Le XXe siècle: journal d'union et d'action catholique

309230 0
08 november 1916
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1916, 08 November. Le XXe siècle: journal d'union et d'action catholique. Geraadpleegd op 22 oktober 2019, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/125q815k8j/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

LE XX® Siècle du 8 Novembre 1916 T if i | ni » _ \Tr« EESiSEE DERNIÈRE HEURE, 7heures du matin L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DES ÉTATS-UNIS — — M. Hughes sera élu Sors succès est dû au vote des femmes C'est hier mardi qu'ont eu lieu dans les H8 Etats de la grande république américaine, les élections pour désigner les congressistes qui, dans trois mois, auront à choi-Bir le nouveau président pour la période 1917-1921. Ce congrès comprendra 531 électeurs. Le président, pour être élu, devra donc avoir «lu minimum 266 voix. Les résultats pour l'Etat de New-York «ont attendus avec une impatience particulière, rar New-York dispose à lui seul de 45 >oix dans le Collège. En 1912, New-York, par suite de dissensions des républicains, a éiu un démocrate. Il est indispensable pour que M. Hughes soit élu, que New-York redevienne républicain.Les Etats les pius importants ensuite sont la Pensvlvanie, qui dispose de 38 voix, J'IUinois de 29 et l'Ohio de 24. Aussi, dans tou$ les Etats, la journée se passe dans la plus grande fièvre. • - 'p LES PREMIERS RESULTATS M. HUGHES L'EMPORTE A NEW-YORK New-York,- 7 novembre. t)1 après les premiers résultats, l'Etat de New-York semble donner à M. Hughes une forte majorité. On.ne connaît pas encore les résultats de la ville. Après cette victoire, on estime que M. Wilspn n'a de chances sérieuses d'être réélu que si les Etats de l'Ohio. de l'India-nà et de l'Illinois lui donnent la majorité. MAIS M. WILSON ENREGISTRE DE BEAUX SUCCES ' Les pïemiers résultats de l'Ohio indi quent que M. Wilson tient la tête dans cet Etat. Les résultats partiels reçus de l'Arkansas et du centre du Midwest, pays pacifistes par excellence, accusent une forte majorité pour M. Wilson qui vient en tête dans une ville. Dans le Massachusetts, Etat républicain en temps ordinaire, les premiers votes en faveur de M. Wilson sont supérieurs de cinquante pour cent aux prévisions de son propre parti. Néanmoins, le président est légèrement distancé par M. Hughes. A six heures du soir à New-York, les parieurs offraient 9 pour 5 Wilson réélu. La victoire it M. Hughes Mercredi, 7 h. du matin. C'est M. Hughes qui sera le président des Etats-Unis. Les chiffres exacts manquent encore, mais il est certain qu'il disposera de 300 voix environ dans le Congrès. Ce sont les deux Etats de l'Illinois et les deux plus grandes villes de la République, New-York et Chicago, qui ont assuré la victoire de M. Hughes en donnant la majorité aux Répu.• blicains. Les j00.000 femmes de l'Illinois qui votaient pour la première fois, ont presque partout suivi leur mari et voté pour M. Hughes.Les journaux républicains saluent avec enthousiasme cette victoire républicaine et disent que la politique extérieure américaine sera maintenant marquée par l'énergie et la fermeté. 8a app! su M-maire se Lootiies pi les Bilans Seips ■ Londres, 7 novembre. Le lord-mairet de Londres adresse, de Mansion-House, un message de Noël relatif aux enfants de Belgique : 11 y a, dit ce document, plus de 2 millions 575.000 enfants belges retenus captifs par les Allemands en Belgique. Plus d\m million 250.000 ont moins de douze ans. Pendant plus de deux années, ils ont attendu avec constance leur délivrance. Pendant plus de deux années, ils ont été alimentés grâce à l'intervention généreuse de ln commission neutre instituée pour vernir en aide à la Belgique, dont M. Herber Iloover est le président, et qui distribue un minimum de nourriture fourni par les gouvernements alliés et par la bienveillante contribution du monde. Les conséquences de ces deux années de captivité intolérable commencent à se faire sentir cruellement. La tuberculose,selon le docteur Lucas, spécialiste américain bien connu, qui a visité naguère la Belgique, fait des progrès rapides, surtout parmi les enfants les plus âgés des classes ouvrières. Dans toute la Belgique, les sa-natoria sont remplis de tuberculeux et les listas d'attente augmentent. Le rachitisme, parmi les jeunes enfants, devient épidémi-que, Les nouveau-nés sont d'un poids et d'une faiblesse qui font pitié. La mère belge peut à peine, nourrir son enfant pendant sept mois au lieu de neuf mois comme auparavant.La faim, la souffrance, la maladie assaillent la mère et l'enfant. Le lord-maire, comme président du Comité national britannique de secours en Belgique, demande que sur toutes les tables anglaises il y ait, le jour de Noël, une » enveloppe de miséricorde » à l'intention des petits enfants belges. —' Un sergent belge assassiné On mande du Havre au « Matin » : « Dans les baraquements <i'n service de couchage de l'intendance belge, situés à la Hêve, on a découvert ce matin le cadavre du premier sergent Cagnaux, âgé de soixante ans. la tOte fracassée à. coups de tisonnier. Le vol ne semble pas être le mobile du crime. On croit plutôt qu'il s'agit d'une vengeance. Le coupable est encore inconnu. » - O —~ Les pirates ont ooulé le paquebot français " Arabie " ' et un navire de ravitaillement pour la Belgique On annonce que le paquebot « Arabia », de la Compagnie péninsulaire et orientale, ayant à bord 450 passagers, a été torpillé par un sous-marin ennemi. On assure que les passagers ont été sau-yés.L' « Arabia » était commandé par le capitaine Pa.lmers. (IV « Arabia » est un vapeur de 7.933 tonnes).D'autre part, on mande de Londres que, en réponse a une question, le sous-secrétaire «l'Etat aux Affaires étrangères a déclaré, à • la Chambre des Communes que tout dernièrement, un vapeur grec transportant des vivres pour les Belges, envoyés par la commis^ sion de secours américaine, a été torpillé dans l<»s eaux anglaises, aprjs que le commandant du sous-marin allemand eut examiné les papiers du nord établissant d'une façon irréfutable que les vivres étaient, bien destinés à la Belgique. <c .l'ai -idressé, ajoute-t-il, une note de protestation à ce sujet aux ambassadeurs des Etats-Unis et d'Espagne. » « Depuis la commencement des travaux de la commission américaine, douze bâtiments .ransportant des vivres destinés aux populations des territoires occupés ont été défruits, dont deux ou trois par une to^ne tes autres par des mines. La comédie Polonaise PasierfflâElsies et Polonais sont également mécontents Au cours des débats sur la censure au Keichstag, une intervention s'est produite qui est singulièrement révélatrice, à la fois des véritables sentiments de l'Allemagne à i égard de la Pologne et des desiderata de la nation polonaise. -M. Ladislas Seyda, vice-président du cercle polonais, est monté 4 la tribune pour laire remarquer Que, si les Allemands se plaignent de ce que certains de leurs journaux ont été suspendus pendant quelques jours, la presse polonaise est soumise à des vexations incomparablement plus rigoureuses. Il a déclaré en conclusion : " Il est hors de doute que les Polonais de l empire d'Allemagne font partie intégrale de l ensemble de la nation volonaise, qui compte plus de 20 millions d'âmes, et dans l'enceinte de ce Parlement, avant et pendant la guerre, nous avons, à plusieurs reprises, exprimé nos sentiments de l'unité nationale de tous les Polonais. « Si, actuellement, on dit que les empires centraux se proposent de résoudre la question polonaise, il n'est pourtant pas possible de nier que, nous aussi, d titre de fraction de la nation polonaise, ne soyons vi-talement intéressés à savoir de quelle manière doit être effectuée cette solution. (Vifs applaudissements sur les bancs des Polonais et des socialistes.) « On ne peut pas appeler à résoudre la question polonaise, une fraction seulement de la nation, sans tenir compte en même temps d'une autre fraction, comme si pour celle-ci la question polonaise n'existait aucunement.« Nous reviendrons plus longuement là-dessus lorsque le moment en sera opportun. (Vifs applaudissements sur les bancs des Polonais.) Suivant le BerUner Ttigeblatl, les membres de la fraction polonaise du Reichstag et du Landtag ont déclaré qu'ils n'avaient rien à dire sur le rétablissement du royaume de Pologne et qu'ils voulaient rester sur la réserve. Ils considèrent les faits accomplis comme avantageux, si, cependant, certaines conditions ne rendent pas illusoire ces avantages. On a l'impression qu'ils ne sont pas enthousiastes.De Vienne on annonce que la situation spéciale créée à la Galicie a produit dans les milieux ruthènes une irritation considérable. Les présidents des clubs ruthènes et les représentants au Reichsrath et à la Chambre des seigneurs, après une conversation avec von Koerber, ont démissionné. Pour demain les Ruthènes ont convoqué une assemblée des représentants parlementaires ruthènes, afin de rédiger une protestation solennelle. * * * D'autre part, les pangermanist.es allemands ne dissimulent pas qu'ils eussent préféré- l'/annexion pure et simple, de la Po-logne.La Gazette populaire de Cologne écrit cyniquement : « Tous les politiciens polonais comprendront que notre action actuelle n'est pas exclusivement inspirée, par l'amour pour le peuple polonais,mais'que notre situation nous oblige à. défendre fermement les intérêts de notre patrie. » —. Le « Journal officiel » français publie ce matin un décret élevant à la dignité de grand officier le général Mangin, commandant un corps d'armée, vainqueur de Douaumont. -- \ oici les résultats du référendum sur le service obligatoire en Australie : Pour le projet, 1.042.5ÛO voix ; contre, T. 110.176 voix, SUR LA SOMME Les Frasais eqiM iianmi ai Paire ILS FONT PLUS DE 50q PRISONNIERS Maigré le mauvais temps, l'armée française a remporté hier un magnifique succès au sud de la Somme, Elle a enlevé les positions allemandes sur un front d'à quatre kilomètres, faisant 500 prisonniers et re-prenant tes villages d'Abiaincourt et de Pressoire. COMMUNIQUES FRANÇAIS 2" heures. Au nord de la Somme, nous avons réalisé quelques progrès entre Lesbœvfs et SaiUy^Smllisel. Au sud de la Somme, une attaque de nos troupes déclanchèe dans la matinée et vivement menée malgré une pluie violente qui gênait les opérations, nous a valu des gains sérieux. Sur un front de A kilomètres noïis avons enlevé les positions ennemies, depuis le bois de Chaulnes jusqu'au sud-est de la sucrerie d'Abiaincourt. Les villages d'Abiaincourt et de Pressoire en entier ont été brillamment conquis par notre infanterie. Poussant nos lignes à l'est d'Abiaincourt, nous avons enlevé également le cimetière de ce village fortement organisé par l'ennemi et nous avons porté nos positions au sud de la sucrerie jus• qu'aux abords de Gomiécourtt Le chiffre des prisonniers faits dans la journée et dénombrés jusqu'à présent dépasse 500, dont plusieurs officiers. Sur le front de Verdun, canonnade intermittente.COMMUNIQUES BRITANNIQUES 7 novembre, 11 h. matin. Durant la nuit nous avons amélioré -nos pos-itions à l'est de la butte de Warlen-court. Nous avons exécuté avec succès plusieurs raids contre les tranchées ennemies, entre Gmnecourt et Serre, faisant des prisonniers et infligeant des pertes considérables■ à l'ennemi. Une patrouille ennemie a été dispersée par notre feu au sud de Monchy. Des pluies violentes, ainsi que des vents du sud-ouest continuent. 8 li. 40 soir. La pluie a. continué à tomber avec force toute la journée• Au sud de l'Ancre, l'artillerie allemande a montré une grande activité dans le secteur de Lesbœufs. Nous avons bombardé les tranchées de soutien et le boyau de communication ennemis dans les régions d'Armentières et de Wyts-chaete.Rien à signaler sur le reste du front. LE NOUVEAU FRONT Le « Petit Parisien »> écrit : Notre front, au sud de la Somme, modifié par l'opération d'hier, est ainsi limité : Il part de la Somme et du canal latéral au sud de la ferme Sormont, suit le chemin de Buscourt à Biaches, pénètre dans le village pour aborder la cote 97 sur laquelle il passe devant la Maisonnette (aux Allemands). Il est parallèle à 1a. route de Earleux à Péronne. à 200 mètres à l'ouest de laquelle il est tracé, contourne Barleux à peu près à la même distance, rejoint au sud de ce village la rdute de Barleux à Chaulnes, passé au delà de Belloy-en-San-terre, de Berny-en-Santerre, de la cote 91 (à, nous), descend vers la sucrerie de Qe-nermont et suit, la ligne que nous a.vons indiquée plus haut, entre cette sucrerie et Chaulnes. | EN ROUMANIE Beaux succès des armées mso-mnaises COMMUNIQUE ROUMAIN FRONT NORD ET NOR-EST. - Sur la frontière ouest de Moldavie, la situation est sans changement. Dans la vallée du Buzeu, nous avons attaqué et avancé un peu, nous avons fait 8S prisonniers et pris une mitrailleuse. A Tabla-Dutsi, bombardement intense. Dans la région de Dragoslavele, nous avons repoussé line attaque de nuit de l'ennemi.Sur la rive gauche de l'Oltu, un combat violent est en cours. Dans la vallée du Jiul, peiites actions avec succès pour nenis. ■A Orsova, la situation est sans changement. ■ ** " FRONT SUD. — L'ennemi a bombardé Giurgiu. FRONT DE LA DOBROUDJA. - Nous avons progressé, au sud sur tout le front. COMMUNIQUE RUSSE FRONT ROUMAIN DE TRANSYLVANIE. — Il n'a pas été reçu de communiqués nouveaux.FRONT ROUMAIN Dl! DANUBE. — Il n'est survenu rien d'important. On remarque qu,e les Bulgares incendient sysié-rnaii• quement les villages roumains. DE SERltËUX SUCCES L'armée russe et l'armée roumaine ont remporté hier, écrit le « Matin », de sérieux succès. Dans les Carpatlies, au sud de DornavVa-tra. et du col de Tolgyes, les troupes de Broits-siloff ont forcé au recul après plusieurs jours de combat, les contingents austro-allemands; elles cheminent sur territoire hongrois vers la vallée du Maros. Non seulement Falken-hayn n'a pas réussi à séparer les Russes des Roumains, mais encore il est- contraint de se replier vers l'ouest, et ce mouvement compromet tout son plan. Dans la Dobroudja, les Roumains, renforcés par les Russes du général Sakharoîf, ne se sont pas bornés à repousser Mackensen, le long du Danube, vers Harsova. Ils ont pris, sur tout le front, une offensive victorieuse.Les journ'aux allemands et autrichiens, muets sur l'affaire de Dobroudja, reconnaissent, l'avance russe dans la région du îol-^yes, en Transylvanie. DEUX OREAMOIIGHTS ALLEMANDS AURAIENT ÉTÉ TOUPILLÉS Londres, 7 novembre. (Communiqué de l'Amirauté du 7 novembre) Depuis le communiqué ct'"hier, un nouveau rapport a été reçu du commandant du sous-marin qui déclare maintenant avoir frappé deux cuirassés dreadnoughts de la classe « Kaiser ». (Les cuirassés du type « Kaiser » sont au nombre de cinq : le « Kaiser », le « Kaiser-ïïiedrich-der-Grosse », le « Kaiserin », le « Kœnig- Albert » et le « Prinz-Regent-Luit-poid ». Ils 172 mètres de long, 29 de large, jaugent 24.500 tonnes et sont munis de turbines de 31.000 chevaux. Ils ont 172 m. de long, 29 de large, jau-cinq tourelles doubles, quatorze de 150 millimètres dans la batterie, plus douze de 88 millimètres.) Ce qu'il y a dans les Journaux de Mercredi matin L'OFFENSIVE DE LA SOMME Le Journal : Nous avons achevé de réduire le saillant d'Abiaincourt, voilà en deux mots le bilan de la journée. On sait, que longtemps notre ligne a formé un rentrant à partir de De-niécûurt jusqu'aux avancées de Vermarwlovil-lers et de Liions. Les opérations du début d'octobre "ous ont permis d'arriver jusqu'à la lisière d'Ab'aincouri, en enlevant les deux redoutes qui couvraient le village au nord, al ferme de Rovent et le hameau de Gener-mont. Entre Ablaincourt et Chaulnes nous avions gagné du terrain dans les bois qui couvrent, le chef-lieu de canton au nord. Mais notre progression était arrêtée par la forte position d'Abiaincourt étayée de son bastion méridional, le hameau de Pressoire. LA COMEDIE POLONAISE La Victoire. — M. G. Hervé : Après !e coup que viennent de nous porter les Allemands, a-t-on seulement songé à réunir d'urgence ce conseil de guerre des Alliés ? Le Matin montre, dans une amusante caricature, von Bissing lisant la « Libre Belgique », le poil hérissé, l'œil furieux, le poing ■crispé. Un officier boche est à ses côtés. Voici le dialogue oui s'engage : L'officier bcche. — Ces Beiges méritent d'être punis sans pitié. Von Bissing. — Oui, s'ils continuent de la sorte, ils finiront par se.faire, eux aussi, octroyer 1' « autonomie ». LA PRESSE ENNEMIE LA COMEDIE POLONAISE Neue Freie iPresse : La Pologne autonome sera le garde-frontières dont le devoir est de justifier par l'augmentation de ses propres forces son entrée dans la ligue militaire des grands empires.. L'accroissement de la population russe oblige les puissances centrales à constituer une garde <ïe frontières qu'elle confient à la Pologne devenue autonome et qui devra les aider en cas de danger, lorsque le malheur de nouveau s'abattra sur nous. Nouvelles. Gazette de Voss • Maintenant les Polonais peuvent compter sur leur affranchissement durable : nous avons 1/ droit d'admettre que les puissances centrales sont en mesure de garantir une vie stable à la. Pologne libérée par elles. Les troupes allemandes et austro-hongroises ont arraché le pays aux Russes en lutiant. Nous avoiîs conquis le pays pour le remettre aux Polonais; ces derniers ne devront Jamais l'oublier. Rekhspos! (de Vienne) : Etroitement aillée à l'Autriche et à l'Allemagne, la Pologne, si-ellè sait profiter de l'heure deviendra dans l'avenir leur aide et leur camarade pour conserver éternellement ce qui a été conquis dans le présent par l'épie et au prix d'incommensurables sacrifices de sang et de biens. Lt'qnité d'action LES GENERAUX JOFFRE ET CADORNA ONT EU HIER UNE ENTREVUE Lne note officielle permet de rendre publique la nouvelle que le général commandant en chef les armées françaises et le chef d'état-major de l'armée italienne se sont rencontrés, hier matin, 7 novembre, à Saint-Michel-dc-Maurienne. VOYAGE DE M. LEONIDA BiSSOLAT! A PARIS Lundi 13, M. Leonida Bissoiati, commissaire aux armées dans le gouvernement italien, arrivera à Paris. Il vient, sur l'invitation du gouvernement français, qui a chargé M. Albert Thomas, sous-secrétaire aux Munitions, et ami personnel du ministre italien, de lui faire les honneurs de l'hospitalité. Le séjour en France de M. Bissolatî durera environ une semaine^ pendant laquelle il visitera le front français et des usines de guerre, ainsi quei les fronts anglais et belge. PfoSrsr^rrie des Spectacles j du mercredi 8 novembre j Opéra. — Kelàche Comédie-Française (102,22). — 7 b. 3/4 . Le Marquis de Priola. Opéra-Comique (106-76), — Relâche. Odécn (F. OS-31). — Mari Tudor_ Porto-Saint-Martin (453-53). —- Relâché. Sarah Bernhardt (Arcli. 0-70). — La Dame aux .Camélias. Variétés (Gut. 09-92). — 8 15 : Kit (Max Dearly) Théâtre Réjane (C. 3S-78). - 8 h. 1/2 : Mister Nobody. Gymnase (102-65) — La Petite Dactylo-BouSes-Parisiens (145-58). — S 11. 1,2 : Faisons UQ Rêve ! Trianon-Lyrique (N. 33-62). — Les P tites --i- j cliu. Nouvel-Ambigu (436-31-. — La Roussotte. ; Thô&tre-Antoino. — Une amie d'Amérique. « Palais-Royal. — 8 h. 30 : Madame et son îilieul. | Renaissance (487-03). — 8 h. 1/4. : Le Chopin. Athénée (582-23) — L'Ane de Buridan. Comédie-Mondaine (Marcadet O'j-70). Francil- lon Châtelet. — Les Exploits d une petite Française. Cluny (G. 07-76). — 8 h. 1/4 : Le Truc de la Boniche. Déjazet (A 16-80). — Une nuit de noces. Grand-Guignol (Central 28-34). — La marque d< la BCte ; In extremis ; Ah ! quelle averse i Ba-Ta-Clan. — Ça murmure ! revue. Vaudeville (102-69). — Crésus ; les Grandes'( t. ses du duc de Montpensier eu indo-Chine- Impérial, — 8 il. 1 1 : Le Voyage du J'rn. M'Amour ; Après nous ; l'Huile suf le feu. t-ittle-Palace (Tél. Gut. 42-90). —• te Non ! tu jardines : les Deux Dindons Folies-Bergère (Gut. 02-59). — S h. 1/2 : Ij'Arr.hidiu des Folies-3ergèrp. opérettë-revue. La Cigale, — Vas-y, mon Pote. Casino de Paris, 18 rue de Ciichy. - S h. 30 : Charles Simore ; Reria Varty : I.orenza Mario et les .plus amusantes attractions de musip-iiall. Européen, 5. ruo Sic*. ~ 8 h. 30 : Les pouies X Michon- Cirque-Médranti U'iOCj). — 8 h. 1,2. — Attrec-tions.Nouveau-Cirque (Cpiitîôl 4! St). — S Jj. 1,2 : Nou-vtnu spectacle d'attractions. Omnïa-Cinéma. — Tous ies jours sas» '.nterrup tion de 2 lieuses a il heures, s ;«Uilsvar-i Montmartre.Tivoli-Cinéma, 14, rue de la Douane Matinée de 2 heures à '1 heures. Autip.rt-Palsîe, 21. boe.iev.Si-d des Italiens a;ail» née tous les jours à 2 h. 30. Programme du soir. Clectric-Palace, — Tous les jours -.ans ihterruo-tion de 2 h. ! i a minuit (salle éclairée), 5 houîè vard des Italiens. Cinéma-Palace, 42, boulevard Bonne-Nouvelle -Projections en salle éclairée. POURÎA FEMME j il Toute femme qui souffre d'un trouble quel- f|l H conque de la Menstruation, Riglss irrégulierei 0gs gy ou douloureuses, en avance ou en retard, Pertes blanches, Maiatiles intérieures, Métrite, ga % Fibrome, Salpingite, Ovarite. Suites de couohos, g3| ; guérira sûrement sans qu'il soit besoin de r3* |g|| . J ||j courir à iuie opération, rien qu'en faisant u3àge jjj||î I JOUVENCE de l'Abbé SOU H Y B M uniquement composée de plantes. inoffanstyes pf-J P jouissant de propriétés spéciales qui ont étâ êtu* i|jj diées et expérimentées pendant de longues Û années. , fej Si La JOUVENCE de î'Ab&é 30URV est faite es- ^ P p ressèment pour guérir toutes les maladies de pg M la femme. Elle les guérit bien parce qu'elle dé- ga n barrasse l'intérieur de tous las .élénjejjts nuis»- pi bles ; elle fait circuler b sang, décongesttorm* ifg M ' les organes en même temps qu'elle les^clcaiïîct®. ||g La JOUVENCE do l'ASsbé SQtSRV ça'pwit }av If i'f mais être nuisible, et toute, <' Jpt Jl personne qui souffre d'une;. || mauvaise circulation du sang, e m j % Doit varices, Phlébites, i, 'S4 IK3 morroities, soit de l'Esiontaa| "Egar J p® ou des Nerfs, Chaleurs, Va-Z, Ik goure, Etouffements, soit ma-y 'Ig retour d'aG£II doit, sans tarder, employer en tout s WvSâacî, jp| JOUVENCE DE L'ABBÊiSOURY 1 car elle guérit, tous* les jours ùoi milliers J de j|| désespérées. ~V."! /ff Le flacon. 4 fr. dans tontes %Faexmaci«s, ; 'W6 4 fr. 00 franco. Par S flacons * îràixeo centra M mandat 12 fr; adressé Pamiacie Mas. DUASO;!- If TSES? à Rouen. «F " "* '||§ Notice contenant --gratis Jjjw ;. AUCUNE DOULEUR f%E i RESISTE' | Plus de Migraines, pîus de fifiaux de Yâte, plu» de ftèvpaiji-âî s , . "Vous qui souffrez* N'hésitez pas : j | PRENEZ UN CACHET"« KARL> j F ■ Le Cachet KARL, produit i' français, est un calmant iaîaii- j MMble de l'élément douleur, quelle j > I qu'en soit la cause. , j I / Migraines, Névralgies, Maux dK TSia, Maux . ' ï * / dents, Rhumatismes, Fievre, Courbatures, ôrip- i ».•/ ce, etc., etc., ne résistent pas à pius l un ou deux fM}/afpOTpf tachets. Cette e&tion calmante est aus&i aceoi» f \ ~.î pagnÉo d'une action tonique et fortifiante. • "'-'f AfN. Les caehsts KARL peuvent être pris à a'im- porte quel moment et avec n'importe quoi. Son "i^ïî \ fjgSgggy/s; ■ action ae croduit aucune fatigue pour i'estoma« -!v et l'usée fréquent n'a aucun inconvénient pour les personnes délicates. Exigor les Cachet! ' w KARL Ot refis «s- tout proécît sinîiiaire. Aucun // ?/' \ i *•' produit, aucua remède préconise pour ias mi" ' V J"-'— graines et les névralgiss ne lui est comparable or;x s e fr, as — tes t? caghets : 3 tr. 3a, ES HEiiïE : Toutes Isonnss Piamia3i?sst çntërçaiss F.'ansj îi Et'aqa? I Dépôt au PILON 20, Pïsice de rtfwteï-de-Ville, Ï<B H.4VUE Brevets Beiges : N° 195.492. — « Perféctionnements aux projectiles explosifs ». Le propriétaire de ce brevet désire céder des licences ou s'entendre avec des per-. sonnes compétentes pour l'exploitation industrielle de ce brevet. Pour tous renseignements, s'adresser à l'agence de Brevets J. GEVERS & Cie, d'Anvers, ingénieurs, actuellement 2, avenue Désiré-Deliors, à Sainte-Adresse-Havre. Llnstitot Polymathipe Belge DE BEAUMONT (Enre) Admet dans sa section scientifique à des j conditions spéciales, les orphelins de la guerre et les fils d'officiers. GRJUMQE TAVERNE 14, Rue Ed.-Lame (près la place de !'Uolel-de-Ville) LE HAVRE -o» « RESTAURANT A TOUTE HEURE Salons pour réunions et banquets 45 BILLARDS FRANÇAIS et ANGLAIS AUTO-LEÇONS. Brevets civil, militaire, 3 jours, ttes forces, ts systèmes. Maison premier ordre. 15 autos luxe. Forfait examen : 10 fr. Livre pour être automobilistes civil, militaire, offert. Milliers références. Bien votw adresser à M. George, 77, av. Grde-Armér Magasin à côté maison Peugeot. T. G29-7 DENTIERS Solides, bien faits WSOTET DENTISTE 17, Rue Marie-Thérese, angle de la Rue de la B«ur« Reîiit les Bsstiepj eassâs os mal faits siliasrs Réparations en 3 heures et Dentier* hau et bas livrés en 5 heures Dentiers depuis 5 fr. la déni Modèles nouveaux. Dentiers sans plaques ci crochets. Inlays or et porcelaine. Ueut» sur pivots, couronnes et bridges. AURIF1CATIOXS —l PRIX TRÈS MODÉRÉS )- Le Gérant : L. COSSON". Imp. de la Bourse de Commerce (G. Bureau] 35, rue J.-J.-Rousseau, Paris.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Le XXe siècle: journal d'union et d'action catholique behorende tot de categorie Katholieke pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1895 tot 1940.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie