Le bruxellois: journal quotidien indépendant

285 0
25 oktober 1916
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1916, 25 Oktober. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Geraadpleegd op 15 december 2019, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/q814m9356v/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

3me Année - N. 747 - Ed. B CINQ CENTIMES Mercredi 25 Octobre 1916 ABONNEMENT POSTAL, ÉD. g Bruxelles - Province - Etranger 3 mois: Fr. 4.50. - Mk« 3.60 '•Les bureaux cie poste en Belgique et à l'Etranger n'acceptent que des abonnements TRIMESTRIELS; ceux-ci prennent cours les 1 Janv. 1 Avril 1 Juillet 1 Octob; On peut s'abonner toutefois pour les deux derniers mois ou même pour le dernier mois cîe chaque trimestre au prix de : 2 Mois 1 Mois Ff-3.00-Mk2.40 Fr. 1.50-MU.20 o TiRAGE : 90.000 PAR JOUR Le Bruxellois Rédacteur en Chef : Mfiro «rie SAI.M Journal Quotidien Indépendant I Rédaction, Administration, Publicité, Vente : j BRUXELLES, 45, RUE HENRI MAUS ANNONCES — La ligne Faits divers et Echos. fr. 5.00 Nécrologie 2.00 Annonces commerciales . 1.50 » financières. . » 0.50 PETITES ANNONCES La petite ligne O-4® La grande ligne. . . . . . 0-75 TIRAGE: 90.000 PAR JOUR Derniers Communiqués Officiels ALLEMANDS BERLIN, 24 octobre. — Officiel de midi : fheâtre de la guerre a l'Ouest. Groupe d'armée uu prince héritier Kuppreeht de Bavière. Comme Le 22 octobre, le 23 octobre a été également un jour de bataille du plus haut déploiement de forcés ; pour amener à tout prix la percée les Anglais et les Fiançais ont continué leurs attaques opérées avec de foi ts. contingents. Ils ont subi, malgré la mise en avant de leurs masses au nord de la Somme, une grave défaite sanglante. D'après les nouvelles du front des rangs entiers de morts entassés gisent principalement à Le Transloy. L'altitude de nos troupes a été au-dessus de tout éloge. Se sont particulièrement distingués : le régiment d'infanterie de Brandebourg n. p4, le régiment d'infanterie de réserve de Brunswick n. 92, le régiment d'infanterie rhénan n. 29 et les régiments d'irtfanterie bavarois n. 1 et 15: Au sud de la Somme, une poussée française qui ss préparait dans le secteur A blaincourt-Chaiûnes n'a pu se développer par suite de notre feu anéantissant.Groupe d'armée du KrOisprinz allemand. L'adversaUe a voulu appuyer ses attaques à la Somme par des attaques près de Verdun. Nos posi tions sur la rive orientale de la Meuse étaient exposées à une vigoureuse canonnade. L'infanterie ennemie a été bloquée dans ses tranchées sous notre rigoureuse action d'artillerie. Les tentatives d'aiiaques sont ainsi déjouées. Théâtre de la guerre à l'Est. Depuis la mer jusqu'aux Carpathes boisées, pas d'événements essentiels. Froni du général de cavalerie archiduc Charles : Au sud de Kronstadt (Brasso'), Prédéal a été prise hier après un combat acharné par des troupes allemandes et austro-hongroises, 600 prisonniers ont été amenés. A l'issue méridionale du défilé de la Tour Rouge, une vigoureuse résistance roumaine a été brisée au cours de ces derniers jours. Théâtre de la guerre des Balkans. Groupe d'armée du feidiuaréchal général von Maekcnsen, Dans la noursuite la nias accentuée- dt} l'adversaire en déroute, reculant aérant noire aile droite, la cavalerie des troupes coalisées a atteint la région de Caramurai. Medjidje et Rasova ont éiê prises après un violent combat. Le butin total, y compris celui qui a été mentionné le 21 octobre,comprend 75 officiers,6,693 soldats, 1 enseigne, 52 mitrailleuses, 12 canons, un lance-mine. Les pertes sanglantes des Roumains et des renforts russes amenés à in iiâte sont lourdes. La forteresse Bucarest a de nouveau été bombardée.front en Macédoine. Rien de nouveau. Evénements aériens. BERLIN, 24 octobre. — Officiel : Un de nos hydro-avions a bombardé le 23 octobre au matin les installations du port et îs gare de Mar-gate sur l'embouchure de la Tamise.L'après-midi dit même jour une escadrille d'avions ennemis, se composant de 3 hydro-avions et de 2 aéroplanes, a été attaquée à la côte de Flandre par 2 hydro-avions allemands et mise en fuite après un combat aérien acharné. Au cours du combat un hydro-avion ennemi a été abattu. Le maître aviateur Meyer (Karl) a ainsi anéanti en combat aérien son 4me avion ennemi hors de son hydrophile. Peu de temps après les avions ennemis, renforcés par 6 autres aéroplanes sont revenus. Ils ont été attaqués et chassés par S de nos appareils. AUTRICHIENS A'héàtre de ta guerre à l'Est. Armée du général de cavalerie archiduc Chartes. A il cours des combats près de Prédéal, 6 officiers roumains et 555 hommes furent {aits prisonniers. La situation générale est inchangée. Armée du général feklmarééhal prince Léepottl de Bavière. Par suite de l'enlèvement du dernier lambeau de terrain encore occupé par les Russes, la rive occidentale de la Narajmvka se trouve entièrement débarrassée d ennemis. autres parties du front, pas d'événements, ù part un vif feu d'artillerie par endroits. Théâtre* de la guerre italien. Au front du littoral, le {eu d'artillerie italien a redoublé hier à nouveau d'intensité. Au Tyrol et en Carintliie, l'activité combattive a été minime. Théâtre de la guerre an Sud-Est : Rien de nouveau chez les iroupes impériales et r ovales. TURCS CONSTANTINOPLE, 23 octobre : Au front de l'Euphrate nos patrouilles d'éclaireurs ait attaqué une batterie duns la position ennemie et mirent lion d'usage un canon. En Perse, nos détachements .ont i epoussé au nord-ouest de Esaivite-schi B'.ak un détachement en lui infligeant de grandes perles. Front du Caucase : Escarmouches en général favorables pour nous au cours desquelles nous avons fait un certain nombre de prisonniers. Des antres fronts, il n'y a pas d'événement d'impoi tance à mentionner. Nos troupes qui avec les troupes coalisées ont franchi la ligne Constantza-Medjidie ont continué avec succès ta poursuite île l'ennemi en fuite. Le feldmaréchul général von Mackenseti a félicité le sultan pour le succès qu'a remporté dans la Dobrud-srlia la vaillance de nos troupes. Nous sous-marins ont coulé au cours de ces derniers jours, différents voiliers chargés de matériel sanitaire, destinés à Constantza ci un grand vapeur de transport de 3,000 tonnes sur le littoral roumain. Une partie de nos contingents chargée de la ré-pi ession de la révolte est arrivéee le 6 octobre dans le secteur de Bir Ruhe Situl; les révoltés se sont retranchés à 6 km. au sud-ouest de Médina. Après l'arrivée de nos renforts récemment envoyés de Medina ils furent attaqués, L'attaque a donné de bons résultats. Les révoltés abandonnant de nombreux morts ont dû fuir vers la mer. BULGARES SOFIA, 24 octobre (Communiqué du 23 oct:) : Front macédonien ; Entre le lac de Prespa et la Czerna, faible canon-nadef Dans le coude de la Czerna, les combats ne sont pas encore terminés. Nos iroupes, renforcées par des bataillons allemands se sont avancées vers les villages de Brod et de SUvitza. Dans la vallée de la Moglenitza et à l'ouest du Wardar, faible canonnade. A l'est du Waidar, vif feu d'artillerie. Une vigoureuse attaque nocturne, prononcée par l'enne-r.ti contre le village de Bogoiodiiza a été repoussée pat notre jeu et par endioils en corps à corps. Le calme règne au pied de la Belasitza Planina. Au jront de la Struma, l'artillerie ennemie a bombai dé plusieurs localités habitées, situées devant nos positions. Au littoral de la mer Egée, calme. Front roumain : Calme le long du Danube. Dans la Dobnidscha, les troupes coalisées ont continué le 22 octobre la poursuite de l'ennemi. A une heure de l'après-midi notre cavalerie a fait son entrée à Constantza. Le soir, des détachements de l'aile droite ont atteint et occupé la ligne Islam-Tepe (16 km. au nord-ouest de Constantza), village d'Alseap à proximité de la voie ferrée, tandis que des troupes de l'aile gauche ont occupé la ligne ldris Cutus, côte 127 (6 km. au sud de Medschidje) et les hauteurs à 5 km. au nord de Cuius Namut — côte 15S. Sur le littoral de la mer Noiie, une escadte russe, qui avait participé au combat avec son artillerie, s'est retirée et a disparu dans la direction notcl. Un hydro-avion allemand a atterri derrière le front ennemi sur le champ d'aviation près du village de Kaiaskus et a détruit 2 avions, après avoir tué les soldais du poste ennemi. L'hydro-avion est rentré indemne. FRANÇAIS .' .iiC/o, 23 i/ctourc. — ujjïcitt; o a., p. ftï". : Au nord de la Somme liiei en fin de journée nous avons exécuté une opération de détail qui a parfaitement réussi. Après une brève préparation d'artillerie nos iloupes ont enlevé d'un seul bond l'ensemble de la croupe I2S au nord-ouest de Sailly-Saillisel sur lavuelie nous avons pris pied le 18. Au sv.d de. la Somme malgré un vif bombardement de la région boisée au nord de Chaulnes l ennemi n'a pas renouvelé pendant la nuit ses tentatives contre nos nouvelles positions. Plus au sud un coup de main sur une de nos tranchées aux abords de la voie de chemin de fer a échoué. Entre Avre et Oise nous avons enlevé un petit poste et causé des pertes à l'ennemi. En Champagne l'ennemi a fait exploser une mine au sud-est de la butte du Mesuil. Notre contre-altaqne l'a rejeté aussitôt de l'entonnoir qu'il avait d abord occupé. Aviation : Ce matin des avions ennemis ont jeté plusieurs bombes sur Lunéville. Pas de victimes. Dégâts matériels insignifiants. Sur le front de la Somme et dans la journée du 22 octobre deux avions ennemis ont été abattus, Uois contraints d'atterrir désemparés. Dans la fournée d'hier vingt-quatre de nos appareils ont jeté 4,200 kilogi ammes de projectiles sur les hauts-fourneaux de Hagendingen et de Bnssingen, nord de Metz et sur les gares de Tliion-ville, Mézièrcs-lez-Metz, Longwy et Meiz-Sablons. Les objectifs ont été atteints. Le même jour une autre de nos escadrilles a bombardé un dépôt de munitions à Mons-en-Chaussée (Somme). Enfin dans h nuit du 22 au 23 vue opération de bombardement sur les usines de Rombacli et la gare de Mars-la-Tour a donné de bons résultats. PARIS, 23 octobre. — Officiel, 11 h., p. m. : Au nord de la Somme une opération de détail effectuée au couis de la journée nous a permis (te progresser sensiblemcni au r.ord-est de Morval. Le chiffre des prisonniers faits par nous hier au nord-ouest de Sailly-Saillsel se monte à quatre-vingt environ. Au sud de la Sopime la lutte d'artillerie a été particulièrement vive dans la région des bois de Chaulnes. Partout ailleurs journée calme. Aviation : Ce matin des avions ennemis ont' jeté plusieurs bombes sur Nancy. On ne signale aucune victime. Lés dégâts matériels sont peu importants. RUSSES PETROGRAD, 23 octobre. — Officiel du 22 : Sur la Narajmvka, dans la région des villages de Wisteiniki et de Skoivorochy on combat avec acharnement pour la possession des hauteurs et des forêts sur la rive occidentale de la rivière. Les positions vassent d'une main dans i'atiite. L'ennemi prononce des attaques désespéices que nous repoussons par nos feux. ROUMAIN BUCAREST, 22 octobre : Aux fronts nord et nord-ouest : A Fv.lghcs et ù Bicaz, la situation est inchangée. Dans la vallée du Troius, nous avons attaqué et repoussé l'ennemi. A Goicoasa, dans la vallée de l'U-zni, violent bombardement ae l'artillerie lourde ennemie. Dans la vailée de l'Oitus et dans la vallée du Slanic, nous avons attaqué et repoussé l'ennemi. Toutes les contre-attaques ae l'ennemi ont été refoulées « la ba'ionnelle. Dans la vallée du Buceu, à Ta-bel Bulzi, à Btaweca et à Picdelse, la situation est inchangée. Un calme <iomplel it gne sur tout le f'-ont. A Prédéal, bombardement par l'artillerie lourde. Dans la légion de Dragoslavsle, nous avons repoussé deux attcfqucs de l'ennemi. Une action contre des troupes qui ont franchi Sczra est en cours. Dans la vallée du Jiul et de l'AU ainsi qu'à Orschowa, le situation ne s'est pas modifiée. Le gros temps gène l'activité. Front méridional. Rien de nouveau tout le long du Danube. Dans la Dobrudscha, les violentes attaques de l'ennemi nous ont obligé à nous replier. ITALIENS ROME, 23 octobre (Communiqué officiel du 22) : La pluie et une abondante chute de neige ont limité hier les opérations à de l'activité d'artillerie et à des entreprises de patrouilles. Nos Iroupes se sont dévouées avec la rapidité habituelle aux havaux de fortifications. ANGLAIS LONDRES, 22 octobre (Officiel du 21 au soir) : De grand matin, <"ennemi entreprit une attaque résolue contre la ledoute de Souabe. Il fut repoussé partout, à l exception de deux points où il pénétra dans nos tranchées, liant il fut toutefois chassé aussitôt en laissant entre nos mains 5 officiers, 79 soldats et beaucoup de morts sur te terrain. Nous avons attaqué avec succès un front de 4,500 ni. de long entre la redoute de Souabe et Le Sars, et avancé de 270 à 450 m. ; nous nous sommes emparés de tranchées dans 'ta région de la redoute Stuff et d'un poste avancé au nord-est ae la redoute de Souabe. Nous avons fait quelques centaines de prisonniers. • Nos avions ont jet# des botnoes sur les lignes de communication ennemies, attaqué un point de jonction important de chemin de fer, ainsi qu'un dépôt ae munitions et jait dérailler quatre wagons. Trois avions ennemis ont été détruits et beaucoup ont été obligés d'atterrir. Deux de nos appareils sont portés manquants. Communique officiel du 22 octobre, avant-midi : Notre attaque a eu hier un grand succès, et tous les buts ont été atteints. Nous avons fait au delà de S00 prisonniers ; d'autres sont annoncés. Nos peries sont estimées légères. Dînant la nuit, l'ennemi n'a pas essayé de regagnei le, terrain conquis. LQf\'DRES, 23 octobre : Communiqué officiel de Salonique du 22 octobre : Par suite du mauvais temps, l'activité s'est réduite ci des combats de patrouille avec l'ennemi. Dernières Dépêchés La situation a 1 Ouest. Nous lisons aans la « Frankfurter Zeitung » : Bâle, 21 octobre. — Voici ce que dit le colonel 1-gli au sujet de la situation à l'ouest, dans les « Bas-ler Naclirichten » : Malgré tous leurs efforts les alliés n'ont pas réussi du 12 au 19 octobte, à faire un pas en avant, qui eûi pu accélérer la décision de la bataille de la Somme. La légère perte de terrain des Allemands au nord de Thiepval,Eaucourt l'Abbaye et Gueudecourt n'a qu'une minime importance ;les Anglais par contre se trouvant au nord de Thiepval et de Courcelet-te n'ont même pas réussi à atteindre 1 Ancre, et dans la direction de Bapaume ils se trouvent encore toujours devant la butte de Varlencourt. Le fait qu'à Sailiy, les Français ont atteint la route de Bapaume ne peut avoir une grande importance, vu que cette communication avait déjà été dépassée plus au sud près de Bouchavesnes, et n était depuis longtemps, plus utilisable ; il est autrement important à consta-tsf que-l'attaque contre le Bois St-Pierre-Vaast et l'Epine Malassise n'a pu être encore exécutée et que des forces allemandes se trouvent encore au nord-ouest de Péronne. Au sud de la Somme l'avance française à l'ouest de Péronne et de Fresnes ne peut pas davantage influer sur la situation. Qu'on n'oublie pas qu'en présence de l'union violente actuelle des feux de l'artillerie lourde contre une étroite partie du front, ii eét possible d'atteindre de tels résultats, mais que ceux-ci n'acquièrent une signification plus ample *que lorsque l'attaque est continuée de telle façon qu'il existe en fait une « trouée », une percée. Que ceci ne soit plus possible à la Somme avec les forces dont on dispose actuellement, cela semble prouvé surabondamment par les événements de ces derniers mois. La situation en Grèce. Berne, 23 octobre. — Le « Journal » mande d'Athènes : Le gouvernement grec a contracté l'obligation solennelle de licencier les réservistes. Le gouvernement serait disposé en outre à renvoyer immédiatement dans leurs foyers les hommes de 30 à 40 ans ainsi que la classe de 1914. La classe de 1916 ne serait pas rappelée. - Londres, 23 octobre. — Reuter mande d'Athènes : On apprend de source très autorisée, que le Roi aurait consenti à prendre toutes les mesures nécessaires à assurer la base d'opération du général Sar-raii, mais qu'il ne considère toutefois pas la retraite . des troupes thessaliennes comme l'une de ces mesures nécessaires. Sur quoi l'attaché militaire aurait retiré sa note pour donner connaissance des points saillants des objections du Rot. Amsterdam, 23 octobre. — D'après un journal local on mande d Athènes au « Times » qu'en présence des mesures énergiques, prises par les autorités grecques, après le débarquement des détachements français, le calme règne. Inquiétudes anglaises au sujet de la Roumanie Londres, 21 octobre. — (Chambre des Commu nés.) — Sir Edward Carson a demandé : Quant donc pourrons-nous attendre des informations et de: explications de ia part du gouvernement, au suje de la Roumanie, étant donnée l'inquiétude univer selle ? Bonar Law a répondu qu'il n'était pas opportui de fournir une explication au sujet de faits militai res acquis, mais que le gouvernement ferait le né cessaire dès qu'il y aurait possibilité. Hunt a de mandé : Le ministre peut-il nous garantir que nou n'arriverons pas, trop tard selon notre habitude? Bonar Law n'a point répondu. Guerre civile en Abyssin!©. Berne, 23 oct. — On annonce dAddis Adeba : Le Ras Mikaël a l'éuni des forces considérables et se propose apparemment de combattre les troupes du gouvernement qui attendent des renforts près d'An-kober. i'ertes d'aviateurs en France. Genève, 23 oct. — En dehors de l'aviateur français l'adjudant Baron, descendu la semaine passée près de Neu-Brisach, ia presse parisienne signale également la perte de deux autres excellents aviateurs, les lieutenants Rochefort et Depontis.Ce dernier est un cousin au général Liautey. Encore une femme condamnée en France. Bâle, 23 oct. — On annonce de Marseille aux «Basler Naclirichten» : D'après une nouvelle de Ha-vas, le conseil de guerre de Marseille a condamné à mort, à l'unanimité, une femme nommée Marie Comeno-Sanchez, née Liebenthal, de Dusseldorf, pour espionnage. L'Angleterre et les neutres. Madrid, 22 octobre. — (Radiotélégramme du représentant du « Wiener Correspondenz-Bureau »). — La « Correspondent Militar » : « La faute de la crise commerciale dont souffrent quelques Etats neutres, incombe à la seule Angleterre, qui maintient un biocus illégal. L' « Abo » écrit au sujet des listes noires « que c'est ce que le despotisme de la Grande-Bretagne a produit de plus noir. Les sujets des Etats neutres sont considérés comme sujets de la Grande-Bretagne et doivent se soumettre à ses ordres. » HJoit de l'ancien vice-président du Reichstag. Berlin, 23 octobre. — Le « Bôrsen-Courier » mande : L'ancien vice-président du Reichstag, baron von Frege, est décédé. Il était membre de la première Chambre saxonne. Un emprunt argentin aux Etats-Unis. Londres, 21 octobre. — Le correspondant du « Morning Post » à Washington mande que l'Argentine qui, avant la guerre était alimentée financièrement par Londres, négocie un emprunt de 100 millions de dollars à New-York. Londres, 21 octobre. — Les listes des pertes du 20 et du 21 contiennent respectivement les noms de 185 officiers (dont 73 tués) et 4,490 soldats, et 215 officiers (dont 77 tués) et 2,000 soicats. Le commerce en i\igérie. Londres, 20 octobre. — A la fin du mois une grande partie de propriétés allemandes eu Nigérie, seront publiquement mises aux enchères à Londres. Dans un article de fond, le « Times » fait remarquer à ce sujet : La fermeture des maisons de commerce allemandes â eu une îépercussion funeste sur le commerce du Protectorat. Le commerce a rétrogradé, avant tout parce qu'on n'a pas tenté de remplacer le capital allemand. Les firmes britanniques existantes sont dans l'impossibilité de soutenir tout le commerce. Ce n'est pas tout de chasser les Allemands, il faut les remplacer au plus vite et ce même pendant la durée de la guerre. S.a révolte aux Sndes Néerlandaises. Amsterdam, 23 octobre. — Le « Telegraaf » mande de Weltevreden, que la colonne qui opère dans le territoire de Morloeng, a tué trois rebelles. Cinq chefs de la région ae Toengkal ont été faits prisonniers et amenés à Djambi. On communique officiellement que la résistance dans la région qui va de Rawas au territoire fluvial du Limoen et de Batan Hari* est complètement brisée. Tous les chefs sont arrêtés. La prise de Constanza. Nous lisons dans la « Kolnische Zeitung » de ce jour : Il y a deux mois que les puissances centrales sont en guerre avec la Roumanie et voici que les drapeaux des alliés flottent sur Constantza, le port le plus important du royaume. On avâit dépensé plus de 50 millions de francs pour édifier un débouché au commerce de Roumanie, en ce port, qui avait acquis une importance toute particulière pour le transit par sa communication avec le chemin vers Bucarest en passant le Danube.- Les brise-lames s'avancent dans ia mer sur une longueur de plus d'un kilomètre et demi et deux grands bassins pouvaient recevoir les navires qui arrivaient en grand nombre, pour s'y approvisionner en céréales, en pétrole et en bétail. C'était avant tout la iigne la plus courte vers Constantinopie pour le transit'oriental de l'Europe, et grâce à l'appui des Allemands, la Roumanie avait installé une ligne de vapeurs très utilisée, vers le Bosphore, qui correspondait à un débouché vers le canal de Suez, ainsi que vers la Grèce et l'ouest. La iigne de télégraphes instaliée de Constantza à Constantinopie s'utilisait ds^i'açon croissante, malgré les difficultés naissant du fait de 1 incurie et de l'avidité des fonctionnaires roumains. Les milieux cossus de Bucarest avaient coutume de villégiaturer quelques semaines à Constantza où leur penchant au jeu et à d'autres distractions ana-! logties trouvaient un champ d activité. Ce n'est pas 1 à présent, pendant l'été, qu'Ovide, qui passa plusieurs de ses années d'exil dans la localité voisine de Tomi, aurait eu à se plaindre de la soiitude. Il y règne une vie colorée, par un singulier mélange I de culture européenne et de coutumes orientales, > qui percent toujours sous le vernis occidental. La t ville même se tiouve a environ deux kilomètres du port, sur une rive escarpée et peut compter environ 15,000 habitants. Militairement parlant, Constantzî î était pour l'instant le seul point où les troupes russes, amenées par mer d'Odessa ou de Sébastopol pussent aborder. La flotte roumaine, qui se trou vait en partie ici, a dans tous les cas préféré se rai s lier à l'escadre de la mer Noire et trouver un por sûr, en présence du danger résurtant S. Ss fois des attaques des avions allemands et des menaces dea sous-marins venant de Varna et de Constantinop-plev La perte de Constantza implique également la possibilité d'amener des troupes par mer en Roumanie. La vigoureuse attaque des forces alliées bulgares, allemandes et turques qui, après une pause de plusieurs semailles ont repris l'offensive, a ame-n4 leur aile droite à Constantza en partant de Tuz;a-sur-mer par Tckirgiôl, localité renommée pour ses bains iodés. La partie de la route qui va directement de Constaniza dans la direction occidentale est déjà dépassée n r les troupes. Près de Mursatlar à 20 kilomètres du port, la région se tourne vers le nord-ouest, pour se porter ensuite dans l'ancienne direction vers Czernawoda, plus avant vers le Danube, en passant par Medjidieh, point terminus de la ligne de Dobritch. La position très étendue, érigée en temps de paix, de Tuzla sur la mer Noire, à Rasova sur le Danube, est prise, malgré les renforts amenés apparemment par les Russes. Le succès fut remporté grâce à la rivalité des divers contingents et par la poursuite sans treve, malgré le temps le plus indûment et le sol trempé. Avant tout il est à attribuer à l'impression morale à laquelle revic-si: toute la valeur de ce fait d'armes. La presse de l'Entente avait donné à entendre que l'offensive de Mackenscn pouvait être considérée comme1 un échec complet parce qu'il n'avait pas percé immédiatement jusqu'à cette route, et on y rattachait toutes-sortes d'espérances. A présent la violence des faits est là pour réfuter à fond cette assertion. Nous verrons sous peu dans quelle direction le gros de l'armée se retire. La partie septentrionale de la Dobroudscha qui s'étend au nord du chemin Constantza-Czernawoda est de loin plus pauvre en ressources que la partie méridionale. La route de Medjidieh à Tmdschea semble ne pas encore être tel rainée. On ne doit pas compter utiiiser le pont suf le Danube près de Czernawoda, vu qu'il a été endommagé par les bombes des aviateurs allemands, La guerre maritime. Ymuiden, 23 octoDre. — Le vapeur « Riskorie » du service postal royal indo-occidental, a été ramené samedi soir à Zeèbrugge par 3 destroyers aile- vu également à Zeebrugge deux vapeurs néerlandais dont l'un, le « Caledonia », chargé de minerai de cuivre et faisant route de la Huelva a ' m ïterdam, naviguait sous pavilion allemand. Berlin, 24 octobre. — Le « Berliner Tageblatt » publie une dépêche de Washington, disant que d'après l'avis des milieux officiels américains, l'altitude du sous-marin 53 a été absolument • orrecte et conforme au droit des gens Dendant toutes '.es étapes de son séjour là-bas. Si des navires de guerre américains avaient donné au sous-m tria l'espace nécessaire pour le torpillage, il n'y aurait eu de ce fait aucun accroc à la neutralité. New-York, 18 octobre. — (Radiotélégramme eu représentant de l'agence Wolfr, arrr é en îetard) — Quant à la question de savoir si un sous-mjrin auiait de manière illégale reçu, dans un port américain, au moyen de journaux, des nouvelles concernant les mouvements de navires, le collaborateur du « New-York Times », à Washington fait remarquer qu'au mois d août 1916, le croiseui français « Amiral Aube » aurait abordé à Pennacola, et que le capitaine' d'après ses dires — y aurait reçu des papiers importants qu'il avait transporté à bord, sans que cet incident ait donné lieu à une question diplomatique. Quant à l'assertion du vicomte Grey, d'après laquelle le gouvernement britannique n'aurait pas élevé de protestation officielle près des Etats-Unis au sujet du sous-marin allemand n. 53, aussi longtemps qu'une communication au sujet de l'attitude du gouvernement américain existe, 1' « Associated Press » de Washington '/nande que l'on a appris de source autorisée, que les Etats-Unis ne voient pas qu'il y ait lieu de fournir n'importe quelle explication au' sujet de la question de l'entreprise du sous-marin 53 ou au sujet de la question des sous-marins en général. - , . Le service international de nouvelles Hearst, mande de Washington : « Les Etats-Unis protesteront près des gouvernements français et anglais contre les dommages causés à des citoyens américains par la censure illégale de la poste américaine par les Alliés. Ceux-ci s'élèvent à un million de dollars. — DEPECHES ' Ic?-produ;t's de l édition pTè.ceclcntt.) La situation en Grèce. Copenhague, 24 oct. — D'après un télégramme reçu de Paris, de sérieuses rencontres ont journellement lieu à Athènes entre la population et la police française à l'occasion desquelles on a compté souvent des morts et des blessés. Dans la nuit de vendredi à samedi, il y a eu de nouveau une rencontre ressemblant à une bataille, après laquelle on s compté 12 morts, dont 8 Français ; en outre, 3 Français et 2 partisans de Venizeios ont été grièvement blessés. \ouveiles exigences de l'Entente à la Grèce. Lugano, 24 oct. — On annonce de Rome, que le gouvernement grec a remis à l'Entente l'importante' voie ferrée Larissa-Lamia-Volo. En outre, l'Entente exige l'éloignemènt des garnisons de toutes les villes. Le procès Ghenadieîf. On mande de_ Sofia au sujet de la condamnation Ghenadieff et consorts, que parmi les prévenus qui ont été condamnés à 8 ans d'emprisonnement, 6B trouvent son ftère Paul Ghenadieff et Haletsche, son beau-père, ainsi que le chef agrarien Torlokoff, tout les trois députés. t Les prévenus ont été reconnus coupables' d'avok

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Le bruxellois: journal quotidien indépendant behorende tot de categorie Gecensureerde pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes