Une armée de sans-emploi? Le travail forcé

Une armée de sans-emploi? Le travail forcé

Redactie  his profile picture
Redactie 29 April 2016 250
Au fur et à mesure que la guerre s’éternisait, l’économie allemande manquait de bras. Dans le même temps, l’économie en Belgique occupée était presque à l’arrêt et il y avait énormément de sans-emploi. Le haut commandement allemand jeta son dévolu sur ces sans-emploi belges pour continuer à faire fonctionner son économie de guerre.
 
Au début, les Allemands essayèrent de convaincre la population belge de se porter volontaire en lui promettant un bon salaire et une belle vie, mais peu de volontaires se présentèrent. C’est pourquoi l’occupant réquisitionna les sans-emploi pour le travail forcé dès octobre 1916.
 
Certains réquisitionnés travaillaient dans des usines allemandes, dans l’agriculture ou la sylviculture. D’autres devaient exécuter des travaux lourds près du front. Leur situation était souvent pire : ils faisaient l’objet d’une stricte surveillance militaire et travaillaient souvent à proximité des bombardements alliés.
 
La pénibilité du travail, les mauvaises conditions de vie et le régime carencé firent de nombreuses victimes. Pas seulement pendant, mais aussi après la guerre. De nombreux hommes revinrent épuisés et affaiblis, devenant une proie facile pour la grippe espagnole. D’autres décédèrent de nombreuses années plus tard d’affections chroniques, contractées en raison des privations qu’ils avaient subies dans un camp de travail.