Le bruxellois: journal quotidien indépendant

350 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1917, 01 Juni. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Geraadpleegd op 06 juli 2020, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/pz51g0kq4t/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

! ' ' 4"" Année N. 95S ' Ed. S CINQ CENTIMES Vendredi 1" Juin 1917 ABONNEMENT PiSTAL, ÉD. £ Bruxelles - Province - Etranger 3 meis : Fr. 4.58. - Mk. 3.60 Les bureaux de poste en Belgique et à l'Etranger n'acceptent que des abonnements TRIMESTRIELS; ceux-ci prennent cours les 1 Jant. 1 Avril 1 Juillet 1 Octob. On peut s'abonner toutefois pour les deux derniers mois ou même pour le dernier mois de chaque trimestre au prix de : 2 Mois 1 Mois fr.3.#0-Mk,2.4# Fr.l.50-Mk.l.2O TIRAGE :°(iO=OO0 PAR JIUR Le Bruxellois I Rédacteur en Chef : Kenô Armand m louraal f cotlcien Iniipenian! a Rédaction, Administration, Publicité, Vente : 1 BRUXELLES, 45, RUE HENRI MAUS | ANNONCES — La lign« Faits divers et Echos . fr. 5.00 Nécrologie 3.00 Annonces commerciales . 1.50 » financières. . , 1.00 PETITES ANNONCES La petite ligne 0 La grande ligne. , . . . • L00 TIRAIS! MIO.OOO PAR JOUR Derniers Communiqués Officiels ' ALLEMANDS BERLIN, 31 mai. — Officiel de midi : Théâtre de la guerre à l'Ouest. Groupe d'armée du feld-marécfcal prince héritier Eupprecht de Bavière: La vive action d'artillerie dans la boucle d'Ypres 'et de Wytschaete, continue. Près de la Scarpe et aa sud, plusieurs compagnies anglaises, qui dans la soi-tée effectuèrent une poussée par surprise contre nos tranchées, ont été rejetées avec des pertes nombreuses. Après uns brève recrudescence du feu, des attaques anglaises ont été déclanchées également dans la nuit entre Monclty et Guemappe. Dans un 'âpre corps-à-corps, des régiments de la Prusse Orientale ont repoussé l'ennemi s'élançant à plusieurs reprises. Groupe d'armée du Kronprinz allemand: Le long de la crête du Chemin des Dames et 'dans la Champagne occidentale, la lutte d'artillerie a atteint de nouveau une intensité assez grande. Sur la rive méridionale de l'Aisne, des troupe du pays rhénan occidental ,après 1des explosions importantes, ont pris d'assaut plusieurs tranchées françaises et ont ramené 40 prisonniers et plusieurs mitrailleuses. A l'est d'Auberive, des éléments d'un régiment du Haut-Rhin ont effectué des opérations de reconnaissance, au cours desquelles 50 prisonniers sont tombés en nos mains.Au cours de la nuit, l'action a été vive également sur la rive occidentale de la Meuse. Groupe d'armée du duc Albrecht : Rien de nouveau. Théâtre de la guerre à l'Est. La situation générale ne s'est pas modifiée. Front en Macédoine: Des engagements réussis aux avant-postes ont rapporté un certain nombre de prisonniers à des détachements de patrouille allemands et bulgares, dans la boucle de la Czerna et sur la rive occidentale du Vardar. BERLIN, 30 mai. — Officiel du soir : Rien de particulier. La guerre sous-marins. BERLIN, 31 mai. — Officiel : ■jgwatBg ■««.*. 'pourquoi loïf. al 'du Nord .- 21,500 tonnes de /ai'sstg&oureusç. coulés se trouvaient entre autres• au croiseur auxiliaire anglais et deux vapeurs anglais. AUYftiCHie* VIENNE, 30 mai : Théâtre de la guerre à l'est. L'activité combattive se maintient, notamment 'en Galicie orientale. Théâtre de la guerre italien, La journée d'hier a été relativement calme à VI-sonzo. Vers le soir, les Italiens tentèrent de nouveau d'avancer avec des forces imposantes près de Vodice. L'attaque s'ccroula sous notre feu. Pareil sort a été réservé aux attaques italiennes prononcées ce malin de bonne heure près de famiano. En Çarinthie et au front tyrolien, rien d'intéressant. Théâtre de la guerre au Sud-Est. Au sud-est de Berat des poussées de reconnaissance italiennes ont été anéanties. rmcs CONSTANTINOPLE, 30 mai. — Officiel : Rien de particulier sur tous les fronts. FfiANçASà» PARIS, 30 mai. — Officiel de 3 h. p. m. : Lutte d'artillerie assez violente et rencontres de patrouilles au sud de Saint-Quentin. En Champagne, um- attaque ennemie mente par des unîtes spéciales d'assaut a tenté d'aborder nos tranchées sur le Mont Blond. L'ennemi a dû refluer sous la violence de nos feux^ en abandonnant des morts et des blessés. Nous avons fait des prisonniers, pris une mitrailleuse et un appareil lance-fiammes. Sur la vive gauche de la Meuse, nous avons execute un coup de main dans les lignes ennemies à la côte 304. Des destructions importantes ont été opérées par nous et nous avons ramené une dizaine de prisonniers. Nuit calme partout ailleurs. Aviation. — Deux a^'ions ennemis ont été abattus par nos pilotes dans la journée du 29. Il se confirme qu'un autre appareil enner.a a été descendu le 27 dans la région de Filain. PARIS, 30 mai. — Officiel de 11 h. p. m. : Les deux artilleries ont continué à être très actives au cours de la journée dans la région au sud de Saint Quentin. En Champagne, une riposte énergique de nos batteries a mis fin à un bombardement assez vif de nos tranchées du Mont-Haut et du Casque, journée relativement calme sur le reste duj front. RUSSE PETROGRAD, 29 mai. — Officiel : Sur le front de l'Ouest et en Roumanie, la fusiV lade habituelle. Au front du Caucase, les Turcs ont tenté de s'approcher de nos avant-poste s au sud de Van; ils ctit été toutefois reponssés par notre feu. Aviation. — Un de nos avions a été, au cours d'un raid de reconnaissance, attaqué par 3 appaéils ,k Fokker »; après combat, il s'est abattu, après quelques minutes, dans les lignes ennemies pris du village de Biliesci, au nord de Focsani. L'avi'feur, le sous-officier Bigel, et l'observateur, le sou ^lieutenant Tarchoff. auront probablement péri. ■ ITAiJEll ROME, 29 mai. — Otficiel : Sur le Carso, l'ennemi a cherché hier, en mettant énerg.qu.ement en action ses canons et ses mortiers, à entraver le vigoureux travail fait par nos troupes pour renforcer nos lignes. Une attaque ennemie, dirigée contre nos positions établies à l'est de la voie ferrée San Giovanni-Duino a échoué sous notre feu. Au cours de la nuit du 28 mai et durant la journée d'hier, l'ennemi a dirigé un feu concentrique de panons de tout calibre contre la hauteur 126, située au sud de Grazigna. Notre artillerie est intervenue à temps et a dispersé à différentes reprises les détachements d'attaques autrichiens qui se rassemblaient dans les tranchées ennemies les plus avancées.Dans le secteur de Vodice, le feu dirigé contre nos positions établies sur la hauteur 652 n'a pas été moins violent. Une attaque dirigée par d'importants détachements ennemis contre le sommet de cette hauteur a échoué grâce à la rapide intervention de nos troupes. Par contre, I infanterie italienne, brisant la tenace résistance de l'ennemi posté dans les cavernes, a notablement progressé sur le versant sud-est de cette même hauteur et s'y est fermement établie. Dans le secteur de Plava, nous avons repoussé l'ennemi dans la vallée située à l'est de Globua et nous avons fait une centaine de prisonniers. ANGLAIS LONDRES, 29 mai ; Au sud-ouest de Lens des détachements de patrouilles ennemis ont été repoussés au cours de la nuit; des raids, accompagnés de succès ont été effectués au nord du bois de Ploegsteert. LONDRES, 29 mai. — Officiel ; Le navire-hôpital « Dover-Castle » (8,271 tonnes) a été torpillé le 26 mai, à 6 heures du soir, dans la Méditerranée. A S h. 1/2 du soir, il a été touché par une seconde torpille et a coulé. Tous les malades, le personml sanitaire et l'équipage ont été sauvés, à l'exception de six personnes, qui ont disparu, vraisemblablement tuées par l'explo- î Le croiseur-auxiliaire armé « Hilary » a été torpillé et a coulé dans la mer du Nord; quatre hommes ont été tués par l'explosion. Un contre-torpilleur anglais a coulé à la suite d'une collision; il n'y a pas eu de victimes. Dernières Dépêches A la Chambre française., Berne, 30 mai. — Dans son discours prononcé à la séance de la Chambre d'hier, au sujet des spéculations sur les prix en France, le minisfore des vivres Violette a déclaré que son ministère a récemment acheté à Marseille des marchandises de saison à 139 francs les 100 kilos, qui ont été vendues plus tard à Paris au prix de 300 francs. La différence de prix a été empochée par des trafiqusnits.Toute la production de pétrole de la Tunisie est saisie actuellement et distribuée à l'industrie française. Violette déclara eniuite ; Nous avons rendu compte de cette situation au ministère de l'Intérieur. Il ne cache toutefois pas qu'il a à résoudre différentes questions si graves et si diverses, qu'il devra recourir à des palliatifs et à des dernières mesures. Il cédera volontiers sa place à qui veut la prendre. Vio'ette termina commis suit : j'ai besoin d'une autorité absolue et on doit m'accorder des circonstances atténuantes. Qu'on me dise plutôt que je ne suis pas the right man in the right place au lieu de jouer à cache-cache et de m'atvaquer traîtreusement. L'heure est grave. Le pays doit prendre des mesures vigoureuses et garder son sang-froid. Ce que dit un Français. Berlin, 30 mai. — Une lettre française datée du 10 mai et tombée entre nos mains au front. de l'Aisne, est conçue en ces termes : « Nous devons fournir ici un travail surhumain. Si les gens qui font la guarre, à Faris, devaient être ici tes* les tranchées ou devaient seulement savoir à quelles souffrances inouïes nous voue cette guerre de plus en plus sauvage, la paix serait bientôt faite. La guerre actuelle est insensée. Jamais nous n'avons souffert comme à présent. Pourquoi le peuple se laisse-t-il abêtir au pays, au point que nous soyons forcés de poursuivre, avec les Anglais, une chimère qui n'a point de fin? Peut-être était-ce une grande faute que de toujours nous donner courage èt d© nous pousser ainsi dans l>e malheur le plus immense et le plus terrible que l'Europe ait jamais connu. Et malgré cela, cette bande de voleurs gouvernementaux qui est la faute de tous Les crimes et de toutes les souffrances,continue à tenir des discours qui excitent à la guerre. La simule chose que nous puissions faire, c'est de prier Dieu qu'il mette un terme à cette misère. Notre pauvre pays ferait bien de rentrer enfin en lui-même et de rester ;ran-ç-ais, au lieu de devenir anglais, américain et russe.)) Les socialistes français et la Conférence de Stockholm. Berne, 30 mai. — Renaudel écrit oe qui suit dans l'« Humanité » ; Les motifs de l'unanimité qui domine finalement le Congrès socialiste, c'est que tous ont à cœur l'unité du parti et qu'il n'existe plus de motifs impérieux pour ne pas être d'accord. Ce sont surtout les nouvelles et impressions rapportées de Russie par Max Moutet, qui ont facilité l'accord. Le « Journal du Peuple-» se montre trè9 content et voit dans la résolut»» d'aller à Stockholm, un triomphe de 'a minoriti. La motion Pressemane-Auriol s'opposait autant ^l'esprit qu'à la lettre de celle que voulait introduite la minorité. On ira donc à Stockholm et or. prépart.-a et constituera une réunion complète du bureîiï international. N'est-ce point là le point saillant dp toutes nos exigences? Les pertesyrançaises. Berlin, 30 mai. — Desjconstatatioas ultérieures établissant les pertes inities des Français dama l'offensive actuelle. C'est f.'asi qu'un soldat du 82e régiment d'infanterie écrit! à la date du 22 avril : « Nos pertes sont énormes; mon régiment est un de ceux qui ont le moiru souffert, et encore, la moitié seulement de Ses effectifs est retournée. Ce sont surtout les officiers sont tombés en grand nombre. » On mande de Tarbes à la date du 28, qu'on n'a pas signalé moins de 57 .vains de blessés en cet endroit. Un soldat du 35e régiment d'infanterie écrit le 21 avril : « Nos pertes lors des combats au sud de Cerny ont été inouïes. Un cinquième environ de nos effectifs est sorti du bain ce sang. » Les grèves en Angleterre. Rotterdam, 31 mai. — Des marins anglais arrivés ici donnent des détails complémentaires au sujet des grèves en Angleterre. D'après ceux-ci, la grève n'est pas terminée à \v:>o!wich et à Chatham; 12,000 ouvriers font encore grève. A la suite de l'arrestation de quelques chefs, le mouvement de révolte s'est considérablement étendu parmi les ouvriers. Il y a eu de fréquentes rencontres la semaine écoulée entre ouvriers et policiers; plusieurs arrestations ont été opérées. Le travail n'a pas encore été repris à Coventrv Notôngham et d'autres nombreuses villes. Des ouvriers de fabrique ont rendu les machines partiellement inutilisables. Licenciement de soldats anglais. Londres, 29 mai. (Officie*,) — Il a été décidé de renvoyer dans leurs foyers, les chefs d'ouvriers de la Clyde qui avaient été désignés jadis pour la con, struction des machines ét des navires. Promotions dans la Marine anglaise. ton Sturdee; 'e contre-amiral Sir John M. de Ro-beck est promu vice-amiral ç le capitaine de vaisseau H. B. Pelly est promu contre-amiral. L'Angiaterre réquisitionne le fromage. Londres, 29 mai. (Reuter.) — Le coatïOsc-ar ffes vivres a réquisitionné toute l'importation fromagère des Etats-Unis d'A.mérique, d'Australie et de la N ouv elle -Zéland e, La Révolution russe. Berne, 30 mai. — On annonce de St-Pétersbourg au «Temps», que dans la séance plénière d'hier du Conseil des ouvriers et des soldats, les ministres socialistes ont fait pour la première fois Leur rapport sur leurs actes. Tzeretchki a touché à plusieurs questions, notamment à la politique intérieure, et a fait ressortir que les ministre® socialistes ont eu plusieurs conférences avec les ambassadeurs des Alliés, et qu'il en a emporté la meilleure impression. Relativement à la politique intérieure, il a déclaré que la patrie était en grand danger — ce n'est pas une phrase vide de sens. De graves mesures devront être prises vis-à-vis de l'orage intérieur. Tschernoff a déc'aré que la réfe^e agraire sera exécutée par l'Assemblée constituante. Après diverses explicadons qui tournèrent au désavantage de i'extrême-gauche, le Conseil des ouvriers et des soldats a émis, par une majorité écrasante contre 4 voix, un voùs de confiance aux ministres socialistes.Kapatriemenî des restas de révolutionnaires russes. On mande de Genève que le gouvernement russe a décidé de transférer en Russie les corps d:s révolutionnaires Herzen et Pi?rre Lavrof, décédés respectivement à Paris et à Nice. La presse révolutionnaire russe. Berne, 31 mai. — Le journal « Pravda », 1 organe du révolutionnaire Léniiiè, atteint déjà un tirage de 300,000 exemplaires. L'évacuaticn de Eoval ? . Stockholm, 29 mai. — L'organe de Kerenski, le « Djen », affirme que les bruits au sujet de l'évacuation de Reval persistent à courir dans tous les cercles, malgré le démenti officiel. Leg directeurs dss banques et des firmes commerciales de Reval se seraient rendus à St-Péiersbourg pour y faire des représentations aux ministres au sujet de ces bruits alarmants, qui menacent toute la vie économique de Reval. D'après une nouvelle récente, 10,0.00 habitants de Reval auraient quitté la ville avec armes et bagages, et à Narva la population se prépare à prendre la fuite. Que se passe-t-il à Sébastopol? Vienne, 30 mai. — De Budapest à la « Wiener Allgemeine Zeitung » : D'après les journaux du Midi de la Russie, le trafic par- chemins de fer est interrompu* entre Simferopoi et Sébastopol. Il est défendu jusqu'à contre-ordre de se rendre à Sébastopol. Les Polonais et la Paix. Vienne, 29 mai. — D'après les informations des journaux, le Club des Polonais au Conseil de l'Empire a décidé au cours d'une séance tenue à Cra-covie, ce qui suit : « Conformément à la motion de Daszljnski, Le Club des Polonais a pris l'iniative d'une manifestation en faveur de la paix au Parlement autrichien, et la présidence du Club se mettra en rapport en temps utile avec les autres partis de la Chambre, à ce sujet, » L'industrie des munitions aux Etats-Unis. Le « Commercial and Financial Chrcaiicle » de New-York annonce que les contrats passés par les Alliés en Amérique, pour la fourniture d'obus, ont expiré le 31 mars. Les industriels américains, qui avaient construit des usines, uniquement destinées à la fabrication des munitions, ont dû fermer leurs ateliers. Les ouvriers se sont embauchés dans d'autres industries. Suicide d'un régent de Saint-Marin. Les journaux de Bàle se font l'écho d'une nouvelle du « Secclo », d'après laquelle un des régenta de la république de Saint-Marin, M. OUnto Amati, qui avait été arrêté pour une série de détournements, atteignant plusieurs millions, s'ewi tus 211 se jetant par la fenêtre de l'hôpital où il avait été interné. La politique d'exportation du Brésil. L'Agenzia Americana de Milan annonce que le gouvernemest brésilien a décrété une défense d'exportation du cuivre et du fer ainsi qu'une restriction à l'exportation du blé et d'autres denrées alimentai ras. Mouvement antimilitariste au Canada. La Haye, 31 mai. — Le « Hollandsche Nieuws-Bureau » apprend de New-York que le Canada vient à nouveau d'être le théâtre de scènes de rébellion contre le service obligatoire. Dans les grandes villes, des combats ont eu lieu ; à Montréal, la police a défendu les meetings et les cortèges. Dans le commandement supérieur anglais. D'après le « Ztiricher Tagesanzeiger », il existe des symptômes qui indiquent l'existence d'une crise dans le commandement supérieur anglais, qui passerait de fait entre les mains du général Péiain. Il ne serait pas impossible que l'offensive de printemps soit interrompue jusqu'à ce que les nouveaux préparatifs envisagés soient terminés. La politique protectionniste de l'Angleterre dans les « Straits Settlemeàts ». Le « Niïuwe Rotterdamsche Courant » apprend de Singapour que le gouverneur des Straits-Settle-ments a décrété une défense d'accorder aux étrangers la concession, pour une longue durée, de mines et de plantations de caoutchouc dépassant 50 acres de superficie. Cette décision porte un rude coup aux Japonais, qui possèdent dans les Straits-S:ttlements des plantations de caoutchouc couvrant une superficie totale de plus de 100,000 ares, où ils ont investi un capital de 15 miJMons de yens. DÉPÊCHES (Reproduites ie Védition précédente.) Les combats à l'ouest. Berlin, 30 mai. — Au front d'Arras, le feu destructeur n'a été plus animé que dans quelques secteurs, notamment près d'Avion et de Rœux. Des patrouilles anglaises ont été repoussées fréquemment. L'attaque d'une for.e division anglaise, prononcée après une puissante préparation d'artillerie contre la carrière de sable, au nord-ouest de Hul-luch, a également échoué sous le feu de défense allemand et au cours de combats de grenades à main. Au front de l'Aisne il n'y a eu que des feux de destruction réciproques d'artillerie et de lance-mines ainsi que des combats de patrouilles. Une tentative d'attaque française prononcée en plusieurs vagues d'assaut sur une largeur de bataiilon dans la région de Craonne, s'écroula le soir du 29 mai, avec des pertes sanglantes pour les Français. Vers le soir le feu ennemi augmenta d'intensité dans la région du Winterberg. Sur les hauteurs de Champagne l'activité d'artillerie augmenta également vers le soir. Le feu destructeur de l'ennemi s'étendit jusqu'au loin dans les terrains situés derrière nos positions. La résistance allemande à l'ouest. Bàle, 30 mai. — Des « Basler Nachrichten » : « Le lieutenant-colonel Quinquelin, correspondant du journal argentin « La Nacion » écrit du front (àe l'ouest à son journal : « Jamais au cours de mes promenades à travers les champs de bataille, depuis le début de la guerre, je n'ai ress.nti avec une conviction aussi forte, l'impression de certitude et de confiance dans la victoire finale des troupes alternatifs. J'ai causé avec des officiers prisonniers anglais qui, au cours de leur transfert sur Douai avaient vu une partie des fortifications allemandes. Eux aussi ent manifesté leur conviction de ce que tous leurs efforts étaient inutiles. Ils pourront certes s'emparer encore des ruines de quelques villages supplémentaires, mais ils se heurteront sans cesse à de nouvelles positions tout aussi fortes et ag-ncées jusque dans leurs moindres détails, de telle sorte que toute la population masculine de France et d'Angleterre ne suffirait pas à atteindre la frontière. Si la conquête du territoire occupé devait nécessiter autant clie temps qu'il en a fallu pour les résultats acquis du 9 avril jusqu'à maintenant,c'est-à-dire la période la plus animée de toute la guerre, il nous faudrait environ 90 ans pour rejeter les Allemands à leur irnn1i/n P. w Les combats à l'est. Au front de l'est l'activité aérienne ennemie a augmenté. En guise de représailles pour les jets de bombes ennemies, nous avons bombardé le dépôt de munitions près de Podhaice. Feu d'airtiilerie destructeur ennemi plus intense et aiuquel inous avons riposté dans les secteurs de Smotrec et de Mestecanesci. La nuit une patrouille ennemie forte de 40 hommes qui s'avançait au nord de Bistritz a été chassée par nos patrouilles et au nord de la route de Valeputna nous avons repoussé un>e attaque de grenades à main contre une patrouille de campagne.L'anniversaire de ia bataille du Skager-Eacli. Berlin, 20 mai. — A l'occasion de l'anniversaire de la bataille navale au large du Skager-Raek, nous rappellerons, que dans la plus grande des batailles navales qui aient eu lieu avant l>e 31 mai 1916, notamment celle de Trafalgar, les Anglais n'ont perdu en tout que 449 morts, alors que dans la batailla du Skager-Rack, 6,104 officiers et soldats anglais ont perdu la vie. Les pertes des Espagnols et des Français près de Trafalgar s'élevaient à 4,522 morts, ceux de la flotte allemande de haute mer près du Skager-Rack ne se sont élevées qu'à 2,414. Berlin, 30 mai. — On peut se faire une idée de la signification énorme de la bataille du Skager-Rack et de ce que 'e peuple anglais pense en réalité, pa«. un article du correspondant londonien du journal er.ten;c5phi!e « El Keraldo » de Madrid, Louis Bona-foux, publié le 5 mai et qui traite de la mutation des parcs des lerds anglais en champs de pommes de terre : « Los Ang'ais », dit-il, « creusent ç> sèment •pitur de nombreuses années de guerre. Récemment encore ils paraissaient être indifférents et tenir la guerre pour une espèce de guerre coloniale. Mais la bataille devant le Jutland a été comme un ébranlement de la fierté et de l'intérêt britanniques, et longtemps avant la déclaration de Carson, chaque Anglais était convaincu que l'Angleterre joue son existence dans cette partie sanglante. » Sauf-conduit aux navires norvégiens. Christiania, 30 mai. — De 1' « Aftenposten » e« du « Sjôfartstidende » : « Le gouvernement allemand se propose d'offrir un sauf-conduit à tous les navires norvégiens qui voudront quitter l'Angiorr-re à destination de la Norvège, le 1er juillet. » V « Aftenposten » ajoute : « Cette offre correspond en réalité à celle qui nous a été faite fin avril, et dont nos navires n'avaient pu profiter, le délai ayant été trop court. L'offre a été faite sans condition. » La situation en Italie. Berne, 30 mai. — D'aprcj 1' « Information », la gouvernement italien fournira vers le 14 juin, lors de la réouverture de la Chambre, des explications au sujet de la situation politique, économique et militaire de l'Italie. D'après les journaux de Milan, le ministre des affaires étrangères, Orlando, tenant compte ces dernières manifestation» exigences des intervea-tionnisDes se rendra prochainement à Midan. Milan, 30 ma'i, — Du « Secolo » : Le président du Conseil expasera les buts de guerre minima du royaume d'Italie vers le premier tiers de juin, 1er-de la réouverture des Chambres italiennes. Les conséquences de la guerre sous-marine. Bedin, 30 mai. — Le « Times » publie une remarque qui montrera au public par le calcul suivant, la vraie signification des pertes maritimes . « Une tonne d et'arine représente ia ration de toute, une se- perdues, cette perte correspond à la consommatioa annuelle d'une ville de 15,000 habitants. Amsterdam, 30 mai. — Des sujets anglais de notre ville, notamment la femme d'un amiral anglais, hollandaise de naissance, ont été informés par écrit des proportions terrifiantes prises par le renchéris-sement en Angleterre, à tel point qu'on ne peut plus se procurer une foule de vivres de première nécessité. L'épouse de l'amiral écrit que l'état des esprits en Angleterre est très déprimé, car on ne se fait aucune illusion sur les grands succès des sous-marins. La tendance à la paix augmente très fore) dans les milieux cultivés, notamment dans les milieux commerciaux. Vaisseaux coulés. Rotterdam, .30 mai. — Du « Maasbode » ; Les navires suivants ont été coulés : « Thérèse » (200 tonnes), de Norrkoping; «Crik» (237 t.), de Streu noë; «Oran Norman» (257 t.), de Christiania:; «Pauline Kjell» et «Naun Smith» (2003 t.), da Drammen. Constantinople, 30 mai (Milii). — Durant la nuit du 26 au 27 mai, deux poseurs de mines russes, ont été coulés à l'entrée du Bosphore. Les cadavres d'un officier et de 3 solda.s que nous avons pu recueillir, ont é.é enterrés dans Le parc de l'ambassade russe à Bujukdere, avec les honneurs militai- fflo LA GUEftRE SOUS-MASÏK'S. Les pertes de l'Entente en navires do guerre, Berlin, 30 mai. — Depuis le début de la gu^rra jusqu'au 30 mai 1917, il a été anéanti en navires de guerre de l'Entente, à l'exclusion des croiseurs au-xiiiaires : 252 navires et vaisseaux représentant un déplacement d'eau de 890,795 tonnes. Parmi ces 252 navires et vaisseaux figurent 155 navires au-g'.àis déplaçant un totai de 631,700 tonnes. Ceux-ci se composaient de 12 vaisseaux de ligne, 17 croiseurs de combat et cuirassés, 18 croiseurs armés, 67 torpilleurs, 28 sous-marins et 13 autres navires de guerre, tels que des chasseurs de sous-marins de la classe « Arabie ». Outre Les pertes susdi.es en navires de guerre, l'Entente n'a pa© perdu moins de 200,000 tonnes brut en croiseurs auxiliaires, du fait des mesures belliqueuses des Puissances centrales jusqu'à la date du 30 mai et la forte majorité d'entre eux appartient à la flotte anglaise. La mer de glace bloquée par les mines allemandes. Berlin, 30 mai. — Le vapeur russe « Swiet », ' chargé de produits chimiques et de minerais, est arrivé de Hull dans le port de Romanoi'. Le capitaine a déclaré au correspondant du « Novoie Vre-mia » que, dans la mer de Glace, il avait été poursuivi pendant quatre heures par un sous-marin allemand. Quoique son navire fût armé, il 1s croykit perdu, lorsque des navires de patrouille anglais sont arrivés et ont engagé le combat avec le submersible, ce qui a permis au vapeur de s'enfuir. Le capitaine a déclaré, en outre, que les Anglais lui avaient officiellement annoncé que quatorze sous-marins allemands modernes au moins opèrent dans la partie septentrionale de la mer de Glace. Il est impossible d'éviter les attaques des sous-marins en naviguant en zig-zag, le port de Romanof étant près-, que complètement bloqué par une ceinture de mine» allemandes. Pendant la semaine écoulée, deux dragueurs de mines anglais ont touché des mines et ont> coulé. La navigation vers la côte de Mounnan % été considérablement réduite.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Le bruxellois: journal quotidien indépendant behorende tot de categorie Gecensureerde pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes