Le bruxellois: journal quotidien indépendant

220 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1916, 12 Maart. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Geraadpleegd op 20 januari 2020, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/gh9b56fv5h/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

3e Année. - N° 524, Edition B C1HQ G1IT1HES DiRlnnCKE 12 MARS 1916 ABONNEMENT POSTAL, ÉD. B Bruxelles - Province - Etranger1 3 mois s Fr. 4.50. - Aîk. 3.60 Les bureaux de peste en Belgique et à l'Etranger n acaçptent que des vopnncraents TRIMESTRIELS; ceux-ci prennent cours les IJanv. 1 Avril 1 Juillet 1 Octoe. On peut s'abonner toutefois pour les deux derniers mois ou même pour le TÎernier mois de cliaque trimestre au prix de : 2 Mois 1 Mois Fr-3.00-Ml;.2.40 Fi'l.50-Mk-l.20 TIRAGE : 75.mo PAR JOUR Le Bruxellois | ® jonnsal tnnan BMwAM a 1 ANNONCES — La ligne Faits divers et Echos fr, 2.00 Nécrologie. 1.00 Annonces commerciales . 1.00 » financières. . . 0.50 PETITES ANNONCES La petite ligne 0.20 La grande ligne. ..... O.-iO -—o—- TIRAGE : 75.C00 PAR JOUR Les htats-Unis et le Mexique Derniers Communiqués Officiels amjEimmxus Théâtre de la guerre de l'Ouest Berlin, 11 mars (communiqué de midi). — Les 'positions fortement retranchées dans les bois au sud-ouest et au sud de Ville-aux-Bois (à 20 km. au nord-ouest de Reims) ont été frises d'assaut sur une étendue de front d'environ 1,400 mètres et une profondeur d'un kilomètre environ par des régiments saxons, qui n'ont subi que des pertes tout à fait minimes. Le nombre des prisonniers non blessés qui sont tombés entre nos mains, est de 12 officiers et 725 hommes, notre butin comprend 1 canon-revolver, 5 mitrailleuses, 13 ïance-bombzs. Sur la rive ouest de ■la Meuse, dans le bois des Corbeaux et le bois de Cumières, nous avons délogé les Français des derniers réduits où ils se maintenaient encore. Des contre-attaques ennemies tentées avec de puissants effectifs contre la lisière sud des bois et les positions allemandes plus à l'ouest ont été étouffées'par notre feu. Sur la rive est, l'action de l'artillerie est devenue très violente, surtout dans la région au nord-est de Bras, à l'ouest du village de Vaux, aux alentours du fort de Vaux et en plusieurs endroits de la plaine de Woëvre. Il n'y a pas eu de combats d'infanterie décisifs, sauf à i'occasion d'une tentative d'attaque nocturne, dirigée à l'improviste par les Français contre village de Blanzée et qui leur a valu un échec sanglant. Un avion français frappé en plein par un projectile de notre artillerie spéciale, est tombé, enveloppé de flammes, entre les deux lignes de front, au sud-ouest de Château-Salins. Les occupants sont morts. Leurs cadavres ont été emportés par,nos soldats en mçms temps qut. tes débris de Vappareil. Théâtres de la guerre de l'Est et des Balkans Rien de nouveau. Evénements sur mei Berlin, 11 mars. — Au matin du 9 mars, une escadre russe, composée d'un vaisseau de bataille, de 5 contre-torpilleurs et de plusieurs vapeurs de transport a été attaquée près de Kaliakia, au nord-est de Varna, dans la Mer Noire, par des hydroplanes allemands qui y ont lancé des bombes. Des portées ont été constatées sur les contre-torpilleurs. Malgré un bombardement intense par les Russes, tous les avions ■ ont rentrés indemnes. AUTRICHIENS Théâtre de la guerre russe et sud-est Vienne, 11 mars (d'hier). — Rien de nouveau.Théâtre de la guerre italien Sur le front du littoral Vartillerie italienne a soutenu par endroits un feu modéré, q ù a seulement été plus vif devant la tête de pont de Tolmein. Au frpnt de la Cannthie et du Tyrol, l'activité de combat a été faible comme pendant les derniers temps. Il a été constaté par une enquête que les Italiens se sont servis cette fois, dans la région de Rom-ban, de bombes ■ gaz. Théâtre de la guerre russe Vienne, 11 mars (de midi). — Pas d'événements particuliers. Théâtre de la guerre Sud-Est Les forces italiennes, qui restaient encore au Semeni inférieur, ont, après quelques coups de canons et menacées en „eur flanc est, promptement battu en retraite. Elles st sont encore opposées momentanément sur les hauteurs au nord de Févas, les ont évacuées bientôt et se sont retirées sur la rive méridionale de da Vajusa, en détruisant derrière elles tous les passages. En Albanie septentrionale et au Monténégro,le calme co7itinue à régner. Théâtre de la guerre italien Le feu de l'artillerie ennemie a été, hier, plus vif sur le front du littoral contre les endroits habituels. Dans le secteur du haut-plateau de Doberdo, des combats à coups de mines et à coups de grenades à main ont eu lieu. ITALIENS Home, 11 mars {comm. off. du i)). — Bans les "hautes régions de la montagne, le mauvais temps persiste. L'ennemi tente d'en tirer profit à notre désavantage. Il a fait s'écrouler, contre nos positions, des avalanches dans la régio.i de Lagazoi (dans le haut plateau de Travenanzis) au moyen de grenades gui possèdent line immense force d'explosion, toutefois sans occasionner des dégâts.Malgré la mauvaise température et ^malgré les embûches de l'ennemi, nos troupes persévèrent dans l'activité calme et hardie. Au cours des derniers jours, elles ont réussi à faire avancer un peu nos positions dans le secteur sauvage entre lu première et la deuxième Tofana. Bans la vallée de l'isonzo moyen, dans le secteur $e Zagora, nous avons quelques progrès à enregistrer. Notre artillerie a combattu hier sur tout le front celle de l'ennemi; elle a dispersé des troupes Lie i uuvcrsaire occupées a ces travaux o.e retranchement et a efficacement canonné des réserves et des baraquements derrière le front. FRANÇAIS Au moment de mettre sous presse le communiqué français ne nous est pas encore parvenu. ANGLAIS Londres, 11 mars (comm. off. du quart, génér. britann. en France sous la date d.i 9 mars). — Hier soir, nous avons repoussé une faible attaque a proximité de l'ouvrage de « Hohenzollern ». Au. lourdni, l'ennemi f'-t sauter une i.nne à Given-■chy sans prononcer ensuite une attaque d'infanterie. Bans les environs d'Yprés, vive activité d'artillerie des deux côtés. t RUSSES Rétrograde, 11 mars. (Comm. off. du 9.) — Une forte colonne allemande a tenté de traverser la Duna près uu château de Ko-clcenhusen, à l'est de Fnedrichstadt. Elle a été cependant obligée par notre feu de s'en retourner. Au nord-o-uest de J acobstadt, l'artillerie allemande a bombardé nos abris. L'artillerie lourde ennemie a canonné la localité de Livenhof, ainsi que les gares de Zargrad et de Nizal (à lu Duna, au sud de L/ivenhof). A Illuxt, nos éclaireurs ont tué une patrouille ennemie et ont fait des prisonniers. Au nord-ouest de la gare d'Olyha 41 km. au nord-ouest de Rowno), nos détachements de reconnaissance ont pénétré en plein jour dans une tranchée ennemie; une partie des défenseurs a été tuée et le *este a été amené prisonnier. A l'ikwa supérieure, notre feu a dispersé un détachement ennemi, lorsque celui-ci voulait s'avancer contre nos branchées. En, > Oalicie, près de ^eo-rulo km. au nord-ouest de Tarnopol), l'ennemi a prononcé sous la protection de vagues de feu• de son artillerie, une attaque nocturne; elle a été toutefois repoussée par notre feu d'infanterie. Nous y fîmes également des prisonniers. TURCS Constantinople, 11 mars. — Après que l'ennemi n'eut obtenu aucun succès au front de l'Irak, à l'est de Felahie, avec ses attaques improvisées, il a eu recours depuis un mois à tous les moyens possibles pour se rapprocher de nos positions. Bans ces derniers jours, l'ennemi s'approcha de nos tranchées avancées à une distance de 150 à 200 mètres et démontrait clairement qu'il préparait une attaque décisive. Le 8 mars, l'ennemi attaqua avec ses forces principales en partant de la rive droite du Tigres. Le combat dura jusqu'au coucher du soleil. L'ennemi put occuper une pait'e de nos tranchées à l'aide de renforts qu'il amena en toute hâte sur cette aile au moyen de sa flotte fluviale, mais grâce à une contre-attaque vigoureuse et héroïque de nos réserves, les tranchées occupées par l'ennemi furent reconquises complète, ment et l'ennemi fut refoulé dans ses anciennes positions. L'ennemi abandonna dans les tranchijK 2,000 tués et une grande quantité d'armes et de munitions. Nos pertes sont proportionnellement moins importantes. Pas de nouvelles important et des autres fronts. .i ■ ' 1 " Dernières Dépêches Les troupes américaines franchissent la (matière mexicains Washington, 11 mars. (Télégr. de l'Agence Reuter).— Les troupes amc ricaines ont reçu ordre de franchir le frontière du Mexique et de punir la bande de brigands. Les Etats-Unis et le Mexique Col um bus (Nouveau Mexico), 11 mars — (Télégr. do l'Ag. Reuter.) — Les bandit* mexicains ont perdu plus d.e 100 morts ei 200 blessés, 16 soldats américains et civils ont été tués. Les troupes américaines se son-retirées hier soir vers la frontière, après avoir combattu lors de leur retraite à 3 re prises les Mexicains, qui avaient reçu di renfort et qui avaient barré le chemin à ut petit détachement américain. D'après le nouvelles arrivées, les Américains s'étaieoi avancés à 5 milles sur le territoire mexi cain. 'La nouvelle est parvenue de Washington que 1© gouvernement américain est entière ment d'accord <-ar Ls mesures prises par 1 colonel Slocum, qui commandait la march, en avant des troupes américaines sur le terri toire mexicain. On annonce de source auto risée, que le gouvernement a donné cart blanche à l'armée, afin de capturer les ba.n dits. Cette décision ne peut être considéré comme une invasion du Mexique, mais uni quement comme une poursuite de brigands qui ont échappé a la force locale. Amsterdam, 11 mars. — Le Times mande 1 de Washington que les troupes américaines ' qui poursuivent je général Villa ont été rappelées. Villa est encore pour le moment con- ' tne une vigoureuse intervention, ayant pour but de ramenai' le calme au pays. Les Ame-ricains ont perdu leur confiance, mise en , Carranza, eit son autorité s'affaiblit de jour . en jour. Tous les rappports sont unanimes ; poux' reconnaître que la situation est pire < que jamais. Au Mexique Berlin, 11 mars. — On annonce de La Haye que . le gouvernement américain a fait une commuai- i oat.io,n off.cielie à Carranza au sujet des cruautés < commises à Columbus et lui a. remis une liste des i Américains tués. Les as.iaillants se trouvent sous j le commandement personnel de V.lîa. 1 1 Washington, 11 mais. — Carranza a exprimé au département de 1 Etat sas regrets au sujot do» événements à Columbus. Washington, Il mars (du représentant du\ Bureau Wolff). — La question mex.caine s'est tout à coup aggravée par l'attaque de 503 à 1,000 ban-dits mexicains, sous le commande mont de Villa, contre .la ville de front cro américaine de CoJum-bus et pour le moment tout est remis à l'arrière-plan, bien que ie fait, qu. 4'aitaque a été entreprise par des troupe» de Villa mises hors do la loi, enlève à l'incident le caractère d'une action militaire et d'une attaque sur territoire mexicain, qu'il aurait eu sans cela. Des troupes américaines poursuivent les bandits, mais on ignore jusqu'où elle6 ont avancé sur le territoire mexicain. £ La question mexicaine a été soulevée hier au Congres, Le sénateur AU, de Nouveau-Mexico,^déclara qu'il avait préparé une rés»lut.on donnant •y • »/vîjRri *** ri , , , Mll i^. -v _ Jl'J h C(/i U tement d'une armée de 500,000 hommes en vue d'une intervention au Mexique et du sout:on du gouvernement de ce pays pour l'extirpation ■ des bandits. Le d-éputé républicain Mondell en a commencé ia discussion à la Chambre des Représentants en attaquant la politique mexicaine du Président WiWn. Devant Verdun Berlin, 11 mars. — On annonce de Genève au Ber.iner Tageblatt : Le Now-^'Uste de Lyon écrit dans un rapport au sujet du cours de la bataille de Verdun, que celle-ci est caractérisée par un grand duel d'artillerie sans précédent. Do nombreux secteurs du front français ont eu 100,WU obus endéans les 12 heures; les bois ont été fauchés jusqu'aux racines. La crise italienne Amsterdam, 11 mars. —Jï a.wiès un journal hollandais le Times annonce do Rome que le mouvement en faveur d'uno reconstitution du cab.net ) gagne du terrain, quoique" Salandra ait déc aré a j Turin que le eabmet ne subira aucune modif.ca- 1 tr.on ou qu' 'J se retirera en entier. On ne oro t pas à un changement de sa politique et on at- • tend avec impatience le débat à la Chambre qui i aura lieu la semaine prochaine. L'impôt sur les bénéfices de guerre en Angleterre 1 Londres, 11 mars. — D'après le Morning Post, le trésorier do la chancellerie M. Mac Kenna a : l'intention d'augmenter de 10 p.c. l'impôt sur les -bénéfices de guerre. i L'Allemagne et le Portugal Lisbonne, 11 mars. — (Télégr. de l'agence Ha-vas). — Les diplomates allemands sont partis sans incidents dans 'a d-rection de M./1 ia. Gallieni souffrant Paris, 11 mars. — (Télégr. de l'ag. Havas.) — Le Matin est autorisé à annoncer que le m:n stre de la guerre Galliéni est souffrant. Les Etats-Unis et la guerre sous-marine Amsterdam, 11 mars.— D'après un journal d'ici L i'Associated Press confirme la nouvelle que le président Wilso.n, avant de répondre au mémorandum allemand, demanderait à l'Angleterre des détails précis au sujet des instructions qui ont été données aux équipages des navires marchands. Un Hollandais au sujet des navires marchands armés Relativement à l'armement des navires, marchands, le Stanelaard, de Rotterdam, 1© journal de l'ancien ministre d'Etat Kuyper, écrit très à propos : « Le délai funeste vient maintenant d'expirer et les navires marchands armés ne pourront ' plus passer librement. Cela peut avoir des conséquences néfastes, mais cette mesure devait être L prise, car telles que 'es choses se passaient jus-1 qu'ici, elles ne pouva'ent plus continuer. Il est vrai 5 que vers 1830 les navires marchands hollandais qu t allaient vers l'Ouest porta .ent 3 ou 4 canons, mais - c'était autre chose à cette époque-là, car al-ors il fallait se defendre contre les pirates. Dà^^nTO? j ^S^^MieêT^'îuc'pâ'êBîSïîT^^îiTï^alla't pas de main-morte do ce temps-là... Depuis lors, toute-lois, le danger a disparu ; depuis cette époque, on ne vit plus de canons sur aucun navire. Tout au plus avait-on un petit jouet pour les saluts Oe qui a été introduit maintenant' par l'Anglo-" terre est teut autre chose. Car ce n'était pas moins 5 qu'une transformation d'une molle-poste en un - croiseur auxiliaire armé. Le navire a été construit D tout exprès.dans ce but. Il recevait à bord une ar- - tillerie des meilleures et des plus modernes et au-; tant de munitions qu'il voulait et des hommes. 3'était donc b'en un armement complet pour des opérations militaires. Les voyageurs ne doivent lonc pas naviguer sur de pareils navires. Celui lui veut naviguer comme passager peut prendre ino malle-poste ordinaire qui n'est pas année.S'il ^rend cette précaution, il ne court aucun danger. Les voyageurs ont été avertis à temps. Celui qui ;e rend donc à bord d'un navire armé sait d'avanie à quel danger il s'expose. II pouvait éviter ce lavire et s'embarquer sur une malle-poste inoffen-live.Une cÎKve est hors de question : Celui qui est en guerre avec un pays peut couler chaque navire irmé appartenant à oe pays. C'est aillai qu'agissaient lô> Gueux d'autrefois et c'est ainsi qu'agis-;aient De Ruyter et Tromp. Et c'est ce que les muraux de tous les pays ont fait. Pourquoi ferait-m exception pour un oroiseui auxiliaire anglais? » En Roumanie Berlin, 11 mars. — On annonce d'Ofenpest au Berliner Lokal Anzeiger : Relativement à 1a no-ninaticn prochaine qui aura lieu le 14 avril à Bucarest dans les grades supérieurs militaires,on aii-îonce que lo général Averescu sera nommé com-nandant de la Ire armée, Coteecu commandant de a 2e armée et Presan commandant de la 3e armée. Les cadets et l'opposition contre le ministère Sturmer Le grande majorité des journaux suédois qui tpportent le compte rendu de la discussion du budget à la Douma, reproduiront un discours très 'iolent prononcé par le député Sch ngaref, un des :hefs des « cadets n. Lis ajoutent que cette dia-■ribe a produit beaucoup d'impression en Russie, j'orateur a, paraît-il, déclaré tout d'abord que *>us les crédits pour la guerre sont employés d'une açon illégale par suite de 1'uka.se du 6 ju'lttt .914, qui a été tenu secret. Le gouvernement pro-nettiiait bien de rendre des comptes après la ;uerre, mais le souvenir de ce qui s'est passé dans >t après la guerre contre le Japon, ôte, d'après tl. Sehingaref, tout poids à ces promesses. Tout ie nonde sait, continua-t-il, qu'à l'heure présente ■ncore, alors que plus de dix ans se sont éooulés lepuis la campagne de Manchoune, pas le moin- I f*r»./v)TOT>t.p n'n. iiismr'à..^fi^ lis rn liiards de roubles .auraient ete detourneb iu coups de cette guerre! M. Sehingaref s'est atta- [ué après cela avec la même âpreté à M. BarkJe ainistre des finances. U n'a pu, dit-il, obtenir >our l'emprunt russe contracté en Angleterre,que les "conditions si humiliaiiitas,que l'on devrait pro- ester avec la dernière énergie contre tout nouvel [.rrangemant financier de ce genre. Les bilans et e cours du change seront sûrement très dw^vo- ables après la guerre ;or le gouvernement ne prend tucune mesure préventive. Au contra-ire, s'écr a-t- 1 do oe qui se passe en Allemagne, — où nous )ourrix>ns prendre modèle eous ce l'apport, — les >anques russes spéculent d'une façon iw>'iïe sur la lépréeiation des roubles, ce qui entraînera forcé- nent une baisse encore plue prononcée du cours de :ette monnaie. Le chef des cadets termina sur ces yaroles, qui provoquèrent Une grande sensation : i Je vous demande, après un pareil exposé, qui narche avec le gouvernement? Ni la Douma, m es milieux aristocratiques, ni le clergé sont avec ui. Il ne peut s'appuyer que sur M. Schtschegolo- ritof et sa clique. C'est vraiment trop peu I » Saint-Pétersbourg, 11 mars. — D'après des nouvelles empruntées au Mietch par les journaux suis-ies, la tension entre M.Sturmer, président du conseil, et 1e bloc progressiste, s'est fortement accen->ués. Ce qui a fait une profonde impression, c'est lue 42 députés campagnards appartenant en partie aux monarchistes, en partie aux nationalistes, ;e sont séparés do leiurs groupes pour entrer dans a fraction progressiste. Un procès en haute trahison sera intenté aux membres polonais le la Douma, qui ne pourront pas motiver leur absence de Rétrograde, avant le 12 mars. Sept de ces députés se trouvent actuellement à Va r ie. Les correspondants de journaux rappelè,s du front français Les journaux parisiens annoncent que les correspondants de la presse française et neutre, qui se trouvaient au f*-ont, ont été rappelés à Paris. Cette mesure a été prise conformément à un désir exprimé par le commandement en chef. Pertes de l'Entente Vienne, 11 mars.—TJn correspondant de la N eue Freie Presse annonce d'Amsterdam : Au Palais Bourbon le ministre de la guerre, M. Gallieni, a fait les déclarations suivantes dans une séance confidentielle de la Commission de l'armés. Evaluation jusqu'au 1 octobre 1915 : 800,000 tués, 1,400,000 blessés grièvement, 300,000 manquants, la plupart prisonniers. Les Français ont donc perdu en tout 2,500,000 hommes, tandis que les Anglais n'ont eu que 600,000 hommes en tués, blessés et prisonniers. Les communications du ministre de la guerre auront fait une impression foudroyante. , En Chine Pékin, 11 mars. — Les troupes du gouvernement ont pris Nachi, vis-à-vis de Luehow Le chef des rebelles, Tsaiao, est en fuite a^ec ceux-ci ; il e t poursuivi. Le général commandant les troupes victorieuses rétabli l'ordre et le calme dans les territoires occu-pés.Copenhague, 11 mars. — L'ambassadeur japonais a Pékin a été chargé de protestei auprès du gouvernement cLinois contre la réquisition de navires japonais sur ie Yangtsi et contie le transport de troupes du gouvernement. , Sur mer Amsterdam, 11 mars.. — Le vapeur Frisia] en route pour l'Amérique du Sud, a dû débarquer son courrier à Falmouth. Londres, 11 mars. — L'Amirauté publie que le destroyer Coquette e> 1e torpilleur 11 ont heurté des mines à la côte est et ont coulé. 4 officiers et 21 hommes se sont noyés. Lloyd annonce : La barque 4-mâts française Ville du Havre a été coulée. 2 hommes de l'équipage ont été tués. Berlin, 11 mars. — D'après une statistique des armements de Pétrograde, la perte de la marine marchande russe du 18 février 1915 au 20 février 1916, s'est élevée à 56 navires de différents tonnages.2-3 de ceux-ci ont été détruits par des torpilles, les autres ont heurté des mines ou ont coulé dans la tempête.Churchill Londres, 11 mars. — Le correspondant du Daily Telegraph annonce que Churchill ne retournera pas au front. Hier ii a prononcé un discours au déjeuner de la Commission de la guerre libérale, dans lequel il renouvela sos accusations contre l'Amirauté. Lord l'kher a assisté hier au Conseil de yuerre parce qu'il voulait dépose? son rapport au sujet de la construction des navires de guerre et non pas pour discuter des questions stratégiques. A quand la fin de l'aventure de Saîonique? Constantinople, 10 mars. - Le général, Sa.rraii juge une offensive de 1 Entente inutiJe. Il s'est plaint des difficultés qui se font sentir dans la subsistance de son armée, attendu que tout doit être transporté de la France et.de l'Angleterre à Saîonique et que son devoir lu; impose de soigner également pour l'approvisionnement d'une grande partie de Ja population. Jj'intérieur de la Alacé- pour ses propres besoins. L'entreprise de Saîonique. — Le départ des troupes françaises Budapest-, 10 mars. —. D après des nouvelles grecques que l'As A'st reçoit de Sofia. Ici troupes françaises et anglaises à Saîonique recevront un nouveau groupement.il est probable que la France sous l'impression de la ^puissante offensive des A-lemands, retire une partie de ses troupes de Saîonique. En tous cas, on constate que p usr urs grands vapeurs sont arrivés de Toulon et de Marseille à Saîonique où ils sont à., l'ancre. Dans Jes cercles politiques de la Grèce, on juge probible que l'Entente ne songe plus du tout à une action sérieuse aux Balkans et ia populat on de saîonique est convaincue aussi qte les environs de Saîonique ne deviendront pas un théâ ro de la guerre. La population est devenue visiblement plu calme et de nombreux habitants qui avaient déjà quitté la viiie, y sont rentrés. -La conduite des Anglais et des Français v s-à-v.s de a Grèce a subi un changement notable. Le. Français et les glais s'occupent à exposer la situation en ce sens qu'ils ne sont, venus en Grèce qu en qua ,té de notes qui y laissenl maintenant un bon souvenir. Paris, 8 mars. — Le Petit Parisien i.pprend de Saîonique ■ Le. colonel Benn er, l'intendant militaire français, qui a dirigé l'intendance grecque pendant la guerre des Balkans, est parti pour Athènes pour y régler av les ambassadeurs de l'Entente ot- ie gouvernement gm l'approvisionnement de Salon que. Les Idées Politiques en Russie U est difficile d'être renseigné sur ce qui so passe en Russie et sur l'opinion qu'a de la guerre le peuple russe. Le but primitif de la Russie était populaire, c'était l'écrasement de la Turquie et le démembrement de l'Au-triche-Iiongrie, l'annexion 'des Détroits, de la Bukovine, de la Galicie et enfin le protectorat- sur les Etats slaves des Balkans. Les désastres sont venus coup sur coup. Pourquoi alors continuer la guerre? Certains milieux en Russie sont partisans d'un accord avec l'Allemagne. Ce n'est plus dans les milieux panslavistes qu'il faut chercher en ce moment les éléments désireux de poursuivre la guerre, mais dans les milieux libéraux les plus avancés. Cette inimitié envers l'Allemagne est due à des causes économiques et politiques. D'après eux, avant la guerre, la Russie vivait vis-à-vis de l'Allemagne dans une dépend în-ce qui fut désastreuse au développement éco--nomique de la Russie. Cette dépendance ne peut être supprimée que si l'Allemagne est vaincue. Les libéraux croient, en outre, que c'est sur l'amitié de l'Allemagne que le gouvernement s'est toujours appuyé pour poursuivre sa politique réactionnaire. J efremow, le leader des progressistes à la Douma, dit que les 95 pour cent du peuple russe sont d'accord que la période des conquêtes est passée. Lu Russie a besoin de plusieurs dizaines d'années pour- son développement.Le député Alexandrow dit que la voie à suivre pour la Russie est complètement opposée à celle de l'Allemagne. La Russie doit s'organiser à l'intérieur, tandis que l'Aile-

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Le bruxellois: journal quotidien indépendant behorende tot de categorie Gecensureerde pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes