L'indépendance belge

880 0
02 september 1918
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1918, 02 September. L'indépendance belge. Geraadpleegd op 28 mei 2022, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/6m3319t370/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

89e année No 206 L'INDÉPENDANCE CONSERVATION PAR LE PROGRÈS t BELGE ROYAUME-UNI: 1 PENNY LE NUMERO CONTINENT. . 15 CENTIIV0E8 HOLLANDE 6 CENTS administration et redaction tudor house. tudor st.. e.c. 4 TÉLÉPHONE: CITY 3960 bureau a paris: 11, place de la bourse TELE.: 311-57 et 238-75 LUNDI 2 SEPTEMBRE 1918 En vente à Londres à 3 h. le samsdi 31 aOUl (3 mois, 9 shilling abonnements -i 5 mois, 17 shilling il an. 32 shillings LA SITUATION w Samedi midi. c Les dernières nouvelles nous- signalent \ que l'ennemi réagit avec une énergie dé- 1 sespérée au nord du vaste front de ba- c taille, où sp'étend la ligne de EJrocourt à c Quéant, denommée " tranchée de Wo- r tan," menant à la fameuse ligne d'Hin- tk denburg. La Ire armée britannique a p livré des combats sanglants dans cette \ partie du champ" de bataille, et des uni- l, tés écossaises et anglaises sont parve- l nues à réaliser des progrès substantiels < dans la direction de Plouvain, de Ham- £ blain-les-Près et d'Eterpigny, ayant cap- j turé Remy, à l'ouest de ce dernier vil- r lage. Plus au sud, des troupes de Lon- c dres et du Lancashire occidental ont cap- c turé Haucourt et fait des progrès dans ' la région de la Sensée, portant leur ligne r jusqu'au delà 3e Bullecourt et de Hende- ( eourt-les-Cagnicourt. Toutefois, de vio- c lentes contre-attaques ennemies ont r obligé nos alliés à se replier sur les con- j fins de ces deux villages et sur le sys- j tème de tranchées allemandes qui les dé- c fendent, où la réaction teutonne a été r arrêtée par le feu des batteries britan- c niques. ( Au nord et à l'est de Bapaume les opé- c rations de l'armée dy général Byng se l Sont poursuivies favorablement, en dépit f de la résistance croissante de l'adver- c saire. De furieux combats se sont déve- f loppés sur ce front. A Ecoust-Saint-Mein l l'ennemi maintient toujours sa défense c obstinée, bien que constamment serré de l près par les troupes britanniques, qui ont ; tait un certain nombre - de prisonniers c dans ces parages ; plus au sud nos al- ] liés ont capturé Vaulx-Vraucourt et Fré- i micourt et ont atteint la limite occiden- l taie de Beugny. ( Au sud-est de Bapaume, des détachements de la 3e armée britannique ont pé- s nétré dan? Bancourt et' dans Rienrourt- > lez-Bapaume, où ils ont soutenu une lutte I ardente pendant toute la journée de ; \endredi. ' l Au nord' de la Somme, les troupes bri- : tanniques ont maintenu une pression vigoureuse et ont emporté d'assaut les villages de Combles et de Clery, réalisant au nord-est et à l'est de ce village des progrès sensibles dans la direction de la Tortille, petit affluent de la Somme, sur lequel, en mars dernier, les Britanniques tentèrent vainement d'accrocher l'avance teutonne. Au sud de la Somme, des unités de l'armée du général Rawlinson ont traversé le fleuve au sud et à l'oUest de Pé-ronne, dont la capture n'est plus qu'une question d'heures. Sur leur droite, les troupes de la Ire armée française ont réalisé des progrès appréciables. Ayant traversé le canal du Nord, en face de Ca-tigny et de Beaurains, elles ont capture Chevilly et la côte 69, et pénétré dans Genvry. Plus au sud, de violents, combats ont été livrés par les div isions du général Humbert, dans la région au nord et à l'est de Noyon, dont la capture rapportée hier a été l'objet d'une très chaude contestation. En dépit d'une résistance opiniâtre, nos alliés ont successivement emporté de vive force le village de Happlincourt et la position solidement organisée que.constituait le —oirt Saint-Siméon, faisant ici plusieurs centaines de prisonniers. Entre l'Oise et l'Aisne la lutte n'a pas été moins ardente. Les bataillons du général Mangin, continuant leur avance dans une contrée particulièrement accidentée et boisée, ont capturé le village de Champs, sur la* rive droite de l'Ailette, pendant que des détachements américains repoussaient des contre-atta-ques ennemies déterminées à l'est de Pasly—qui est entre nos mains—et prenaient définitivement Chavigny et Cuf-■fies, transportant leur ligne aux confins • de Crouy. Alors que les communiqués allemands continuent à affirmer avec un imperturbable aplomb que toutes les attaques alliées sont brisées devant les positions de combats teutonnes—qui sont d'ailleurs d'une étonnante élasticité—certains journaux de Berlin et d'ailleurs commencent <à changer de ton et à préparer l'opinion publique de l'empire aux mauvaises nouvelles. Le " VQrwârts " remarque que le peuple a été singulièrement trompé lorsqu'on lui a déclaré que la F fance était épuisée, que l'armée britannique avait été réduite à l'impuissance, et que jamais l'Amérique ne parviendrait à mettre en ligne les quelques troupes qu'elle serait disposée à envoyer au secours de l'Entente. D'autre part, la " Frankfurter Zeitung," tout en déplorant en phrases à peine édulcorées, le réel fevers subi par .les arihiées allemandes, chenche à rassurer ses lecteurs en assurant que jamais les Alliés ne parviendront à franchir les défenses du Rhin. ..C'est, pensons-nous, 1? première fois depuis le début de la guerre qu'un organe allemand fait allusion àiune menace possible des forteresses de l'ouest de l'empire. Cependant, la " Vossische Zeitung,' qui fut parmi les feuilles teutonnes dont les appréciations sur la maréchal Foch furent pleins de sarcasmes faciles, reconnaît aujourd'hui que le généralissime français est un adversaire de valeur, avec lequel Hindenburg et Ludendorff doivent compter, bien que jusqu'à présent, ajoute l'officieux, il ne soit pas encore parvenu à percer les lignes allemandes en provoquant le désordre dans les armées du Kaiser. On ne pourrait plus explicitement traduire la crainte qui anime le haut commandement teuton, inspirateur de' toute cette littérature. Sur le reste du front occidental à signaler des tentatives d'attaques alle- irynfc pBi^cîmrnent soutenue* par l'artillerie, dans les Vosges, et repoussées avec une belle détermination par les vaillantes troupes dû général Pershing, et une nouvelle avance britannique sur le front de la Lys, où des détachements du général Plumer ont progressé dans les vallées de la Lys et de la Lawe et occupé la ville de Bailleul. En Italie, l'activité combattive s'est accrue et de nombreux coups-de-main ont été effectués par les troupes austro-hongroises, notamment dans la vallée supérieure du Zebru, sur la rive droite de î'Adige, dans le Yallarsa, au col del Rosso et dans la région du Grappa. Partout, l'ennemi a été repoussé avec pertes, laissant des prisonniers aux mains de nos alliés. Le feu d'artillerie a également augmenté de volume et d'intensite dans ces secteurs, ainsi que le long de la Piave. En Albanie, les'Français ont repousst des attaques ennemies au confluent de h Torîiorica et vers Dobreny. Il résulte de nouvelles informations que la retraite & laquelle les troupes du général Ferrerc a dû consentir doit être attribué au fait que nos alliés, après feur avance rapide, n'avaient pas eu le temps d'organiser lt terrain qu'ils avaient capturé. Suivant un communiqué bolîhévste, les gardes rouges auraient remporté ur succès important le long de la voie ferrée de Krasnovodska à'Samarcand, dans le Turkestan, et le dit bulletin affirme que les troupes des Soviets sont sur le point de capturer Ashkabad, dont h chute mettrait fin à la contre-révolutior de ce côté. Un communiqué japonais nous apprend que les forces alliées ont défait les coalisés austro-allemands et maximalis-tes, qui battent eii retraite s.ur le froni Ussuri. En Mandchourie, Nippons ei Chinois se sont rçis d'accord pour la défense des frontières, les Célestes consentant à se soumettre aux ordres de l'état- 0PERATIQN8 AÉRIENNES L'activité britannique Le 29 août : 11 appareils ennemis aba tus et 10 mis hors combat. Un ballon er nemi inoendié ; 9 appareils britanniqu< manquants ; 15 tonnes ©t demie de bon bes lancées sur divers objeotifs, y oompr les docks dfc Bruges. (Quartier g< néral.) « • * Dans la matinée du 30 no-us avons a' taqué la .gare de Conflans et un aér< drome ennemi.. Des ooups directs atte gnirent ces deux objectifs. Au cours du combat un appareil ennemi fut détruit. Une autre attaque fut faite par une de nos escadrilles contre les gares de Conflans et de Thionville; nos aviateurs livrèrent bataille à un nombre très supé-rieur d'aviateurs ennemis; un a.pparèil • " ennemi fut détruit et un autre mis hors combat. Quatre de nos appareils sont manquants. — (Détachement indépendant.)L'activité française >- Le 29 août: 20' aéroplanes ennemis i- abattus ou mis hors combat; un ballon ennemi incendié; 48 tonnes de projectiles ont été jetées sur des objectifs divers, notamment sur la forêt de Pinon, la gare d'Anizy.-le-Château et les passages de l'Ailette dàhs cette région. — (Communiqué français.) L'ALLEMAGNE DEVRA SUBIR UNE PAIX DICTEE PAR LES ALLIES Parmi les commentaires hollandais, le phis remarquable certainement est celui du critique militaire du journal de La Haye, "Nieuwe Courant," réputé pour son exaltation germanophile: "D'où f^och tire-t-il ses réserves pour ses attaques variées, sans faire appel aux Américains, c'est pour moi un mystère, à moins que les armées allemandes,, après leur grande et maintenant stérile offensive du printemps, n'aient perdu leur énergie et leur endurance morale à un tel degré qu'elles soient devenues hors d'état de jouer un rôle efficace? "Il est possible, que les Allemands soient obligés de se replier jusqu'au Rhin, si le maréchal Foch ne leur laisse pas le temps de s'organiser sur l'ancienne ligne Hindenburg. "S'ils évacuaient la Belgique et le nord de la France sans commettre d'excès avec la certitude que les Alliés, une fois l'évacuation terminée, consentiraient à discuter avec eux au sujet des colbnies allemandes et de la situation orientale, les .Allemands pourraient sortir indemnes de cette guerre; mais si la guerre doit être poursuivie jusqu'au bout, il est certain que l'Allemagne sera obligée de subir une paix dictée par les a n:.' 5 > LE CONFLIT CERMANO-ESPAGNOL Une nauvel'e -agression allemande Le fiàVire espagnol "Carasa," réquisitionné par le Gouvernement espagnol, a été coulé par un sous'-marin allemand. Un conseil des ministres extraordinaire a été immédiatement convoqué et a été tenu à Madrid jeudi soir. Voici les commentaires que publie le "Matin"\le Paris, à propos de cette nouvelle agression allemande contre l'Espagne: "Pendant que la diplomatie allemande manœuvre pour apaiser ou tout au moins "stabiliser" le conflit avec l'Espagne, un événement vent de se produire qui certainement ne facilitera pas les négociations en cour!. Un sous-marin allemand, dont le comrrandant ignorait sans doute la situation diffioile de son gouvernement, vient de couler un navire espagnol. Ce nouvsau crime a dû être perpétré sans avertissement, car on signale que plusieurs membres de l'équipage ont péri. "Etant don lé les circonstances toutes particulières, c'est là un événement dont la portée peut Itre considérable. Dans le différend qui vent de se produire entre l'Allemagne et l'Espagne, pâys neutre, c'est à nous d'observer une parfaite neutralité. Il ne nois appartient pas de juger ou d'encourage , car nous ne doutons pas que le gouverœment espagnol a depu-is longtemps déjà-fixe sa ligne de conduite, conforme aux s>uls intérêts de son pays. Il est permis outefois de prévoir qije l'Espagne, s'en tenant aux termes précis de sa note, se -verra forcée de remplacer les 2.099 tonne? du c'Carasa" par un navire allemand d? tonnage correspondant. Quetie ser i en e cas l'attitude du. gouvernement de Es r lui ? "Il se peut rue le nom du "Carasa" U.V4- " LE RATIONNEMENT DU CHARBON {Suite.) (12) Les allo ations de ^az et d'électricité sont comptées pour l'année Commençant le 1er juillet ; l'allocation de char-' bon sera compée pour un an à partir de la date de la inquisition, à oondition que la formule def réquisition ait été retournée avant le !0 septembre ; après cette datte l'allooa-tkn de charbon sera établie pour la partie -estant à courir de l'année ayant commen-g le 1er juillet 1918. Tout stock :'<e oharbon ou de combustible en possssion du consommateur à la date de sa inquisition doit être déola-rée et considère comme tout ou partie de l'allocationpour l'année. Les allocations de gaz et d'électricité ne doivent pa< être consommées à raison de plus d'un tiers par trimestre: Si une « économie est faite au cours d'un trimestre, elle peut être consommée dans n'importe quel autre trimestre de l'année. (13) Des changements dans les quantités de combustible et de lumière prévues, sur la réquisition ne peuvent être faits qu'avec l'autorisation du Local Fuel Overseer. Le transfert d'un fournisseur à un autre ne peut se faire qu'avec l'assentiment du Local Fuel Overseer. (14) En cas de déménagement, tout consommateur obtenant du charbon à. la suite d'une réquisition est tenu d'aviser le Local Fuel Overseer de son déménagement, sans quoi la fourniture de charbon à son nouveau domicile sera interdite. La formule F.H.F. 11, qu'on peut se procurer chez le Local Fuel Overseer, doit être 'employée pour donner avis du déménagement. Le fait de ne pas donner l'avis susdit constitue un délit. (15) Il est interdit : (a) De ,commander,- d'acheter, d'obtenir ou de tenter d'obtenir du charbon de n'importe quelle manière d'un marchand autre que de celui auprès duquel on est enregistré. (b) De prendre livraison ou d'acquérir de n'importe quelle manière, après le 1er juillet, une quantité de charbon qui, ajoutée à la quantité qu'on a en sa possession, dépasserait l'allocation à laquelle on a droit. (c) De prendre livraison ou d'acquérir d'aucune manière du charbon d'un marchand ambulant par quantités d'un hundredweiglit ou moins, après avoir fait une réquisition, dans lé but de s'assurer un supplément de combustible. (d) De soumettre plus d'une'réquisition,(e) De consommer du gaz ou de l'électricité en excès de l'allocation fixée. (f) De gaspiller ou permettre de gaspiller du corrbusti-ble ou de la lumière ; les cendres incomplètement brûlées étant à cet Pt'îu-d comprises flans le. mat <am-bustible.(g) De faire, ou de se rendre complice d'une fausse déclaration dans une demande ou une réquisition. (16) Toutes les commandes de charbon doivent être données par écrit et le stock . doit être'déclaré lors de chaque ^commande. (Formule de cpmmande F.H.F. 10.) (17) Un consommateur ne pourra jamais avoir eu stock, à aucun moment, du charbon en quantité supérieure à son allocation annuelle. Comme dit ci-dessus, tout stock doit être déclaré en cas de commande, mais si quelqu'un possède un stock dépassant la quantité il doit en faire part au Local Fuel Overseer, qui estimera ce qu'il y a lieu de faire. Les provisions de charbon, dans les limites permises, ne peuvent être faites qu'en été. (18) Les marchands et négociants eii charbon pouvant à certains moments voir diminuer par les autorités les livraisons qui leur sont faites, les consommateurs pourront, en cas de pénurie,- voir réduire leurs livraisons à une tonne, et même moins, pour le mois' en cours, quelle que soit la quantité qui leur a été allouée sur la réquisition. En cas de privations graves, le Local Fuel . Controller examinera ce qu'il est possible de faire. (19) Concerne la liyraison directe au consommateur, par wagon; des restrictions sont apportées à pareille livraison pour ceux qui en faisaient l'objet précédemment, et on n'en étendra pas l'usage. (20) Les compteurs à gaz et électricité seront relevés au moins une fois par trimestre. Ceux qui auront consommé plus que ce qui est permis seront signalés au Local Fuel Controller. qui pourra soit couper la fourniture de charbon au délinquant dans la mesure où il a consommé trop de gaz ou d'électricité, soit le faire poursuivre. Après une première poursuite, un consommateur employant encore du gaz ou de.l'électricité en excès pourra se voir couper la fourniture. Des restrictions sont établies pour le placement du gaz et de l'électricité qui ne peut se faire sans l'autorisation du Local Fuel Controller. (21) Des prix maxima seront établis et toute plainte au sujet de demandes de prix excessives et de 1a, qualité ou quantité du charbon livré sera adressée au Local Fuel Controller. (22 et 23) Traitent des pouvoirs d'investigation accordes au Local Fuel Overseer pour s'assurer qu'il n'est pas contrevenu aux prescriptions légales, et des pénalités pour les contrevenants. Les peines maxima sont: six mois de prison avec ou sans travaux forcés et £100 d'amende. L'ordre , s'applique à tous les bâtiments où du charbon du gaz ou de- l'électricité sont employés dans d'autres buts que dans des buts industriels. Il s'applique donc aUx hôtels, clubs, restaurants, hôpitaux, asiles, magasins, théâtres, églises, chapelles, bains, bibliothèques, gares de chemin de fer, blanchisseries de linge, boulangeries et autres industries quasi-domestiques. Comme déjà dit, des demandes d'évaluation spéciale peuvent • être adressées au Local Fuel Overseer. \ A noter que pour demander une évaluation spéciale, il faut remplir la partie A de la formule F.H.F. 2, et laisser en blanc tout le reste, fl ne faut pas confondre cette demande d'évaluation spéciale avec la demande d'une allocation supplémentaire; l'allocation supplémentaire peut s'accorder pour un garage, des écuries, une serre employée à la production d'aliments, un cabinet de, consultation, un bureau, un magasin, etc., annexés à une maison d'habitation; cette allocation supplémentaire ne peut dépasser 5 tonnes; ceux qui la de mandent ne doivent pas remplir la partie A de la formule F.H.F. 2 mais rem-, plir (outre la case B 1 et le verso de la formule) la case B 2, que laisseront vide ceux qui demandent l'allocation ordinaire. AUTOUR de la GUERRE BULGARIE -— Le Kaiser est arrivé à Nauheim pour rendre visite au roi de Bulgarie. ETATS-UNIS — Le colonel Roosevelt, parlant devant un nombreux auditoire à Spring-field /Illinois), à l'occasion des fêtes du centenaire-de cette ville, a approu\é sans réserve les déclarations concernant les conditions de paix faites par le sénateur Lodge au Sénat, dans une séance ' récente. Nous sommes des nationalistes américains, dit-il, et non des internationalistes. Nous entendons rendre justice à toutes les nations,-mai3 les internationalistes et les pacifistes, ont faille jeu de la brutale Allemagne. Méfions-nous des bolshévistes américains. T1 nous faut poursuivre la guerre jusqu'à la dernière extrémité. Il est essentiel que nous y mettions fin le plus tôt possible, mais nous sommes, nous et nos Alliés, résolus à la finir complètement et victorieusement,quel que soit le temps qu'exigera la tâche. GRANDE-BRETAGNE — Une grève générale de la police'de Londres a commenoé hier; plus de 12,000 hommes de la police métropolitaine, soit presque tous les hommes, étaient en grève hier à midi et, dans la soirée, presque tous les policiers de la City, qui constituent une force séparée, s'étaient joints aux grévistes. Us demandent une augmentation de salaires, la reconnais sance de leur syndicat et la réintégration d'il a collègue renvoyé il y a quelque » temps. M. Uoyd George Joit recevoir aujourd'hui une députation des grévistes. DERNIÈRE HEURE Le communiqué britannique Samedi, 10 h. 40. Pendant la nuit des troupes australiennes ont repoussé l'ennemi des positions qu'il occupait à l'est de Cléry, capturant de nombreux prisonniers et un certain nombre de mitrailleuses. Notre avance- dans cette localité continue. Hier après-midi des troupes britanniques ont exécuté une opération heureuse au' nord de la route d'Arras-Cambrai, capturant une position fortifiée importante appelée Ferme de Saint-Servins, et le village d'Eterpigny, sur la rive droite de la Sensée. Sur le front de la Lys, nos troupes occupent le lac La Couture et la ligne de la Lawe depuis Vieille Chappelle jusqu'à Lestrem ; ces deux villages sont .dans nos mains. Nous approchons' Doulieu et avons pris la gare de. Bailleul et la colline à l'est de celle-ci, connue sous le nom de Mont de Lilla. Nos troupes sont entrées dans Dranoutre et ont gagné du terraia au nord du Mont Kemmel.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'indépendance belge behorende tot de categorie Liberale pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1843 tot 1940.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes