La Belgique maritime et coloniale

757 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1914, 07 Maart. La Belgique maritime et coloniale. Geraadpleegd op 02 februari 2023, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/cr5n87671j/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

LA BELGIQUE MARITIME ET COLONIALE Au point de vue topographique, le projet de Sir Ernest Shackleton semble devoir éclipser l'œuvre accomplie par le Dr Maws-on. Si nous jetons les yeux sur la carte de la calotte polaire, nous voyons qu'elle se trouve profondément entaillée, d'une part, par la mer de Weddell et, d'autre part, par la mer de Ross. La traversée du continent ne peut donc s'effectuer que d'une mer à l'autre, en passant par le pôle. Cet itinéraire couvre environ 1,400 milles, le pôle se trouvant à peu près à mi-chemin. C'est, malheureusement, un endroit peu propice pour se reposer ou pour se ravitailler. Jusqu'à présent, tous les itinéraires parcourus par Scott, Shackleton et Amundsen partaient du fond de la mer de Ross. Tous ces voyages s'accomplirent aller et retour, l'expédition déposant à l'aller les dépôts de vivres nécessaires à son ravitaillement, et s'allégeant d'autant.Le parcours que Shackleton compte accomplir (on ne sait encore au juste si l'expédition s'effectuera cette année ou l'année prochaine) n'est donc pas plus long que celui que suivirent ses prédécesseurs, mais il présente une double difficulté, un double danger. La moitié du trajet s'effectuera en terre inconnue, et sera vraisemblablement beaucoup plus difficile que les routes parcourues par Scott et Amundsen. (Il est même probable que les explorateurs devront franchir le prolongement de la chaîne de montagnes qui aboutit à la Terre de Graham). Shackleton sera contraint également d'emporter avec lui une quantité de provisions beaucoup plus considérable que ses prédécesseurs, car il ne pourra compter sur la série de dépôts préparés pour lui, sur la route du retour, les expéditions chargées de les établir pouvant échouer. L'explorateur compte beaucoup, pour vaincre ces difficultés, sur les nouveaux traîneaux-aéroplanes qui font merveille dans l'Alaska. Le moteur-aéroplane allège, paraît-il, le poids du traineau, et ce mode de transport peut s'adapter à une région des plus accidentée. Reste à savoir comment ce nouveau mode de transport, qui n'a pas encore fourni ses preuves dans l'Antarctide, se comportera sur la surface accidentée des glaciers de l'intérieur. Il est vrai que « Sir Ernest » a tout prévu et compte emmener Un grand nombre de chiens, au cas où ses nouveaux traîneaux ne répondraient pas à ce qu'il en attend. Il espère se trouver au pôle en temps utile pour ne pas être forcé d'emprunter une des routes connues vers la mer dé Ross et pour couvrir un nouvel itinéraire d'un bout à l'autre de son audacieux voyage. 3 a r\ Shackleton a fait ses preuves, et il est connu comme un chef fort prudent. La prochaine expédition anglaise ne pourrait être en de meilleures mains. Emile Cammaerts. Le budget extraordinaire Le rapport de M. Verhae&en Les travaux hydrauliques Le rapport de M. Verhaegien sur le budget des recettes iet des dépenses extraordinaires vient d'être idis^ribué aux membres dje la Chambre. 1 Il est jaccompagné des questions posées par la isection centrale au ministre, et des réponses de il'administration. Nous reproduisons ci-après ce qui est relatif aux jtravaux hydrauliques : Les canaux brabançons Question. —- Où en sont les études de la commission instituée par arrêté royal du 12 juin 1911„ en vue de s'occuper des canaux brabançons et limbourgeois ? Réponse. — La sous-commission technique constituée au sein de cette commission a terminé ses travaux. La sous-commission économique étudie la question des voies et moyens. Le canal de jonction de la Campine Question. — Un membre appelle l'attention sur l'urgence qu'il y a de terminer enfin les travaux d'élargissieimeint du canal de jonction de la Campitnie. J1 reste;, ajoute-t-il, à modifier deux ponts tournants qui forment barrage et rendent les grands travaux improductifs. La (section icentrale iprie JVI. le'ministre de l'Agriculture et des Travaux publics de vouloir bien lui faire connaître à quelle époque les travaux susdits seront terminés. Réponse. — Je présume que la question vise le remplacement des ponts tournants du canal d'embranchement vers Turnhout, don-t la passe navigable ne (mesure que 51150 de largeur. Les études relatives . à ces améliorations sont en cours et seront terminées prochainement. La IVIeuse en aval de Liège Question. — Il est projeté pour 3,832,807 fr. de travaux en vue de l'amélioration de la navigation et du régime des crues de la Meuse. Saisie par le bureau de la Chambre des pétitions des collèges échevinauc de Bresso-ux, Che-ratt-q, Haccourt, Hermalle, Wandre et Jupille, commur ;s situées le long de la Meuse, à l'aval de Liège, la section centrale a été invitée par plusieurs de ses membres à insister fortement près de M. le ministre de l'Agriculture et des Travaux publics pour que les travaux, promis depuis longtemps à l'aval de Liège, soient enfin mis à exécution. ' A ce propos, elle adresse à M. le ministre de l'Agriculture et de3 Travaux publics les questions sud vantes : i° Les plans' des travaux à exécuter à la Meuse, à l'aval de Liège, sont-ils assez avancés pour que ces travaux puissent être entamés et vigoureusement poussés en 1914? 20 La construction des écluses de Jemeppe et de Chokier est-elle comprise dans les travaux projetés pour 1914? 30 Quelle est la part du crédit proposé de 3,832,807 francs que M. le ministre a prévue pour les travaux à exécuter à la Meuse à l'aval de Liège, en 19-14? Réponse. - Les expropriations pour les travaux à l'aval de Liège sont poursuivies avec toute l'activité possible. Les études relatives aux améliorations du fleuve sont assez avancées pour permettre d'annoncer prochainement la mise en adjudication d'une première entreprise se rapportant à la normalisation du coude de Jupille, à moins que des difficul- ?.. r tés imprévues à l'heure actuelle ne surgissent avec des propriétaires- de parcelles à acquérir. Le crédit proposé permettra de continuer ou d'achever les travaux d'amélioration en. cours (écluse de Sclayn, endigu-ement de Seraing) et de commencer la construction des nouvelles écluses de Jemeppe et de Chokier. La majeure partie des dépenses prévues en 1914 s-e rapporte aux travaux à l'aval de Liège. La canalisation de la Dyle Question. — Un crédit est-il prévu en vue de la canalisation de la Dyle en aval de Malines ? Réponse. — Une somme de 200,000 francs est prévue au projet de budget extraordinaire de 1914 en vue, notamment, de l'amélioration de la Dyle ■en aval de Malines. Cette somme, ajoutée au reliquat que présente le crédit de 450,000 francs, inscrit pour le même objet au budget extraordinaire de_ 1912, : permettra de faire face aux dépenses a effectuer à cette fin jusqu'au 31 décembre 1914. Le port de La Panne Question. — Les expropriations à faire en vue de la construction du port de pêche de La Panne sont en ce moment déférées à la justice. Le gouvernement dispose donc du crédit nécessaires' pour solder ces expropriations ? Réponse. — En vertu de l'article 7, 4°, de la loi du 7 août 191 1, -contenant le budget des recettes et des dépenses extraordinaires pour l'exercice 19-11, le gouvernement est autorisé à imputer sur la somme prévue au poste 4 de l'annexe V, visée à l'article 4 de l'acte additionnel au traité de cession de l'Etat Indépendant du Congo à la Belgique, créant un fonds spécial de 45,500,000 francs, -une somme de 6 millions à affecter à la construction d'un port de pêche à La Panne. Le gouvernement dispose donc du crédit néres-saire pour solder les expropriations à faire en vue de la construction du dit port. Le canal Anvers-Liége Question. - Le port d'Anvers- se trouve dans une situation inférieure à -celle du port de Rotterdam au point de vue des transports pondéreux par -eau vers le bassin de Liège, et -cela bien que la distance de Rotterdam à Liège soit a peu près double de -celle d'Anvers à Liège. Aussi, en 19-12, M. le ministre de l'Agriculture et des Travaux publics a-t-il décidé la construction immédiate d'un canal direct entre Anvers et Liège. Ce canal emprunterait les tronçons existants : Anvers-Héren-thals et Qu-aedm-echelen-Has-s-elt. Jusqu'ici il semble que rien n'a é.é_ fait dans ce sens. La section centrale serait charmée de savoir s'il en est bien ainsi. Il semble, d'autre part, que la construction d'une voie navigable reliant à Hasselt les ports de Bruxelles et d'Anvers- par les canaux de Willebroeck, de Louvain et le Dém-er canalisé, construction préconisée par la sous-commission technique de la -commission des canaux brabançons, menace de -compromettre ou de retarder considérablement la réalisation du canal direct Anvers-Liége. M. le ministre demeure-t-il décidé à mettre la main à l'oeuvre; en premier lieu, au -canal direct susdit ? Dans l'affirmative, pourrait-il donner à la section centrale quelques précisions concernant les travaux projetés et la date de leur mise à exécution ? Réponse. — Mon département a. en effet, prescrit l'étude d'un projet de canal à grande section reliant Ainvers-Hérenthals-Quaedmechelen-Iiasselt. Les travaux -entreront dans la phase d'exécution à mesure de l'achèvement des études définitives. Il n'est pas exact que la construction d'une voie navigable entre Hasselt et Bruxelles puisse compromettre ou retarder les travaux. La désaffectation de l'Ourthe Question. — Le bruit court que le gouvernement songe à désaffecter l'Ourthe, comme voie navigable.C-e bruit est-il fondé ? S'il l'-est, pour quels motifs le gouvernement songe-t-il à désaffecter l'Ourthe comme voie navigable ? Réponse. — Les frais d'exploitation de la nar-tie de l'Ourthe canalisée située en amont de Tilff étant hors de toute proportion avec -le mouvement de la navigation, qui diminue d'année en année,

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks La Belgique maritime et coloniale behorende tot de categorie Financieel-economische pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1905 tot 1921.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes