Le bruxellois: journal quotidien indépendant

582 0
26 januari 1917
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1917, 26 Januari. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Geraadpleegd op 18 september 2020, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/pv6b27qw3c/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

ABONNEMENT POSTAL, ÉD. g Bruxelles - Province - Etranger 8 mois s Fr. 4.50. - Mk. 3.69 Les bureaux de poste en Belgique «t à l'Etranger n'acceptent que des abonnements TRIMESTRIELS; ceuz-cl prennent cours les IJanv. 1 Avril j Juillet 1 Octob. On peut s'abonner toutefois pour les «eux derniers mois ou même pour le dernier mois de chaque trimestre au pas de : 2 Mois 1 Mois F*.3.00-Mk.2.40 Fr.l.5O-Mk.l.20 TISSAGE :S?©»©©0 PAR JOUR ANNONCES — La ligne Faits divers et Echos . fr. 5.00 Nécrologie 3.00 Annonces commerciales . 1.E0 » financières ... 1.00 PETITES ANNONCES La petite ligne 0.50 La grande ligne L00 TIRAGE : JfO.OOO PAR JOUR □ Rédacteur en Chef : | <k!.S rr» Rédaction, Administration, Publicité, Vente : S Armand f B ISIflSI QUGM&âSIl illf ®|Silfiikl 0 BRUXELLES, 45, RUE HENRI MAUS \ —1•——1—imbii 1 n i 1— h m mii ■ ,1 1 ■■ jmwh. ■jimpunnugaiea BlsRi^SlbllS C©ïirtiOMl 1 ClIJUsS ©irlFlCiBlLSi ALiuJ&MAiii&a BERLIN, 26 janvier. — Midi : 1 iieâU'e du :a guerre & l'Ouest. Groupe d'armée du prince héritier liupprècfu de Bavière. En Artois entre l'Ancré et la Somme et au front de l'Aisne l'activité eombattive de l'artillerie et des lance-mines s'est accrue par moments. A plusieurs reprises des rencontres entra patrouilles d'éclaire ur s ont eu lieu sur le terrain situé devant les positions.Au sui-est de Berry-aa-Bac (au nord-ouest de Reims), des effectifs d'attaques prussiens et saxons ont pénétré dans les tranchées françaises et sent revenus après un furieux combat cl avec 1 officier,30 prisonniers et 2 mitrailleuses. Groupe d'armee du kronprinz allemand : Par une attaque énergique deux patrouilles d'un régiment de réserve du Hannovre ont réussi, à la hauteur de Combres à s'emparer d'un poste des Français, trois fois supérieur en nombre et à revenir dans leurs propres lignes avec une miUailleuse. Dans les Vosges, sur le « Hilscnfirst ' la poussée d'un détachement mobile français a échoué. Le temps clair a favorisé l'activité aérienne réciproque. liieàire de la guerre a Froui du général ïeid - maréchal prince i.eupidd de Bavière : Des deux côtés de l'Aa, nos attaques nous ont velu plusieurs positions boisées russes sur une largeur de 10 km., avec 14 officiers, 1,700 soldats ei 12 mitrailleuses. De vigoureuses contre-poussées, prononcées pur des réserves amenées, n'ont pu empêcher nos progrès. ' A l'ouest de Luzk des effectifs d'assaut de régiments rhénans se sont élancés dans la position dans le village de Semerynki et y ont cherché 14 prisonniers.Iront du «jèneral-eolonei archiduc Joseph: Des combats entre détachements mobiles et feu d'artillerie plus ou moins intense, plutôt isolé, se répètent ournellement dans les montagnes couvertes de neige. Entre la vallée du Casinu et celle de la Futna ô0 prisonniers ont été capturés à l adversaire. Groupe d'armée 011 teid • maréchal générai von JlacUensen : Dans la plaine roumaine il a régné par un froid ftgotircitx uft Qcmfial. Le totcg~ï*.l DunuXtc {si* d'eriiûerie de rive en rive et escarmouches de çentinelles. i'ioiit macédonien : Luttes d'artillerie dans la boucle de la Czema et çomtrais sans importance aans la plaine de la Strufiia. BERLIN, 24 janvier (soir), officiel : Des attaques allemandes sur les deux rives de fAa ont valu aux Russes la perte d'importantes éiendues de terrain. Jusqu'ici nous avons fait 15G0 prisonniers. AUTRICHIENS VIENNE, 21 janvier : lliédire île la guerre à l'Est. Groupe u'aruiefr du leldmarèeiial général von Mackeusen : La rive septentrionale du bras St-Georges a de nouveau clé évacuée. fcroni du general-colonel arcliidue Joseph: A part la canonnade plus intense par endroits, il n'y a rien à signaler. Fioul du ieldniarèchal général prince Leopo'd de Baviere : Rien de nouveau chez les troupes austro-hongroises.Théâtre de la guerre iialien. Theàire de la guerre Sud-list. Situation inchangée. FRANÇAIS PARIS, 24 janvier. —- Officiel, 3 h., p. m. .• Au cours de la nuit nous avons exécuté plusieurs coups de main au sud de Chilly et en Woevre vers Hegnijéville. Dans la région de la Seiile assez grange activité de patrouilles. Nuit calme sur le reste du Iront. PARIS. 24 janvier. — Officiel, 11 h., p. m. : Notre artillerie a exécuté des tirs de destruction Sur les tranchées ennemies dans la région de Mou-Itn-sous-Touvent et au nord-est de la côte 304. Feu d'artillerie assez violent dans le secteur du bois des Caurrières. Deux coups de main ennemis dirigés l un'sur nos lignes dans le secteur de Missy à l'est de Soissons et l'autre aux Eparges, ont échoué.Nous avons fait des prisonniers. Canonnade intermittente Sur le reste du front. RUSSES PETROGRAD, *23 janvier. Officiel. — Vans la région de Riga, au nord du lac de Bugge-rein, des Allemands, couverts de manteaux blancs, mit attaqué nos postes de campagne; ils ont été repoussés.Après une énergique préparation, d'artillerie,l'en-nemi a attaque nos détachements à l'est du. village de Kalnsien; il a été repoussé et a subi de jortes pertes. Sur le Slochod, dans la région de Swidniki et de Siary Mossor, nos éclaireurs ont passé à travers la première ligne de défense en fil de fer barbelé de l'ennemi et se sont approchés de sa deuxième ligne. Dès qu'il <t aperçu ces mouvements, l'ennemi a ouvert une violente canonnade et un feu d'infanterie; puis des troupes, fortes d'une compagnie environ, ont prononcé une attaque. Au sud de Stary Mossor, celle-ci a été enrayée par notre canonnade. Au sud de Brzezany, notre artillerie a bombardé efficacement des ouvrages ennemis établis dans un bois situé près du village de Mitsjistjow et dans la région de Swistelniki, sur la Naraj&ivka. Sur tout le front, jusqu'au Danube, canonnades réciproques. Le long du Danube, le calme a régné. ITALIENS ROME, 24 janvier : Dans le secteur de Tonale (vallée de Camonica), des skieurs ennemis, qui tentaient de s'approcher de nos positions, au cours de la nuit du 22 ail 23 janvier, ont été repousses par noire feu rapide. Au front du Trentin, hier, l'habituelle lutte d'artillerie. Notre artillerie a endommagé quelques positions de batteries ennemies. Au front Julien, l'action d'artillerie a été vive à l'est de Goritza et, enh-e Bonesii et le lac de Doberdo, sur le Caiso. Quelques bombes sont tombées sur l'un de nos lazarets, sans causer de victimes. Une conti e-attaque ennemie tentée au cours de la nuit dernière sur les tranchees conquises par nous au sud-est de Goritza, a été nettement repoussée par l'intervention rapide de no. ire artillerie, ANGLAIS LONDRES, 33 janvier. — Officiel. — Au nord-cuest de Neuvike-Saint-Vaasi, nous avons prononcé une heureuse attaque et fait des prisonniers. Hier soir, l'ennemi a tenté deux attaques contie Armeniitres et Ploegsieert; l'une d'elles a eie repoussée avant que i ennemi eût réussi à atteindre nos lignes; au cours ae l'autre, les Allemands on', pénétré aans nos retranchements, ma.s lis en ont été rejetes immédiatement. Les assaillants se sont alors trouvés sous le teu de nos miuaiaeuses ei ont laissé un certain nombie de morts su■ le teirain. Activité réciproque et appréciable de l artillerie. Nous avons bombardé tes positions ennemies sur divers points dit )ront et constaté que notre tir avait été ejficace. Hier, nos avions ont collaboré avec succès au travail de l'artillerie. Un de nos avions manque à l'appel. Avant-hier, nous avons forcé un avion ennemi à atterrir ei nous avons jait prisonniers le pilote et son cbservaU ur. LONDRES, 23 janvier. Offxiel de l'Amirauté ; La nuit dernière, une de nos escadrilles de navires de patrouilles a rencontré un détachement de contre-torpilleurs ennemis près des côtes néerlandaises. Un rapide combat s'est engagé. Un aes contre-torpilleurs ennemis a coulé; les autres se sont dispersés après avoir été sérieusement avariés. L'obscurité nous a empêché, d'observer îa^ rSe-Mni-complets du combai. LONDRES, 23 janvier. Officiel de l'Amirauté : Au cours de la nuit dernière, un rapide et violent combat s'est livré, à proximité du Schouwenbank, entre des contre-torpilleurs ennemis et nos conire-toi pilleurs. Un de nos contre-torpilleurs a été touché par une torpille; l'explosion a tué trois officiers et quarante, quatre hommes. Le cont'e-torpu.eur touché a été ensuite coulé par nos propres navires. Nous n'avons pas subi d'autres peites. Dernières Dépêches La situation n)Hitais*e. Berlin, 25 janv. — Des luttes d'artillerie et des combats terrestres et aériens entre patrouilles sont 'es marques distinctives de la situation militaire à l'Ouest. Les avions allemands se. sont mis en campagne par temps clair et ont avancé jusque loin derrière les ligues ennemies, en vue de reconnaissances. Les mines de Pompey et de Frouard, au nord de Nancy, ont été bombardées eificacement par nos batteries lourdes, grâce aux reconnaissances des aviateurs. Une escadrille allemande de combat a lancé avec succès sur le même but plus de 2300 kg. de bombes. De nombreux combats aériens devant et derrière les lignes ennemies, les aviateurs allemands sont sortis vainqueurs. L'adversaire a perdu au to- : tal dans ces combats 8 avions. Le lieutenant v. Bii-low a abattu en Flandre 2 avions ennemis derrière le front allemand. Le lieutenant Richthofen a remporté sa 16e victoire aérienne au sud de Lille. Le lieutenant Baldamus sa 10e en Champagne. Trois autres avions ont été abattus à Nieuport, ainsi qu'un biplan du type Farman, après un violent combat près du fort de Douaumont. Le lieutenant Frankl a vaincu à cette occasion son 15e adversaire. Le 8e avion a été perdu par l'ennemi à la Somme. Dans les Carpathes, il règne un froid rigoureux. Les troupes des coalisés avancent manifestement pas à pas. Le bombardement de Galatz continue. Par les nuits claires, les lueurs des incendies de la ville en flammes sont visibles à plusieurs milles à la ronde. Un détachement de reconnaissance, composé de 2 compagnies bulgares, avait pénétré dans le terrain marécageux gelé vers environ 1 kilomètre au nord du bras de St-George (du Danube) et avait repoussé les avant-postes russes. Pendant la nuit, 3 a cédé à l'attaque d'importantes forces russes eî s'est retiré, d'après les ordres reçus, sur la rive opposée. Sept remorqueurs russes, chargés de ma; tériel de guerre, protégés par l'obscurité, ont tente d'atteindre Reni ; ils ont été coulés par le feu do l'artillerie. Nouvelle expelosion à Londres. Londres, 25 janvier. — L'agence Reuter annonce officiellement au sujet d'une explosion de munitions à Londres, dont jusqu'à présent nous ignorions tout et qui ne doit pas être confondue avec la grande explosion de samedi : Par l'explosion d'hier malin, ont été tués 44 hommes, 11 femmes, 14 enfants; grièvement blessés 19 hommes, 34 femmes, 19 enfants, légèrement blessés 155 hommes, 102 femmes et 70 enfants. I.a convention aiîstro-hongroteé. Berlin, 25 janvier. — On annonce de Vienne à la <t Vossische Zeitung » : La convention entre l'Autriche et la Hongrie à été conclue aujourd'hui et ssra valable pour vingt ans. L'idtiiit té du nouveau corsaire allemand. Amsterdam, 25 janv. — D'après une dépêche a-dressée de Buenos-Ayres ■ I' « Exchange Télégraphes » le nom du nouveau « Moewe » serait « Vi-neta ». Le capitaine du ns;;."e « Radnoshire » a déclaré avec insistance que L; « Vineta » était accompagnée d'un second navire A la Chambra française. Berne, 24 janv. — O'apivs des nouvelles de Lyon, Bernard a déposé hier à la Chambre un projet de loi au sujet d'une nouvelle révision. Le gouvernement réclame la discussion urgente du projet. La discussion pourra commencer à ia Chambre mardi. A cette occasion Pathé et «es compagnons ont interpellé le gouvernement au sujet au ravitaillement du charbon et ils ont déclaré que la situation était intenable, que toute la popuia'uon souffre du froid. Le ministre des transports a d'elaré qu'il répondra vendredi et expliquera les difficultés qu'il rencontre.Nouvelles coiiixibu ^jns en France. Paris, 25 janv. — Le « Petit Parisien » annonce que le ministre des finances, M. Ribot, a déposé à la Chambre des Uéputés le projet ae Ici frappant de contribution les bénéfices rie 1 industrie, du commerce et de l'agriculture — projet qui a étc approuvé précédemment par le Sénat iSoilyt-i oxatucii il ci^B réformés ois France. Paris, 24 janv. — Lls iuiu ,.?aix lyonnais annoncent que mardi M. Bernard j déposé j. 'a 'JhamDre un projet de loi oruonasm un nouvel cxutïitn médical aes reformés. Le gou1 tineraent itoisie peur que le projet soit discute a urgence, il <> été renvoyé à la Commission ae la, Cnagobrc et sera probablement discuté par 1 assejcuuee mardi prochain. Les yrevttï en ••uipagua:. Paris, 25 janv. — Le « P<? :t F^nsien » apprenà de Barcelone qu'une réunion lUnue uans ceue ville, et àiaqueile ont participé ijes ue^gues ee vingt syndicats, a décidé ne pïoeia»ji«r ta yeve genéiaie.; L> après une 'autre nouvelle, w.uuu iémmeé irai aillant dans aes fabriques de ca :sss d'embunagés peur oranges, à Auna, ont ega.uRcut liuwaiMi ae se Joinare au mouvement gre>vs.-p ; de même 11 s tau- i- 10 . • ve. ' - Le m, Si. ; <la 1 et la presse. Berlin, 24 janvier. — Cou:n ler.taat le message du président V/ilsun, ies journaux béninois sortt tûmes à dire qu il s agit d'ui|e manifestation qui a très peu d importance pratique. — Nous comprenons,ait la «jGazette de la Croix», que le désir ae voir s etaolifji une paix perpétuelle hante i esprit des sujets d unie puissance qui constitue pour ainsi dire un Cejntinent à elle seuie ; mais tout en rendant hommagp à l'idéalisme de M. <v'ilson, nous devons dire qti/il n'aura pas plus de succès que le tsar Nicolas II.' Voix aiicjiui tnks. Le «Berliner Tageblatt» écit : — Si M. Wilson venait sur ^es champs de bataille de l'Europe, il comprendrait que i'Entente a miné les possibilités de paix et les a fait sauter ; eile a fait le jeu de ceux qui veulent une guerre à outrance et celui des partisans d'une panique de conquêtes. Le « Berliner Lokal Anzeiger » écrit : — L'Entente ne peut pas accueinir la demande de M. Wilson de terminer la guerre sans victoire, étant donné que le but principal de guerre de nos ennemis, c'est-à-dire la destruction du militarisme prussien, est en opposition flagrante avec cette demande. L'Entente veut que l'Aliemagne reste sans défense, aiors qu elle-même est armés jusqu'aux dents, aiin que l'Allemagne, désarmée, n'ose plus jamais lorger de nouvelles armes. Le plus grand piiiiosopiie allemand a écrit ce qui a été iit re mieux sur la paix éternelle, mais le moment n'est guère choisi pour discuter ce projet, alors que dix Etats, contrairement aux assurances de M. "Wilson, poursuivent notre anéantissement et préparent ta plus formidable des attaques communes qui doit l'amener. En ce moment, la question des canons est la seule qui nous semble opportune, étant donné que c'est la seule que comprennent nos ennemis. Le «Vorwiirts» écrit : — Si M. Y/iison parle d'une paix sans victoire et sang humiliation, c'est là précisément tout le contraire de ce que veut l'Entente. Voix au>richiences. Vienne, 24 janv. — l.a «Reichspost» écrit : — Si M. Wilson est le seul homme qui ait peut-être encore le pouvoir de mettre effectivement fin à la guerre en faisant cesser l'exploitation par les Alliés des gigantesques usines des trusts américains et des caves remplies d'or des rois-boursiers de New-York, qui alimentent la guerre; si M. Wilson a la liberté d'agir, pourquoi n en a-t-il pas usé? Pense-t-il que ses paroles porteront plus de fruits? La « Nouvelle Presse Libre » écrit : — Le message de M. \viison contient maints grains d'or pur, mais il ne peut convaincre, car il est rempli de contradictions flagrantes. On nous demande d'abandonner le présent et de tirer simplement des traites sur l'avenir. Dans ces conditions, la paix américaine ne constitue que phrases creuses et inutiles; elle n'abrégerait pas la guerre, mais la prolongerait au contraire, puisque, dans des allusions transparentes, elle propose un nouveau partage de l'Europe et des perturbations qui coûteraient des millions de vies humaines. Voix françaises. Paris, 24 janv. — Les journaux parisiens font remarquer que l'on doit reconnaître l'importance spéciale et la haute signification historique du message de M. Wilson, mais ils estiment que, prise dans son ensemble, sa proposition constitue un rê- * ve inacceptable, étant donné que le Président des Etats-Unis estime prématurément que toutes les questions qui sont cause du ravage actuel de l'Europe sont résolues. Les journaux applaudissent généralement à la formule de la base future de la paix et déclarent que les conceptions de justice et de liberté de M. Wilson sont aussi celles des Alliés. Toutefois, ils font des réserves au sujet d'une paix sans victoire et insistent sur les rétablissements nécessaires et indispensables. Le «Petit Parisien» écrit qu'on ne doit pas permettre que l'ennemi sorte avec honneur des opérations actuelles, honneur qu'il ne manquerait pas de e. attribuer. 11 semble, dit-il, que M. Wilson met su- le même pied les Etats qui ont été attaqués et ceux qui les ont attaqués, alors qu'il doit cependant pouvoir aisément faiie la démarcation. \ oix anglaises. En condensant les idées fondamentales' du message de Wilson, la «Westminster Gazette »dit : Nous soupçonnons que le Président Wilson a un but plus pratique devant les yeux, que d'adresser un message à son Sénat. Nous voudrions faire comprendre à Wilson que la démarche pratique la plus imfédia-te serait de nous taire connaître s il les connaît lui-même les conditions allemandes, ou s'il ne les connaît point, à amener les Allemands à les faire connaître. Alors nous comprendrons le véritable sens des mots et des phrases tout à fait abstraites à l'heure actuelle et on pourra voir si la « paix sans victoire » proposée, est une paix qui ne remplit pas nos desiderata nécessaires.i'our 1 éclaircissement r é-cessaire de ces choses nous ferons bien de ne pas crier trop haut avant d'être blessés. Les idéals que Wilson nous propose, sont tellement contraires au militarisme prussien que leur réalisation comporte l'anéan.issement de la tyrannie allemande. Nous reconnaissons carrément que nous ignorons ce que Wilson veut dire avec la « liberté des mots r., mais £? tous les autres peints de vue ses visées et ses iaéals sont également les nôtres. Tous ceux qui ont intérêt à ces visées et à ces ieéa.s, doivent s intéresser aux conditions de paix, mais ils ne peuvent être réaiieés, d après nous, que par une paix consécutive à la défaite de notre adversaire. Voix suisses.. &enovt, - La aiiucrre Mo&haie» écrit : — Nous nous réjouissons d'entendre de la bouche de M. Wiison la confirmation d'une thèse qui est aussi celle de notre Conseil fédéral. Berne, 24 janv. — Pour autant que nous soient parvenues les appréciations des journaux suisses allemands, au sujet du message de Wilson,on se ué-Ciare naturellement d'accord au point de vue démocratique et républicain, avec la conduite du président et avec son langage démocratique. Toutefois les porte-paroles de l'opinion publique, qui partagent les même idées politiques que Wilson, ne cachent pas que beaucoup de choses ne sont pas claires dans le message de Wilson. Le « Bund » s'exprime nettement en disant : Les propositions sont manifestement opposées aux buts des deux partis belligérants, quelque peine que le message se donne pour indiquer les éléments de concordance. L'exigence de « la paix sans victoire » s'adresse aussi bien à l'Entente qu aux Puissances centrales. Wilson décline ainsi nettement la prétention d'après laquelle l'Entente combat dès à présent en vue de l'organisation de la paix prochaine,pour montrer les troubles-paix en lice, et répète la comparaison entre les deux partis, qui a si fort contrarié l'Entente. 11 s'attaque également au principe séculaire de ia politique européenne de la Grande-Bretagne, qui vise l'équilibre européen et a toujours amené l'Angleterre à mettre son épée dans la balance au détriment de la puissance continentale la plus forte, que cette puissance spit la France, la Russie, l'Espagne ou l'Allemagne. Aiors que le « Bund » ne s'exprime que par des généralités au sujet de la liberté des mers et s'étend d'autant plus longuement sur la doctrine de Mon-roë, dont la remise sur le tapis par Wilson devait faire l'impression la plus forte sur la conscience et sur la fantaisie des Américains, le « Berner Tageblatt » commente de façon incisive le point de vue de la liberté des mers dans les termes suivants : L'exigence de l'océan libre doit fort mécontenter l'Entente, car elle constitue le but de guerre le plus important des Puissances centrales, et en particulier de l'Allemagne. Le fait que l'Amérique exige ainsi sans crier gare une eaose pour laquelle l'Allemagne a participé à la guerre, est d'un grand appoint pour la position allemande. La n Ziircher Post » fait ressortir tout aussi clairement ce point en disant : Par le fait même que Wilson pose avec insistance, la question de la liberté des mers, et représente cette exigence comme une condition « sine qua non » de la paix, il reprend pour son compte l'exigence la plus forte qui ait été formulée, au premier plan, par les Puissances centrales pour le rétablissement d'une paix durable. Aucune " exigence n'a été formulée vis-à-vis de l'Angleterre par l'Allemagne, avec plus de conviction intime que celle-là. 11 n'en est pas qui domine autant la politique allemande, et les hommes d'Etat dirigeants de l'Empire allemand. L'Aliemagne possède la décision voulue pour sacrifier à cette exigence tout ce qu'elle a de force morale et commerciale ; cela ressort indiscutablement des nombreuses déclarations des hommes d'Etats et politiciens responsables. L'importance contenue dans le fait que Wilson reprend cette exigence comme ime des conditions fondamentales de la paix à venir, ne peut à notre avis être suffisamment estimée à sa juste valeur. Si peu clairement compris qu'ait été jusqu'ici le principe qu'elle poursuit, l'exigence de la liberté des mers, doit être considé-1 rée comme l'un des pivots de la guerre. Si par l'in- Iterméuiaire de l'Amérique, l'on pouvait tomber d accord à ce sujet, ce serait lè le pont qui doit re-, lier l'Allemagne à l'Angleterre. livénemeisis aériens. Le « Belgische Kuiier » annonce que les pertes allemandes et celles de l'Entente en avions s'élèvent aux chiffres suivants pour 1916 : Ppr-fpc rî-a » PntflnfA Janvier 20 5 Février 23 8 Mars 49 19 Avril 30 24 Mai 47 16 Juin 43 10 Juillet 85 23 Août 84 24 Septembre 133 23 Octobre 104 17 Novembre 94- 31 Décembre 96 21 Total 784 221 Iî.-a guerre maritime. Londres, 24 janv. (Lloyd). — Le navire de pêche ang'ais « Ethel » et le vapeur hollandais « Hol-land » ont été coulés. Les équipages du vapeur « Holland » sont sauvés. Le vapeur « Tremendour » a été coulé par un sous-marin. L'équipage a été sauvé. Amsterdam, 24 janv. — D après ies journaux, 2e bruit court ici que le vapeur « Sailand » du Lloyd hollandais a coulé. La Compagnie n'a pes encore reçu confirmation de cette nouvelle. 11 s'agit probablement ici du même vapeur signalé comme coulé par le Lloyd, sous le nom de « Holland ». Londres, 24 janv. — Le Lloyd annonce que le vapeur de pêche « Luoy » a été coulé. Les vapeurs de pèche anglais « Gladys » et « Star cî Thesea » ont probablement été coulés. Amsterdam, 24 janvier, — D après 1' « Aige-meen Handelsblad » les motifs pour desquels le gouvernement néerlandais n'a pas autorisé le vapeur marchand « Ursula Fischer », de se rendre de Zeebrugge à Anvers en utilisant 1 Escaut ne sont pas encore connus. Le « Middeiburgsche Courant » croit que le voyage a cté interdit au vapeur, parce qu il était un ancien vaisseau marchand anglais cap- s j- 7 — "" néerlandais n'a pas permis davantage à des vaisseaux anglais d'amener en Angleterre, viâ l'Escaut, les navires allemands et austro-hongrois, qui se trouvaient à Anvers au début ûe la guerre. Berlin, 24 janv. — Les détails suivants nous sont parvenus, comme résumé de l'information officiel-le. au sujet du combat survenu le 23 janvier entre une partie de nos torpilleurs et ies forces de combat anglaises légères : Dès le début du combat, qui se déroula dans l'obscurité, le navire «V69» a été touché en plein. Le projectile a tué le capitaine de corvette Max Schultz, commandant de ia flottille, qui depuis le début de la guerre, avait rempli ce poste avec prestige et succès, ainsi que deux autres oificiers et quelques hommes; il a, en outre, avarié le gouvernail, ce qui a provoqué une collision avec un autre navire. Le «V69» est alors entré, fortement endommagé et sans être inquiété par l'ennemi,dans le port néerlandais d'Ymuiden. Le navire éperonné par le «V69» a continué, malgré ses avaries, à prendre part au combat et au cours de celui-ci a sérieusement endommagé un contre-torpilleur anglais en l'éperonnant ; ce dernier a été vu, plus tard, par nos aviateurs éclaireurs, en train de sombrer. Bien que sa vitesse fût devenue moins grande, par suite du double éperonfiage, notre torpilleur a réussi à atteindre son point d'appui sans être inquiété par l'ennemi. Au cours du combat, un troisième navire allemand, trompé par l'obscurité, a perdu contact avec nos autres unités ; ii a rencontré de nombreux contre-torpilleurs ennemis, les a attaqués sans hésiter, et a coulé au moyen d'une torpille lancée de très près, un grand contre-torpilleur ennemi. Amsterdam, 24 anv. — On mande d'Ymuiden à 1' « Handelsblad » : Le navire marchand «Eems» a été arrêté ce matin à 9 heures par un contre-torpilleur allemand qui lui a demandé d'accueillir dix hommes grièvement blessés et de les amener à terre. Le^capitaine de 1' «Eems» se conforma à ce désir et repartit immédiatement pour Ymuiden, ou l'on s'occupa de soigner les blessés. Le contre-torpilleur allemand était fortement endommagé, la cheminée d'arrière avait disparu. Le contre-torpilleur a été amené au port par trois remorqueurs hollandais. En outre, un second contre-torpilleur a été aperçu ce matin, faisant route à toute vitesse vers le Nord, eî ne paraissant pas fort endommagé. Les lieutenants de marine Faust et Hannover sont signalés comme morts. Ymuiden, 24 janv. — Le torpilleur allemand «V69», qui est arrivé ici dans un état très endommagé, portait à bord 8 morts, parmi lesquels le commandant et deux autres officiers. Le combat semble avoir eu lieu vers 4 heures du matin. Cologne, 24 janv. — On mande d'Amsterdam à la «Kolnische Zeitung» : On signale comme indemnes le lieutenant-capitaine Boehm, le rommandant lieutenant Jordan et le premier ingénieur Helmich, Londres, 24 janv. — Le vapeur norvégien «Rei« nunga» a été.coulé. L'équipage est sauf. Stockholm, 24 janv. — D'après le «Stcckholms Dagbladet», le coulage du vapeur suédois «Inge-borg», portant lé courrier anglais, par un sous-marin allemand, a eu pour conséquence que tout le, trafic entre l'Angleterre et la Suède est suspendit.; Le Lloyd suédois, auquel appartenait 1' «Ing3-> berg», qui transportait au moins trois quarts titi courrier anglais en Suède, communique qu'il ne songe plus à accepter aucun chargement postai, parce qu'on craint que ceux-ci ne contiennent de la contrebande, 4m8 Année ■ CIKQ CEHTIKES Vendredi 26 Janvier 1917 Kl. 836 - Ed. 1

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Le bruxellois: journal quotidien indépendant behorende tot de categorie Gecensureerde pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes