Le bruxellois: journal quotidien indépendant

289531 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1917, 31 Juli. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Geraadpleegd op 06 juni 2020, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/dz02z13m38/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

ABONNEMENT POSTAL, ÉD. B Bruxelles - Province - Etranger 3 mois : Fr. 4.50. » Mk. 3.60 Les bureaux de poste en Belgique et à l'Etranger n'acceptent que des abonnements TRIMESTRIELS; ceux-ci prennent cours les 1 Janv. I Avril 1 Juillet 1 Octob. On peut s'abonner toutefois pour les deux derniers mois ou même pour le dernier mois de chaque trimestre au prix de : 2 Mois 1 Mois Fr. 3.00 - Mk.2.40 Fr1.50-Mk.l.20 TIRAGE HIO.OOO PAR JOUR ANNONCES — La ligne Faits divers et Echos . fr. 5.00 Nécrologie. 3.00 Annonces commerciales . 1.50 » financières. . . 1.00 PETITES ANNONCES La petite ligne 0.50 La grande ligne. . . • » . 1-00 TIRAGE sîlO.OOO PAR JOUR 1 1 ■ Journal Quotidien Indépendant m Les bureaux du « BRUXELLOIS » sorsî transférés à la RUE DE LA CASEINE, 33 et 35, à BraxeSiies (près de 3a place Asaneessens). COMMUNIQUES OFFICIELS ALLEMANDS BERLIN, 30 juillet. — Officiel de midi : Théâtre de la guerre à l'ouest. Groupe d'armée du leld-marécàal général prince héritier Eupprecht de Bavière : !.Sous l'influence paralysante de notre action défensive, persistant également toute la nuit, l'activité de combat des artilleries ennemies au front de bataille en Flandre est restée minime jusqu'à midi. Alors seulement elle s'est de nouveau accrue, sans atteindre l'intensité et l'extension des jours précédents. Sur la côte et dans le sect 'ur depuis Het Sas jusqu'à Wieltje, le combat d'artillerie est resté intense la nuit également. Plusieurs détachements anglais de reconnaissance s'avançan-t contre nos lignes en entonnoir, ont été repoussés. Groupe d'armée du K.ronprinz allemand: Au Chemin des Dames, le commandement fiançais a tenté de nouveau hier, sur un front large de neuf kilomètres, une grande attaque avec au moins trois divisions nouvellement amenées! Après un feu routant, l'ennemi s'est élancé le malin depuis Cer-ny jusqu'au Winterberg près de Craonne, plusieurs fois à l'assaut. Nos divisions rompues au combat l'ont repoussé partout par le feu d'artillerie el en contre-attaque. Un régiment d'infanterie rhénan-westphalien, qui s'est souvent distingué, repoussa à lui seul quatre attaques. Le soir, l'adversaire a renouvelé, au sud d'Ailles, après une préparation perdurant toute la journée, encore deux fois ses attaques. Ces poussées également échouèrent. De lour. des pertes sans aucun succès sont les caractéristiques de la journée de combat pour les Français. Aviation, Au cours de luttes aériennes, les ennemis ont perdu dix avions. Le lieutenant supérieur Ritter von Tutschek a abattu son 21e adversaire. Théâtre de ia guerre à l'Est. Groupe d'armée du feld-inaréchal générai Prince Léopold de Bavière: Groupe d'armée du coloncl-générai von Boehm-_ Ermolli ; Des contingents russes maintiennent les ^^lîaufàtrs-â l 'est de W'rM&te" frontière ZbrifâTfïjvi en plusieurs endroits, malgré une violents résistance, a été franchie et qui a été atteinte également par nos divisions au sud de Skala. Sur In rive nord du Dniestei j nous avons gagné du terrain jusqu'au dfflà d: Korolcwka. Entre le Dniester et le Prulh. l'ennemi a de nouveau opposé une résistance acharnée, mais il a été toutefois refoulé davantage au sud-ouest de Zalesc-zyki par nos troupes. Front d'armée du général colonel archiduc Joseph: La long du Czeremosz, l'adversaire s'est défendu sur les hauteurs de la rive orientale1. Notre attaque est en progression entre Zaluze et Wiznitz. Dans la vallée de la Suczawat nos troupes s'avancent sur Seletini. A l'est de la vallée de la Moldava supérieure également, nous avons progressé en combattant.Groupe d'armée du isldmaréchal générai von Maclîensen: Des poussées couronnées de succès nous ont ramené, au nord de Focsani et du confluent du Rimni-cul, plusieurs centaines de prisonniers. iî'roat en Macédoine; Rien d'essentiel, BERLIN, 30 juillet. — Officiel de hier soir : De vigoureuses luîtes d'artillerie ont de nouveau eu lieu en Flandre depuis midi. En Galicie orientale des progrès ont été réalisés sur le Zbrucz, le Dniester, le Prulh et sur le Cze-remosez.Sur mer. BERLIN, 29 juillet. — Officiel ; Nouveaux succès sous-marins dans la zone de barrage autour de l'Angleterre. Parmi les navires coulés se trouvaient ; le vapeur anglais « Consto-water » (,375s tonnes), chargé de 6,000 tonnes, de Cardifj et d'Arkhang.el ,■ un vapeur à charge complète d'environ 8,000 tonnes et le vapeur de pêche anglais « Loch Katiine », chargé de 'poisson, se rendait des îles Feroë vers l'Angleterre. AUTRICHIEN VIENNE, 29 juillet ; Théâtre de la guerre a l'Est, A la Putna sup rieure, les mouvements rendus nécessaires par la pression de l'adversaire ont été exécutés. Au nord de la vallée du Ccsinul nos troupes de montagnes ont repoussé plusieurs attaques. Dans la Bucovine méridionale et dans la région du Tomnatic, nous avons enlevé l une hauteur après l'autre à l'ennemi. Les aivisions coalisées s'avancent au delà de la vallée de la Moldava et jusqu'à la Suczuva près de Schipoth. Kuty est en notre pouvoir. Au nord-est de cette ville nous avons pris d'assaut durant la nuit la localité de Banilla-Russe. Nous avons franchi le Czeremosz. A l'est d'Horo-denka la résistance russe fut vaine, les lignes ennemies jurent perces. Au delà du Dniester, la poursuite s'est étendue au delà des hauteurs au nord de Zalescyki et jusqu'au secteur du Zbritcz, près de Husiatyn, où l'adversaire a reculé au delà des fi ont ères. Théâtre de la guerre italien. Des aviateurs italiens ont bombardé Idria pour Iq troisième fois. Un habitant a été tué, un autre a été grièvement blessé. Théâtre de la guerre aux Balkans. Rien de nouveau. ' • ' . , „ " *• 'i -V''-r'v'r ; ' TURCS» CONSTANTINOPLE, 30 juillet. — Officiel du 29 juillet : front du Caucase: A notre aile droite, l'attaque d'un détachement jort de 50 hommes a été repoussée par nos postes. È'ront du Sinai: Le 27 juillet a commencé, à 9 h. 30 du soir, contre notre jront de Gaza, un violent feu d'artillerie ennemi, lequel a duré une heure. A 10 heures, l'infanterie anglaisa s'est avancée contre le centre de ce front. En un endroit, l'adversaire s'est introduit pendant un temps de courte durée dans notre position, mais il a été repoussé de nouveau par une contre-attaque el a laissé quelques morts dans nos tranchées et une mitrailleuse dans nos obstacles en fil barbelé. Sur tous les autres poinis, les attaques ont été nettement repoussées. Vers 11 heures du soir, le calme régnait de nouveau. Le 28 a été relativement calme au front. CONSTANTINOPLE, 29 juillet.— Officiel du 28: A la frontière de la Perse, au nord el au nord-est de Sulemanli, engagements entre patrouilles. Sur la petite côte asiatique à l'ouest de Tschesme, un canot-moteur ennemi a été contraint par notre artillerie à s'échouer à la côte. Le contenu du canot-moteur, un canon de 5.7 cm., avec munitions, 4 bombes, 6 fusils, 1 mitrailleuse, 360 cartouches et des papiers importants, a été capturé. Dans la nuit du 26 au 27 juillet, canonnade pir endroits. Le 27 juillet, feu violent contre le groupe Gaza. BULGARES SOFIA, 30 juillet. — Officiel du 29 : front en Macédoine: Sur tout le front, faible feu d'artilleriet un peu plus vij seulement 'dans certains endroits. Entreprises de reconnaissance,se déroulant favorablement pour nous, sur différents points du front. Des vaisseaux de guerre ennemis ont canonné du go'je d'Or-jano nos positions de l'embouchure de la Sirouma. -Moi* été mis en fuite par notre feu d'artill rie. is'i'ont en .Roumanie : Près de Mahmudia et de Tulcea, fusillade. SOFIA, 29 juillet. — Officiel du 28 juillet ; Front en Macédoine : Tout le long du front, faible feu d'artillerie, qui n'a été vif que sur le Dobropolje, au sud de Ooi-ranj sur le mont Pervisle et à l'est de la Czerna. Des détachements ennemis de reconnaissance ont été refoulés par notre feu. Une compagnie ennemie qui cherchait à s'avancer près de Dobropolje, a tte rejoulée par nos grenades à main. Sur la Sirouma inférieure, nous avons refoulé près de Chrislia Ka-mila, par notre feu, un détachement de reconnaissance composé d'infanterie et de cavalerie. Front en JSoumanie : Près de Ma.hm.udia, fusillade. Sur le Sereth, dans le secteur de la Strouma inférieure, canonnades et fusï.lades isolées. FRAYAIS PARIS, 29 juillet. — Officiel de 3 h. p. m. : Hier à la tombée de la nuit, l'ennemi a prononcé à l'ouest de la ferme Hurtebise> sur un front de 600 mètres, une violente attaque qui est venue se briser contre la vaillance de nos troupes. Par contre, nous avons engag; ce matin, à la peinte du jour, une action entre Hurtebise et la région sud de La Bovelle; celte action, menée jnr notre infanterie avec un superbe entrain, nous a permis de progresser sur tous les points, notamment dans la région du Monument. En Champagne, dans le secteur de Tahur.e, l'ennemi a exécuté un fort coup de main que nous avons repoussé. Sur la rive gauche de la Meuse, après un intense bombardement, l'ennemi a fenté d'attaquer les tranchées récemment conquises pir nous entre le bois d'Avo-court et la côte 304. La précision et la vigueur de nos tirs l'ont arrêté en lui infligeant de lourdes pertes. Sur la rive droite, un coup de main ennemi sur les tranchées à l'est de Mouhinville a subi le même et sanglante échec. Nuit relativement calme sur le reste du front. PARIS, 29 juillet. — Officiel de 11 h. p. m. : La lutte d'artillerie s'est maintenue très rive au cours de la journée dans la r •gion Cerny-Craonne. A trois heures de l'après-midi, après un court mais violent bombardement, l'ennemi a prononcé sur Hurtebise une attaque que les feux de notre artillerie et de noirs infanterie ont fait complément échouer. Vive activité de l'artillerie sur la rive gauche de la Meuse, particulièrement dans la région de la côte 304. fournée calme sur le reste du front. ITALIEN ROME, 28 juillet. — Ojficiel ; Les duels d'artillerie journaliers ont été un peu plus intenses entre la Zugna-Torna et le Vallarsa. Dans la vailée supérieure de Dogna, sur le Rom-bon et sur le Dosso-Faili, les opérations d'infanterie se sont limitées à des engagements entre pa-tiouilles.L'ennemi a fait sauter deux puissantes menés sous un de nos retranchements établis sur le Monte Nero; les explosions n'ont pas causé de dégâts. Grande activité aérienne sur tout le front. Hier soir, un de nos dirigeabes a bombardé la voie ferrée entre Santa-Lucia-di-Tolmino et Bazza-di-Medua. Quelques aviateurs italiens ont endommagé des installations militaires ennemies à Opcina. Ce matin, une forte escadrille aérienne, protégée par des appareils de chasse, a lancé environ 3 tonnes de puissants explosifs sur., la Centrale électrique d'1-dria el sur des hangars établis dans la vallée de Chiapovano. ANGLAIS» LONDRES, 28 juillet : Au cours de la nuit nous avons' surpris les tranchées ennemies au sud d'Armentières. Une attaque ennemie contre nos positions à l'est de Oosi-Taver-ne a été repeussée. L'artillerie ennemie a été très active dans le voisinage d'Armentières, au nord d'Y près et dans le secteur de Nifupori. Dernières Dépêches Les combats à l'Ouest. Berlin, 29 juillet. — Au front de bataille de l'Ouest, le combat s'est poursuivi'le 28 juillet avec la même intensité inouïe. Dans la région de Boe-singhe, des entreprises d'infanterie ennemies oni donné lieu, pendant toute ia mit, à des combats acharnés. Près de Wieltje, nous avons repoussé des attaques partielles ennemies, avec des pertes sanglantes; des tentatives d'artaquie ennemies ont également été repoussées d,e façon sanglante au nord et au sur du quai de Bel le garde! Au nord de Warne-ton, nous avons prononcé une attaque couronné? de succès. En Artois, le feu d'artillerie a été également intense. Au cours de nombreuses entreprises de patrouilles, nous avons obtenu d'importants avantages et ramené bon nombre de prisonniers. Au front de l'Aisne, les Fiançais ont augmenté leurs pertes sanglantes au cours de leurs vaines attaques au sud-est d'Aillés, veis 6 heures du matin et entre 9 et 11 heures du soir, où ils attaquèrent jusqu'à trois fois, avec opiniâtreté, avec des forces considérables. Des attaques ennemies au moyen de bombes, contre les installations industriel les ût> Thionville et contre la gare de Mulhouse n'ont occasionné que quelques dégâts matériels et aucun dégât militaire, tandis que nos escadrilles de destruction ont attaqué avec succès les installations industrielles de Neuves-Maisons et de Pompcy. La coniérence de-; Alliés. Berne, 29 juillet. — De Pôt.ograd au «Petit Parisien» : Les ambas :deurs de^ Alliés auraient été informés par le ministre des Affaires étrangères que ie gcmvei i.; , * ia ti>i vcc-aioir de la Conférence en ce qui concerne les buts de guerre, le gouvernement russe reconnaissant que l'opinion publique aurait pu faussement expliquer une telle convocation étant donnée 'la situation actuelle.Les frais de guerre des Etats-Unis. Washington, 28 juillet. — Mac Ado» a déclaré au Congrès en déposant le budget de la guerre, que la première année de guerre coûtera probablement aux Etats-Unis 10,736 millions de dollars en dehors des emprunts aux Alliés. La moisson en Autriche-Hongrie, Vienne, 29 juillet. — Le résultat global de la récolte actuelle est satisfaisant et le résultat définitif sera encore meilleur. La récolte des matières premières pour le pain s'annonce d'une bonne moyenne, qui en temps normal suffit à la consommation de la monarchie. Cette aimés-ci, nous disposons également des suppléments dos régions occupées de Roumanie, de Pologne et de Serbie, de telle façon que le rationnement de la consommation sera plus aisé que l'année précédente. La civilisation italienne. Vienne? 29 juillet. — L'inciaent suivant prouve que les Italiens qui se proclament les champions de la liberté et de la culture dans tous les domaines de l'humanité, ont tué d'une façon honteuse des prisonniers sans défense. Le cas s'est passé à l'occasion de l'offensive dans le Tyrol méridional et a été établi protocolairement. Voici ce que dit à ce sujet le caporal Michel Kapp, du &e d'artillerie de montagne : « Dams la nuit du 18 au 19 juillet, les servants d'artillerie réussirent à traîner notre canon jusqu'à la caverne, mais ils ne parvinrent pas à le faire entrer dans la campagne même, l'entrée en étant canonnée. Dans la caverne se trouvaient un premier lieutenant, un lieutenant d'infanterie,, ain. si que le commandant d'artillerie Heinrich Fris-sowski. Le 19 juillet, lo poste gardant la caverne cria que les Italiens arrivaient par derrière. Un lestant après, les Italiens le fusillaient. Rapidement, les servants d'artillerie détruisirent les rou<3 et la direction du canon. Entretemps, les Italiens encerclaient la caverne en criant : « Dehors chiefis de Hongrois ! » Le porte-drapeau Friesswsky tira son pistolet, se lança sur l'ennemi et fut immédiatement abattu. Sur ces entrefaites, les aamnts se rendirent, mais lorsque le dernier fut sorti de la caverne, ils furent tout simplement abattus à coups de fusil. Durant ces péripéties, je réussis à dégager uae ouverture bouchée d'un sac de sable, pratiquée dans la paroi ds la caverne, que je pus ainsi quitter. » /Inastasie en Bussie. Stockholm, 28 juillet. — On apprend de source officieuse que le Gouvernement provisoire russe a defendu la parution die tous les journaux qui sont hosti'es à la guerre. Une fabrique ds roubles. Stockhol, 28 juillet. — D'après une nouvelle de l'« Aftonbladet », le Gouvernement provisoire russe a décidé d'émettre d,s nouveau pour 2 milliards de roubles de nouveaux billets de banque. Nouvelles de Grèce. Athènes, 30 juillet. — Les troupes françaises ont quitté cette ville. La carte de charbon en Suisse. Berne, 30 juillet. — Le gouvernement, suisse a décidé d'instituer la carte de charbon, Une conférence importante à Moscou. Pétrograd, 30 juillet. — Aujourd'hui, lundi, a lieu à Moscou une grande conférence à laquelle assisteront les ministres rusa;s, les membres de ia Douma et du Conseil d'Empire, et probablement aussi des délégués du front. Cette conférence durera quatre jours. On croît qu'aussitôt cette conférence terminée, le cabinet russe sera entièrement remanié. La guerre sous-marine. Berne, 28 juillet. — De Vigo au « Nouvelliste de Lyon » : Le vapeur français « Asturiano » a touché un écueil au cap Finistère et a sombré aussitôt.DÉPÊCHES (Reproamitut île l tuiuun pici,c^nte.) Les combats à l'est. Berlin, 29 juillet. — Les armées allemandes et austro-hongrois-s ont avancé avec la même rapidité au cours du 28 juillet en Galicie orientale, comme aux jours précédents. Les armées russes battues vers l'est ont été chassées des deux côtés de la ligne ferrée Kopyczijnec-Busiatyn vers la rivière de frontière Zbrucz et refoulées au delà du fleuve sur le territoire russe. Au sud du Dniester les Russes ont de nouveau tenté d'entraver notre marche en avant. Ils ont accepté le combat près de Horodenka et contrairement aux informations tendancieuses du gouvernement russe, ils se sont battus avec le plus grand acharnement. Toutefois leur résistance fut brisée par l'assaut hardi de nos troupes, et les troupes russes ont été jetées vers le sud et le sud-est. Nous avons fait également de® progrès considérables au sud du Pruth au cours du 27 juillet. Au &ud-est de Zablo-tow, nous avons pénétré plus à l'est dans la dépression de la vallée du Pruth, tandis que dans les territoires limitrophes des Carpathes nous avons dépassé la vailée du Czeremoscz et nos avant-gardes ont progressé jusqu'au cours supérieur du Sereth méridional. Dans les Carpathes de la Bucovine, nous avons effectué une. poussée puissante vers l'est. On se bat encore peur la hauteur de Lupczyna. La percée en Galicie. Une opinion norvégienne. Christiania, 30 juillet. — Le « Tkiens Tegen » annonce : Les rôles sont intervertis. Le roui cap compresseur russe est arrêté et ce sont les armées des puissances centrales qui vont maintenant en avant. La guerre da mouvement bat son plein sur une étenuLie cte 250 kilomètres. Les eircoiiîrtances sont notablement plus difficiles qu'il y s tfeux ans, lorsque le grand-duc Nicolas fut acculé à la retraite par faute de munitions. Mais alors on tenait fermement les régiments sous la main, bien que ce ne fut que par la force brutale et la punition. Maintenant toutefois toute discipline semble avoir disparu par Pagiiraticn des socialistes. La grande question est donc de savoir jusqu'à quel point les syndicalistes ont réussi à miner l'armée russe. Si Ke. renski ne réussit pas à soutenir l'édifice chancelant, la bataille ne décidera pas seulement jusqu'à quel point l'armée russe reculera, mais elle décidera également de la vie ou de la mort de la Russie. La mareïie triomphale des Centraux. Vienne, 28 juillet. — Au nord du Dniester l'ennemi n'oppose pas de résistance appréciable. Nos troupes victorieuses gagnent notablement du terrain. De Tarnopoi jusqu'à Czortkow le Sereth est à une journée de marche derrière notre front. Par leur marche infatigable les armées coalisées s'approchent des frontières de l'Empire en cet endroit. Le long de celle-ci s'élève le Miodo Bori, haut d'environ 50 mètres, tombant de notre côté en déclivité irop abrupte et qui peut être utilisé comme position de défense efficace. Au sud du Dniester, l'armée Kritek et les fractions de l'année von Kô-vess qui des Carpathes boisées avaient pénétré ds.ns les vallées avoisinantes du Pruth, ont con;inué sans cess» leur marche en avant. Horodenka est déjà en notre pouvoir, de là il n'y a plus qu'une bonne journée de marche jusqu'à l'ancienne têre de pont de Zalesyki. Les Russes ne tiennent que cette partie du front des Carpathes boisées qui protège le flanc de leur armée qui recule de sdeux côtés du Dnister et du Pruth. Au sud de Kirlibaba, ils occupent encore leurs anciennes positions. Au cours des combats qui abcu.irent à la prise de Tarnopoi, les batteries autrichiennes lourdes se sont particulièrement distinguées. Tarnopoi même a beaucoup , souffert. Les soldats russes qu'une forte discipline ne retenait plus ont pillé toutes les maisons et incendié la ville par dessus le marché. Dans la ville nous avons trouvé beaucoup de prisonniers austro-hongrois qui avaient trouvé moyen de se cacher au milieu du désarroi général. Budapestii, 28 juillet. — Du « Pesti Napio » : Après l'occupaiion de Trembowla et de Kolomea la marche en avant des coalisas se distingue par deux directions principales. Les armées russes se sont enfuies tête première, sans opposer de résistance. Kimpoiung seul est très opiniâtrement défendu à cause des voies terrées importantes en cet endroit. Il résulte des dires des prisonniers que le général Korniloff a destitué ces jours-ci le commandant .en chef et tous les généraux, l'un à la siute de l'autre, et tâche maintenant à lui seul de diriger l'armée russe en dissolution complète. L'impression à Sofia. Sofia, 28 juillet. — Les victoires galiciennes om été accueillies avec une joie croissante. Le succès partiel remporté hier, par les troupes roumaines en Moldavie, est considéré comme un incident sans importance. Les conditions de paix, Berlin, 28 juillet. — Un article die fond du « Progrès de Lyon » prouve quelles graves illusions se font encore toujours les politiciens modérés français mêmes. Cet article dit : Tous les belligérants, sans exception, sont d'accord sur les buts militaires. ILe seul point qui nous sépare encore de l'Allemagne et peut-être de r Autriche-Hongrie, c'est celui de l'A'sace-Lorraine. Si l'Allemagne reconnaît aujourd'hui son crime de 1870-1871 et qu'elle est prête à se réconcilier, la paix se fera demain. C'est affaire à nos diplomates et généraux à provoquer le moment où l'Allemagne s'apercevra que l'heure du règlement est venue et qu'elle paie sa detta Vis-à-vis de l'Alsace-Lorraine. Les événements militaires de la semaine finissant le 26 juillet 1917 Pendant qu'à Paris et à Londres on entonnait des hymnes de victoire à l'occasion de l'offensive de Korniloff, un revirement complet s'est accompli à l'improviste dans la situation sur le théâtre la guerre de l'Est. ■ Répondant à l'attaque prononcée par les Russes, un corps d'armée allemand,contre l'élan impétueux duquel les positions ennemies ne purent être maintenues, commença le 19 juillet dans ia région à lest de Zloczow une poussée de grande envergure, La zone défensive de la lie armée russe était bientôt percée, et l'ennemi, en débandade, fut culbuté jusqu'au delà du Sereth. Des troupes austro-hongroises se joignirent à l'offensive allemande et reconquirent, après un combat difficile, fout le terrain perdu au commencement de juillet dans le secteur Zborow-Konjuchy. En même temps les positions de la 7e armée russe, dans la région de Brzezani, furent ép^ment abandonnées dans leur pivot, à la suite de la pression croissante sur leur flanc droit. Entre-temps, les groupes d'armée opérant vers le sud sous le commandement du prince Léopold de Bavière, avaient déjà franchi le 22 juillet la ligne du chemin de fer Rchaitpn-Ostrow et avaient forcé, au sud de Tarnopoi, le passage vers la rive e&t du Sereth. Là où l'ennemi offrait de la résistance, cel le-ci fut rapidement brisée. Déjà à ce moment on signale des milliers de prisonniers et un butin incommensurable.Le 2 juillet, les opérations allemandes se développent également dans la région au sud du Dniester. Halicz tomba de nouveau dans les mains des coalisés. L'ennemi fut refoulé jusqu'à la Bystritza-Solctwinska. Le 24 juillet, Stanislau tomba de nouveau aux mains des Allemands. Les Russes commencèrent à recu'er jusque dans les Carpctlrss. Les troupes allemandes atteignirent le secteur Korovicij la région de Buçzacz, Tiiimaçz, Ortynw et Delatyn, ainsi que la région montagneuse. La cavalerie s'avança vers le point de jooclicn des chemin^ de fer, Czortkow, où quelques grandes lignes de chemin de fer conduisent de cette région vt-rs l'Est. La marche en avant dans les Carpathes progresse avantageusement. Les Russes, qui furent refoulés depuis le point de percée au Sereth vers le sud, ne purent même pas, dans leur retraite accélérée, inoendier tout ce qui se tiouvait sur leur passage, s,elon leur «?bituàe. Des provisions immenses, des troupeaux de bétaU, des munitions, des canons, des trains blindés, des tanks, _des baraquements, des stocks d'argent et du matériel de guerre tombèrent aux mains des'Alie-mands.Après la prise de Tarnopoi, l'ennemi ne résista plus avec acharnement qu'au sud de Trembowla. Mais ici les troupes allemandes purent bientôt atteindre la rive gauche du Sereth sous les yeux de S. M. l'Empereur. Les mouvements des aimées coalisée victorieuses ne sont pas encore terminés; le nombre de prisonniers n'a pas encore été constaté; on ne peut encore embrasser complètement la portée politique du grand succès des années allemandes. Mais on peut déjà dire que l'Entente n'est jamais parvenue à remporter un succès à peu près semblable réservé, en peu de Jours, aux armées coalisées, dans la lutte qu'elles soutiennent depuis des mois et malgré leur énorme mise en jeu d'hommes et de matériel, comme à l'Isonzo et à la Somme. Les tentatives de décharge désespérées que les Russes entreprennent sur d'autres points du front, près de Dunabourg et de Smorgon, ne peuvent pas modifier fa situation, que la percée heureuse, sur une étendue de front de 250 kilomètres, a créée. L'ennemi commence également à fléchir au défilé des Tartares. Une attaque prononcée par des forces russo-roumaines, après une préparation d'artillerie ayant duré plusieurs jouis, dans les vallées de la Putna et de la Susita, a pu être interceptée dans des positions de verrou. Le combat d'artillerie est également plus animé au Sereth inférieur, mais de grandes attaques d'infanterie n y ont pas eu lieu. Au théâtre de !a guerre de l'Ouest, le feu d'artillerie a pris une violence sans précédent au front anglais «n Flandre. De fortes poussées de reconnaissance anglaises, fréquemment renouvelées, ont pu être reipoussées. Les opérations préparatoires anglaises dans et devant leurs tranchées furent prises, dans le nuit du 25 au 26 juillet, sous le feu destructif concentré des Allemands, Dans les combats aériens, les Allemands se cent montrés supérieurs à leurs adveraines. La bataille d'ailleurs fait rage également en Artois. Des attaques anglaises, principalement entre Avion et Méri-, court, ont pu êtr© repoussées par des contre-attaques.Au front français, l'intention d'une grande offensive imminente est très peu remarquée. Les avan. ces heureuses des Allemands ont provoqué une série de violentes contre attaques au Chemiîi-des-Da-mes, dans la Champagne de l'ouest, près de Saint. Quemuin, aux deux rives de la Meuse et dans le Stîndgau. Lors de leurs opérations du 25 juillet, les Allemands ont fait à peu près 1,200 prisonniers. Une entreprise commencée avec des division® au Winter-i berg, dégénéra en une défaite pour les Français. Rien de nouveau à signaler des autres théâtres •£. la guerre. 4me Aiïaiée - N, 1019 - Ed. B CIHQ SENTIMES Mardi 31 Juillet 1917

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Le bruxellois: journal quotidien indépendant behorende tot de categorie Gecensureerde pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie