L'indépendance belge

210 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1918, 03 Juli. L'indépendance belge. Geraadpleegd op 12 november 2019, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/183416tt5t/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

L'INDEPENDANCE i CONSERVATION PAR LE PROGRÈS BELGE ROYAUME-UNI." 1 PENNY LE NUMÉRO CONTINENT. . 15 CENTIMES HOLLANDE. ..... 6 CENTS ADMINISTRATION ET REDACTION : BtJREAO A PARIS: MERCREDI 3 JUILLET 191S (3 MOIS. 9 SHILLINGS TODOR HOUSE TUDOR ST.. B.C. 4 11. PLACE DE LA BOURSE . ABONNEMENTS j 6 MOIS. 17 SHILLINGS TÉLÉPHONE: CITY 3360 TEL.: 311-57 et 238-75 En vente a Ljndres a 3 h. le mardi 2 juillet (i AN, 32 SHILLINGS LA SITUATION Mardi midi. Les troupes du général Diaz n'ont pas dormi sur leurs lauriers. Toutefois, au lieu de poursuivre leurs succès sur les rives de la Piave, nos alliés ont accentué leur pression dans la régioi) des montagnes. Samedi, ils y enlevaient le Mont du Val Bella, commandant la vallée de la Brenta. Lundi ils capturaient, dans un i brillant assaut, le Col del Rosso, bastion principal de la défense ennemie dans le groupe des hauteurs d'Asiago, avant l'offensive autrichienne du 15 juin. La résistance offerte par les troupes d'élite de l'adversaire leur valut des pertes considérables, et rien que sur un des versants de ce pic redoutable, 1,500 cadavres furent comptés. La lutte soutenue par les Italiens sur le Col d'Echele fut également ardente, les troupes austro-hongroises y ayant dé-eianché de multiples contre-attaques. Mais la bravoure de nos alliés parvint finalement à avoir raison de l'obstination ennemie, et toutes les positions contestées de ce côté restèrent en leurs mains. Lundi, vers midi et plus tard, dans la journée, l'ennemi lança également deux •tiaques violentes contre le Mont du Val Bella, mais les colonnes d'assaut austro-hongroises, à demi annihilées par le feu précis des batteries italiennes, furent chèque fois arrêtées et refoulées par l'infanterie, qui se battit avec une admirable ardeur pendant toute la journée. Les aviateurs jouèrent également un rôle important dans la bataille, et leur Concours fat une fois de plus très précieux. v Le nombre des' prisonniers capturés dans cçtte région par les Italiens depuis le 29 juin s'élève à 2,023 officiers et soldats. Le dernier communiqué de Vienne est obligé de reconnaître la nouvelle défaite des divisions du maréchal Boroevic, et -tgTfale que les Autrichiens " ont abandonné le Mont du Val Bella et le Col del Rosso, qui n'auraient pu être maintenus qu'au prix d'énormes sacrifices, pour se reconstituer sur leurs ' positions principales ' a l'est du Mont Sisemol." Sur le reste du front méridional il n'y a lien à signaler, en dehors de la capture par les Italiens de quelques prisonniers au cours de reconnaissances dans la vallée de la Daone et dans la région de Noz-zolo, et de l'échec d'entreprises secondaires ennemies dans la région de Zugna. En France, les Allemands continuent à s'attarder, bien que tout semble prêt pour le déclenchement de leur nouvelle ruée. Entretemps, les troupes alliées améliorent constamment leurs positions et exécutant d'heureux coups-de-main. Les Belges ont fait 22 prisonniers au cours d'opérations de ce genre, pendant que les Britanniques étendaient leur ligne au nord-ouest d'Albert, tout en faisant, eux aussi, une cinquantaine de prisonniers. Les troupes de sir D. Haig ont capturé pendant le mois de juin, 1,957 prisonniers, dont 30 officiers. De leur côté, les Français ont envahi les positions allemandes en divers points entre Montdidier et Noyon; ils ont capturé un point fortifié au nord de Cutry et ont avancée leur ligne entre Passy-le-V a foi s et Vinly, ainsi qu'à l'est de la a oie ferrée de Chezy-Vinly, au sud de l'Ourcq. De plus, ils ont repoussé une violente contre-attaque ennemie au sud-est de Mosloy, maintenant entièrement toutes les positions conquises ces jours derniers, après avoir soutenu un très vif combat. Nos alliés, au cours de ces diverses opérations, ont fait plus de 250 prisonniers. Le bulletin teuton n'ayant aucune vie- , toire à donner en pâture à 1 appétit ai- t guisé des peuples de l'Empire, rapporte, ; en guise d Ersatz," que les armées germaniques ont capturé depuis 21 mars i dernier 191,454 prisonniers, ainsi que 1 2,476 canons. Ces chiffres impressionnants ont évidemment été exagères et si J nous les publions c'est à titre purement documentaire. En Russie, les Allemands continuent i à obtenir à peu près tout ce.qu ils veu- ■ lent des Commissaires du peuple. Us i leur avaient demandé récemment, nous l'avons dit, la flotte de la mér noire. • Celle-ci va leur être fournie dans peu de jours. Nous apprenons, en effet, par une dépêche de Moscou, qu'une partie de la dite Hotte a cjuitté Novorossisk, où elle s'était réfugiée, pour se rendre à Sé-bastopol, où elle sera livrée aux Boches. Si elle n'est pas plus complète, c'est que les marins de certaines unités ont mieux compris leur devoir patriotique que les Maximalistes de Moscou, et qu'ils ont fait sauter leurs bâtiments plutôt que de les rendre aux impérialistes teutons. • • * Le mouvement libérateur de 1 anarchie va-t-il se produire en Russie? De divers côtés l'on annonce que le Grand Duc Michel < onsidère comme son devoir de rétablir l'ordre en Russie. Agé de 39 ans, -"jouissant de prestige dans 1 armée, ce Grand Duc pourrait parfaitement atteindre ce but souhaité par tous les amis de la Russie. Déjà un grand nombre de soldats et d'officiers vont à sa rencontre. 11 promet l'amnistie, ce qui Cst habile, et il a nommé à la tête de son état-major le général Alexeieff. D'autre, part, le gouvernement de Sibérie a désigné l'amiral Koltchack pour commander les troupes tchéco-slova-qir.s.Ainsi, d'après le journaliste révolutionnaire bien connu Burtsefl, l'on approcherait. de la fin de la terreur bolshé-\iste. Aussi ne peut-on que sourire quand on apprend que le gouvernement des Soviets vient de faire parvenir aux Alliés une note disant que tout, appui apporté par les Alliés aux troupes tchéco-slova-ques serait considéré comme un acte inamical, le mouvement tchéco-slovaque étant clairement révolutionnaire ! •* * • Le fameux .général Ludendorff a été appelé en consultation par les Autrichiens. Il s'est rendu au front, a parcouru la rive gauche de la Piave depuis la mer jusqu'au plateau d'Asiago, et est rentré à Vienne pour remettre son avis— et ses ordres. Les dernières violentes attaques dans le Trentin auraient été la conséquence de ce conseil de guerre. On sait que les troupes italiennes ont vaillamment résisté et que leur succès et leur marche en avant s'accentuent, ce qui n'est pas fait pour améliorer la situation politique de l'Autriche. Il se confirme que l'empereur Karl a ordonné au Dr Seidler et au cabinet entier de retirer leurs démissions, et à la suite sans doute de l'action de Ludendorff, les éléments allemands ont déclaré qu'ils appuieraient le cabinet Seidler, et qu'ils ne soutiendraient que lui. Seulement les Allemands ne font pas la majorité à eux seuls, et il faudra voir ce que feront les Polonais'et les Tchèques dans la session du Reichsrat qui s'ouvrira le 16 juillet. Il est possible que par suite de l'esprit qui règne à la Cour et chez les dirigeants allemands on marche à l'installation d'un pouvoir dictatorial, ce qui hâterait la catastrophe. SUR LE FRONT OCCIDENTAL SUR LE FRONT BELGE Le communiqué hebdomadaire Grand quartier-général belge. Communiqué hebdomadaire du 22 au 28 juin 1918: Pendant la semaine écoulée, les actions habituelles d'artillerie se sont livrées sur tout le front et sur les communications.Un raid dans les organisations ennemies'au sud de Langemarek nous a permis de ramener des prisonniers et une mitrailleuse. Des reconnaissances ennemies ont été repoussées par nos feux vers Nieupôrt, Kortekeer, Weidendreft et Pilckein. Le sous-lieutenant aviateur Coppens a remporté ses neuvième et dixième vic toires en incendiant un ballon captif et eu abattant aussitôt après un biplan allemand qui l'attaquait. Les pertes américaines Le département de la guerre à Washington annonoe que les forces expéditionnaires américaines en France ont subi jusqu'à présent la perte de 9,131 hommes, dont 1,970 tués et 5,024 blessés. Cb total ne comprend pas les pertes subies par le corps de la marine. OPERATIONS NAVALES NAVIRE HOPITÀL COULE Nouveau crime allemand L'Amirauté britannique communi-, que : , Dans la soirée du 27 juin, le navire- hôpital "Llandovery Castle" a été torpillé par un sous-marin ennemi à 185 kilomètres du Fastnet, alors qu'il navi-' gait tous feux ajournés, y compris les feux distinct-ifs des n vires-hôpitaux; il a coulé en une dizaine de minutes. ^ 11 rentrait du Canada vers l'Angle- 0 terre, et n'avait ni malades ni blessés à, r bord, mais son équipage consistait en r • 164 officiers et marins, et il transportait 3 i 80 infirmiers canadien- et 14 nurses. 1 De ce total de 258, ^euls 24 survivants portés par la même barque ont pu gagner ' : un port. Les recherches continuent, et ï ■ il est possible que d'autres soient re- ^ > trouvés. 1 i II est a remarquer que dans ce cas-ci -—comme dans tous les autres—le sous- ^ : marin allemand avait parfaitement le ' • droit de faire arrêter le navire et de le ? ; visiter conformément à la convention de i La Haye. Mais il préféra torpiller le J - "Llandovery Castle." Le récit du crime ] Il était, environ 10 h. 30 du soir lors- t que le "Llandovery Castle," qu'il était 1 impossible de prendre pour autre chose 1 qu'un navire-hôpital, fut atteint par la c torpille, dont le sillage ne fut pas aperçu, i Les lumières s'éteignirent et tout se i passa dès lors dans l'ombre. L'équipage se rassembla devant,les em-; placements des divfers canots de sauve- ) tage, tandis que dans sa cabine, l'opéra- ' - teur Marconi tentait en vain de deman- ; der du secours par sans-fil, l'appareil J . ayant été endommagé. Ordre fut donné . de mettre les canots à la mer et d'aban-3 donner le navire. A part quelques mem-; bres de l'équipage qu' pouvaient se trou- ~ t ver dans la salle des machines, il est cer- | , tain que tous céux qui se trouvaient à » bord purent quitter le navire. Le capitaine et quelques autres prirent place dans le dernier canot et purent s'éloigner assez à temps pour éviter la succion du i navire, qui commençait à s'enfoncer par la poupe, la proue s'élèvent au-dessus de i'.eau : puis- l'eau gagnant une chaudière, uhe explosion se produisit et le navire disparut. ~ De nombreuses épaves flottaient sur la mér calme, et parmi celles-ci des homme'' appelaient à l'aide. Le canot du ea- * pitaine recueillit 11 hommes, puis se di-L rigea dans une direction, d'où venait un appel au secours. C'est alors qu'apparut, parmi les dé-e bris, là silho.uette du sous-marin, et le ; canot reçut l'ordre d'approcher; du canot on répondit-: "Nous sommes en train (i de repêcher un homme.'' L'ordre d'approcher fut alors répété en même temps que deux coups de revolver étaient tirés du sous-mariu avec la menace de tirer ' sur,les rescapés au moyen d'un canon s'ils n'obtempéraient pas immédiatement. Le canot obéit et le capitaine du "Llandovery Castle" fut amené à bord du d sous-marin. Le commandant du sous— n marin prétendit que le navire-hôpital avait pris à bord 8 officiers aviateurs :t américains: le capitaine du navire-hôpi-e tal démentit énergiquement cette alléga- : " tion. et donna sa parole que depuis six mois qu'il commandait le navire il n'a-3 vait transporté que des blessés ou des " malades, du personnel médical, des sœurs a et l'équipage. Le médecin militaire canadien dut ' alors se rettdre à bord du sous-mari'n, * mais il fut hissé avec une telle brutalité qu'on lui câssa un os du pied; après quelques- questions on le renvoya au ca- e not ainsi que le capitaine, s Le sous-marin se mit alors à tourner e en rond à toute vitesse autour des épaves : e plusieurs fois il rasa de près le canot-, s puis il l'arrêta de nouveau et fit veiir à i- bord le second et le quatrième officiers et ù les interrogea.. Le commandant du sous-marin avait, alors inventé une nouvelle s. excuse, déclarant que l'explosion qui :t s'était produite au moment où le navire n sombrait prouvait qu'il transportait des munitions I Le second officier ^expliqua patiemment l'explosion de la chaudière, et il fut autorisé à retourner au canot avec le quatrième officier. Les sous-marin reprit alors ses manœuvres circulaires et faillit à nouveau faire chavirer le canot, ' puis il s'éloigna et sembla s'arrêter. De là, dit le capitaine, "le sous-marin '' ouvrit le fèu sur une cible qu'on ne dis-!S tinguait pas du canot, tirant une douzaine d'obus." Il est permis de croire que cette cible était constituée par les autres canots, dont on n'a plus eu de nouvelles. Le canot du capitaine, après avoir navigué sur une centaine de kilomètres, rencontra un destroyer britannique, qui prit les occupants à bord et demanda par sans-i- fil que des recherchés fussent entreprises , sur le lieu du sinistre. Celles-ci n'ont pas î- jusq'ici donné de résultat. OPÉRATIONS AÉRIENNES L'activité britannique 1 Le 30 juin : 25 appareils ennemis et 2 ballons détruits ; 10 appareils forcés h _ descendre désemparés; 46 tonnes et de-j mie de bombes jetées au cours de la jour--, née et de la nuit suivante, dont 7 tonnes t sur les lignes de chemin de fer à Tournai.s Dans l'en em>b!e de toutes ces opéra-r tions, les Britons n'ont perdu qu'un aéro-k plane d'eclaireur et une machine de bombardement nocturne. — (Quartier-gé-néral.)Nuit du 30 juin au 1er juillet: nouvelles attaque^ de bombardement sur e l'aérodrome de Boulay (Bolchen), sur les e gares et voies de Thionville, Reuilly, e Landau, Zweibrùcken et Saarebrùck ; les p usines à produits chimiques de Mann-lieim ont été attaquées deu fois. Le 1er juillet-, bombes sur les voies et ateliers de Karthaus, la gare de Trêves, le - triangle des voies ferrées de Metz-Sa-t blons. Un appareil allemand détruit, e Deux appareils britanniques sont man-a quants. Un appareil britannique porté manquant le 30 juin est rentré. — (Force e indépendante en France.) L'activité française Le 30 juin: 21 aéroplanes allemands détruits ou forcés à descendre désemparés; six ballons détruits; 22 tonnes de projectiles lancées sur les terains d'avia-^ t-ion de Picardie, la gare de Roye et les dépôts de munitions de Villers-Carbon-nel, où une forte explosion fut observée. LES EVENEMENTS EN RUSSIE a _ ;6 Un avertissement tchèque à l'Autriche T Des informations relatives aux mas-u sacres des Tchèques capturés par les Au-r trichiens sont arrivées à Tokio. Le colonel e Hurban, le chef Tchèque, qui est en re-, lat-ion constante par câble avec M. •e Masaryk à Washington, a informé le correspondant du "Times" à Tokio que ir les Tchèques au pouvoir en Sibérie exei-j_ ceraient des représailles terribles si les Autrichiens continuaient leur» outrapea. Il a affirmé qu'il désirait agir strici-y-n nient d'accord avec les Alliés, mais que les 200,000 Allemands et Autrichiens qui j: sont sous la domination des forces tchè-[e que* n'échapperaient pas (à la mort) si les Tchèques combattant en Italie étaient, u encore fusillés une fois capturés. >- Le Soviet de Viadivostock dissout Le? Tchèques ont dissout le Soviet d? Viadivostock. j' Le sort de la Pologne Le "Abends Zeitung" de Munich pu-blie une liste des conditions qui, selon lui, devront, être imposées à la Polognû par l'Allemagne et l'Autriche en"retour j de la reconnaissance du royaume polo-rg : nais. Trois de ces conditions stipulent | que l'armée polonaise ne pourra pas dé-3 ! passer 90,000 hommes, que des tarifs x préférentiels devrait etre ^accordés aux Puissances Centrales pour une période de 50 ans, et que tous les Allemands. rs Autrichiens, Bulgares et Turcs seront exclus de la juridiction polonaise. AUTOUR de la GUERRE ac H ALLEMAGNE 3r — Le comte Hertling est arrive lun ii 5. au quartier général allemand, où il res-j. tera trois jours pour s'entretenir avec le ^ Kaiser et les chefs de l'armée. T1 tendra ensuite à Berlin pour discuter le nouveau traité austro-allemand. le — Un rapport de la Société protectrice ni des animaux dans l'Allemagne occiden- re taie dit qu'une très "grande partie des es chiens et des chats oht été tués. Un quart la seulement des chiens seraient encore en e, vie. La plus grande partie de la volaille ot a aussi été sacrifiée. 1 AUTRICHE-HONGRIE — Mohammed Ali, ancien shah de L' Perse, est arrivé à Vienne dimanche avec .r' =a famille. Il se rendra sous peu à Karls-111 bad pour y faire une cure. a. ETATS-UNIS le — Les Etats-Unis ont formellement es exigé de la Turquie une explication de s. la conduite des troupes turques qui ont 'i- saccagé l'hôpital américain de Tabriz et n- le consulat des Etats-Unis de cette même -it ville. Des fonctionnaires du départe- s- ment d'Etat- disent que le gouvernement es américain réglera son attitude d'après la as qualité des' troupes qui se sont livrées à cet attentat. \ FRANCE — M. Kerensky se trouve actuellement à Paris, où il restera environ une semaine avant de continuer sou voyage vers les Etats-Unis. — L'Agence Reuter apprend que M. Hjalmar Branting a quitté Londres lundi pour se rendre,à Paris où il séjournera quelque temps, après quoi il reviendra en Angleterre pour quelques semaines. GRANDE-BRETAGNE — Une réunion de délégués de trade unions a eu lieu samedi à Londres pour protester contre l'attitude de la conférence du travail qui vient de se terminer et pour répudier la rupture de la trêve : des partis pendant la guerre. Quatre cent délégués y assistaient. M. Havelock Wilson se déclara heureux de voir une pareille réunion d.^ ' sains trade unionistes parmi lesquels il n'apercevait pas de Bobhévistes. M. "Davis, qui présidait, déclara que la réunion avait été organisée pour s'opposer aux tactiques d'une section du La-! bour Part}- d'opinion pacifiste, qui veu-! lait rompre la trêve des partis pour empêcher la poursuite de la guerre. Diverses résolutions réconfortantes ont été adoptées.5 D'autre part, il résulte que l'attitude . patriotique de cette importante assem-5 blée de tradé-unionistes a donné à réflé-. chir a us pêcheurs en eau trouble et que - devant la crainte d'une scission dans le . . parti il? hésiteront à pousser les choses trop loin. PAYS-BAS I -— Suivant, le "Handelsblad" d'Amsterdam M- Colyn. ancien ministre de 1a, guerre hollandais, se serait de nouveau embarqué destination de l'Angleterre. RUSSIE i '— L'Amiral Slitchasny. ancien commandant de la flotte de la Baltique, qui -p.ivût -été condamné à mort par r.rrc cour j j mairtiale maximalise, a été fusillé. i —— DERNIÈRE HEURE Nouveaux exploits de Coppens ?* Le sous-liëutenant Willy Coppens, i dans une expédition dimanche matin, à - 6 h. 30, vers Kortewilde-, abattit un i drachen en flammes. Il en incendia en-t core deux vers 8 h. 30, l'un à Gheluveldt, l'autre à Pas3chendaele, ce qui fait les neuvième, dixième et onzième ballons 3 ennemis abattus par Coppens et ses onzième. douzième et treizième victoire-. Mission japonaise au front belge Une mission japonaise vient de visiter i lo front belge; elle était, eompo.-ée du a général Sotsu-Kushi, des colonels. Si-r ooutschy et Yoshida, cles capitaines Jo- - haida et Suguku. La mission a exprivné x, .son admiration pour les magnifique,- ré- - sultats obtenus par l'armée belge.' Elle a s été reçue dimanche matin au grand quar-£ tier-général par le Roi Albert. Les ofïi-e ciers japonais se sont ensuite rendus ches le généra] De Ceuninck, ministre de la t, guerre, qui les a retenus à déjeuner. De M. Gooreman à M. Orlando Télégramme de M. Cooreman, chéf du ' Cabinet belge, et M. Orlando, président ' du Cabinet italien : Le Havre, 1er juillet. "M. Car,ton de Wiart revenu au i Havre, relate la réception ém<Juvs.iite - faite à la mission belge par le gouverne-e ment et le peuple italien. Je tiens à a vous dire combien le gouvernement e belge a été touché par les témoignages si impressionants d'amitié que nos 0 collègues ont recueilli et qui resserrènt les liens unissant les deux pays. Je vous adresse au nom du gouvernement nos .{. félicitations chaleureuses par la splen-n dide victoire que vient de remporter A l'héroïque armée italienne. (s) COOREMAN. Le communiqué britannique e Mardi, 10 !i. 33. c Une attaque exécutée la nuit dernière par l'ennemi, sous un violent bonibarde-rnent au nord-ouest d'Albert, pour reprendre le terrain capturé par nous dans t la nuit du 30 juin au 1er juillet, a été rc-e poussée avec pertes, excepté en un point' t où l'ennemi est parvenu à gagner pied t dans une de nos tranchées c Des tentatives de raids ennemis dan; •- le voisinage du bois d'Aveluy, d'Avion t et de Hinges, ont été repoussées, a Quelques prisonniers furent capturéî à par nous dans des rencontres de oatrouilles. I 89e année No 1^

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'indépendance belge behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in Londres van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes