Le bruxellois: journal quotidien indépendant

365 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1916, 18 Maart. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Geraadpleegd op 19 januari 2021, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/q23qv3dv88/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

3* Année. - N° 530. Edition B IIII1 CENTIMES SIMEDI 18 MARS 1911 ABONNEMENT POSTAL, ÉD. Bruxelles - Province - Etrang 3 mois : Fr. 4.50. - Mk. 3.1 Les bureaux de poste en Belgiq et à l'Etranger n'acceptent que d i Donnements TRIMESTRIELS; ceux prennent cours les 1 Janv. 1 Avril 1 JuiIekt 1 Octc On peut s'abonner toutefois pourl deux derniers mois ou même pour iernier mois de chaque trimestre « prix de : 2 Mois i mois 3.00-Mk.2,40 Fr.l,50-Mk |.î TIRAGE : 75.00C FAR JOUR Le Bruxellois ANNONCES — La ligne Faits divers et Echos fr. 2.00 Nécrologie 1.00 Annonces commerciales , 1.00 » financières. . . 0.50 PETITES ANNONCES La petite ligne . < 0.20 La grande ligne 0. *0 TIRAGE : 75.000 PAR JOUR r Rédacteur en Chef : Maro cl « SAL,M i Journal Osctctiien Indépendant Rédaction, Administration, Publicité, Vente BRUXELLES, 45, RUE HENRI MAUS Le nouveau ministre de la guerre français Détails sur» la perte du 11 Tubantia,, Derniers Communiqués Officiels ALLEMANDS Théâtre de la guerre de l'Ouest Berlin, 17 mars. (Comm. du midi.) — Au sud de LoosJ les Anglais ont 'provoqué, tans résultat, six explosions de mines. Violentes luttes d'artillerie dans différents tec-%eursuen Champagne, ainsi que dans le pays compris entre la Meuse 'et la Moselle. Dans 'la région de la Meuse, Vadversaire a attaqué nos positions sur la hauteur du « Mort-'Homme d en y lançant à l'assaut, plusieurs fois de suite, une division nouvellement amenée, la vingt-septième de celles que nous 'avons comptées depuis le commencement des combats livrés dans cet espace relativement ''restreint. A la première de ces attaques, qui "fut tentée à l'improviste, sans canonnade préparatoire, quelques compagnies isolées furent arriver jusqu'à nos lignes, où elles se 'trouvèrent réduites à quelques hommes non blessés, que nous avons faits prisonniers. Le %econd assaut a expiré sous notre tir de barrage.' Théâtres de la guerre di l'Est et dans les Balkans La situation générale n'a guère changé. AUTRICHIENS Théâtre de la guerre russe Vienne, 17 mars (d'hier). — Des deux êâtés, activité plus intense de l'artillerie à frarmée du général Pflanzer-Baltin et au groupe d'armée du général Bôhm-Ermolli. Au nord-est de Ko slow, sur Ta Strypa, nos troupes de couverture ont repoussé des pou s tées en avant russes. Théâtre de la guerre italien L'activité d'attaque des Italiens a été plus faible hier au front de l'Isonzo. Deux tentatives de forts contingents d'avancer contre la position de la Podgora ont été déjouées par le feu de notre artillerie. Sur le versant leptentrional du Monte San Michele, 'une attaque ennemie, a été repoussée avec de sanglantes pertes pour l'ennemi. Les combats d'artillerie se poursuivent même dans la nuit en plusieurs endroits. Le feu d'artillerie a également continué au front en Carin-th ie dans le secteur de Fella. Théâtre de la guerre Sud-Est Pas d'événements particuliers. Théâtre de la guerre russe Vienne, 17 mars (de midi). — Eti plusieurs endroits du front de la Strypa des combats d'avant-postes accompagnés de succès. A l'ouest de Tarnopol nos troupes ont pénétré dans la position avancée russe, ont fait 67 hommes, prisonniers, dont un enseigne, et ont capturé une mitrailleuse et quatre lance-mines. Théâtre de la guerre italien Les Italiens ont re?ioncé à leurs vaines attaques sur le front de l'Isonzo. Cet ai fois encore toutes nos positions sont solidement Testées en notre pouvoir. Théâtre de la guerre Sud-Est Situation inchangée. ITALIENS Rome, 17 mars. — Comm. off. du 16 mars. — Dans la région de la haute montagne du Tonale, dans la haute vallée de' la Fella, l'activité de notre artillerie s'est étendue et a augmenté d'intensité, elle a été accompagnée par l'action d'attaque de l'infanterie, grâce à laquelle nos batteries ont pu atteindre des buts favorables. Le long du front de l'Isonzo de vifs combats d'ar-til'erie et des rencontres de l'infanterie eurent lieu hier. Nous avons fait des progrès dans la région de Bombon (bassin de FlitsehJ, ainsi que sur la hauteur qui domine Lucinice. Au sud-est de San-Martino, l'ennemi, après de puissants préparatifs d'artillerie, a attaqué très tôt le matin les positions conquises par nous la veille. Il a été repoussé partout, en subissant des pertes sérieuses. Cependant, l'effet combiné du feu de l'artillerie ennemie de tous calibres, qui a continué avec violence pendant *tute la journée, nous a déterminés à évacuer au cours de la nuit,un petit ouvrage retranché, afin d'éviter des pertes inutiles. La position est, sans intermittence, exposée à notre feu de barrage. De hardies poussées en avant de notre infanterie nous ont permis de faire une trentaine de prisonniers, dont t officiers, et nous a amené comme butin des fusils, des munitions et d'autre matériel de guerre. TRANÇAIS Paris, 16 mars (15 heures). — En Belgique nos patrouilles ont pu constater que les tirs de destruction de notre artillerie sur les installations ennemies de la plage (région de Nieuport) ont bouleversé les boyaux et tué de nombreux ennemis. Dans la région au nord de Verdun, on ne signale aucune action d'infanterie. Au cours de la nuit, le bombardement a continué assez faible sur la rive gauche de la Meuse; plus intense sur la rive droite, dans la région d'Haudremont et de Damloup. Notre artillerie a violemment canonnê la région à l'ouest de Douaumont, où l'ennemi a exécuté des travaux de terrassement. En Woevre, nous avons bombardé des convois ennemis. 4 l'est de la forêt d'Apremont, par un coup de main contre une tranchée ennemie, nous avons causé quelques pertes à l'adversaire et ramené des prisonniers. Dans les Vosges, au sud de Thur, l'ennemi a attaqué nos positions près de Burnhaupt. Arrêté par nos tirs de barrage, l'ennemi n'a pas réussi à aborder nos tranchées. Paris, 16 mars (23 heures). — Au nord de l'Ais- J net activité réciproque de l'artillerie dans la région du bois des Buttes, sud de la Ville-aux-Bois. 1 En Argonnest nous avons exécuté des concentra. ' tions de feux sur les organisations ennemies au 1 nord-ouest de la route de Varennes et sur les bat- ' teries en action aux environs de Montfaucon. A l'ouest de la Meuse, après un bombardement c très violent sur notre front de Béthincourt-Cumiè- î res, l'ennemi a lancé au cours de l'après-midi une forte contre-attaque contre nos positions du Mort-Homme. Les vagues d'assaut n'ont pu prendre * pied en aucun point et ont dû se replier vers ' bois des Corbeaux, où nos tirs de concentration dé- ^ clanchés aussitôt leur ont fait subir des pertes im- ^ portantes. Sur la rive droite de la Meuse, l'acti- £ vité de l'artillerie a redoublé à l'est et à l'ouest de Douaumont ainsi qu'aux alentours du village de Vaux. Aucune attaque d'infanterie ne s'est produite. Toutefois nos batteries ont pris sous leur feu 1 à plusieurs reprises des troupes ennemies en mou- t vcrv.ent dans cette région. î —En Woevre, bombardement assez intense de part « et d'autre dans les secteurs du pied des côtes de 1 Meuse. 5 I ANGLAIS y Londres, 17 mars.— Comm. off. du quart. t qénér. britannique en France, sous la date ^ du 15 mars. — Nous avons entrepris, hier, une petite reconnaissance au sud de Verlo- [ ren-Hoelt, avec des résultats satisfaisants, i Aujourd'hui, activité réciproque des deux r artilleries à Hulluch et à Y près. Beaucoup 1 de combats aériens ont été livrés. Une atta- t que,prononcée contre nos détachements d'é- i claireurs, a été repoussée. Un ballon captif 4 ennemi a été obligé d'atterrir K 1 RUSSES 1 Pétrograde, 17 mars. — Comm. off. du 13 mars, 8 heures du soir. — Un avion aile- ( ment a survolé la région de F riedrichstadt < et a disparu sous l'effet de notre feu d'artil- i leric, Violente canonnade réciproque à < Jacobstadt. Dans la région de Dunabourg, ( dans le voisinage d'illuxt, et à proximité du 1 chemin de fer à Ponewjez, notre artillerie a * dispersé un convoi important de l'ennemi. j Entre le lac de Medums et celui de Dem- , men, nous avons bombardé avec succès des colonnes ennemies, se trouvant en marche. j Au sud du Pripet et en Galicie, dans la région de- la Stryva, nous avons à enregistrer 1 quelques heureuses rencontres avec des pa- , trouilles ennemies. >9-*è<r- { Dernières Dépêches : Le nouveau ministre de ia guerre ; français Paris, 17 mars. — Le général Roques est i nommé ministre de la guerre en remplace- < meut du général Ga-liieni. s Paris, 17 mars. (Télégr. de l'Agence Ha- -vas.) — Le général Gallieni a adressé à M. * Briand, président du Conseil, la lettre suivante : M. le Président du Ministère, Comme je vous ai expliqué la semaine dernière, mes forces, que j'avais consacrées i exclusivement et sans repos au service du < pays, vont en s'affaiblissant de plus en plus. Les médecins affirment que je ne suis plus à même d'assurer en pleine possession 1 de mes moyens les hautes fonctions qui m'ont été confiées. Ils déclarent que pour pouvoir reprendre un service actif il est indispensable que je prenne pendant quelque temps un repos absolu et des soins méticuleux. Je vous prie donc d'accepter ma démission de ministre de la guerre. Briand a répondu : Mon généfal, Je ne puis prendre connaissance de voire démission qu'en vous exprimant mes senti ments de réels' regrets, regrets partagés par tous vos collègues du ministère. J'insiste sur l'affliction que me cause votre état de santé qui prive Je gouvernement de votre collaboration si Précieuse' dans son œuvre à La défense nationale. J'espère qu'aussitôt rétabli de votre maladie, qui vous oblige à interrompre momentanément vos fonctions, vous pourrez reprendre un poste de combat au service de la Patrie. Détails sur la perte du " Tubantia „ Une victime des mines Amsterdam, 17 mars. — Le ministre de la ma-•ine hollandais publie que le vapeur Tubantia,du l<loyd Royaf hollandais, en route d'Amsterdam >our Buenos-Ayres,a été torpillé,la nuit dernière, >rès du phare de Noordhinder ou qu'il a heurté me mine. Les voyageurs ont pu se sauver dans des :anots de sauvetage. Aux dernières nouvelles, 1© lavire flottait encore. Des bateaux de la marine ont allés au secours. Deux canots portant des res->apés du Tubantia sont arrivés au phare Noord-îinder. Le navire éclaireur hollandais Krakatùu, © trouve près des canots, un vapeur suédois re-iherche des naufragés. Le Tubantia était le plus ;rand navire du port d'Amsterdam • il jaugeait .3,900 tonnes. Le vapeur avait des installations >our 280 vqyageurs de Ire classe, 220 de 2e classe, it 900 de 3me classe. Le « Tubantia » Amsterdam, 17 mars : A 3 heures arriva le télégramme sans fil que le lavire ne pouvait plus tenir longtemps et que le apitaine et l'équipage, qui se trouvaient encore l bord, allaient quitter le navire. i<eo o. ffoiiro t une partie de l'équipage avaient déjà quitté le lavire immédiatement. Il est très probable que le 1ubantia se tiouva.it à l'ancre près du phare ïordhinder, en raison de l'obscurité et du brouil-ard, quand l'accident arriva. Le Tubantia est ouclié à l'arrière, de manière que le gouvernail ie peut plus marcher. On annonce de Hoek-van-loi.'iand qu'un bateau de sauvetage à vapeur est ia.rti pour ass'ster le vapeur coulant. Pius:eurs lateaux de pilotage, un torpilleur, un navire de a marine et un bateau de sauvetage ont égale-aent quitté Flessingue pour porter des secours. jo, perte du navire a produit une grande sensa-ion et un grand découragement dans toute la po-lulation. Il est plus que probable que te navire a ouché une mine. Comme on le sait, un grand :ombre de navires ont déjà été endommagés dans ws derniers temps par des mines dans la mer du «fard. Amsterdam, 17 mars.— Le Handelsblad apprend [u'un torpilleur avec des naufragés du Tubantia st en route pour Flessingue. Le premier torpilleur st arrivé à 12 h. 1/2, avec 25 hommes de l'équi->age. Le Tubantia avait à bord un courrier et un hargement d'environ 700 tonnes, composé de mar. handises en ballots. D'après une nouvelle, arrivée lu ministère, le Tubantia a coulé à 2 milles à l'est lu phare Noordliintler. On annonce d'Ymuiden lue tes fonctionnaires qui assistaient à une opération douanière du vapeur, déclarent qu'il n'y avait >as de sujets américains à bord. Parmi les passagers, il y avait 4 Brésiliens, 1 Juisse, 1 Russe et 1 Chilien. Maasluis, 17 mars. — Il y avait à bord du Tu-lantia 87 passagers. Berlin, 17 mars. — Relativement à la perte du tubantia, on annonce au Bureau des cabines du Liloyd hollandais à Berlin, que le Tubantia avait LUiitté Amsterdam le 15 mars,avec 330 hommes.Par. ni les passagers qui avaient pris des billets à Ber-im, se trouvent l'ambassadeur bolivien, le Dr Saliras Vega, avec sa femme e<_, ses trois filles, te méde-;in brésilien Dr Antonio Do-Dilna-Mito et le Bré-lil'ien Waldemar Linch, qui résidait depuis long-omps à Berlin. Le Tubantia transportait principalement des marchandises neutres pour le Brésil. Il a été construit au prix de 12 millions de mark. Le navire a sté achevé en 1914; sa longueur était de 164.7 m., a largeur, 21.1 mètres et la profondeur de cale de .0.8 mètx-es. La vitesse da ce vaipeur à deux héli-«s était de 17.6 nœuds. Amsterdam, 17 mars. — D'après un rapport parvenu à l'état-major naval, 877 naufragés du Tubantia ont été débarqués, tandis qu'il y avait à >ord 381 personnes, d'après les indications du □oyd. On croit que la différence doit être attn->uée à un oubli et on croit que toutes tes personnes >nt été sauvées. D'après une nouvelle d'Ymuiden, il régnait un éger brouillard qui permit de voir à 4 milles de listance. Comme on l'annonce de Flessingue, des îaufragés y sont arrivés et ont déclaré qu'une partie du pont de commandement a été emportée par l'explosion. Le chargement et le courrier jont perdus. Amsterdam, 17 mars. — Les journaux d'ici apprennent que le vapeur Breda est arrivé au Nieuwe Waterweg avec 200 rescapés et le capitaine du Tubantia, que le vapeur La Campine a 5C personnes à bord et que te Gorredi a sauvé 27 personnes. Il y avait 65 naufragés sur te phare Noord. hinder. Ces 92 personnes ont été transportées î Flessingue par les torpilleurs « G-l n et « G-5 » el par le remorqueur de la marine Seine. Le KraJca tàu a pris à bord 87 passagers. L'accident s'est produit à 2 h. 30 du matin. La navire a ooulé s 5 h. 45. On annonce de Flessingue à l'agence télégraphique néerlandaise : Un des rescapes raconti que le Tubantia a été touché vers 2 heures de la nuit, au centre du navire. Il faisait très noir et la mer était agitée. L'explosion a été violente. Quelques canots de sauvetage du pont ont été démolis. On croit qu'il y aura quelques victimes hu maines à regretter. Amsterdam, 16 mars. — D'après la déclaration de naufragés du Tubantia, Za chambre des machines a été complètement inondée. L'avant du navire s'inclina vers le fond. Lorsque 1e Tubantia fut touché, les passagers étaient au lit. Ils furent réveillés aussi rapidement que possible. Il se produisit une panique dans la Ire classe, mais l'équipage parvint à rétablir l'ordre. On a descendu 34 canots en tout. Sur les lieux de l'accident, on a vu plusieurs canots et débris du navire flottant. Au moment de l'accident, il n'y avait aucun navire dans 3es parages. Puis vinrent sur les lieux des navires de Flessingue, des vapeurs à roues de la compagnie Zeeland, le Krakatau et le Banka. A la Chambre française Paris, 17 mars. (Télégr. de l'Agence Ha-vas.) — La Chambre a discuté aujourd'hui le ciédit provisoire pour le 2me trimestre de 1916. La séance a pris une tournure très orageuse à la suite d'une interpellation du député radical, M. Accambray, capitaine retraité, qui s'est déjà signalé précédemment par une attaque contre l'état-major. Aujourd'hui M. Accambray a c. usé un scandale en lisant un discours, préparé d'avance, dans lequel il critiquait les relations entre le gouvernement et l'état-major d'une part, et la Chambre d'autre part, et dans lequel il attaquait l'état-major. Le discours d'Ae-vambia^ a uumie utru a uiiie proiesiation générale de la Chambre. M. Noulens, président de la fraction radicale, a déclaré que M. Accambray a parlé en soin propre nom. La majorité du parti radical proteste cependant contre les .paroles imprudentes prononcées par M. Accambray. La séance a été interrompue après de nombreux incidents. A la reprise de la séance, la Chambre décida de retirer la parole à M. Accambray. La situation critique des industries anglaises Londres, 17. — M. Kennedy, écrivain observateur, explique dans une lettre, adressée à la revue la Nation, que l'armée anglaise devrait être diminuée d'un demi-million d'hommes, pour que la production industrielle puisse être continuée dans les limites indispensables pour parer aux besoins économiques de la guerre. M. Kennedy ajoute : « Dans les industries les plus importantes les ouvriers manquent depuis des mois. Les usines de l'intérieur sont mises dans l'impossibilité de recevoir des ports leurs matières premières et d'v expédier leurs produits. La pénurie de charbons est particulièrement sensible. Les essais faits pour employer des ouvriers non initiés à la fabrication n'ont pas réussi. "s La bataille de Verdun Berne, 17 mars. — On dit dans une critique de lia bataille de Verdun, dans l'Homme Encnaîné, de Clemenceau : « On a dit que les Allemands ne nous attaqueraient dans la troisième phase imminente du combat, que sur un seul point, en raison de l'insuffisance de troupes; au lieu d'une insuffisance, on doit compter sur des réserves nombreuses amenées au combat. Il est à espérer que notre état-major général n'est pas resté inactif. Jusqu'ici l'attitude de nos troupes a été bonne. Notre force élastique, notre héroïsme ont été manifestes, mais notre sang a coulé aussi. Nos alliés ne resteront pas spectateurs enthousiastes de la terrible bataille ; leurs intérêts sont identiques aux nôtres. Le colonel Rep'ngton a bien expliqué leur inactivité par des préparatifs nécessaires, mais il y a des moments où la nécessité d'agir a le pas sur les préparatifs jugés nécessaires ; ce moment est arrivé (un blanc : censure). Prisonniers français Berlin, 17 mars. — La Gazette des Ardennes, éditée au quartier général à Charleville, dit dans son édition du 12 mars, que le nombre de prisonniers français en Allemagne atteint, maintenant 311,000. Un revirement dans le conflit mexicain Amsterdam, 17 mars. — Un revirement inopind s'est produit dans le conflit mexicain. Tandis que dimanche, les télégrammes venant do Washington contenaient des détails minutieux au sujet de l'envahissement américain et des ordres radicaux dt général Funston, on câble de Washington au Time, que le président Wilson a proposé à Carranza uns action commune contre les partisans de Villa ei qu'il l'a par conséquent aV orisé d'envoyer éven tuellement des troupes sur 1© territoire américain On déclare à Washington, toujours d'après 1< Times, que la décision inopinée de Wilson a eu prise en raison de l'incapacité de l'armée améri caiiue d'entreprendre quoi qu« ce soit au Mexique # 9 L'attitude de la Roumanie ^ Berlin, 17 mars. — On annonce do Vienne au i- Berliner Tageblatt : Un major roumain publie dans VEclair des Balkans, de Bucarest, un chapitre 3 au sujet de l'attitude de la Roumanie et y expose 1 le point de vue de généra^rtroumains que la It«u-k manie ne peut faire la guerre contre les puissan-• ces centrales, attendu qu'elle ne peut défendre la - longue frontière qu'elle doit sauvegarder en raison - du défaut de troupes suffisantes et de la disette en munitions. Une guerre contre la Russie serait ! possible, le front y étant plus restreint et la Rou-. manie pouvant être soutenue par les puissantes . armées autrichiennes, allemandes et bulgares. 1 Vapeurs anglais échoués Le Havre, 17 mars. — Le vapeur anglais Mékong s'est échoué près de Scarborough. 2 i hommes de l'équipage sont noyés. [ Le bateau de pêche anglais C'ecil, lancé la , veille, s'est échoué pendant la tempête sur > une falaise près de ïiedeha, et a sombré. Saisie de journaux Paris, 16 mars. — On annonce de Lisbonne au Matin : Le journal espagnol A. B. C.,dont la vente avait décuplé depuis le début de la guerre, a été saisi. La situation en Russie Stockholm, 17 mars. — Une décision du congit» ' agraire, siégeant à Pétrograde, fait ressortir ia main-d'œuvre insuffisante dans de nombreuses provinces, pour l'époque des semaililesj elle se plaint de la disette en matériel agraire et conclut par ces mots : Le fantôme terrifiant de la famine menace le peuple russe. On attend avec anxiété le projet de budget russe. Plus de 2*.orateurs, parmi .lesquels Miljukow et Schidlowski, se sont fait inscrire et l'on prévoit des attaques véhémentes contre Ckostow. Lors des débats au 6iijet du Saint-Synode il parut évident que l'église orthodoxe déchoit. Le député socialiste Skobelew ne voit dans l'église actuelle qu'une in.çi ;>>™ ~ —.... du christianisme, la chancellerie fait prêcher un chapitre du gouvernement. Le Synode remplit systématiquement le rôle d'un organe exécutif du gouvernement en provoquant la persécution des juifs, des mahométans, des catholiques et des protestants. Mais tout cela n'est rien comparativement aux menées du Rasputinisme. Skobelew réclame finalement l'indépendance de l'Egl:se russe de l'influence de Ra.s. pu tin. Pas d'emprunt russe en Amérique Bâte, 17 mars. — On annonce de Pétrograde aux journaux suisses. D'après 1e Nowoje Wremja, les négociations entre le représentant du ministère des finances russ© et les banques amér'caines, ei. vue d'une émission d'un emprunt russe n'ont et aucun résultat. Les réquisitions Paris, 17 mais. — Le Journal Officiel publie un décret d'après lequel toute la récolte française de grain de l'ensemencement de l'été, à l'excep tion des semailles, sera achetée directement aux producteurs avant le 31 décembre par les autor.-tés militaires au prix de 33 fr. 1e double quintal. Démenti d'une attaque aérienne contre Essen Berlin, 17 mars. — La nouvelle répandue à l'étranger que de grauds dégâts ont été causés à Essen par une attaque d'aviateurs ennemis et que des bombes ont été jetées sur la gare d'Essen est inventée de toutes pièces, comme nous l'aoarenons de source autorisée. Sur mer Stockholm, 17 mars. — D'après le 1/agens Ny heter, le pilote du navire Markhavon, coulé eu sortant de FreUeborg, a déclaré qu'il a pris une mauvaise direction en conduisant le navire trop à gauche, c'est-à-dire dans 1e champ de mines. Rotterdam, 17 mars. — Selon une nouvelle du Lloyd venant du Lizard, le vapeur hollandais Jan van Nassau, de la compagnie des malles-poste des Indes occidentales, à Amsterdam, a passé te Lizard, en signalant : « Avarie au pont. » Canal de Panama . Washington, 16 mars. — Le secrétaire de la guerre croit que le Canal de Panama sera réaccessible le 15 avril pour les navirej de grand tirant i d'eau. ; Au Mexique New-York, 17 mars. — Comme on l'annonce officiellement de San Antonio, au Texas, les troupes de Carranza ont rejoint les troupes américaines envahissant le Mexique et les accompagnent dans la poursuite de Villa. ' Départ d'Espagnols du Portugal LugaiK», 17 mars. — Le Corrierc délia Sera an-; nonce que les sujets espagnols au Portugal retournent en Espagne. On annonce le départ des Espagnols de toutes les grandes villes du Portugal. ; Arrestations à Paris 3 Stockholm, 17 mars. — Le correspondant à Pa- î ris, du Stockholm Dagblad, annonce que les neu- - trej se trouvant actuellement à Paris sont soumis i à une surveillance sévère. Des bruits provoquant g l'inquiétude ont été répandus par des journalistes s italiens. 250 personnes qui ont répandu des bruits t défavorables ont été arrêtées. Les appels contre le recrutement en Angleterre e Londres, 17 mars. •— Le tribunal de re-é crutenient pour Cambridge a commencé i- mercredi à s'occuper des appels de 300 étu-3. diamts ou anciens étudiants de l'Université

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Le bruxellois: journal quotidien indépendant behorende tot de categorie Gecensureerde pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes