La Flandre libérale

280 0
29 november 1918
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1918, 29 November. La Flandre libérale. Geraadpleegd op 07 juli 2020, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/7940r9n65q/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

44' Ann�e. � Vendredi 24jNovembre 1918, M, UNIV. gent ) PRIX l 10 0'�NTI*E8 r 18. � Vendredi 29 Novembre 1918. ERALE ABONNEMENTS Four la Belgique et l'union postale, les tarifs seront publi�s ult�rieurement RfDACTVN, ADMINISTB4TI0N ET IMPRIMERIE : GAND, i, RUE DU NOUVEAU BOIS ANNONCES Pour le prix des annonces, s,adresser au bureau du journal. On traite � forfait Admis par la censure Le Gouvernement censur� par lui=m�me �o� Aussit�t que le discours du tr�ne a an- nonc� la cr�ation imminente d'une Uni- versit� flamande � Gand, nous avons voulu nous faire l'interpr�te des senti- ments de stup�faction, de tristesse et de col�re que cette d�claration a fait na�tre en Flandre. Nous en avons �t� emp�- ch�s. L'article que nous avons �crit siir l'heure a �t� supprim� par'la. censure. Il l'a �t� injustement, car il est inadmissi- ble, dans un pays parlementaire, m�me en �tat de si�ge, que. l� gouvernement an- nonce une reforme aux Chambres, pose ainsi une question devant le pays et em- p�che la discussion dans la presse. Aussi l'interdiction a-t-elle �t�promp. tement lev�e et nous voulons oublier, de bonne �race, l'erreur politique dont la Flandre lib�rale a �t� la victi- me. Nous voulons nous rappeler que cen- seurs et censur�s sont des Belges, ferme- ment attach�s � notre nationalit�, qu'en- semble nous.avons souffert et lutt� pour la patrie ; qu'en ces moments troubl�s nous devons, avant tout, dans la mesure du possible, aider le'gouvernement � ac- complir la t�che difficile qui lui incombe de maintenir l'unit� de la patrie et de travailler a son rel�vement mat�riel et moral. Et c'est pr�cis�ment parce c-ue nous sommes profond�ment persuades de la n�cessit� de maintenir cette union, l'u- nion sacr�e de la nation, que nous 'ne pouvons oublier de m�me et que nous devons, au contraire, souligner avec for- ce l'erreur que nos dirigeants ont com- mise en faisant na�tre malencontreuse- ment, d�s le jour de la lib�ration du ter- ritoire, une discussion sur cette question irritante, pleine de p�rils pour l'unit� na- tionale. Cette faute lourde et irr�parable qu'ils ont commise nous fait mal augurer de la prudence, de la sagesse et de la maturit� politique de certains des hommes qui, dans cet instant critique, sont appel�s � la direction du pays. Eh quoi! on nous a rappel�s � l'ordre, on a supprim� un de nos articles en ver- tu d'instructions donn�es par le minist�- re II ne faut pas �tre grand clerc pour deviner quelles �taient ces instructions prises dans l'int�r�t de l'unit� nationale. Elles recommandaient �- coup s�r aux cen- seurs d'emp�cher la presse de soulever des d�bats dangereux, de susciter des dis- cussions passionn�es, sur des sujets pou- vant mettre en p�ril la bonne entente des citoyens si ardemment d�sir�e et si n�- cessaire � la reconstitution de la patrie. Et nous sommes certains de ne pas nous tromper en affirmant que parmi les points sp�cialement signal�s � la censure figurait pr�cis�ment la question linguis- tique. En donnant ces instructions, le gouvernement a affirm� de fa�on non douteuse qu'il �tait imprudent, dange- reux de faire na�tre daas le pays en ce moment, un d�bat sur l'emploi de la lan- gue flamande dans l'enseignement sup�- rieur. ' Et voici que, au moment .o�, il para�t devant le Parlement qui, pour le grand bien de la Belgique, va reprendre ses tra� vaux, la premi�re d�claration importante qu'il fait, se rapporte � l'Universit� de Gand, � ce sujet dangereux entre tous en ce qu'il touche � la mati�re si d�licate des sph�res d'influences. Et cela au mo- ment o� la Belgique na�t � une autre vie internationale, cesse d'�tre un pays neu- tre, entre dans le concert des puissances . politiques; o� elle doit se concilier des amiti�s, des alliances t Certes, il n'�tait pas d�fendu au gou- vernement de parler de l'Universit� de Gand, au moment o� l'humanit�'c�l�bre la victoire du Droit sur la Force bruta- le. Et nous avions m�me esp�r� � Gand que son chef aim� rentrant dans la pa- trie lib�r�e, aurait eu quelques paroles d'�loges et de remerciements � l'adresse de tous ces professeurs' courageux, qui, respectueux de la loi nationale et fid�les � leurs serments, ont pr�f�r� subir toutes les avanies plut�t que de collaborer � l'attentat perp�tr� par l'ennemi contre notre enseignement sup�rieur. Nous avions esp�r� qu'il aurait cit� en exem- ple au monde civilis�, les .Pirenne et les Fr�d�ricq, qui h�ro�quement ont subi l'exil plut�t que de se soumettre aux vainqueurs. H�las! Nous avons vainement attendu ces �loges et en leur place qu'avons-nous entendu 1 Nous avons -..entendu proclamer � l'ur- gence de cr�er une universit� flamande a Gand ' m�me. Nous avons vu le, gouvernement , engager avec une' incroyable imprudence la parole du Roi lui-m�me dans cette question br�- lante, de nature � susciter'les plus vives pol�miques, les plus ardentes discordes. Et cela' au lendemain de ce que nous avons vu et �prouv� � Gandl Gantois, mes amis, vous vous croyiez � jamais d�livres de ces odieux b�rets que, la rage au c�ur et les poings _ fer- m�s,' vous avez d� c�toyer chaque jour, en silence, pendant de 'longs mois. Vous aviez tort Ils vont repara�tre triom- phants, plus insolents :"qiie jamais. Et c'est notre gouvernement qui, comme don de joyeuse rentr�e, va nous les ramener. C'est eux, qui vont �tre les vainqueurs ; c'est nous qui serons les. vaincus ! C est � ne pas. y croire ! H�las i que'le*1 chef de cabinet n'a^t-il eu Ja bonne-, pens�e de rappeler simple- ment � M. Franck j exigeant cette malen- contreuse d�claration, les instructions sa- ges que le gouvernement avait donn�es aux censeurs! 17V*.. NOS ECHOS OEuvre de secours aux prisonniers de guerre en Allemagne Les principaux journaux fran�ais et anglais publient d �mouvants d�tails au sujet de la rentr�e des prisonniers de guerre de ces pays. Sur tous les points du front des arm�es alli�es en marche vers le Rhin, on assiste au retour lamen- table des prisonniers de guerre lib�r�s conform�ment aux clauses de l'armistice. Tous sont dans un �tat �pouvantable, d�- guenill�s, � moiti� nas, tremblants de froid et � demi-morts de faim, apr�s de p�nibles �tapes qui les ont �puis�s! C'est � 1 l'actif des Teutons, un crime d� l�se-humanit� de plus � ajouter � tous tes autres dont ils se sont rendus coupa- bles! Allons-nous assister, sans fr�mir d'in- dignation, . au retour de nos malheureux enfants, s'ils nous sont renvoy�s dans les m�mes obnditions ? Le cercle philanthropique, " Elk zijn plicftt ; ,'' qui, durant la guerre, a travaill� � adoucir le sort de nos malheureux exil�s en Allemagne, ne consid�re pas sa t�che comme termin�e. En pr�vision de tout ce qui peut arri- ver, il prend, d�s maintenant, ses dis- positions afin de secourir, dans la mesure du possible, les prisonniers n�cessiteux qui vont rentrer au pays. Les dons de toute nature, habillements, linge de corps, etc, sont re�us aveo_ re- connaissante � son bureau de renseigne- ments, 14, place St-Bavon, � Gand. * D'autre part, la tombola des prison- niers de guerre continue ses op�rations. Les billets 'sont en vente partout au prix de io centimes. Le public n'oubliera pas cette �uvre philanthropique, et par son empresse- ment, contribuera � soulager bien des mis�res connues et inconnues. Aussi le cercle philanthropique ." Elk zijn plicht ", fait-il un pressant ap- pel � tous les c�urs charitables qui vou- dront l'aider dans l'accomplissement de ce devoir patriotique et leur adresse anti- cipativement un cordial remerc�ment. �o� A la Chambre des d�put�s La Chambre des d�put�s se r�unit au- jourd'hui, jeudi, � 2 heures. A l'ordre du jour figurent les pointe suivants : 1. Validation des mandats de d�put�s suppl�ants appel�s � remplacer les d�pu- t�s d�c�d�s, et nomination de la commis- sion charg�e de cette validation; 2. Ejec- tion du bureau ; 3. Commission charg�e de r�diger l'adresse ; 4. Election des ques- teurs ; 5. Commissions permanentes ; 6. Tirage au sort des sections. . Les membres de la droite se sont r�u- nis ce matin, � 10 heures. . w^arait, d'apr�s le "Vooruit", que M." Oarton de Wiart serait �lu pr�sident. On parle de M. Paul Bo�l pour rempla- cer M. Warocqu�, comme questeur. .'. �o� Les provisions du Comit� National La situation alimentaire a �t� d�finie comme suit dans la derni�re s�ance . du , Comit� National : Les c�r�ales sont abondantes au point de pouvoir, r�duire le taux de blutage de 97 � 62 p. c. et porter sous peu la ration � 400'grammes. Du fait de cette augmen- tation importante, qui sera uniforme, toutes les rations suppl�mentaires dispa- ra�tront. Les stocks de graisse, de f�culents et de vivres divers qui existent dans le pays sont suffisants pour couvrir les besoins des soupes et des �uvres pendant trois mois, tout en permettant d'assurer les distributions g�n�rales de quinzaine. L'importance 'des quantit�s de f�cu- . lents 'Sp�cialement est telle que nous pour- . rons ipeub-'�tr�, augmenter .d'ici peu ,1e ra- tionnement de ces denr�es.. Le .'d�p�t de Rotterdam et la quantit� existante en Belgique accusent}, � la date, du 15 no- - vemfere plus de 25,000 tonnes 'de ces pro- duits. & � Par contre, les stocks,' de graisse ne sont pas assez consid�rables pour qu'il y ait. lieu d'augmenter pr�sentement le ra- tionnement. Les stocks, au 13 de ce mois, s'�l�vent � 12,000 tonnes environ. Il y a lieu de tenir compte �galement que les stocks de produits divers s'�l�vent � en- viron 15,000 tonnes. .-Or- j Le retour �S'tiri Un. train sp�cial est 'parti, ces jours derniers, du Havre 'pour l� Belgique, em- portant quatre cents - personnes, soit tout le.personnel du minist�re des [ affaires �trang�res, de nombreux fonctionnaires d�s autres minist�res, belges, les mem- bres du corps diplomatique, sauf les chefs des ' missions 'qui, ainsi que tous les ministres, avaient �gagn� d�j� Bruges et Bruxelles en automobile. Un �loge anglais du mar�chal Foch ' L'historien ''militaire' John- F�rtescueV; �u� *st" aussi' biblioth�caire du. ch�teau' b -Windsor, publie, dans 1' "Observer",! un long article, sur, le mar�chal Foch. M. -Fof-teecue ' passe en revue les magni- fiques �services, que le mar�chal Foch a rendus au cours de la guerre actuelle' et termihe en disant: " Telles .sont � les qualit�s qui distin- guent-non seulement un grand g�n�ral, mai s., un grand homme. La guerre;sem- blait', jusqu'� ces derniers temps,- n'a- voir'pas produit ce qu'on peut r�ellement appeler un grand homme, un homme'dont le g�nie �tait � la hauteur,de cette gran- de �poque. Cet homme; nous l'avions par- mi �tous depuis le d�but et c'est seulement maintenant que nous avons d�couvert ses qualit�s de g�ant " Un C�ste.d'#mltl� de �'Fspagne , �_ ^jis ' L'association - pour le - d�veloppement des relations amicales entre la France et l'Espagne, ' pr�sid�e par le duc d'Alba, et dont le si�ge est � Madrid, enverra � Strasbourg une couronne d'or offerte par souscription populaire.. �o� Un monument comni�mora'lif � la France Le projet d'�riger un monument com- m�moratif de la reconnaissance'belge � la France fut port� r�cemmient � la con- naissance de nos compatriotes. Il �mane du Comit� officiel belge dei secours aux r�fugi�s �tablis en France. La souscription est plac�e sous la hau- te protection de Mme la ducjbesse de Ven- d�me, princesse de Belgique. Le comit� d'honneur comprend les mi- nistres belges, sous la pr�sidence de M. G. 'Cooreman. Le comit� organisateur adresse un pressant appel � tous les. r�fugi�s belges pour y prendre part. Les billets de souscription, tous au taux uniforme d'un franc, sont mis en circulation. Il s'agit pour nos compatriotes de faire �uvre de reconnaissance pour la g�n�- reuse hospitalit� qu'ils ont re�ue chez nos amis francais. Une h�ro�ne serbe Depuis quelques jours, on signale la pr�sence � Marseille d'une jeune femme . portant l'uniforme de sergent de l'infan- terie serbe, sur lequel est �pingl�e la croix de la L�gion d'honneur, la croix de guer- re avec palme et l'ordre de Karageorge- 'witch. Cette jeune fille est � peine �g�e de 22 ans. Elle se nomme Sacitcth Milou- ca et est n�e � Nitch, de parents cultiva- teurs. Elle s'enr�la en 1914, trois mois apr�s la d�claration de guerre, et r�ussit � se faire accepter dans un r�giment fa- meux, dont le colonel �tait le prince Alexandre. Savitch Milouca, par son courage, son m�pris de la mort, sut conqu�rir 1 estime de ses chefs. Charg�e plusieurs fois de missions p�rilleuses, elle r�ussit � les me- ner � bien. Elle- fit toute la campagne d'Orient o� elle fut bless�e cinq fois, puis elle demanda � venir combattre en Fran- ce. Avant son d�part, le g�n�ral Sarrail lui remit la L�gion d'honneur. Sur le front fran�ais, elle participa aux atta- ques d� Champagne et du Chemin des Da- mes. Elle re�ut' trois blessures successi- ves. La sociald�mocratie allemande et l'invasion de la Belgique Jusqu'� la veille de la guerre mon. dia le, les socialistes allemands maintin- rent, -dans leur presse, leurs meetings eJt au Reichstag, leun" .attitude d'opposition, pr�tendument irr�ductible, vis-�-vis du militarisme prussien... Le 4 ao�t 1914, le Kaiser inaugura la session extraordinaire du Reichstag, convoqu� au. palais royal � Berlin, par un discours qu'il termina'par ces mots: " Messieurs, je ne connais plus die par. tis. Je ne connais plus que d�s Aille, mands. Pour montrer que sans distinc- tion de partis, de classes, de confessions, vous �tes fermement r�solus, � me soute- nir envers et contre. tous, en bravant toutes les privations, et la mort m�me, j"invite les chefs des divers partis � s'avancer, et � s'engager solennellement envers moi en mettant leur main dans la mienne. " On vit alors, dit le compte-rendu offi- ciel, tous les chefs de partis . s'avancer : le Kaiser, � chacun d'eux, serra vigou- reusement la main. Parmi les chefs de partis, solennelles meut engag�s �~ soutenir la politique im- p�riale, dont la guerre mondiale ne de- vait �tre, selon le mot de - Clausewitz, �que le prolongement, se trouvait le d�- put� Haase, chef de la fraction socia- liste du Reichstag. A la s�ance du Reichstag, qui suivit imm�diatement, le chancelier de Beth- mann-Hollweg se leva et dit : " N�cessit� ne conna�t pas de loi ! Nos troupes ont occup� Luxembourg et sont d�j�, peut-�tre, entr�es en Belgique, contrairement au droit des gens... Les protestations du gouvernement luxem- bourgeois et du gouvernement belge sont l�gitimes, mais noua sommes forc�s de n'en point tenir compte. La violation du droit, ainsi commise par nous, nous nous efforcerons de la r�parer, aussit�t que notre but militaire sera atteint " Apr�s' le chancelier, le d�put� Haase prit seul' la parole.' Au nom de ses amis, il' d�clina toute responsabilit� au sujet de la guerre. Il d�clara qu'ils ne failli- raient point � leur ' devoir de d�fendre la patrie en p�ril, conform�ment aux principes de l'Internationale, qui a tou- jours' reconnu' le droit des peuples � d�- fendre leur ind�pendance... 'Nous' vote." rons ' donc, o�ncl�t-il," les' cr�dits "de igUerr� que l'on 'nous 'demande. " Pas. un mot de bl�me, pas une parole de r�serve, touchant l'abominable agres- sion commise, par l'Allemagne, au pr�- judice du Luxembourg et de la Belgi. que, n� sortit de la bouche de Haase. A l'unanimit�, la fraction socialiste du Reichstag accorda au gouvernement im- p�rial les cinq milliards de marcs qu'il demandait. Et le martyre de la Belgique com- men�ai... Paul Janet �crit, dans un de ses meil- leurs livres, que certaines passions, no- bles par elles-m�mes, sont cependant capables d'un emportement' fatal ' et cruel. Le patriotisme, par exemple, exal- t� sans mesure,, d�g�n�re.en' fanatisme terrible. "Mais, ajoute P. Janet, les passions ne s'emportent pas jusque-l�, sans qu'un trouble de la conscience, une protestation des autres sentiments de l'�me je viennent se m�ler � leur fu- reur. "* Aucune voix ne se fit entendre � ce moment d�cisif, dans le parti socialiste allemand, pour r�veiller1 la conscience, pour calmer le "furor teutonicus", le fanatisme terrible d"un peuple de 70 millions d'hommes d�versant ses hor- des cruelles sur uni petit peuple de voi- sins pacifiques I Combien diff�rente fut, en juillet 187Q, l'at�tudc de Bebel et de Guillaume Liebkneeht, dans la question des cr�dits de guerre. Bebel, dans ses M�moires, expose, en ces termes, la tactique que Liebkneeht et lui adopt�rent alors au Reichstag : ".Liebkneeht �tait d'avis que nous de- vions purement et simplement refuser les cr�dits, ' parce que, selon lui, la France napol�onienne et l'Allemagne �taient l'une et l'autre responsables de la guerre. Je n'approuvai point cette tactique. Sans doute, en l'occurrence, nous ne pouvions appuyer aucune des deux parties en pr�sence. Mais c'aurait �t� un acte de partialit� envers Napo- l�on, que d'�mettre un vote contraire �aux cr�dits: il ne nous restait qu'une chose � faire, c'�tait de nous abstenir lors du votet " C'est ce que firent, ^Bebel et Lieb- kneeht. Poor motiver leur abstention, ils r�dig�rent une d�claration �crite, qu'ils pr�sent�rent au Reichstag. " Noua sommes, �crivirent-ils, oppo- s�s, par principe, � toute guerre dynas- tique, comme socialistes, comme repu. blicains, comme membres de l'Associa, tion internationalie des travaillleurs. Comme tels, nous combattons tous les oppresseurs sans distinction de nationa- lit�, nous cherchons � r�unir tous 'es � p- prim�s dans une 'ligue fraternelle. Ni directement, ni indirectement, NOUS NE POUVONS ADHERER A LA GUERRE ACTUELLE. Nous nous �abstiendrons donc au vote relatif aux cr�dits *de guerre... " j En * adh�rant, sans une parole de bl�- me, � l'invasion de la Belgique,' par le vote, des cr�dits de guerre, les socialis- tes allemands -de '1914 ont d�lib�r�ment accept� une grosse part de responsabilit� dans l'un des plus grands crimes dont l'histoire f ait: � garder .le� souvenir : part d'autant, plus .consid�rable que le/ grou- pe -socialiste, �tait .le plus nombreux par- mi toutes les fractions du Reichstag. Complices'de Guillaume II, au moment vraiment d�cisif de Regorgement ; de la Belgique, les Ebert, les Scheddemann, les Haase, aujourd'hui ma�tres de 'l'Alle- magne, n'ont pas le droit de r�pudier, le crime consomm�, une responsabilit� terrible que des protestations, venues trop tard, beaucoup trop tard, ne peu- vent plus d�sormais effacer... X. ETRANGER France Les socialistes fran�ais -.^ �'^V�n'MANIFESTE. .� j Nous ' croyons' devoir.' publier "" ci-apr�s quelques extraits d'un projet.* de mani- fest� qui sera-adress� aux'travailleurs'de France, par un groupe de d�put�s socia- listes,' connus 'sous le nom des " Qua- rante ". Quand nous donnions, dit le projet,' tout notrejeceur de patriotes et de socialistes � cette �uvre sacr�e'de r�g�n�ration du monde qui appara�tra .dans l'histoire comme la plus grande vdes r �volua ms, que faisaient nos minoritaires 1 "'.D�s 1915, ils r�clamaient la paix im- m�diate, sur .les bases du "statu quo". Us'faisaient campagne centre la conscrip- tion, anglaise. "Ils encourageaient la 'r�- sistance des neutralistes italiens. Ils par- laient-, d'aller traiter '.d'une paix de com- promis avec les socialistes ' allemands, tra�tres � l'Internationale. Plus tard, ils ' trouvaient des l'excuses aux bolchevistes, caboteurs de l'id�e' socialiste, agents con- scients ou inconscients de l'Allemagne, et combattaient l'intervention des alli�s en Russie. .Enfin, certains d'entre eux re- grettaient ouvertement, l'entr�e en guer- re des Etats-Unis qui, d'apr�s' eux, de- vait retarder la paix et qui, en fait, a assur� la victoire et rapproch� l'heure de la paix ". Enfin,, les signataires du.manifeste font appel" � tous, les socialistes qui n'ont pas perdu le sens f des r�alit�s-", soittqu ils. figurent d�j�, dans les cadres du j parti,' soit qu'ils n'aient pas encore adh�r� � ses organisations, pour leur'venir�, en ai-, de. Et ils ajoutent : " Ceux qui n'ont rien compris au sens' de la guerre comprendront-ils les devoirs de la paix) On peut malheureusement en douter. " LE PRESIDENT,WILSON A PARIS ' � Pendant ' son s�jour � Paris, le pr�si- dent Wilson habitera le bel h�tel qui occupe le n� 28 _ de - la rue de Mcntceau, mis: � sa disposition, sur la demande de l'ambassade des Etats-Unis, par -h\l prin- cesse Mur�t. D'ores et d�j�; l'on s'occupe des installations,particuli�res qui. r�pon- dront Sux go�ts et aux habitudes person- nels d�l'h�te eminent" que la France'tont enti�re va f�ter., - ��� Les Barbares en Belgique A BLANKENBERGHE Cette jolip plage, pill�e et abandonn�e, a aujourd'hui un aspect morne. Blanken- bergne n'a pas eu beaucoup � souffrir des bombes. Un engin de cette esp�ce est tomb� sur le garage de M. Hamerlynck, qui f ut.-compl�tement d�truit. . L'h�tel. P. Devriendt est d�vast�e Les boiseries y ont �t� mises en pi�ces a coups de hache par les Boches. Ils ont emport(f tout ce qui �tait � leur conve- nance. Les habitants ont pour la plupart r�ussi � vacher leur cuivre et leur laine. Le m�daillon du monument Conscience, le r monument Lippens et De Bruyne, ainsi qufe celui qui fut �rig� en l'honneur du^. comte de Smet de haeyer, � Wen- duyne, ont. disparu et ont �t� emport�s en Allemagne. Tous les h�tels de la digue ont �t� for- tement endommag�s. Dans plusieurs on a lanc� des grenades � main. Partout on a enlev� les balustrades et ornements en fer des balcons. Les Boches ont fait sauter le grand porft de fer sur le canal. Le cur� de Blankenberghe a d�clar� que, certaine nuit, des soldats, allemands vinrent le r�veiller en sursaut et le mi- rent en 'demeure de les suivre � l'�glise o� ils avaient vu des rayons lumineux projet�s^de la tour. Toute l'�glise fut minutieusement visit�e. Il fallut dans la nuit monter � la tour. Finalement on se rendit compte de la cause du ph�nom�ne'. Ce, que les Boches avaient pris pour des signaux lumineux n'�tait autre chose que la r�verb�ration du clair de lune sur les vitres plac�es pr�s des ouvertures des cloches... ! A ROULERS , /Quelques maisons Idu centre de Rou- lers ont �t� totalement d�truites. Aux en- virons de la gare tout est d�moli. Au march�, le magasin De Meester a �t� incendi�. La maison communale est l�zard�e et devra �tre reconstruite. Le petit s�minaire a �t� incendi� par les Boches. L'�glise de Notre-Dame, qui avait �t� min�e, est d�truite. Dana tout Roulera il n'y a pas une mai- son ayant conserv� ses portes et ses ch�ssis de fen�tres. � � Tout fut r�duit en boi� � br�ler par les Allemands. La plupart des habitants logent dans leurs caves ou* leursj�rri�re-cuisines. Des prisonniers allemands v travail- lent sous la surveillance de soldats fran- �ais, et de troupes coloniales, � d�gager les �iuines et � r�fectionner les chauss�es. Uoe/^rande activit� r�gne � la station, o� le nombre des voies- � �t� doubl�. Des trains y circulent dans la direction de Bruges-Ostende et dans celle de la Fran- ce, par Courtrai. . Les soldats fran�ais se montrent- tr�s pr�venants pour les habitants rentr�s dans la ville, et s'efforcent de 'leur pro- curer tout ce qu'ils d�sirent. - Avant leur d�part, les Boches ont en- lev� et emport� toutes les pompes,, ainsi que le zinc- des toitures. Toutes les usines, les services du gaz et de l'�lectricit� ont �t� mis au pillage. Il n'y reste plus le moindre morceau de .fer. Ces actes de banditisme commenc�rent en novembre 1917, lorsque la population fut oblig�e d'�vacuer la ville. LE COMMISSARIAT DE LA DEMOBILISATION. Le conseil des ministres doit discuter et d�cider de la cr�ation d'un commis, sariat charg� de r�gler toutes les ques- tions concernant la d�mobilisation. Le commissariat aux effectifs, qui fonc- tionne actuellement sous la direction de MM. Le H�riss� et Henry P�t�, serait transform� en commissariat de la d�mo- bilisation. Angleterre La situation �lectorale La coi'rHspondant du Temps, � Lon- dres, t�l�graphia: " L'un des traits les plua singuliers de la 'situation actuelle en Angleterre est l'opposition du Labour Party � un gou- vernement dont le programme d�fini par M. Lloyd George, le 23 novembre, � Wolverhampton, constitue l'expos� le plus-complet et le plus .hardi qui ait ja- mais �t� fait des r�formes sociales dont l'Angleterre moderne a l'urgent besoin. Cette opposition appara�tra t�t ou tard sous son vrai jour. Elle est fond�e en partie sur le vif antagonisme personnel de M. Hende'rsion contre M. Lloyd Geor- ge. Elle est soutenue par l'ambition d'un parti qui aspire � rendre supr�me l'in- fluence consid�rable qu'il .poss�de d�j� dans l'Etat,' et elle est envenim�e par la propagande d'urne petite minorit� d�ma- gogique, " Plusieurs sympt�mes annoncent n�an- moins . que des contre-courants favora- bles � .la politique du gouvernement se dessinent d�s maintenant dans les mas- ses ouvri�res. C'est ainsi qu'une vaste, manifestation, r�unissant plusieurs mil- liers dje personnes, a �t� organis�e, le 24 novembre, � Hyde " Park, pour exprimer l'indignation produite en Angleterre par les traitements inhumains inflig�s en Al- lemagne aux prisonniers anglais. La mo- tion ^qui a �t� vot�e, et qui sera envoy�e al M. Lloyd "George, 'r�clame le boycotta- ge �conomique contre' les .Allemands. Plu- sieurs personnalit�s ouvri�res importan- tes,' telles que MM. Crooks et Ben T�l- IettAont fait conna�tre leur adh�sion � cetteJ Jiianifestation, qui va ;directement 1 i'meontr� de la politique de M. Hen- derson. " '�!�*; * le Mar�chal foch Citoyen de londres : Ily&st question d'offrir-au-mar�chal Foch le: trfcre'.-.d� citoyen honoraire de la vili� 'de; Londres. LES ' MARINS ALLEMANDS VOU- LAIENT FRATERNISER AVEC LES MARjNS ALLIES. leipondant de l'Agence Reuter auprw jfe�aiGrafcder. Flotte parle des ef- f�rts dos officiers et des marins allemands pour, fraterniser avec les Anglais, et ajoute : i . , i-'j' '�';�'� " Ces derniers ont.refus� cat�gorique- ment d'�changer une seule parole n'ayant pas rapport a la renjise. des b�timents, mais il est juste d'ajouter que l�s officiers de la' marine anglaise ont agi -.avec.,le plus grand tact dans l'accomplissement de leur p�nible devoir et' ont fait-'preuve d'une parfaite' impartialit�. " Autriche-Hoingrie L� Bosnie et l'Herz�govine demandent � �tre rattach�es � la Serbie "fvf . Le 'gouvernement national bosniaque a adress� aut prince-h�ritier, de Serbie une note demandant la r�union imm�diate de la Bosnie et de l'Herz�govine au royaume de Serbie. La r�volution $> s.'. � L',^ "Information" publie", une longue d�p�che, d'un de ses collaborateurs qui vient de parcourir librement la Hongrie et �ne, partie- de l'Autriche. Voici quel. ques.uhes 'd�si remarques les plus int�- ressantes qu'il 'a.'not�es: '� A Iuhsbr'�ck .si�ge un conseil na- tional tyrolien qui ' ignore tout ce qui 9S passe � Vienne et dans le reste d� l'em- pire austro-hongrois. La population ci. ?ile est tir�s calme. Les seuls exc�s com- mis l'ont �t� par les soldat� et par suite du manque d ordre. " Aucun programme nettement �tabli n'a �t� �labor� par le conseil national tyrolien, qui manifeste simplement des sentiments '_ antial'lemands. L'id�e d'un rapprochement avec la Bavi�re n'a pas rencontr� une majorit�. Par contre, ren- tr�e de la R�publique du Tyrol dans une conf�d�ration autrichienne est plus populaire. ' " -k3, d�mobilisation _�aA^trichienne._a.r.. �t�, � vrai dire, une affolante d�ban- dade. Aujourd'hui, un calme relatif est revenu et on ai institu� une ligue ayant pour but dfe recueillir tous les objets abandonn�s dans le pays par les soldats. "A Vienne r�gne la plus grande et la plus triste indiff�rence quant aux �v�- nements actuels. On a faim r�ellement, puis le soir, d�s 5 heures, la ville est E long�e dans la plus profonde obscurit�. e peuple ne demand�1 qu'une chose: manger. " Quelquos rares fiacres circulent en- core p�niblement. Il y a, para�t-il, une- garde rouge � Vienne, mais on no la voit pas et on ne sait pas o� elle est. " J'ai parcouru, eh voiture, les. quar- tiers ouvriers qui. portent d�s traces d'�meutes paraissant, d'ailleurs, avoir �t� assez anodines. Quand l'empereur voulut quitter l'Autriche, on lui fit sa- voir qu'il n'y avait aucun danger ni f/our lui ni pour sa famille. Quant au conseil national autrichien, c'est encore l'ancien parti nationaliste allemand qui gouverne et il pr�conise le maintien' de l'union avec l'Allemagne. Oe conseil na- tional n'est �videmment; pas 'l'expres- sion de l'opinion de la population. Mais que peut-on tirer de gens aussi indiff�- rents 1 Peut-�tre une fois restaur�s et le ventre plein, auront-ils 'l'�nergie d'ex- primer une id�e politique."' Hollande LA QUESTION DE L'EX*KAISER La " Weekly Dispatch "dit que la pr�sente semaine pourrait bien voir de nouveaux d�veloppements relativement � ; la situation de l'ex-Kaiser. " Les Alli�s, dit-elle, n'ignorent pas ce qui se passe au ch�teau d'Amerongen, et r j ce qu'ils savent prouve que le Kaiser n'est' pas encore un facteur n�gligeable dans les affaires de l'Allemagne. Certai- nes mesures pourraient ne pas �tre sans effet sur la situation. Le r�sultat sera probablement connu dans .. quelques jours.",. *"*-> � Allemagne NOUVELLE PROTESTATION DU DOCKEUR SOLP L� gouvernement* de &, r�publique alle- mande a adress� une nouvelle, note aux gouvernements erin �mis "protestant con- tre'Ta duret� des conditions d�" l'ainnisti- ce, le retard apport� aux discussions des pr�limiriai'r�K-.de, paix, et les mesures pri- ses par les Finan�ais en Alsace-Lorraine, les "Polonais*'d'aths l'est de l'Allemagne et les peupl�s non' allemands en Autriche- Hongrie, afin d'anticiper par la violence contre les d�cisions de la conf�rence de la paix. LE SEPARATISME RHENAN ?J� Le " Vorwarts " du 23 novembre an- nonce que, d�s maintenant, on a �labor� un plan pr�cis" pour le cas o� il devien- drait n�cessaire de proclamer l'autono- mie de la r�gion rh�nane. Cette, id�e est fort r�pandue dans la bourgeoisie'et elle est �n�rgi^uement d�fendue parle clerg� ' � dont on conna�t la vieille hostilit� pour ' ; tout ;co qui est prussien.- On redoute p&r- j ticuli�rement dans ce -pays catholique -' une politique anticl�ricale du-conseil so- ' �ialiste berlinois. L� nouvelle, par �xem- I pie, qua Adolphe Hoffmann projette � de ' s�parer -l'Eglise et>'i'Ktat par un simple d�cret a beaucoup -contribu� -� rendra ��tM �M���kMMI�IIMIIIII�IMi ^^^^^�^^^^t��a^^^m^^m^�m^amammm^^^^tt�������a��t�^�t��t�a��M�M�M�^�mm

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks La Flandre libérale behorende tot de categorie Culturele bladen. Uitgegeven in Gand van 1874 tot 1974.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes