, X" 75 Jade, allemand — Tonnelier, N° 45 Kalliope, allemand — Manceau. X" 16 Kandelfels, allemand — Wackerbarth, X" 75 Lesbos, allemand — Compt. Levant, X" 57 Lipsos, allemand — Compt. Levant, X" 57 Portimao, allemand — Siebert, X° 21 Prazattus, autrichien — Ag. Mar. Marks, X° 43 Senta Fé, allemand — von Bary, X° 59 Schildturm, allemand — WackeiiDarth, X° 59 Sincs, allemand — Siebert, X° 22 Sirius, allemand — Manceau, N° 16 Tamania, allemand — Eiffe, X° 74 Theseus, allemand — Manceau, X° 15 Totmes, allemand — Bulcke. X° 68 Ursula, allemand — De Leeuw, X° 4 Wartburg, allemand — Wackerbarth, X° 101 Zora, hongrois — Millier. N° 43 VOILIERS Nom, genre, pavillon et courtier Emplacem. Comte de Smei de Naeyer, nav.-école belge, N° 53 Marie, barque danoise — Giani, N° 6 Perim, barque allemande — Honigmann, N° 75 Primaverra, sloop néerl. — Giani, N° 27 Thames, goél. angl. — Op de Beeck, X° 31 Vercingétorix, 3-mâts franç. — Kennedy, N° 59 Vindex, goél. angl. — R. Hooper- N° 31 ELEVATEURS N° 1. — Disponible. X° 5. — Disponible. X° 2. — Disponible. X° 6. — Disponible. N° 3. —'Disponible. X° 7. — Disponible. X° 4. — Disponible. N° 8. — Disponible. Badische Actiengesellschaft fuer Rheinschiffahrt und Seetransport Rheinschiffahrt Actien-Gesellschaft vorm. Fendel Bayerische Transport Gesellschaft vorm. Theod. Fuegen G. m. b. H. Nous avons repris le service régulier d'Anvers pour toutes les destinations rhénanes. Actuellement en charge pour Mayence, Gustavsbourg, Mannheim, Ludwigshaven Karlsruhe, Kehl, Strasbourg Igs bateaux ■ VEREINIGUNG 25 VEREINIGUNG 38 VEREINIGUNG 3 FENDEL 51 Pour frets et autres renseignements s'adresser aux bureaux des trois susdites firmes, Quai Ouest du Bassin de Jonction N° 12 LLOYD RHENAN (Société Anonyme de Transports) Services directs et réguliers par V A P E U RS RAPID E S En charge au N° 6 des Bassins : STEAMER " Rhenus N° 33 " pour DUISBURG, COLOGNE, MANNHEIM, STRASBOURG STEAMER " Rhenus N° 36 " pour DUSSELDORF, MULHEIM. GUSTAVSBOURG FRANCFORT [M Pour frets et renseignements s'adresser à l'agence générale RHENUS Transport-Gesellschaft m, b H. Bassin de Jonction (Quai Ouest) No 12 En charge pour : Duisburg-Ruhrort-Dusseldorf-Heerdt-Neuss Bateau " ADMIRA AL „ Départ : MERCREDI 2 DÉCEMBRE et ensuite tous les 8 jours prennent aussi des marchandises en transbordement pour toutes les villes de la Prusse Rhénane et Westphalie Pour frets s'adresser : Deutsch-Belgische-Schifîahrts-Gesellschaft, m. b. H. 24, Quai Jordaens, 24 H. RISTELHUEBER S Nachf. procurez-vous en charge pour LE PLAN _ , . ■ 1 x~\ " 1 1 r DES OUAIS ET BASSINS Ruhrort, Duxsburg, Dusseldort d anvers Koln „peur H. RISTELHUEBER S N.chl- N- 9 DmO[S^... j.j.» „ ,, „ HEERDT & NEUSS «SftBtï f#PSiî?SS allège H. RISTELHUEBER S Nacllf. Il bureau commerce ou agence ^tails Pendant absence de Pour frets s'adresser aux bureaux 50°" ^émTnTrlaonmodestee'xigfe — 32. longue rue du Nord. E'rire S-D 42 ^U. SuiÉi tenta* écrit bien muni mi niwiiwMiBiMMMMffiiiwMiiMiïïwrTïïnHirrir

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires belonging to the category Financieel-economische pers, published in Anvers from 1858 to 1979.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods