La Flandre libérale

528580 0
28 september 1914
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1914, 28 September. La Flandre libérale. Geraadpleegd op 16 april 2024, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/xp6tx37287/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

40e Année — LamU 28 Septembre 1914 KIUOTIDIX1V. - M» GEM¥. 1.271 - Lundi 28 Septembre 1914 LA FLANDRE LIBÉRALE ABONNEMENTS S jbolt. i moll. G bw&> S bo> SËLQÏQÏJE i 2.00 4.00 8.0® !W UNION POSTÀL1 g Vta 3.75 9.00 S&.C® MLN ®i s'aime as birau <■ Jaunal al iini tout im iirwuni tia paafla ÎÉMWIM, iDMNISTMTM» M QfNtHUIl SAiB, lSUE DU NOUVEAU BOIS, i.Sàlfâ ÛSSMIEMENTS ET ANNONCES 8 Jj ==BÉ0©TÏ@BS=- Téléphow 82 1| ïMphti» 1$ .AEfI*©BÏC3M 1?®®? la vQïe ®8 les Fïaairei, «"adresser m tare®® <&§ gswnaaL — Po*r lie reste <fl» pays eï l'étranger, s'aftsass? i r©«8c® de PnMIctté, iras Newe, 86, 1 Braxeliea, LA GUERRE EUROPEENNE Les opérations militaires en France (Communiqué officiel.) . Bordeaux,'26 septembre, 16 h.-20. • A NOTRE AILE GAUCHE La .bataille, continue très violente en tre la Somme et l'Oise. Entre l'Oise et Soissons nos troupes ont légèrement'progressé. L'ennemi n'a tenté" aucune attaque. De Soissons à Reims, pas de modification importante. AU CENTRE De Reims à Verdun, situation inchangée.En Wœvre, l'ennemi a pu franchir la Meuse, dans la région de Saint-Mihiel, mais l'offensive prise par nos troupes ]'a déjà, en majeure partie, rejeté sur la rivière. Dans le Sud de la Wœvre, nos attaques n'ont cessé de progresser. Le 14® corps allemand s'est replié après avoir subi de grosses pertes. A NOTRE AILE DROITE LORRAINE ET VOSGES Les effectifs allemands semblent avoir été réduits. Les détachements qui avaient refoulé, sur certains points, nos avant postes, ont été repoussés par l'entrée en avant de nos réserves. AUTRE COMMUNIQUE Anvers, 27 septembre. — Retardé en transmission. — Paris, communiqué du 26 septembre. — L'ennemi a attaqué sur tout le front. Partout il a été repoussé. A notre aile gauche nous progressons. Sur les hauts de la Meuse, la situation est st&tionnaire. En Wœvre, nous continuons à gagner du terrain. *** Londres, 26 septembre. — Un télégramme arrivé au Press-Bureau annonce que des pertes considérables ont été infligées à l'ennemi. (Havas.) LA SITUATION D'APRES LE "TIMES" DU 26 SEPTEMBRE. Les nouvelles du théâtre occidental de la guerre deviennent extrêmement intéressantes et significatives. Nous ne parlerons pas du malheureux chien qu'un aéroplane ou un dirigeable allemand a tué à Ostende. Les communications officielles publiées par les autorités militaires françaoses sont très importantes. La situation, en, grandes lignes, parait être celle-ci. Les Alliés exécutent un mouvement tournant derrière . le flanc droit des Allemands, tandis que ceux-ci font d'énergiques efforts pour marcher sur le flanc dmoit des Alliés. Nous prendrons d'abord la dernière de ces deux manœuvres. Depuis quelques jours nous avons attiré l'attention, à plusieurs reprises, sur la pression croissante des forces allemandes sur la ligne des fortifications entre Verdun et Toul. Le communiqué d'hier soir indique que cette pression augmente. L'ennemi s'est établi maintenant sur les hauteurs près de Hattonchatel, mais le communiqué ne dit pas qu'ils puissent en ce moment bombarder Fort Troyon. D'autre part, les troupes qu'on nous disait dernièrement être aiix environs de Richecourt se trouvent maintenant si près de StrMihiei, qu'elles attaquent les forts des deux rives de la Meuse, aux environs de cette villet , Les Français s'efforcent de s'opposer à, cette attaque en envoyant des troupes de Toul vers le district de Beaumooit, prenant ainsi de flanc les assaillants. La conclusion générale à tirer de toutes ces nouvelles, c'est que les Allemands font d'énergiques efforts pour traverser la ligne des forts de l'Est, mais nous sommes toujours convaincus qu'ils n'y réussiront point. Au Nord die Verdun ils semblent avoir repris Varennes, qui était dernièrement aux mains des Français. Au oentre de l'immense champ de bataille les Français font des progrès, puisqu'ils approchent de Moronvilliers, daDS leur avance sur Mourmelon et le campi de Châlons. Ils avancent aussi devant Reims, et doivent se trouver près du hameau de Berru. Ils pourront bientôt attaquer la batterie du Fort de Nogent, qui a bombardé la cathédrale de Reims. Le point le plus intéressant cependant est à l'arrière du flanc droit des Allemands. L' " action générale et vigoureuse" dont on nous parle, entre St-Quientin et Tergnier, près de La Fère, est évidemment de la plus haute importance. Les Allemands ont amené un fort contingent de troupes par chemin de fer dans cette région. Us se rendent pleinement compte de la situation. Nous croyons, nous, que le long combat touche à sa fin, d'après les mouvements qu'ils exécutent encore une fois. Nous voulons parler,évidemment; du mouvement général de leur arrière-garde. LA BATAILLE DE ST.QUENTIN-TERGNIER. La bataille qui se poursuit maintenant dans' les environs de St-Quentin-Terginier, "écrit'le "Daily Telegraph", peut être considérée comme la >continuation de la' bataille de l'Aisne. Celle-ci a commencé . le 12 septembre ;, elle, dure donc depuis une quinzaine sans aucune ' interruption ! et. souvent avec une-énergie 'désespérée et sans avantage décisif d'aucun côté. C'est une bataille sans précédent dans l'histoire de la guerre. C'est un record quant à la durée; la bataille de M'ouk-den elle-même n'a duré que dix jours; l'endurance des troupes doit être phénoménale.Tergnier est à environ 25 kilomètres de St-Quentin, à quelques kilomètres à l'ouest de La Fère, à la jonction de deux lignes de chemin de fer qui relient Mau-beiuge et Mézières à Oompiègne et Paris. Il est intéressant que les troupes de renfort que les Allemands y ont reçues, venaient, d'après les informations françaises, des autres parties du front, et n'étaient pas des troupes fraîches venant d'Allemagne. D'autres trompes ont cependant dû venir remplacer celles-ci sur le front. Un ennemi invisiblâ LA PLUIE ET LES ALLEMANDS A SAINT-QUENTIN Londres, 26 septembre. — D'un correspondant du "Daily Mail" : Nous combattons un ennemi invisible. Dans l'art de cacher une armée, les chefs allemands excellent. Us montrent une admirable habileté à choisir les positions et à se servir d'elles. A première vue, il semblait qu'il n'y avait pas d'armée allemande sur l'Aisne. Leurs obus tombaient nombreux de batteries dissimulées. Toute l'infanterie française pouvait voir les éclairs et la fumée — fumée blanche ou fumée noire —-selon que les obus étaient tirés par de l'artillerie de campagne ou par les gros canons. Les soldats pouvaient voir 'es aéroplanes aussi qui guidaient le feu, mais d'Allemands, aucun. Ce fut ainsi d'abord, mais cela a chan gé. La pluie transforma les tranchées al iemandes en canaux. Dans la région champenoise, le sol est si crayeux que la pluie ne s'écoule pas. Il retient l'eau comme une tasse. La pluie chassa les Allemands des tranchées. Comme un blaireau enfumé dans son trou, ainsi les averses d'automne les obligèrent de sortir. Une fois dehors, ils devinrent un but facile. Les Français les attaquèrent à la baïonnette. La pluie était mauvaise pour tout le monde, mais elle fut désastreuse pour un grand nombre d'Allemands. Apiès la destruction de la cathédrale de Reims, ces attaques à la baïonnette par les Français seront plus terribles encore que jamais. A Saint-Quentin, la bataille a été violente. Les Allemands réussirent à s'emparer d'une grande partie de la ville, dont ils avaient été chassés une fois. Us se fortifièrent dans les maisons et les Français ne purent les chasser. Les canons Maxim furent mis en action dans les rues et causèrent un terrible effet. Les Français auraient pu déloger les Allemands en bombardant la ville, mais ils craignirent de mettre le feu aux maisons et de tuer beaucoup d'habitants qui se tenaient dans leurs caves. LE BESOIN D'ALLUMETTES. Le Daily Mail publie une lettre d'un officier sur la ligne de feu sur l'Aisne, où nous cueillons ce passiage suivant: " Nous fûmes informés par notre état-major général que quarante officiers de la Garde allemande ont été capturés ivres à Guise. Nos hommes grognèrent tout le temps de leur retraite de Belgique, mais ceci cessa comme par enchantement lorsque nous reprîmes l'offensive. " Si le public anglais pouvait nous envoyer des allumettes nous les recevrions avec une gratitude qui ne finirait pas, car il est arrivé souvent que dans toute la compagnie nous ne possédions pas une seule allumette... " Nouveau bombardement de la cathédrale de Reims Bordeaux, 26 septembre. — Les Allemands ont recommencé le bombardement de la cathédrale de Reims, hier. (Havas). *** Bordeaux, 27 septembre. — Un télégramme de Berlin proteste que ce n'est pas systématiquement que les Allemands out bombardé la cathédrale, mais en suite de "nécessités militaires!". En même temps, une dépêche que le "Tintes" nous apporte nous apprend que les Allemands ont recommencé, le 24, le bombardement de la cathédrale de Reims. C'est une réponse — stratégique — a l'indignation provoquée, dans tout le monde civilisé — par cet outrage à l'humanité. En Belgique Un engagement à Oordegem NOS TROUPES ARRETENT LA MARCHE D'UNE COLONNE ALLE MANDE SUR LA CHAUSSEE DE GAND Une_ auto-mitrailleuse belge a rencon-' tré, hier matin, un peu au-delà de Qua--trecht, à l'endroit appelé "ïïet Kruis", /cinq ' hussards allemands, qui servaient apparemment d'éclaireurs .à l'avant-gar-,de d'une colonne qui suivait la chaussée "de' Garid. Un' deis hussards fut blessé et "deux furent faits prisonniers L' avant-garde, comprenant environ 150 .cavaliers et;30O. fantassins, avait passé la nuit à Oordegem. ' Un engagement eut lieu sur ; la chaussée de' G and, auk "Vijf Huizen" et i Erpe entre les cavaliers allemands et un régiment belge appuyé par. quelques canons.Le combat cessa, vers 2 h. 30 de l'après-midi. La colonne de la Croix-Rouge qui s'était arrêtée à Quatrecht fut aussitôt appelée sur les lieux et transporta à Gand quatre blessés, un lieutenant d'artillerie, qui a reçu une balle dans la cuisse, un ohasseur éclaireur et deux carabiniers cyclistes. Un de ces carabiniers a l'index de la main droite enlevé accidentellement par une balle de son fusil. L'ennemi s'est retiré sur Alost. L'avant-garde précédait une colonne de trois mille soldats allemands suivie de dix-huit pièces de canons et d'obusiers et d'une quarantaine de mitrailleuses. La colonne s'est arrêtée à Alost, tandis qu'une autre composée d'un millier d'hommes, a continué sa route vers Ter-monde.Il y avait aussi de nombreux camions conduits par des civils dont on avait requis les services. Toutes ces troupes sont parties d'As-scho où les Allemands paraissent avo;r établi un camp pour organiser l'investissement du Pays de Waes. ARRESTATION D'UN INCENDIAIRE ALLEMAND On a arrêté hier après-midi, aux environs de Quatrecht, un Allemand, vêtu d'un costume civil ; il fut surpris au moment où il mettait le feu à une meule de foin. L'incendiaire est arrivé sous bonne escorte à Gand, vers & heures 30 du soir ; il a été mis à la disposition de l'autorité militaire. Un " Zeppelin „ survole la Flandre et jette des bombes Notre correspondant de Syngem nous écrit : Dans la nuit de samedi _ à dimanche, vers 11 heures, un Zeppelin venant de l'Est et se dirigeant vers la côte est de nouveau passé sur Syngem. Vers 11 h. 15, nous avons entendu l'éclatement de cinq bombes aux environs de Deynze. A 1 h. 30, le Zeppelin, venant de l'Ouest, retourna vers Bruxelles. On nous assure que les dégâts à Deynze sont sans grande importance. Il y a quelques carreaux brisés dans le couvent et c'est tout. Le Zeppelin a survolé, pendant un quart d'heure, la gare de Gavere, où sta tionnait un train militaire. On entend, ce matin, tonner le canon dans la direction d'Alost. **# Le "Zeppelin" fut aperçu vers 10 h. 3C de la nuit, près de Ninove. Il continua sa route en passant au-dessus de Sotte-gem, Alost et Wetteren. Puis il se dirigea sur Meirelbeke, Gavere, Waeregem, Aerseele et Deinze. Il lança quatre bombes sur Deinze. L'une d'elles tomba sur l'hôpital. De« éclats du projectile atteignirent un pauvre vieillard alité qui fut blessé aua jambes. Le dirigeable recommença son lâcb< exploit au-dessus de Thielt, où il laissa tomber encore deux bombes, l'une dam un champ, l'autre sur l'usine à gaz donl une écurie fut démolie. Pour continuer sa sinistre besogne, 1( "Zeppelin" passa sur Roulers, Courtra: et Mouscron. En cours de route, Rolle-gem reçut deux bombes qui ne causèrent que peu de dégâts. Des habitants d'Audenarde furent réveillés vers 1 heure du matin par le bruit des moteurs du dirigeable qui, à ce moment, ne se trouvait qu'à quelques centaines de mètres d'e hauteur. Il disparut dans la direction de Sottegem et de là vers Ninove. Deux " Taube,, veulent survoler Anvers Anvers, 26 septembre. — /De source sûre). — Dans la matinée, un "Taube" a survolé Duffel et a jeté deux bombes qui sont tombées dans l'eau et n'ont ainsi riausé aucun dégât. L'aéroplane^ continué sur Contich, puis est reparti vers le sad Cetro après-midi, un autre "Taube" a survolé la ville par l'Est. Trois bombes ont été jetées de l'un des a-wons allemands, sans aucun résultat. L'une est tombée à proximité de l'écurie de la fabrique de MM. Bal et Oie, une autre près du Boschuil et la troisième près du château de_ M. Beuckelaere, toutes trois sur territoire d© Schooten. Us n'ont pas réussi à blesser le moindre citoyen moffensif. Leur exploit d'assassin a ainsi obtenu un résultat absolument nul. UN TAUBE A MALINES Malines, 26 septembre. — Un aéroplane allemand a été aperçu de Malines cette après-midi, venant du Sud et se dirigeant vers le Nord. Il a passé sur Hef-fen, où on l'a fort bien vu, car il ne volait pas très haut à- ce moment, mais il essuya peu après le feu de nos troupes et s empressa de prendre de la hauteur, en changeant sa direction vers Lierre. Il passa vers quatre heures au-dessus de Duffel; où il lança des bombes, deux, ' rapporte-t-on. L'une tomba dans la Ni-Ihe, près du pont de la chaussée de Lierre à Malines, l'autre non. loin de'là, dans une prairie, endommageant gravement ' les arbres environnants. . Le bourgmestre d'Ostende proteste contre l'attentat du « Zeppelin » Le-bourgmestre de la ville d'Ostende a remis vendredi la protestation suivante entre 1^ mains de M. Johnson, .consul des ' Etats-Unis d'Amérique à Ostende. " Dans la nuit du 24 au 25' de ce mois, vers 23 heures, un " Zeppelin " a survolé la ville d'Ostende, jetant sur son territoire plusieurs bombes, dont l'explosion a causé des dégâts matériels importants. " Considérant que la ville d'Ostende est une cité ouverte, je crois de mon devoir de déposer entre vos mains une énergique protestation contre cette injustifiable violation du droit des gens. " Je vous saurais gré, monsieur le consul, de vouloir accueillir la présente protestation à toutes fins que de besoin. " Veuillez agréer, M. le consul, avec les remercîments de la population tout entière, 1 assurance de ma haute considération.(signé) : » AUG. LIEBAERT." En réponse à cette protestation, le bourgmestre d'Ostende vient de recevoir la lettre suivante du consul des Etats-Unis : " J'ai l'honneur de vous accuser réception de votre communication d'hier, le 25 septembre, et, en accord avec votre de-jnande, j'ai envoyé une communication par câble à mon gouvernement, à Washington, en transmettant votre protestation concernant le lancement des bombes dans la ville d'Ostende, le 24 septembre 1914. " Veuillez agréer, M. le bourgmestre, avec mes salutations les plus distinguées, 'mes sentiments les plus respectueux. " Le consul des Etats-Unis d'Amériaue : H. A. Johnson. " LA VOIE MONS-BRUXELLES Un détachement de volontaires belges a fait sauter jeudi un viaduc à Bierghes, près d'Enghien, au milieu des lignes ennemies, sans être inquiété. Il continua son chemin sur la route cendrée pour achever l'œuvre si bien commencée, lorsqu'il fut surpris et enveloppé par des forces supérieures allemandes. Un violent combat s'engagea; plusieurs des nôtres tombèrent, mais le plus grand nombre purent heureusement arriver en lieu sûr, ayant achevé pleinement leur mission. On dit que de nouveau des langues trop légères ont trahi leur présence. Quand cela finira-t-il 1 Un second détachement a fait sauter les rails à Masnuy-St-Pierre, sur une distance do 100 mètres. Là aussi une escarmouche eut lieu, et il, y eut des morts et des blessés des deux côtés. Pour achever l'œuvre si bien commencée par nos braves éclaireurs, qui, froidement, audacieusement héroïques, se sont risqués en pleine ligne_ ennemie, deux trains ont été lancés à vide à toute vitesse sur la ligne de Braine-le-Comte, samedi matin vers deux heures: en s'é-crasant sur les ouvrages démolis par nos troupes, ils auront achevé de couper les communications entre Mons-Bruxel-les. Chacun de ces trains était compose de deux machines placées l'une en avant, l'autre en arrière d'une rame de wagons chargés de sacs remplis de sable. UN MOUVEMENT EXTRAORDINAIRE A BRUXELLES Un Bruxellois, qui est arrivé non sans 1 grandes difficultés à Gand, affirme qu'il règne dans la capitale _ un mouvement extraordinaire du cote des trou-' pes allemandes. De nombreuses automobiles traversent la ville de tous les côtés : des estafettes partent dans _ toutes 1 les directions. Il se prépare certainement un mouvement important. Il devient pour ainsi dire impossible de sortir de Bruxelles. Hier encore un ' grand nombre de voyageurs ont été arrêtés pendant plusieurs heures, tandis que les femmes furent renvoyées d'où elles venaient. Des hommes ont été emmenés à Oharleroi, où on les a remis en liberté. On affirme que l'état-major allemand a quitté Bruxelles avec la t>Tus grande partie des troupes qui ont été remplacées par des soldats autrichiens. L'ESPIONNAGE On nous écrit : Un voyageur de commerce qui, dans ces derniers temps, s'est rendu maintes fois à Bruxelles, signale à qui de droit que des centaines de voyageurs, venant de la capitale, débarquent en notre ville sans devoir montrer aucune pièce d'identité, alors que pour atteindre la capitale on est tenu de montrer son laisser-passer à plusieurs reprises. Dans ces conditions, rien d'étonnant que des espions allemands puissent impunément circuler dans notre ville pour en rapporter des renseignements très utiles j ■ à l'ennemi. J LA VIE REPREND A MALINES. Des 60,000 habitants des Malines, environ 40,000 sont retournés dans la ville où deux trains apportent journellement les ravitaillements. Les personnes privées die tout moyen de subsistance sont envoyées à Folkestone. De temps en temps le fort de Waelhem grandie et détruit, à longue distance, l'un ou l'autre retranchement allemand. Ce matin, les Allemands ayant_ recommencé le bombardlemient,- les habitants -S'enfuirent d® nouveau. . ■ (Voir détails en. Dernière, Heure). .> POUR-SE RENDRE A ANVERS ET AUX ENVIRONS En vertu_ d'ordres de M. le lieutenant général, commandant de la position'fortifiée d'Anvers, les-voyageurs par chemin 'de ïér doivent être munis des pièces suivantes : ■ Les personnes demeurant dans une localité située- en dehors de la ligne exté-• rieuret des forts et devant se rendre dans la position fortifiée doivent avoir.un certificat avec portrait estampillé, délivré, sous l'entière responsabilité de l'autorité communale de leur résidence, et indi= quant nettement les motifs du voyage. A certains ouvriers civils, occupés aux travaux de défense, on ne demande que le certificat d'identité avec cachet de l'autorité militaire qui les emploie. Pour gouverne, il faut un motif sérieux pour se rendre dans les cantonnements militaires. Prescriptions de la note du S septembre 191Jf : Il doit être entendu qu'en principe personne ne peut sortir de la première ligne ou y entrer, si ce n'est les personnes appelées à prêter leur concours à l'autorité militaire ou celles qui viennent présenter en vente les denrées nécessaires à l'alimentation des habitants et des troupes de la P. F. A. Les autres personnes devront justifier la nécessité de leur déplacement. " . Êa ^position fortifiée d'Anvers srétend jusqu'à^ la première ligne extérieure des forts, limitee par Beveren-Waes, puis la ligne de Gand à Anvers-Waes et puis Puers pour celle de Gand à Anvers (C.). UN ORDRE DU JOUR Nous reproduisons ui-après un ordre du jour du lieutenant général Baix, commandant la Ire. division. Les Gantois apprendront avec plaisir que les régiments de Gand savent faire leur devoir : " Je félicite chaleureusement les offi-" cieirs, sous-officiers et soldats du 1er bataillon du 2e de ligne (majior Re-" ding), de la compagnie des mitrailleurs " capitaine Marichal), de la batterie " (capitaine commandant Grade) qui„ " dans la nuit du 12 au 13 septembre, " ont repoussé vaillamment toutes les " attaques de l'ennemi, maintenant avec " une belle ténacité les positions qu'ils " avaient conquises à 300 mètres de la " ligne de défense principale des Alle-" mands à Elewyt. " Le lieutenant général commandant, (s.) BAIX. APPEL AUX MEDECINS VETERINAIRES BELGES M. Hoste, d'Oostcamp, président de la Fédération médicale vétérinaire de Belgique, prie les confrères des régions éprouvées, de bien vouloir se mettre en rapport avec lui. Un comité, en formation, recherchera les voies et moyens pour venir à leur aide, ainsi qu'à leurs familles.Tous renseignements, adresses de confrères, etc., ainsi que dons, seront reçus avec reconnaissance. COMMENT ON APPRECIE NOS SOLDATS EN ANGLETERRE. Voici un reflet des sentiments qu'excite en Angleterre la conduite de notre armée. Nous extrayons cette opinion flatteuse d'une lettre qui nous est adressée par l'une des plus importantes firmes du Royaume-Uni : "Piermettez-nous de vous assurer que non seulement notre pays, mais les autres nations du monde ont été immensément impressionnés de la façon magnifique et pleine d'abnégation avec laquelle la Belgique a combattu et combat encore pour le maintien de son indépendance. Le rôle qu'a joué voh tre pays ne peut être assez hautement estimé^ et nous pouvons vous certifier que tous ici nous, attendons avec confiance le jour, que nous croyons prochain, où votre belle patrie renaîtra avec une force et une prospérité plus grandes. '" SECOURS DU CANADA AUX BELGES Sir J. Lomer-Gouin, président du conseil de la province de Québec a tétégra-phié à sir Robert Borden, premier ministre du Dominion du Canada et aux présidents des conseils de toutes les provinces pour leur annoncer que la province de Québec est désireuse de venir en aide au plus tôt aux populations si éprouvées de Belgique et leur demander une entente, à cette fin, entre l'administration fédérale et les gouvernements des provinces. Uaction russe L'INVESTISSEMENT DE PRZEMYSL Pétrograde, 24 septembre. — Un communique officiel dit que, dans leur poursuite des troupes autrichiennes, les Russes ont occupé Wislok, ville située sur 1a frontière de la Hongrie, dans le» O&r-pathes, et à 25 kilomètres au sud-est de Przemysl. LE SORT DE PRZEMYSL DECIDE. --LES RUSSES S'EMPARENT DE CHYROW. — L'ARMEE AUTRI-, CHIENNE CONTINUE SA RETRAITE.La ville de Chyrow eat située à la .jonction des lignes de chemin de fer à environ 30 kilomètres de la .forteresse de Przemysl. Son occupation par les .Russes achève d'isoler Przemysl de . toute communication par chemin de fer,Jaroslaw, oentre important . de communication .vers le Nord, étant déjà, depuis plusieurs •jours occupé par les Russes. - * , *** Du correspondant du "Times" à Pétrograde:Chyrow est tombé et le sort de Przemysl est décidé. L'état-major général russe annonce: Dans l'Ouest de la Galicie, il n'y a pas eu d'engagements importants. L'armée autrichienne, repoussée de Chyrow, continue à se retirer. Le 23 septembre nous avons repoussé une tentative faite par l'avant-garde allemande de pénétrer sur notre frontière, dans la province de Suwalki. Dans la région de Shchuchin et Win-cent, nous avons livré des combats d'avant-garde qui ont tous tourné à notre avantage. Les endroits indiqués sont situés presque sur la frontière. Toutes les nouvelles au sujet d'une avance allemande sont sans fondement. La prise des lignes de défense de Ra-dymno, annoncée hier soir, indique que les Russes se rapprochent de Przemyisl. Radymno est situé à 13 kilomètres au Sud-Est de Jaroslaw, sur la rive gauche de la San, ©t commande toutes les communications de la forteresse. La prise de Chiskifulstyn par l'armée du général Brus silo ff marque la dernière phase des opérations qui devaient aboutir à la prise de Chyrow. En laissant derrière elle un nombre suffisant d'hommes pour empêcher toute sortie de troupes de Przemysl, les armées des généraux Brus-siloff, Radko et Dmitrieff se trouvent maintenant à même de hâter leur marche vers Cracovie. Pendant l'occupation de. Tilsitt par les Russes, les habitants demandèrent au commandant russe l'autorisation de tenir leur foire annuelle. Cette autorisa^ tion leur fut donnée. Les nombreux paysans qui s'y trouvaient rassemblés tirèrent tout à coup sur les Russes. On s'aperçut alors que ces soi-disants paysans étaient des officiers et soldats allemands.L'évêoue comte Szeptycki, qui a été amené à Kieff, comme prisonnier de guerre, a pris une part active aux opérations des armées autrichiennes en Galicie.Un succès russe Les Russes se sont emparés de Rzes-zow, sur la voie ferrée conduisant à Cracovie et de deux positions fortifiées au nord et au sud de Przemysl. A propos de la prise de Jaroslaw On mande de Pétrograde, le 23 septembre : " Les brèves informations annonçant la prise de Jaroslaw ne peuvent laisser de doute sur le fait que la garnison de Jaroslaw a abandonné ses canons et a pris la fuite devant la poursuite dies Russes. La prise d'une place aussi forte après deux jours d'attaque ne peut s'expliquer autrement. Mais si les troupes autrichiennes ne sont plus capables de tenir à l'abri de défenses qui, au dire des experts militaires russes, sont plus fortes que celles die Liège et de Namur, leur moral doit être à bout. Les positions d'unie force énorme, successivement emportées par lea Busses sur la rivière San, peuvent donner une idée des difficultés que les armées russes ont eu à surmonter pendant lea dernières étapes de leurs opérations en Galicie. Chacune de ces forteresses avait été pourvue de grosse artillerie et contenait d'énormes quantités de provisions et de munitions, ee, qui montre que les Autrichiens s'étaient préparés à une défense obstinée de la ligne de la San, mais qu'ils furent balayés par l'irrésistible assaut des armées moscovites. " LES AUTRICHIENS SE RETIRENT SUR CRACOVIE Pétrograde, 26 septembre. — Les troupes autrichiennes battent en retraite rapidement sur Craoovie. Elles n'ont laissé à Przemysl qu'une simple garnison qui essaiera de tenir le plus longtemps possible.A Cracovie des renforts allemands ont été envoyés qui fortifient tous les environs.LES RUSSES ABATTENT UN ZEPPELIN Varsovie, 26 septembre. — Un Zeppelin a lancé deux bombes. Les dégâts sont insignifiants. Le Zeppelin a été abattu par les Russes près de la forteresse de Modlin. L'équipage a été fait prisonnier.LES RUSSES CAPTURENT UN TRAIN BLINDE Pétrograde, 26 septembre. — On apprend qu'au Sud de Przemysl, les Russes ont canonné et capturé un train blindé autrichien armé de mitrailleuses et d« canons.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks La Flandre libérale behorende tot de categorie Culturele bladen. Uitgegeven in Gand van 1874 tot 1974.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie