La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie

2613 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1916, 14 Mei. La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie. Geraadpleegd op 19 april 2024, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/1j9765bq93/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Dimanche 14 Mai 1913 A. E* C JOITBl'TAL QUOTIDIEj^ — iL<3 JSTuméro : ÎO Centimes 3m* Année. -N* 54ki LA BELGIQUE PEÎX DES AB031ÏEHEITS 2 mais (mai, juin), fr. 4.63 | | mais (mal), fr, 2.33 tes ÉCE£aiuî«B é^biiaîWîscaî senî reçues EXCLUSIVE*/! EZNT bhs frnlcfccte des tiurc;;six de ros:fe« ADMINISTRATION ET RÉDACTION 03, Moni3.m20-snzs:-IZer'bes-I?otagèra3, S Fi TJ5£ICXsXJS3 SUREAUX I DE 9 à 17 HEURES PRE DES ANNONCES iloa MORESSËE, Directeur ■ Petites annonces . . 1", ; ; lallgno, fr. 0AO Réclame avant les annonces . — *00 Corps du journal . . . . • — 4-00 Faits divers ....... — 8 00 Nécrologie 2-t>0 Aujourd'hui : HZJIT pages. IFgPRT 560° jour de guerrs Do tout le front français, ce n'est que dans la région, do Verdun et principalemiont autour de la hauteur 30»! que des combats sérieux ont été livres oet-te semaine. Depuis deux jours, le secteur de la hautes stratégique si disputée est devaau plus calme. <^uaoi au tru.it anglais, la monotonie des opérations vient d'y être interrompue pur une vive poussée des Allemands près de Huliuoh, en-ire La Bassée et Lo.js. En1 ijRiussie, l'activité dfô y/urtV-lerie est 'continue sur la Devina. et autour d'o D taira bourg, mais l'infanterie S'abstient comme devant de toute initiative sérieuse. A l'au^ tre extrémité du front russe, les Autrichiens signalent en Wolhynie une reprise des hostilités. Sur le front austro-itialieh, bien que la «beige n'entrave plus les opérations que dans les hauts ciléfiles des Alpes, les tieliligérants «e se décident à aucune grande _ entrepose. Lun persistance du duel d'artillerie y cons-iituo coi ce mometnt la seule manifestation <èa leur activité. l^a récente dépêche d'Athènes qui annonçait] l'attaque par les Autrichiens1 des positions italiennes établies- autour de Valona n'a re>;u aucune confirmation jusqu'à jpré-wéat. On en peut conclure que la période lie préparation se prolonge dans le sud de •l'Albanie, en anôme temps qu'elle s'éternise aui nonl de Salon ique, où les adversaires en présence restent intictiis depuis bientôt six mois. Sur le front du Caucase, nous avons «oêsDaté hior que les Turcs, depuis qu'ils onù ra;u des renforts, organisent urne résistance sérieuse et commencent même parfois à çQnhre-attaquer vivement. Bn Perse, sur les couifins de la Mésopotamie, les Russes cherchent à s; avancer dans la direction de Bagdad!. Leurs prefc «nières troupes, qui se trouvent à 1Q0 kilomètres dis cette ville à vol d^oiseaui, se Heurteront sans doute à une résistance opi-iâtaia des Ottomans dans les monts Djèmel--Ïîamrïni, qui barrent la {route dje iB-agdhd «ar une gràndb étendue. Quant aux ttroupcs >5iv"*£r6niér.il Aylmer qui ont combattus diras Sa seoieur de Felahio pour arriver à diébLo-«puer Le général Towusheaiâ, ott n'en a jdus «l\ de nouvelles depuis la capit-i^atuon de Kut-oi-Amara. Les chiens sanitaires Ce n'est que depuis la guerre que le tra-•rail d.u chien sanitaire a éi£ exactement apprécié et qu'ont été admis les principes sur ia base desquels le chien peut avantageusement être utilisé dans les services de l'armée. Les chiens sanitaires, employés par li Allemagne sur les différents front», sont fournis par T Association allemande créée dans ce but en 1893. Lorsque, en l908, le grande . duc Frédéric-Auguste d'Oldenburgi en de.iat le protecteur, l'Association pour le dressage £es chiens sanitaires prit un essort prestigieux. Le jeu et le sport furent sacrifiés un seul et unique but de fournir dies effectifs pratiques aux service» de l'armée. Au début de la guerre, l'autorité militaire ne disposait que de 8 conducteurs de chiens sanitaires. L'insuffisance de, leur nombre ne tarda pas à se faire sentir, et ii y fut paré &i bien que, dès le 15 avril 191*5, il était monté à 1,400. A l'heure qu'il est, 1,600 conducteurs et autant de chiens opèrent sur les différents fronts allemands.Trois sortes de dressages existaient avant i>a guerre : l'aboiement, l'indication au moyen d'un objet et l'indication tout simplement. L'expérience a démontré que ces trois manières n'offraient pas toutes les garanties; elles présentèrent même, en certains cas sérieux, de graves désavantages. L'aboiement, qui constitue le mode de dressage le mieux approprié au chien, ne convient pas ciu tout : il a le grave inconvénient d'attirer l'attention de l'ennemi sur les imités du service sanitaire. L'indication au moyen d'un objet consista en ceci : le chien, ayant trouvé un b'e s*\ se saisit d'un- objet lui appartenant — cas1-quefc&e, baïonnette^ oartoucliière ou autre objet semblable, voire m cane une branche ou une touffe d'herbe — et le rapporte à son conducteur. Il arrive que le chien ne trouve le plus souvent pas d'objet approprié, ou qu'il le perde en route. On a constaté qu'à cet inconvénient s'en ajoutait uu autre, à savoir que le blessé frappait le chien qui s'approchait et cherchait à s'emparer d'un de ses objets. Ce cas s'est présenté souvent en Russie. L'indication sans objet présente un antTe danger. Il arrive que Je chien, lassé de re-clv.-rc'.ieî qui lui semblaient durer trop longtemps, rejoigne son conducteur et se donne l'apparence d'avoir trouvé quelque chose. Un temps précieux alors est perdu en de nouvelles recherches inutiles du conducteur- La guerre, en outre, a imposé d'autres Exigences que celles du dressage en temps te paix, au point do vue du nombre des conducteurs et des chiens. Alors que l'As eociation ava.t à son service des dresseurs de première force, disposait d'un mat-rie: de chiens choisi et inépuisable, et possédait un matériel propre même au dressage d cirque, il a fallu1, la guerre ' venue, trouver ; un dressage qui mît pour ainsi dire chaaue ambulancier ou porteur do civière» à mOuie ;de devenir un habile et capable oonducteu.-de^ chiens,_ un dressage capable de faire un ebien sanitaire de tout chien possédant de-qualités plus ou moins appropriées et souples. l^a méthode fut trouvée, et ele est actuel «enient appliquée. Elle appara't d'une si m pliCito extiraordinaire et sinjçuli.Ve. On au collier du chien, de telje fa?on que la br-te ne puisse le perdre, un objet ayant la forme «un doigt on cuir. Dès qu'il d.ojuvre u^ mess-é, il saisit cet objet — que les Aile . manda appellent „'Sringsel^, ~ entre se.-crocs et 1'apjjorte à son conducteur. Celui ci prend son chien en laisse et se laisse conduire par lui jusau'au lieu où il a découvert le hk^sé , ' ' I I-os conducteurs <îe oîiieais sanitaires, au nomJ>ra do huit, foiiineat une équipe. Le plus âgé a le grade de caporal. A chaque compagnie sanitaire dont, comme on sait, il existe une par division d'armée, est attachée une de ces équipes. L'expérience a prouvé que cette subdivision était la meilleure. Exceptionnellement, et en des situations tout à fait spéciales, comme fut par exemp'e la marche forcée à travers la Serbie, les con-duotours d'o chiens sanitaires ont leur place assignéq immédiatement derrière les premières colonnes qui piennont l'offensive. La plupart du "temps, les conducteurs sont des vétérans que ne rebute aucune fatigue. Maintes fois ils ont trouvé l'occasion de se mettre avantageusement en vedette, notamment daiîa les batailles- contre les Serbes, oi aussi, en ce moment môme, dans les combats autour de "Verdun. C'est l'Association allemande pour chiens sanitaires* qui se charge de l'équipement des conducteurs et des chiens. ILs bout d'aboaxi envoyés au dépôt militaire à Fangschleuse lez-Berlin; ceux qui sont destinés au Iront do l'Ouest sont do là dirigés sur le dépôt spécial — une vieille forteresse aménagé© à cet cïfet — à liocroi, tout proche la *ïon>-tière franco-belge. I^a contrée, d'aspect satt->'age, est couverte do buissons, de» bruyère, rh taillis, de marécages, de roseaux, et présente une accumulation d'accidents de terrain de toute sorte, que le conducteur et le chiei no rencontrent que rarement sur le chani]) de bataille. L'emplacement en es; d me tout à fait approprié à un complément de dîre^sa^e organisé d'après les principes ■es plus sévères- — J'ai vu à l'coiîvre, dit) 3V. Scheuer-mann, des chiens dont le dressage fut) complété en quinze jours, au point de n'avoir plus la moindre défaillance, et dp r-âpondire à la perfection à tous les désirs de Lurs conducteurs. Au point do vue des races, c'est le chien berger allemand qui entre en première i-gnç de compte. Après lui vient Le „liuttjVveiLer", pour autant qu'on puisse encore le trouver-Bon nombre de chiens „Dobermanu" sont également employés, et occasionnellement on accepte le terrier „Airedale''. Eâi raison des principes de leur dressage, qui sont totalement différente les cliiens (policiers, chez lesquels la d. fiance est inculquée artificiellement, sont impropres au service sanitaire.Le chien traite les morts récents comme des blessés. Il fait trùs nettement la distinction entre les soldats des différences nations. Les. compagnies sanitaires se fournissent en hommes et ea chiens à Itocroi, pour reconstituer leurs effectifs, car les deux catégories — hommes et chiens — ont eu d'-s morts et des blessés. Aussi bien au fron; qu'au dépôt de Rocrc.i, les conducteurs et les chiens s'exercent journellement : il es; d'ailleurs d'une nécessité primordliale qr.e le chiou s'habitue au feu du front. Le chef du service sanitaire de campagne reçoit régulièrement, chaquo mois, des l'apport s concernant l'emploi des chiens, leurs exercices et leur3 expériences récentcsf, et les communique à l'Association. Le bon résultat dépend tout d'abord) et surtout du conducteur. Évidemment, dans la guerre de tranchées, l'emploi des chiens sanitaires est très limité, mais dans les marches ont avant, surtout dans les contrées marécageuses des champs de bataille russes, en Serbie et dans les forets épaisses autour de Verdun, les chiens sont d'un secours précieux pour l'armée. La nuit, notamrr.e ;t, et dans les sous-bois, les sens affinés de l'animal se supcrfr'DSsnt avantageusement à l'e?T;.<rife et A la clairvoyance humaine et, pour ainsi dire, les perfectionnent. DAMS LES BALKANS Athènes1, 11 mai : La de-rndère note de l'Entente a été trene-mise aui gouvernement gi-ec mardîi dieimer. Athènes, 13 mai : Le journal jjllesiperini}'', dont un collaborateur a étS reçu en audience par le roi Constantin, publie un artide qui (léclire expressément que la politique du Roi, justifiée entièrement par les événements, continuera à £tro suivie. Jxi Roi est fermement résolu à ne céder ni à une pression vet-nant de 'l'étranger ni aux troubles qui pourraient se produire à 1 inîrjrieur. I/a souverain es»ii toujours décidé à maintenir la neutralité de la Grèce; toutefois, si la situation générale lui démontrait que rentrée en guerre serait utile aux intérêts du pays, il n'hési^eraiù pas à tâicr l'épéa. A'-thènes, 11 mai : On mande de Salonique qu^une division française s'est dirigée vers Lowa-Te^e. au aord'-es^i de Doiran, et a exigjé que la faible garnison grecque évacuât) celte place. Le commandant grec ayant rc-fusé de ee rei-rer, les Français l'ont menacé de recourir à la i'oroo. En présence , cle cette menace, ïes Grecs ont finalement cédé. D'owa-Tepe, qua esi;_ un ancien fort-, avait !;té, en raison de son importance stratégique, cécemment remis en, état de défense par les Grecs^ Athènes, 11 mai : La crise qu'avaient amenée les exigea:ces les puissances de l'Entente quant au trans port des troupes serbes par les chemins de er grecs est terminée. La politique éncr.;i-]u.o du gouvernement hellénique a donc ét5 couronnée d'un plein succès. Milan, 12 mai : Le correspondant spécial à A thèmes du ,Corriere délia Sera" annonce ce qui suit : — Après avoir, conformément aux: r&gîes ^dictées par la Constitution grecque, divisé o nord de l'Epire en deux départements : 'elui de Goritza et. celui d^ Argvrokastro, le roi de Grèce vient de nommer les gouver îeurs de ces districts. Ainsi est, achevée Tin-îorporaiion administrative de la i*égioa du iord de l'Epire à la Grèee. Athènes, 11 mai . La Chambre re;ire).u71ra ses' travaux le 5. mai. I.e gouvernement lui soume'lra le )uxlge!-. do 19,US. Athènes, 13 mai , L'amirnl Gardale, chef de la mission na-•ale anglaise, rappelé par son gouveme-nenfc, sssa remplacé jiar le vioe-amiral Kbr- ; ma-n^Palmier^ qui arrivera incessamment & Athènes. Bucarest, -.13 mai : I.e journal „MinCrva" annonce qu€) les délégués envoyés en Russie par le gouvernement roumain pour conclure divers marches1 commerciaux sont rentrés sans avoir pu accomplir leur missiaa. DÊPÊCHESJ)1VESSES JjonjdrOs, 12 mai : La discussion d!u projet de (loi sur le service obligatoire s'est terminée sans in-cklejits à la CCaambre des communes. Le projet aura force d'e loi a partr de la semaine prochaine. * « 0 Londres, 11 mai : Ijg „Times-' écrit : " — En co miome it, la question primcr.Itale agitée au Parlement est la question irlandaise. Les deux groupes nationalistes sont tris inquiets, et le Parlement se montre nerveux. Les rOceixs événements pour-raienï bier» amener une moUiiication dtins , la situation pai-lementaire ; les ptu-tis irlan-dbis, en effet, sont appelés à y jouer un rôle do plus' en plus important.. » * * Londres, 11 mai : A la Chambre des communes!, M. Pillons député nationaliste a at'ii-é, l'at^tention du Parlement sur La question des exécutions en Irlande. Il a demandé au gouvernement que; ces exécutions soient interrompues, et qu'à l'avenir les audiences des tribunauix soient publiques, et ce, afin de mettre fin a 1 afâ-fcudfl singulière prise par les autorités militaires.M._ Asqu'th a répondu en rappelant les méfaits inexcusables commis sans provocation par les rebelles! sur des soldats^ et môme sur des civils. Treize cent quinze personnes ont été blessées, dont, à l'heure actuelle, sont moites des suites de leurs blessures. M. Asquith a ajouté que dou? signataires du manifeste révolutionnaire se-ront encore fusillés. Après ce dernier aite de rigueur, il n'y aura plus, a fait sous-entenuro le ministre, d exécutions, et Le g-ou. verneeneut traitera avec douceur la grande masse dos robelies. Slads il a insisté encore sur l'état de choses exceptionnel qui existe actuellement en Irlande. Au milieu des approbations 1 o3 plus vives, M. Asquith a annoncé sari imention de partir immédiatement pour 1 Irlande af in d'y négKKÛer, avec les autorités niiiitaii^is <•' civiles eb d'arrivei- ainsi à régi r la sil'nùr tion de manière à donner à l'avenir pieiau satisfaction aux partis irlandais. * ♦ ♦ Ixmdres, 12 mai : Le „Daily Mail" apprend que le procès intenté à sir Roger Casement commencera lurfdi prochain à Lonrlxesi devant le tribunal de Bow Street. L'audience eera présidée p:ir M. John llickingson ; M- Bodkin occupera le siège du ministère publio. « * * Dublin, 12 mai : M. Asquith est arrivé samedi matin à Dublin, où il a longuement conféré avec le général Maxwell. On attend avec impatience ' les résultats de sa mission. M. Asquith rentrera probablement au commencement de la semaine prochaine a Londres. * * * Londres, 12 mai : M. James Conciolly et un aitfre Irlandais, tous deux signataires du manifesta du gouvernement) provisoire do Dublin, ont été condamnés vendredi matin par la Coui martiale et passés par les armes. « * * Londres, 12 mai : Un conseil des ministres extraordinaire, qui s'est tenu sous la présidence du Roi, s'est occupé do la situation en Irlande» 11 a été décidé de maintenir, pour toute la durée de la guerre, l'état de siège général, actuellement on Vigueur, et la juridiction . des conseils de guerre dans tous les districts. Les garnisons actuelles eeront considérablement renforcées; les districts qui étaient dépourvus de garnisons jusqu'à présent) ea recevront. * <* » Londres, 11 mai : ESa Irlande, à MiîMleton et à "We^ord, rîe nou'veaucsi troubles sd sont produit?, mais ils son* restas locau>v% La maison commujnale de Middieton a été ocoupé® par 1 un certain nombro de mécontents. « « Londi^, 13 mat : ' Le „Daily TelegTaph'1 annonce qua le -gouvernement a décidé de créer, sous -le ' contrôle du Parlement!, un département d'à- \ viation, dont lord Curzon serait le clici. » * * Pétrograd, 12 mai : La ,,Novo':'e Vréraua" apprend die Londrc. f que cie nouvelles rencontres' violentes enlro ; les tiro'u^es augiaises et les rebelles persans | ont eu lieu près de Bouchir, sur le goife Pcrsique. Les Anglais s'-étaient i-et^ar.chés à Bouohir, tandis que les rebeîLas faisaient le siège de cette place. Un détachement) an- ~ glai«, composé d'un bataillon d'intantorie et d'un régiment de troupes hindoues', a faii J une sortie la semaine pas3»'é et a alt^annu les rebelles persans fortement retranchés. r.l n-'a pas forcé leurs i>ositions et a d'à so ( retijXT sans avoir obtenu do résultat. . * * t Londres, 12 mai : Le „ Daily Mail" propose de suivre l'exemple de l'Alienmgne et d'introduire la i carte de lait en Angleterre, pour resfcrein- [ cire la consommation de ce produit et la j réserver aux petits enfants. ♦ * « 1 Berlin, 12 mai : ( M. Dglbruck, secrétaire d'Etat de î'intA- } rieur, ee voit obligé de .prendre sa retaai\» c pour cause do santé. Son successeur, croit- r :)n, sera Iq comte von R<x?dern, se^rétairo l l'Etat pour l'Alsace-Lorraine. On cita en- . ç iore les noms d'autres personnalités-; toute- i 'oisi, jusqu'à présent, aucune décision; n'a c 5té prise. s * * • Munster, 12 mai : 5 Deux des ballons captifs français arrhes i îe leurs câbles, le G mai, par la tempête, e sont descendus en Westphalie, près de Wa- c :cndorf • l'un., à _Wçstkirchen, l'autra à Ma- ç ;iH2lX(»l^ £ Berlin, 12 mai : Le „Moniteur de l'Empire'* publie un avis interdisant l'importation de tous ol>j_is qui ne sont pas absolument indispensables. ♦ Berlin, 13 mai : Une des commissions du R.ciohstag a adopté, à l'unanimité, une proposition du gouvernement fixant à 65 au lieu de 7$ ans l'âge de l'entrée en jouissance des drivers avantages accordés par les assurances sociales.♦ • • Pans, 13 mai : D'après l',,Echo de Paris", le général Orbiliani, chargé d'une mission- spéciale par Le Tsar, vient d'arriver au camp de îdailly. « Pans, 12 mal : Plusieurs municipalités de la banlieue parisienne, dit le ,,Matin", ont déj\ demandé aux propriétaires do terrains incultes de les autoriser à les mettre à La disposition do familles nombreuses et pauvres disposées! à les cultiver. Troyea, Lons-'e-Saulnikn ont pris des initiatives analogues. A Dieppe, M. Ilopert, faisant fonctions de maire, vient de décider de transformer en jardins maraîchers deux hectares-' de t Trains qui appartiennent à la ville et d'y plant r des pommes de terre à gros rendement pour ~n. faire bénéficier la population) ouvrière. L'ajîministration des hospices a également décidé de. transformer ainsi une partie de ses jan.lins. A Reims, après entente avec les propriétaires do terrains en friche, la municipalité vient de décider de mettre gratuitement à la disposition des familles rémoises un certain nombre do terrains propres à la culture potagère. Rekns s'efforça ainsi dT échapper, clans une certaine mesure, à l'exploitation les oxercantis du front. » * * Toulon, 13 mai : A Saint-Tropez, un grandi incendie a teinté dans un établissement industriel ; 2-,500 balles de marchandises1 sont devenues la proie des flammes. Le fou s'esifc étendu lux chantiers navals, où trois navires à rno'.eir ont été détruits. Il n'y a pas ou do victimes, mais les dégâts matériels soni rès importants. * n ♦ Turin, 12 mai : On télégraphie de Rome à la ,,Stnmpa" pue le voyage de M. Salandra à 1.ordres aurait dû avoir lieu dans la seconde mm-tié de mai, mai3 qu'il a été ajourné jusqu'à la fin de la courte session du Parlement italien, qui commencera le 6 Jjuin. Les motifs de cet ajournement seraient très clairs, dit la ^Stampa"; des pro-I>lèmer5 difficiles accapare} it pour lo moment en Angleterre toute l'attention et toutes les ' préoccupations du gouVemèmeut. La visite à Londres aurait été, par conséquent, ajournée jusqu'à la fin de juin, suivant un accord entre les deux gouvernements. * <• <» Milan, 12 mai : M. Salandra a prononcé un discours à Brescda. Il y a dit entre autres choses : — Nous devons vaincre. 11 est exact) que, ïans cette guerre, nous avons mis notre 3xistenco en jeu. Il- est vrai aussi que ceux lui ont .décidé la guerre, non pas -de leur propre initiative, mais sous la pression d-/opinion publique, sont t>;:rtarés y^sr d'il, r-rioîos craintes. Il est enfin vrai que plus îous consultons notre conscience, plus nous sommes comvaincus d'avoir tout fait pour sauvegarder l'honneur du &ys. N'orJs no pouvions pas rester- alliés à des peuples auxquels on va imposer une nouvelle h;?> loire, mais nous devions nous ranger aux îôtés d>s peuples qui von§ diànger l'his-oire."Lo service sanitaire d'una armés Voulez-vous vous former une idée approximative de ce que cenlporte lo service sanitaire d'une grande armée ? Les données suivantes, puisées dans un discours pro ioncé au Congrus médical siégeant) actuel-.ement à Varsovie, pourront vous docu-nenter à cet égard. Plus de 21,000 médecins sont au service le Parm/e aHsmande, dont deux tie.s au ront et l'autre tiers au pays même. 3,000 nédecins sont attachés à la Croix-llouge. L'armée compte on outie 400 médecins c'eiu-■istes, 1,S:>0 pharmaciens 'et 92,'XO infirmiers, infirmières et garde-malades. Autan* le |>3rsionne3 qu'il eu faut pour lormer une irméeîi Mais ce n'est pas t n;t. Il ne s'agit à quo du front. En Allemagne et dansée lu'on appelle les régions des étapes, 9-4:X0<> personnes se dévouent libro'uenb aux soins îc-s blessés, Parmi ce nombre, on compte->,S00 soeurs dG charitS dont, au Congrès de Varsovie, on a vanté chaleurèusemeni, la xjnté, la douceur et l'esprit de bacriace. Plus de 15,000 automobiles et vo:t.;res l'ambulance spécialement construites et <. îga. îisées sont affectées au transport' d.-s ma. ados et des blessés, faisant la navette en-re la ligne de combat et les lazarets, ans compter 23S trahis-hôpitaux allant et "enàntl du front, à la mère prutrio.1 Les in- ' taxations do stérilisation de l'eau et de ' désinfection se chi.fi-ent par dizaines de mil-iérsij «a-uxquislles il conviens d'ajouter les pparedls Roentgen payons X) so comptant ' >ar centaines et- centaines. La propreté étant un des grands facteurs e l'hygiène, lesl services de lessivage, blan-hlssage et nettoyage do tous genre sont 'ofctjet d'une attention toute particulière, vien que dans la région des étapes, vingt- : ix grandes . blanchisseries à vapeur fonctionnent jour et nuit. Des appareils sp& iaux ont) été mii.3 au service des troupes i Dgées dans les tranchées. Le long des frontières de l'Est comme da 'Ouest^ 13 immensjs usines do désinfection nt été " construise®, par lesquelles peuvent asser jouincllement le fourniment complet : e 100,000 soldats.- L'organisation et l'importance du- service de dégraissage sont ■une étendue à faire rêver. C'est* le seul . ui, en dernière analyse, ne ooûto rim : ! est même rémunérateur. Un régiment de hitoistî!» a l'occasion ici de faire valoir es talents. . Pour finir, charpie, bandes, ouate, toil> ornmée, gaaci, sparadrap, talo, to-ubcs glosés ndis!}jen.sa'bles au traitement! desv blessures, n plus des vaporisateurs et instruments hî-i'argiicaujx? de tpuies espèces^ s)onfc trana-ortés constamment sur rail au moyen d'un îilliar do voitures ambiekjicièrep. COMMUNIQUÉS OFFICIELS Communiqués des Puissances centrales. Berlin', 13 mai. — Officiel de ce jmidà : Théâtre de la guerre à l'Ouest. Dans la région comprise entre l'Argonne et la Meuse, il y a eu, par endroits, de vifs combats à la grenade. I-es tentatives de l'ennemi de gagner du terrain dans les bois d'Avoccurt ai do M'alancourt, ont) été déjouées. Une attaque nocturne tentée par l'ennemi au sud-ouest - du „Mort>-licmme; est venue expirer sous le feu do notre infanterie.Sur la rive orientale do la Meuse, les Français ont essuyé des pertes considérables à la suite d une attaque avortée, près de la carrière à l'ouest du bois d'Albain. Au-dessus du bois de (Bourguignon (au sud-ouest do Ko on), un aviateur allemand a abattu un biplan ennemi. Au sud-est d'Ar-mentières, le 11 mai, un avion anglais a été descendu e1) détruit par le feu de notre défense spéciale. Théâtre de la guerre à l'Est. ' ' Au nord do La gare de Selbourg, une attaque tentée par les Russes contre les tranchées que nous leur avons enlevées l'autre jour, a été, dos _ lo début, écras e par le feu do notre artillerie. Plus de cent Russes ont été faits prisonniers. Dans les Balkans. Rien de particulier » Tienne, 13 mai. — Officiri d'hier :• i Front russe. Sur notre front de Volhynie, l'activité reste intense, l'as d'événements parûouliers. Front italien. Les luttes d'artillerie continuent-, plus ou moins violentes. ÎS:ous avons repoussé deux attaques de l'ennemi contre lo Mrzli Yrh. Front du Sud-Est.. Le calme règne. Rien de changé. * * « Vienne, 13 mai. — Officiel de ce imdi : Fronts russe et du Sud-Est. Aucun changement. Front italien. Sur le versant nord du monte San Michèle, nos troupes ont repoussé plusieurs attaques; les Italiens ont subi de lourdes pertes» Pas d'autres événements nciable^-. « Constant i noplo, 13 mai. — Officiel du quartier général : Sur le front de l'Irak, pas de changement.Sur le front du Caucase, l'ennemir qui vient d'Ctre repoussé dans le secteur sud, sur lo Tschorok, a pu on rayer sa rearaite en partie à 6 ou 8 kilomètres de distance à l'est dis ses anciennes positions. Hier, il a tenté, avec doux bataillons, une contre-attaque à son aile droite, on vue de reconquérir ses positions premières, mais il a <?.(.é repoussé et a -subi dos pertes graves. Aucune opération d'importance dans les autres secteurs du front. Un contre-torpilleur ennemi, qui croisait, le 11 mai, devant la câ.e do l'Ile deKeus-teo, a dû s'éloigner sous le feu de notre artillerie. Dans les autres parties do nos fronts, aucun événement important. Communiqués des armées alliées Paris, 12 mai. — Officiel de 3 heures : Sur la rive gauche de la -Meuse, intense activité die l'artillerie sur le secteur du bois i'"'Avooourt. Au Mort-Homme, l'ennemi) a tenté vainement, au cours de ia nuit, de nous déloger des positions conquises le 10 mai sur 'les pentes ouest. Doux attaques successives ont été repoussées par nos feux. Sur la rive droite, bombardemcsit de la région Douaumont-Vaux. « * * Paris, 12 mai. — Officiel de 11 heures : Sur la rive gaucho do la Meuse, des combats partiels engagés au cours do la journée nous ont permis d'élargir sensiblement nos positions au sud-est d'Haucourt. Bombardement assez vif de la région lo Mort-IIommo- Cumières. Sur la -rive droite, bombardement violent do nos premières at deuxièmes lignes entre le bois d'Ilaudromont et Vaux. Une attaque ennemie, clirigéta contre nos tranchées au sud-est du fort de Douaumontt, a été complètement repousséo. Sur le reste du front, actions d'artillerie parv. entièrement vives en Champagne et dans les Vosges. « * « Londres, 12 mai. •— Officiel du quartier yém'rnl britanniojue : Api\« un violent bombardement, l'ennemi i réussi hier soir à nous enlever, au nord!-^sfc db Vomie*'les, 500 yards de nos tranchées les plus avancées. 'Pendant la nuit, îous en avons repris une partie par une îont're-attaque. Aujourd'hui, il n'y a pas* îu de nouveaux combats d'iuf.m'.erie dans sotte région. L'activité de l'artillerie a été gTande. s^ous avons bombardé les positions ,ennG-nies établies vis-à-vis de Cuinaiy. Pour 1e r- s:e, l'artillerie a été peu active les deux côtés. * ♦ * Rome, 12 mai. — Officiel du grand quartier général : Sur la frontière du Trentin, les duels l'artillerie ont été plus violents dans la sono du col di La-na. Dans le bassin de Plezzo, l'ennemi a èuté hier deux attaques contre nos nou-'elles positions smr le Cuk'a; il a été 'haquo fois arrêté immédiatement et repoussé i>àr notre fusillade et notre canonnade.Sur le Ka.r'sb, combats de mines. L'emVemi s'est do nouveau servi de liquides brûlants sans causer de dégâts. * » « Pétrograd, 12 mai. — Officiel du gtand itat-major général : Dans la région de Jakobstad't et ùi ")\?ins!r, au sud-ouest du lac do_ Narocz et >ans la région do Baranovr^techii l'ennemi a unrigé un yioienç teu a'aruiieaie sur piuw sieurs secteurs. A l'ouest di'Olyka, nous avons repoussé une tentative entreprise par d importantes forces ennemies dans le but d'approcher de nos tranchées. Sur la Strypa, à l'est de Podgai'.si, un ballon captif a-lleniand s'est détaché eu e«t venu tomber derrière nos lignes près d'e îlussatine. Dépêches Diverses Bcrlfni) 12 mai : S. E. le baron G e ver s, ministre des Pays-Bas à Berlin, a déclaré à un rédacteur djo la „>iational Zeit-ung" qu'il so renw drait prochainement à La Haye, ma'.s- <jjJO son voyage n'avait aucun but p;.Inique. 11 a autorisé le journaliste à déciaier eu son nom quo les relations du gouvernement impérial aliomand avec le sien souû absolument- amicales et même cordiales. D'apivs les dexnière» nouvelles qu'ii a i^uei (,'e iloilaiide, l'o{xinion publique ecraij devenue plus favorable à L'Allemagne. Le ministre a déclaré en terminant qu'il n'existait- aucun différend entre l^a gouver-nementsi allemand et néerhuidais sur ia question du ,,, rubanua". « * Amsterdam, 13 mai : Dans le courant du mois d'avril, 90 xai, nés, dont 5q anglaises, 3 françaises, 13 allemandes eî3 24 d'origine inconnue, ont échoué à l.i côté néerlandaise. Depuis ledéu but de la guerre, 1,014 mines ont échoué, dont 535 anglaises, 6] françaises, j93 allemandes et 225 d^origine inconnue. * « * La Haye, 12 mai : Le département do la guerre hollandais fait savoir que l'on projette pour la mois de juin un nouveau règlement de la question des congés pour la milice moul isée. De nouveau, on lui accorderait périodinuo-nunt des congés. La lerritoriale de la classe 1915 ne sera pas renvoyée le 1er juin, mais au plus tard lo 10 juin. 0 * 4 Copenhague, 13 mai : Los journaux prétendent que îef* ([*>urpor-îers entamés au sujet des derniers cas de saisis de courriers postaux danois ont ou pour résultat d'amener l'Angleterre à promettre de no plus ouvrir les lettres destinées à l'Islande. Par contre, l'Angleterre refuse do' ki.-e des concessions en ce qui concerne la pesto Scandinave destinée à l'Amérique, il est vraisemblable que le Danemark, la Suè<lo et la Norvèg-o protesteront en commun pour abréger, dans la mesure du posaibie, les retards que les courriers subissent en Ai> gleterre. •i» * « Stockholm:, 13 mai : Par décret gouvernemental, l'horaire d'été a été établi on Suède du 15 mai au ^ septembre prochain. ♦ * » Pétrograd, 12 mai : ( M. Bilbassow, chambellan et directeur du Comité russe Tatiana, qui est pl.ioé sous Le patronage de la fille aînée du Tsar, a commis d'énormes détournements et a été arrête apr.'s une perquisition pratiquée à son domicile. « " « Piitrograd, 12 mai : Uno des banques tes plus importantes de Pétrograd a l'intention d'histalLor une filiale à Stockholm. • Ki « Berne, 11 mai : Lo Censeil fédéral a avisé tous les marchanda de métaux de ce qu'ils ne pouvant plus disposer des *tooks existants. 0 ♦ « New-York, 13 mai : Dans les milieux officiel* de Washington, on n'attend pas de réponse à la derniers note américaine- On espère mémo qu'il ea sera ainsi; de cette façon, tout sera"terminé ofc le calme renaîtra. ^ ^ New-York, 11 mai : I-es Associations nationales irlandaises constituées aux Etats-Unis ont ouvert dc3 souscriptions en faveur des victimes de la révolte ii landaise.- o _ • • PariSv, 12 mai : On mande de Washington au „Petit parisien" : — Les sujets américains ont été invités à quitter immédiatement le Mexique. Le général Persbing a reçu ordre do s'appi>ocher de la frontière et de diminuer ses lignes de communication." D'autre part, un télégramme envoyé de New-Yorfc au „Petit Parisien" signale que les affaires mexicaines semblent prendre une tournure plus favorable. En effet, une entente est sur le point de se conclure avec le général Carranza en vue d'unir les efforts des Mexicains et des Américains contre les raids des bandits. ♦ *5 * Washington, 13 mai : Lo général Scott déclare que la tont/V^ve de conclure un accord avec le général Obre* gor. a échoué. Il est vraisemblable que des négociations s'entameront entre les E-tw-ts-Unis et lo général Carranza pour rosier la question des frontières mexicaines. ♦ ♦ ♦ Stockholm, 12 mai : Le colonel Wes^ldahl, qui vient de rentrer de Perso, déclare qu'en réalivi la Perse était au pouvoir des Russes. Ilsji'ont f^as occupé Téhéran, mais bien tout le pays jusqu'aux environs du golfe 'Pcrsinnfc, cri commence la sphère d'influence anj:laise..l>a plupart des officiers suédois se trouvent i* Bagdad; quelques-uns ont sans douce étâ arrêtés à Shiraz. • • * Pékin, 13 maa : Par suite du manque de numéraire, Î6 gouvernement a décrété un moratoire dont bénéficieront non seulement les partjlcuïiers, mais encore Sous ksî établisse-menta finan-GÎCI'S. -

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie behorende tot de categorie Gecensureerde pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes