La libre Belgique: bulletin de propagande patriotique

815 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1915, 01 Maart. La libre Belgique: bulletin de propagande patriotique. Geraadpleegd op 17 juli 2024, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/1j9765bc9b/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

NUMÉRO 10 PRIX DU NUMERO — élastique- de zéro à lïnlini (prière aux revendeurs de ne pas dépasser cette limite) MARS 1915 Acceptons provisoirement les. sacrifices qui nous sont imposés..,.... Envers les personnes qui dominent par la force militaire notre-pavs, et attendons patiemment l'heure de la réparation. ayons les égards que commande l'intérêt général. Respectons îe^ y c Bourrmpïtrp règlements qu'elles nous imposent aussi longtemps qu'ils ne portent * ' atteinte ni à la liberté de nos consciences chrétiennes ni à notre Adolphe MAX. Dignité Patriotique. M,r MERCIER. BULLETIN DE PROPAGANDE PATRIOTIQUE — RÉGULIÈREMENT IRRÉGULIER NE SE SOUMETTANT A AUCUNE CENSURE ADRESSE TÉLÉGRAPHIQUE : KOMANDANTUR - BRUXELLES BUREAUX ET ADMINISTRATION ne pouvant être un emplacement de tout repos ils sont installés dans une ca^e automobile ANNONCES Les affaires étant nulles sous la domination allemande, nous avons supprimé la page d'annonces et conseillons à nos clients de réserver leur argent pour des temps meilleurs. Un peu d'indulgence s'il vous plaît Quelques lecteurs se sont plaints de l'odeur dés-agreable qu'avaient certains de nos journaux; qu'ils veuillent bien nous excuser, mais ils doivent comprendre qu'en temps de guerre on ne peut pas toujours choisir ses compagnons de voyage. Aussi la LIBRE BELGIQUE s'est vue forcée de voyager avec des Ha-rengs Saurs, des Fromages de Herve et du Carbure de Calcium. Nous prions nos lecteurs d'avoir pour la LIBRE BELQIQUÉ la même indulgence qu'ils se voient forcé d'avoir momentanément pour certains voisins de tram. Touteîois le printemps est là, aussi nous ferons l'impossible pour donner à la LIBRE BELGIQUE le parfum de la rose ou de la violette. Le présent numéro parait en retard, voici l'explication : Nous avons dû le reimprimer, la LIBRE BELGIQUE a rencontré l'ennemi, elle s'est jetée à l'eau pour se sauver à la nage et elle s'est noyée. REQUIESCAT IN RACE. L'ARMEE BELGE EN MARS 1915. La presse allemande a publié une série de notes dans lesquelles il est répété avec insistance que les effectifs de l'armée belge sont réduits dans l'ensemble à un seul corps d'année; que les hommes sont démoralisés, mal équipés. Une l'artillerie manque de munitions, que les cadres n'existent plus, (les notes ont surtout comme but d'impressionner l'opinion publique en Relgique. Le bureau belge de documentation publie en réplique à ces notes tendancieuses allemandes, un exposé de l'état général de l'armée belge au début de 1915 : le voici en résumé : Sans doute après la bataille de l'Yser, succédant à la fatigante retraite d'Anvers, l'armée belge, quoique exaltée par le succès de sa splendide résistance, avait besoin d'être renforcée en effectif et réorganisée au point de vue matériel. La situation de l'armée allemande était identique, avec cette différence, toutefois à son désavantage, qu'elle sortait vaincue de sa furieuse offensive sur Calais. Tous les rouages nécessaires furent immédiatement mis en œuvre par le haut commandement belge, pour ce renforcement. Les communiqués otliciels français ont remarqué le succès obtenu, en signalant que l'année belge s'est réorganisée avec, une rapidité remarquable et que son état matériel et moral esl excellent. C'est la vérité même. Aujourd'hui l'armée belge, qui était entrée en campagne avec six divisions d'année et une division de cavalerie, compte toujours ses six di\ isions d'armée, niais deux divisions de. cavalerie au lieu d'une, toutes parfaitement organisées, armées et équipées. Chaque unité possède un effectif normal et le cadre nécessaire. Tout récemment encore, plusieurs milliers de recrues ont rejoint leurs aînés. La dotation en mitrailleuses a été augmentée. L'artillerie est complétée et renforcée par des pièces de gros calibre. ( • Le nombre des unités de pionniers s'est accru et toutes les divisions sont pourvues des services nécessaires. Le moral esl splendide, tant chez l< s anciens quejchez les recrues. Les chefs attestent dans leurs rapports que les troupes belges n'aspirent qu'à chasser, à quelque prix que ce soit, l'ennemi hors du territoire national ou de l'y écraser. Plusieurs milliers de recrues et de volontaires continuent leur instruction dans les camps et forment une importante réserve d'alimentation constitué*! d'éléments de premier ordre dont le nombre augmente tous les jours. Quant à l'effectif actuel de l'armée belge, si l'état-major s'imagine n'avoir plus devanLJui que l'effectif d'un corps d'armée de 40,000 hommes, l'armée belge se chargera elle-même très prochainement de le détromper d'une façon dont il ne se vantera certainement pas dans ses bulletins. CE QU'IL EST BON DE SAVOIR. j 11 est interdit de contraindre la population d'un territoire occupé à prêter serment à la puissance ennemie. (Convention de La Ilaye il)07, art, 45.] LE COU VERSEME N T PROVISOIRE SE PEl'T RIEN EXIGER DE L'HABIT\M Dl. CL OU APPARAITRAIT COMME \ N CRIME COVl'iit; SA PuOPRL PATRIE OU COMME ('NE PAli'l ICI PATIO S DII.KCI'E Ol|" INDIRECTE A LA (il ERKE. (Lois di la guerre d'après |,. grand état-..h,,,,i LE BLOCUS Sous le titre de « Deux méthodes », le « Temps » fait [iraîlre au sujet du blocus des mers un article dont nous Urayons ce qui suit : « Dans l'applicaton des mesures arrêtées de commun vord, la France et l'Angleterre ont tenu à prendre autant e précautions que possible pour éviter de léser les neutres ml en maintenant le principe de la suppression descommu-ications maritimes de nos ennemis. Elles empêchent les îarchandises d'atteindre ou de quitter l'Allemagne, mais Iles n'appliquent les règles d'aucun blocus ni fictif ni réel. ,es navires neutres ne courent pas de risques et la vie des on-combattants n'est pas menacée du fait des Alliés. Les

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks La libre Belgique: bulletin de propagande patriotique behorende tot de categorie Clandestiene pers. Uitgegeven in S.l. van 1915 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes