La libre Belgique: bulletin de propagande patriotique

1533 0
01 oktober 1917
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1917, 01 Oktober. La libre Belgique: bulletin de propagande patriotique. Geraadpleegd op 13 juni 2024, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/ks6j09x84t/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

N? 13-Sf 3RÈÛISJÈME ANNÉE .OCTOBRE 1917 wujiAtKivu". Anm .yvwua/ WWK OU NUMERO — Élastique, 0» aéra à Militai ynriAre aux *0v#o4*ius ô© as pas dûfxusar flatte Ai-mi to) LA LIBRE BELGIQUE J'ai fol dans nos destinées, un Pays qyl se détend s'impose au respect de tous ce pays ne périt pas! Dieu sera avec nous dans cette cause juste. ALBERT. Roi des Belges (4 août 1914). Acceptons provisoirement les sacrifices qui nous sont imposé^... ©t attendons patiemment l'heure de la réparation. A. MAXT FONDÉE LE 1" FÉVRIER 1915 Envers les personnes qui dominent par la lorce militaire nolr« pays, ayons les égards que commande l'intérêt général Res pectons les règlements qu'elles nous imposent aussi longtemps qu'ils ne porteat atteint* ni à la liberté de nos consciences chrétiennes ni à notre Dignité Patriotique Mqr MERCIER, BULLETIN DE PROPAGANDE PATRIOTIQUE — RÉGULIÈREMENT IRRÉGULIER NE SE SOUMETTANT A AUCUNE CENSURE ADRESSE TÉLÉGRAPHIQUE KOMMANDANTUR - BRUXELLES BUREAUX ET ADMINISTRATION ne pouvant être un emplacement de tout repos, ils «ont installés dans une cave automobile ANNONCES : Les affaires étant nulles sous la domination allemande, nous avons supprimé la page d'annonces et con» aeillona A noa clients de réserver leur argent pour de» temps meilleurs. PLUS QUE JAMAIS, CACHEZ VOS CUIVRES! A l'heure même où le chancelier de l'Empereur parjure ose dire au Pape : « Nous sommes persuadés que le corps affaibli de » la société humaine ne peut recouvrer son énergie vitale sans un relèvement de la force morale du Droit », les laquais du.même despote couronné continuent, chez nous, la série, déjà si longue, hélas! de l*urs vols et de leurs rapines. Belges, surtout ne fléchissez pas I Au pillage systématique, opposez vaillamment une invincible résistance. L'esprit belge s'est révélé merveilleusement fertile en expédients de toute sorte. Quelle vitalité! Quelle richesse! Tenez bon jusqu'au bout! C'est dans les difficultés et les souffrances que se forment et se trempent les grandes nations comme les grands caractères. Votre résistance héroïque contribuera, autant que la bravoure de nos soldats, à enfanter cette Patrie glorieuse que sera la Belgique de demain. Cachez vos cuivres! Ne livrez rien! Même, s'il le faut, détruisez! Luttez pied à pied contre l'envahiaseur. A eux la force, soit, mais à nous l'esprit, ce magnifique esprit belge que jamais, au cours de notre longue histoire, jamais aucun tyran ne parvint à dompter ! Vive la Belgique, quand même!... La Libre Bei.oique, Sale hypocrite! Je demande bien humblement pardon aux âmes sensibles — il paraît qu'il y en a parmi les lecteur» de la Libre Belgique — qui souffrent dans leur délicatesse native de nous voir attaquer parfois un peu véhémentement ceux, Allemands ou traîtres vendus à l'Allemagne, qui torturent, insultent et divisent nos populations. Que voulez-vous? Nou» avons l'habitude de la sincérité, ne cachons pas nos sentiments, aimons à avoir quand même le verbe franc, d'appeler un chat, un chat, et Hurt, un fripon. Car l'épithète ci-dessus, encore que très amadouée, s'adresse au nommé Hurt, gouverneur du Brabant, un des groins le? plus répugnants de la porcherie teutonne. Cet individu sent le besoin de publier un « Avis », chef-d'œuvre de fourberie et de mensonge, longue suite de calomnies au peuple belge, lequel Avis a pour prétexte le trafic des pommes de terre. Il y parle du prix « usuraire et criminel » de» tubercules; mais il a soin d'oublier que ce prix criminel est avant tout, initialement, on pourrait dire uniquement imputable aux agissements des Allemands qui volent partout les pommes de terre, comme tout le reste d'ailleurs, et empêchent la libre concurrence et le libre parcours pour la partie non volée. Déjà, il y a plusieurs mois, le Doerenbond (ligue des paysans) suppliait von Bissing de lever les obstacles à la vente libre et au transport libre, affirmant que si l'autorité allemande souscrivait à cette mesure de salut public, les grands centres seraient ravitaillés convenablement et à bis prix. Evidemment von Bissing refusa, et il savait pourquoi : au moment même où imprudemment il affichait sur les murs de Bruxelles que pas une pomme de terre ne quittait le territoire belge sinon pour aller secourir les affamés de... la France occupée, des trains entiers transportaient des milliers de tonnes de ces tubercules par delà la frontière allemande « à tel point que la partie la moins aisée (et l'autre aussi!) ne fut plus à même de s'en procurer ». 11 fit plus : il activa la réquisition des haridelles, empêchant de plus en plus le voiturage. Le même fait se présente aujourd'hui, ruais en des proportions autrement < criminelles » qu'an 1015 et 1916. Qu'une disette de pommes de terre nous guette, c'est incontestable. Déjà les placards allemands préviennent les populations qu'on ne leur fournira que 180 grammes par jour. Où va le reste, monsieur Hurt? La récolte — qu'on a cru un moment compromise — est au contraire abondante dans la plupart des provinces pour les pommes de terre de conservation. La Belgique en produit plus de 4 kilos pir habitant — on en accorde généreusement ISO grammes... et encore, va-t-en voir, si elles viennent! Oui, où va le reste? Il y a donc vol manifeste. Pour cacher cette spoliation « criminelle «, Hurt invoque l'accaparement. Il ment, et il sait qu'il ment. Quelques pauvres diables (pas toujours recommandables d'ailleurs, et dont nous ne voulons prendre la défense) s'en vont aux champs, y achètent des pommes de terre à des prix surélevés, les revendent en ville à des prix plus exorbitant» encore si la police allemande ne les intercepte pas. Trafic condamnable, je l'admets. Mais Hurt a-t-il songé que pareille exploitation serait impossible s'il permettait la libra concurrence? Hurt ne sait-il pas que les quelques dix mille kilos clandestinement introduits en ville (sans cela il n'y en aurait pas du tout!) ne peuvent avoir aucune influence sérieuse, étant donné les quantités colossales plantées et récoltées? Et voilà le misérable prétexte que Hurt invoqua pour faire assavoir au peuple que « les pommes de terre feront totalement défaut », que conséqueinment les populations citadines en seront privées. Sale hypocrite, va! menteur éhonté! La cause de la disette menaçant» est tout autre, vous la connaissez, mais rougissez de la faire apparaître : ce sont les opérations louches de la Kartoffel-Zentrale qui accapare et emmagasine; ce ne sont pas les petits fraudeurs de la populace, c'est elle qui réquisitionne nos aliments produits par notre sol, destinés à nourrir notre peuple et qui les vole au prix maximum (20 francs pour les Allemands!) pour les PRIÈRE DE FAIRE CIRCULER CE BULLETIN

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks La libre Belgique: bulletin de propagande patriotique behorende tot de categorie Clandestiene pers. Uitgegeven in S.l. van 1915 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes