Le bruxellois: journal quotidien indépendant

303745 0
23 november 1916
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1916, 23 November. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Geraadpleegd op 16 oktober 2019, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/qv3bz63298/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

3JC Année - M. 775 - Ed. B CINQ CENTIMES Jeudi 23 Novembre 1916 ABONNEMENT POSTAL, ÉD. g Bruxelles : Province - Etranger 3 mois s Fr. 4.50. - Mk. 3.60 Les bureaux de poste en Belgique et à l'Etranger n'acceptent que des abonnements TRIMESTRIELS; ceux-ci prennent cours les 1 Janv. 1 Avril 1 Juillet 1 Octob. On peut s'abonner toutefois pour les deux derniers mois ou même pour la dernier m«is de chaque trimestre au prix de : 2 Moi» 1 Mois Fr.3.00-Mk.2.40 Fr.l.50-Mk.l.20 TIRAGE :90.©00 PAR JOUR Le Bruxellois ANNONCES — La ligne Fait* divers et Echos . fr. 5.09 Nécrologie 2.CQ Annonces commerciale» . 1.50 » financières. . . 0.50 PETITES ANNONCES La petite ligne • 0.40 La grande ligne. .a-.-. 0.7i » 0' "* TIRAGE: S®.©O® PAR JOUR Rédacteur en Chef : Maro cl © o Journal Quotidien Indépendant Rédaction, Administration, Publicité, Vente : 1 BRUXELLES, 45, RUE HENRI MAUS f DERNIERS COMMUNIQUÉS OFFICIELS JL>a BERLIN, 22 novembre, midi ; Tbeaire de ta guerre à l'Ouest. Le temps de brouillard a gené en grande partie l'activité combaltive. Au sud du canal de la Bassêe des patrouilles du régiment d'infanterie n. 93 d'Anhalt et du bataillon du génie n. 4 de Magaebourg ont envahi les tranchées anglaises et, après avoir détruit les installations de aéjense, ramené vlus de 20 prisonniers et une mitrailleuse.Egalement dans la région de la Somme, la canonnade est restée faible pendant toute la journée et n'est devenue plus intense le soir que sur les deux rives de l'Ancre et au bois de St-Pierre-Vaast. Une attaque, prononcée par les Anglais, au nord-ouest de Sens s'est brisée dans notre feu de défense. Rieaire lie ta guerre a l'Est. Au sud-ouest de Riga, des troupes d'attaque de la «t Landsturm » allemande ont ramené de la position russe, sans pertes propres, 33 prisonniers et deux mitrailleuses. Sinon pas d'actions importantes depuis la mer jusqu'au coude des Carpathes à Kronstadt (Brasso). Au nord de Campolung les vaines attaques roumaines ont été renouvelées contre le front allemand et austro-hongrois. A la route du défilé de la Tour Rouge et dans les vallées latérales de l'Ait nous avons gagné du ter. rain, en combattant. Brisant sans délai la résistance de l'adversaire battu, par des attaques à la baïonnette et des assauts, comme premières troupes allemandes ont pénétré à Crajova, le matin, l'infanterie prussienne, par le nord, l'est et l'ouest et des escadrons du. régiment de cuirassiers de Sa Majesté la Reine du côté ouest. Théâtre de ta guerre aux Balkans. Groupe d'armée du felfimaréehal général von IVlackensen : Dans la Dobruascha, près du littoral, combats d'avant-gardes. Sur le Danube canonnade par endroits. Entre les lacs d'Ochrida et de Prespa, ainsi que dans ia plaine de Monastir des troupes d'ai'ant-gardes de l'Entente sont arrivées dans la zone des positions germano-bulgares. A l'est de Taialoivo nos chasseurs de la garde ont reconquis une hauteur et l'ont maintenue contre plusieurs vigoureuses attaques. BERLIN, 21 novembre. Officiel ; Brouillard intense dans le territoire de ia Somme. L'activité combattive est moindre aujourd'hui, Cratova est prise. Les récents combats à la Somme, BERLIN, 20 novembre. — Ofifciel : Les attaques partielles des armées anglo-françaises de lu semaine dernière ne les avaient pas fait avancer. Les journaux des pays de l'Entente ayant critiqué leur stratégie en déclarant qu'il ne leur était pas possible d'atteindre leur but de celte manièreles Anglais ont de nouveau tenté des assauts en masse en mettant en avant de nombreuses troupes coloniales. Il y a lieu de croire que cette méthode ne sera pas longtemps employée, les attaques du 1S et du 19 ayant coûté aux Anglais des perles absolument extraordinaires. Dans le «Dagens Nyhelem du 12 novembre, le capitaine suédois Nôrregari évaluait la âîme sanglante de l'Angleterre, en ces derniers trois mois, à 46,000 homrr.es par kilomètre, alors qu'en 4juillet elle ne s'élevait qu'à 14,000 hommes par kilomètre. Le mois de novembre fera inscrire une augmentation considérable des sacrifices consentis jusqu'ici, lesquels s'clèvent, d'après une évaluation modérée à 600,000 hommes au moins pour la période da 1er juillet au 1er novembre. Les premiers succès qu'ils ont remporté au cours de leurs attaques contre BeaumontHamel-Bean-court ont placé les Anglais dans une situation difficile étant donné que l'artillerie allemande disposait, pour ses observations, des hauteurs de Serre et que les troupes qui ont pénétré dans nos positions étaient prises sous le feu de l'artillerie allemande et deci-races par el'e. La tentative que les Anglais ont faite pour échapper à cette situation difficile leur a coûté des pertes plus fortes encore sans produire aucun résultat. Les troupes d'assaut lancées au fort de la tempete à travers un terrain détrempé, dans la boue et dans la fange, ont été fauchées par le feu de notre artillerie et de nos mitrailleuses. Pendant la nuit du 18 au 19 novembre, leurs attaques ont été renouvelées sur tout le front, depuis Serre jusqurà Warlencourt. Il est vrai que les Anglais ont réussi à pénétrer dans une partie du village de Grandcourt, mais dès le lendemain dans la matinée ils en ont été rejetes à la suite iT un combat à coups de grenades à main. Leur cavalerie, qui était massée dans l'avant-territoire, prête a opérer la trouée, n'a naturellement pu intervenir. L'aide apportée à cet assaut par les automobiles blindées,dont une a été détruite par un coup de feu qui l'a touchée en plein près de Grandcourt, n'a pas réussi davantage.Au cours de leur contre-attaque, les Allemands ont fait prisonniers, pendant la semaine écoulée, 22 officiers ci 900 hommes et se sont emparés de 34 mitrailleuses. Dans la seule journée du 18 novembre, ils ont fait prisonniers 11 officiers et 370 hommes et se sont emparés de 20 mitrailleuses. Les Français, pas plus que les Anglais, n'ont eu un succès quelconque. I.'attaq>ie qu'ils ont encore tentée le lli novembre au soir contre le bois de Saint-Pierre-Yaast a été repoussée d'une manière sanglante. La décision sur la Somme est intervenue depuis longtemps : toute tentative d'y percer nos lignes est condamnée à échouer. Mais, poussée par l'opinion publique, excitée et entraînée par les machines de guerre mises en mouvement dans le secteur de la Somme, la direction des armées française et anglaise continua à jeter ses troupes contre la muraille de feu de ses adversaires sans atteindre d'autre but aue de faire correspondre à chaque petit pro grès local une augmentation toujours plus horrible aes perles en vies humaines. Les pertes de ta marine marchand®. BERLIN, 21 novembre. Officiel. — Dans le courant du mois d'octobre, 146 navires marchands ennemis, formant un total brut de 306,500 tonnes, ont été amenés ou coulés par les sous-marins et torpilleurs des puissances centrales on ont touché des mines. En outre, 72 vaisseaux de commerce n&utres, langeant un total brut de 87,000 tonnes, ont été coulés, pour tentative de passage de contrebande à l'en, nemi. Depuis le débat de la guerre, le tonnage des vaisseaux de commerce ennemis smistrés du fait des piussances centrâtes, se chiffre par un tonnage de i,322,000 tonnes, dont 2,550,000 tonnes pour compte de l'Angleterre. L'activité des sous-marins dans la Manche. BERLIN, 21 novembre. Officiel. — Un d* nos sous-marins a coulé le 14 novembre un navire de surveillance français,qui paraît être du genre du destroyer «Arc» ou aSape». En outre, 6 vaisseaux de commerce ennemis, le même sous-marin a coulé le vapeur norvégien uUllvang», qui portait du matériel de guerre à destination de la France. AUTRICHIENS VIENNE, 21 novembre. Officiel : lheâire de ta guerre à l'Est. Front du générai do cavalerie archiduc Charles : Les forces coalisées combattant sur les deux rives du Schyl ont refoulé plus loin l'ennemi. Ils s'ap-ptochent de Cratova. A l'est de la rivière Oit (AU), nous avons pris pied sur les hauteurs au sud de Scauoni. Au nord de Campolung, l'ennemi a continué son attaque, mais ceite fois encore ses efforts furent vains. Des chasseurs allemands de l'armée du général von Kôves ont mis en déroule l'ennemi avec un plein succès dans la région de la Ludowa. Front du îeldnuaréchal général prince Léopold de Baviere : Activité combattive minime. Théâtre de ta guerre italien. Une contre-attaque de plusieurs rangs de profon-àcLixr. prèr.ntAK contre, une. itfinchée récemment reconquise par nos troupes au 'sud de Biglia, â été t«-poussée.Théâtre de ta guerre Sud-Est. Rien d'intéressant chez les troupes impériales el royales. VIENNE, 21 novembre. Officiel : Le commandement supérieur de l'armée communique officiellement : « Aujourd'hui nous avons pris possession de Cra'iova, capitale de la Valachie occidentale. » N. D. L. R. — La prise de Craïova forme une trouée profonde dans le 'rond roumain occidental. FRANÇAIS PARIS, 21 novembreOfficiel, 3 h., p. m. : Au cours de la nuit l'activité de l'artillerie s'est maintenue très vive dans les régions de Saillisel et oe Douaumont. Nuit calme partout ailleurs. PARIS, 21 novembre. — Officiel, Il h., p. m. : Journée calme sur tout le front. Canonnade hàbi-tue lie. Pas d'action d'infanterie. Aviation. — Dans la nuit du 20 au 21 nos avions de bombardement ont lancé une centaine d'obus sur les bivouacs ennemis en arrière du front de la Somme.PARIS, 21 novembre. — Officiel : Armée d'Orient. Aa nord de Monastir les arrières-gardes bulgares appuyées par une forte artillerie sont vivement près, sies par les troupes alliées. A l'ouest, les troupes italiennes ont repoussé une violente contre-attaque ennemie partant de la région montagneuse du Nuza. Sur la rive orientale du lac Prespa les alliés ont occupé le village de Krani. RUSSES PETROGRAD, 20 novembre. Officiel du grand état-major général. — Sur tout le front, canonnades réciproques el opérations de reconnaissance habituelles. / ITALIENS ROME, 21 novembre. ( Officiel du 20 novembre J — Au front du Irentin, duels d'artillerie et travaux de retranchements ennemis entravés par notre feu-Dans la vallée du But supérieur, l'artillerie ennemie a canonné nos positions du Petit Pal el du Frei• kofel. Nos batteries ont activement i+posté. Sur le Carso, l'ennemi a vigoureusement attaqué nos positions sur la hauteur 126, au nord de Volkow. niaki. Après un combat acharné, il a réussi à occuper un de nos retranchements. è Sur le reste du front, l'attaque a été repoussé a avec de grandes pertes pour l'ennemi. Nous avons fait quelques prisonniers. Le mauvais temps persiste sur tout la théâtre de la guerre. ANGLAIS LONDRES, 21 novembre. Communiqué du 20 no. vembre (après-midi). — Pas de changement dans la situation. Communiqué du soir. — Sur le champ de bataille à l'Ancre et à la Somme,l'ennemi a canonné aujourd'hui Beaumont-Hamel et les environs de Gueude-court.Dans les dernières vingt-quatre heures, nous avons encore fait 80 prisonniers. Dernières Dépêches La mort de S. M. François Joseph I. Vienne, 21 novembre. — La force de résistance extraordinaire dont François-Joseph I, vieillard riche d'années déjà, a fait preuve à diverses reprises, à l'égard d'affections assez graves des voies respira toires, au cours de ces dix dernières années, le dévouement, les soins et l'art de ses médecins traitants, avaient fait naître dan# l'entourage de l'Empereur, l'espoir que la dernière maladie du monarque qui prit cours dans la première décade du mois de novembre, serait égalemen. passagère. Comme il ressort des bulletins journaliers qui exposaient sans détour la situation véritable du l'Empereur, celui-ci n a-vait rien changé à sa manière de vivre et à ses occupations ordinaires, jusqu'à la date d'hierj il s'est même absolument surmené ces derniers jours, en transmettant les ordres journaliers et en accordant de longues audiences où il parla beaucoup, malgré la température élevée et les quintes de toux qui l'accablaient. La nouvelle du décès du monarque ne se répandit que vers onze heures dans les établissements de la ville et frappa le public d'une réelle stupeur, car on avait peine à croire à l'irréparable. Aussitôt chants et musique cessèrent partout. La nouvelle de sa mort a cansé dans tous les milieux une douloureuse surprise. Cévénement fur répandu entretemps parmi le public vers minuit, par les éditions spéciales des journaux. Licenciement des cmsses hollandaises. La Haye, 21 nov. — Le ministre de la guerre communique dans ia Seconde Chambre que si des difficultés extraordinaires ne surgissent pas, toutes les classes qui avaient été appelées sous les armes le 1er août 1914 seront licenciées avant le mois d'août 1917. Le ministre espère ne pas devoir utiliser les classes de la Landsturm de 1907 et 1906. Economie de charbon en Hollande. La Haye, 21 nov. — Le «Korrespondenz Burô» annonce que les chemins de fer sont obligés de restreindre leur consommation de charbon par suite du manque de charbon. Quelques trains seront supprimés à partir de ce mois-ci. Après la nouvelle-année, la circulation des trams sera limitée davantage et le chauffage des salles d'attente 9S des trains sera également restreinte. Retraita du ministre d'Etat von Jagow. Berlin, 21 nov. (Officiel.) — D'après ce que nous apprenons, le secrétaire d'Etat aux affaires étrangères, von Jagow, a sollicité sa retraite pour motifs de santé. On prévoit que le sous-secrétaire d'Etat Zimniermann lui succédera. R&terfera, 21 noVemt-n . — A îa suit» d'un article du « Niéuw» Rotterdamsche Courant », le correspondant londonien du « Manchester Guardian * écrit ce qui suit, au sujet de l'armement des vaisseaux de commerce, dont il est fréquemment question dans les journaux anglais a 1 heure actuelle : Il n'existe pas tant de navires b«tis de façon à pouvoir supporter sur leur pont, un canon assez puissant pour faire œuvre efficace envers les sous-marins modernes. On désirerait également que des canons soient placés non seulement sur l'arrière-pont, mais également sur d'autres endroits du navire. Certes le gouvernement américain a communiqué il y a quelque temps que l'accès aux ports américains, ne serait pas refusé aux vaisseaux de commerce armés, à condition de n'être utilisés qu'en vue de leur défense ; mais il est peu probable que le gouvernement américain considérera les mesures préconisées ci-dessus, comme une. pure -mesure de défense. Les ambassadeurs des puissances centrales quittent Athènes. Athènes, 21 novembre (Reuter). — Les ambassadeurs allemand, austro-hongrois, bulgare et turc ont reçu l'ordre de s'embarquer sur un vapeur qui a été mis à leur disposition; sinon on usera de force à leur égard. Cet ordre leur a été communiqué directement par l'amiral Fournet. Le Roi a décliné toute responsabilité. La légation espagnole s'est chargée de la protection des sujets allemands; la légation américaine s'est chargée pour sa part des intérêts austro-hongrois, turcs et bulgares. Le correspondant du « Times » à Athènes annonce que l'amiral Fournet a remis, dimanche soir, une note aux ambassadeurs des Puissances Centrale#, dans laquelle il les invite à quitter la ville avant mercredi. Selon toute probabilité ils seront transférés à. Dedeagatsch à bord d'un vapeur de guerre des alliés. Vers îa paix. Amsterdam, 21 novembre. — Le correspondant new-yorkais du a Times » de Londres mande que le « New York Times » émet l'avis que le moment est arrivé dé conclure la paix. Le a New York Times » imprime une série d'articles, qui, ainsi que le journal s'exprime, émanent de la plume de gens autorisés des deux hémisphères. Le « Times » de New-York fait remarquer à ce sujet, que les paroles prononcées par Asquith an Guildhall concernent les Anglais après comme avant. Condamnation à mort de traîtres. Vienne, 22 nov. — Le tribunal suprême a rejeté hier la demande en cassation des accusés Dr. Kra-mary, Dr. Rassen, Cerwinka et Zamazah, qui avaient été condamnés à mort pour trahison et crimes en temps de guerre. Le jugement est ainsi devenu force de loi. Une commande russe. Copenhague, 20 novembre. — Le « Berlingske Tidende » mande de St-Pétersbourg ; Le ministre de l'agriculture a commandé pour 40 millions de machines agricoles en Amérique. Le • Deulschland ». Amsterdam, 21 novembre. — Les Journaux annoncent de New-York, que lea propriétaires du « Deutschland » ont déposé 87,000 dollars pour la libération du navire, après qu'un ordre d'arrêt eût été lancé, à la suite d'un procès pendant. Le « Deutschland » peut donc quitter le port de New-Londen à tout instant. Dans la diplomatie. Vienne, 21 novembre. — D'après les journaux, (l'ambassadeur extraordinaire et ministre plénipotentiaire, comte Ludwig Szec'uenyi a été nommé ambassadeur à Sofia. La mort de l'Empereur François-Joseph Vienne, 21 november. — Une édition spéciale du journal impérial « Wiener Zcltung » annonce : Sa Majesté Apostolique li»p6rin)e cl Koyale FrançoSe-ioseplî I" a expiré doucement dan» ie seai du Seigneur, aujourd'hui, le 21 novembre, à S heures du soir, dans le châtead; do Schimbrunn. L'élat de santé du roi Constanfin. D'après une dépêche d'Athènes, aux journaux suisses, le roi Constantin est obligé de so ménager en raison de son état de santé. Le nouvel ambassadeur allemand à Vienne. Berlin, 21 novembre. — On n'a pas encore fait de communications olficielles sur la nomination du nouvel ambassadeur allemand à Vienne ; toutefois, 11 ne serait pas improbable que le secrétaire d'Etat des affaires étrangères, M. von Jagow, allât à Vienne. Dans ce cas, le sous-secrétaire actuel, M. Zimmer-mann, reprendrait probablement le poste de secrétaire d'Etat. La guerre maritime. Londres, 21 nov. — Lloyds annonce qu'une partie de l'équipage du vapeur norvégien «Finn» a éti débarquée. L équipage raconte qu'ils ont été coulés par un sous-marin allemand. Athènes, 21 nov. (Reuter.) — Le garde-côtes «Spotsais» a été coulé. Pour autant qu'on sait jusqu'ici, il y a une victime. Ystad, 20 nov. — Cet après-midi, des loods sont arrivés ici avec 11 hommes de l'équipage du vapeur hambourgeois «Fritz Hugo Stinnes V» qui a péri au sud de Sandhavn, à la suite d'une explosion de chaudière. Ce vaisseau, chargé de minerai à destination de Hambourg, venait da Luiea. Le capitaine et six hommes sont montés dans le premier canot, onze hommes dans le second. Le premier chavira et l'on put voir deux hommes se cramponnant aux débris ; leur sort ultérieur est inconnu. Le vapeur suédois «Bore» a recueilli onze hommes du second canot, ainsi que les loods d'Ystad, * Mmï dçvi'Empereur I I tfliyWHhJRtdSpll f Mardi 21 novembre, à 9 li. au soir, est ûéceaô en son palais de Schônbrunn, l'Empereur d'Autriche, François Joseph 1, à l'âge de 86 ans, des suites d'une pieuro-pneumonie, consécutive à une attaque de grippe. Avec lui disparait le doyen des monarques européens et peut-on dire le plus âgé des souverains régnant dans le monde actuel. François Joseph I, empereur d'Autriche et roi de Hongrie, était né à Vienne en 1830. 11 monta sur le trône en 1848. Dès son avènement il eut à compter avec la révolte de la Hongrie, soulevée par Louis Kossuth (1802-1894), qui proclama la république à Budapesth. La révolution fut vaincue, mais la Hongrie obtint une constitution séparée, un parlement distinct avec un ministère national et François Joseph 1 fut proclamé roi de Hongrie. De ce jour date la constitution dualiste ou austro-hongroise. En 1849 éclatait l'insurrection de Lombardie, appuyée par le Roi de Sardaigne. Les Piémontais furent écrasés et provisoirement l'Autriche garda ses provinces italiennes. En 1859 la guerre d'Italie se ralluma. Les Français accoururent au secours du Piémont et les batailles de Magenta (4 juin 1859) et de Solférino (24 juin 1859), eurent pour résultat l'enlèvement de la Lombardie qui, détachée de l'Empire de François Joseph 1, servit à agrandir le nouveau royaume d'Italie ,au profit de Victor Emmanuel II. En 1866 éclata la guerre entre l'Autriche et la Prusse, guerre à laquelle l'Italie prit part aux côtés de la Prusse-, ce qui lui valut l'annexion de la Vénétie (1866). La victoire de Sadowa (le 3 juillet 1866), décida du sort de la guerre dont le résultat fut d'expulser l'Autriche de la Confédération de l'Allemagne du Nord au profit de la Prusse qui acquit ainsi l'hégémonie des Etats confédérés de l'Allemagne. La Paix de Nicolsbourg rétablit les bons rapports entre Vienne et Berlin et ce d'autant plus que la Prusse n'exigeait aucune cession territoriale de l'Autriche et ne lui imposa qu'une faible contribution de guerre. Cet acte de sagesse politique permit au Chancelier Bismarck de créer, en 1878, îa triple alliance à laquelle l'Italie adhéra en 1882. On sait que l'Italie dénonça ce pacte, sans raison, le 22 mal 1915. Entretemps, le vieil Empereur avait vu successivement la mort et le deuil atteindre tour à tour se3 proches. Le 30 janvier 1889, l'archiduc Rodolphe qui avait épousé, le 10 mars 1831, la princesse Stéphanie de Belgique, mourait mystérieusement assassiné à Meyerling. La mort de son fils héritier présomptif fut pour le vieil Empereur une épreuve douloureuse. Son frère, l'archiduc Ferdinand Maximilien Joseph, Empereur du Mexique, fut fusillé à Queretaro, le 19 juin 1867, par les républicains, commandés par Beneto Juarez. Sa belle-sœur, l'Impératrice Charlotte, veuve de Maximilien et fille de Léopold I devint folle et achève en ce moment sa vie au château de Meysse-Bouchout. Plus tard disparaissait mystérieusement l'archiduc Saïvator.neveu et héritier de la couronne d'Autriche-Hongrie. Sous le nom de l'énig-matique Jean Orth, ce prince parcourut le monde sans qu'on ait su depuis exactement où il a fini ses jours. Le « Figaro » de Paris, en 1912, publia à et sujet une série de soi-disantes révélations d'après lesquelles Jean Orth aurait épousé une créole milion-naire au Chili où il aurait môme contribué comms amiral républicain au renversement du président Bal maceda. Jean Orth était-il le mystérieux El rey d( los Andes, tant célébré dans les fastes de la révolu tion chilienne? Quoi qu'U en soit sa succession fu déclarée ouverte et sa mort enregistrée à Vienne En 1908 l'anarchiste Lucheni poignardait à Genèvi au bord du lac Léman, l'Impératrice d'Autriche Elfe sabeth. Depuis la mort de son fils biea aiœéj) l'archiduc Rodolphe, jamais k malheureuse souvè* raine ne s'était consolée. En 1912, un autre archiduc d'Autriche, Léopold, renonçait à ses droits au trône pour épouser sous nom de Léopold Wolfling, la cantatrice Abraiiaino» vitch._ Le 28 juin 1914, l'archiduc-héritier Franz Ferdf-r < nand,assassiné à Serajevo,ainsi que son épouse la "'U« cliesse Sophie Chotek de Hohenberg, par les conjurés serbes, Prinzip et Cabrilovic. On sait que tel Alexandre le Grand, ce malheureux prince a eu de1! puis lors des funérailles sanglantes qui ne sont autres que les massacres de la guerre actuelle, que < 0 crime a déclanché. Son successeur au trône est l'archiduc François qj» seph d'Esté, qui a épousé la princesse Rita de Bou& bon-Parme. Le nouvel Empereur est âgé de 32 an* et commande au front depuis la guerre. Nul souverain n'a eu une carrière aussi doulouv reusement mouvementée que François Joseph, au» cun n'a fait preuve non plus d'un pareil stoïcisme. EÇ peu de rois ont pu se vanter d'avoir su se faire aime£ de leurs peuples comme le défunt a su le faire ;car e$ dépit des catastrophes et des malheurs nationaux?» tous les peuples de la double monarchie lui sont reâ» tés inébranlablement fidèles. Le monarque disparu appartenait à la génération des rois de 1830 et în» carnait vraiment cette grande époque de transition dans l'histoire. D'un esprit compréhensif et nulle?» ment réfractaire aux idées modernes, il avait progressivement augmenté les libertés et l autonomia de ses sujets appartenant, comme oa le sait, aux nationalités les plus diverses. Son dernier acte (iato d'hier, c'est la reconnaissance et la proclamation da ']«-Pr>l£.':ae et de l'autonomie intégrale da sa vmiua •! T «.m — •- -- loureux et d'émouvant dans la fin de cet Empereur plus qu'octogénaire, qui descend dans la tombe, luft le dernier de sa race, après avoir, telle ia Niobé arw tique,porté la deuil de tous ceux qui lui furent <-hers$ Le monde entier salue avec respect la dépouille dà cet Empereur à qui une destinée tragique n'épa-gr* aucune douleur, aucune amertume, et qui resta toit» jours confiant en lui-même, indéfectiblement attaché à la religion catlioUque dont il se glorifiait d'êtrf le fils apostolique. Avec François Joseph I se clôturât un long chapitre de l'Histoire européenne. Le d® membreraent de son empire, escompté par ses vol* sins jaloux, est loin d'être même commencé, et tou| fait prévoir que l'archiduc Franz Joseph d'Esté, quî monte sur le trône après François Joseph I, aura ri, règne plus glorieux encore que celui qui vient de sa termines. Marc de Salm. Horraire des trams après S heures Pendant la mise en vigueur de l'arrêté du 13 n<^ vembre 1916, les trams suivants assurent les servi» ces dans le « Grand Bruxelles », après 8 h. du soir j Ligne 3 — Bois-Gare de Schaerbeek 8.15, 9, 9.45, 10.30, 11.15, 12. Gare de Schaerbcek-Bois : 9, 9.45, 10.30, 11.15, 12. Ligne 14 — place Wiclemans-Ceuppens-Gan il Nord ; 8.41,9.41,10.41,11.41. Gare du Nord-place Wielemans-Ceuppens i 9.13, 1U.13, 11.13, 12.13. Ligne 18 — Gare de Midi-Laeken ; 8.30, 9.30, 10.30, 11.30. Laekcn-Gare de Midi ; 9, 10, 11, 12. Lig ne 27 — Tir National-Bourse >, 8.40, 9.40, 10.40, 11.40. Bourse-Tir National : 9.06, 10.06, 11.06, 12.0-3. Ligne 33 — Watermael-Gatc du Midi : 8.48, 9.33, 10.18, 11.03. Gare du Midi-Watermael : 8.50, 9.35, 10.20, 11.05. Ligne 49 — Bois-Lacken .• 8.57, 9.57, 10.57, 11.57. Laeken-Bois : 8.59, 9.59, 10.59, 11.59. Ligne 56 — Anderkcht-Evere : 8.40, 9.30, 10.20, 11.10, 12. Evcre-Anderlechl : 8.39, 9.29, 10.19, 11.09, 11.59. Ligne 60 — Abattoir-Porte de Tervueren 8.13, 9.03, 9.43, 10.33, 11.13, 12.03. Porte de Tervueren-Abattoir : 8.19, 8.59, 9.49, 10.29, 11.19. TRAMS CHOCOLATS Bourse-Bois : 9, 10, 11, 12. Bois-Bourse : | 9.30, 10.30, 11.30, 12.30. Bourse-Laeken : 9, 10, 11, 12. l.aeken-Bourse : \ 9.30, 10.30, 11.30, 12.30. i TRAMS VICINAUX Place Roupe-Observatoirc : t 9, 10, 11. Obseri'atoire-Place Ronppe : i 9.30, 10.30t 11.30. I

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Le bruxellois: journal quotidien indépendant behorende tot de categorie Gecensureerde pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie