Informations belges

1281 0
10 oktober 1917
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1917, 10 Oktober. Informations belges. Geraadpleegd op 30 mei 2024, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/4q7qn6000q/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

No 481 40 Octobre 1917 ■^ % InformationsBelges Observation, importante Les difficultés inhérentes à l'état de guerre rendent actuellement impraticable le contrôle régulier des nouvelles de presse concernant la Belgique occupée ; lorsqu'il s'agit de nouvelles indirectes, il est seulement possible, en certains cas, de s'assurer de l'exactitude de leur texte ou de leur substance, par un contrôle de leur source première de publication. On aura donc égard aux classifications ci-après : (x) signifie : Information indirecte et qui, tout en présentant des caractères suffisants de vérité, n'a pu être contrôlée sur source. (xx) signifie : Information indirecte qui a pu être contrôlée sur source. (xxx) signifie : Information de source officieuse ou officielle belge. Les notes d'information directe et personnelle ne sont précédées d'aucun signe. Adresser les communications de servioe : 29, rue Jacques-Louer, X-JG HA/VRE (Seine-Inf.) France La vie chère à Bruxelles. — Nouvelle hausse générale des prix — Les dernières nouvelles de source certaine reçues de Bruxelles au Havre, sur la situation alimentaire en Belgique occupée, accusent une hausse nouvelle dans les prix des denrées de première nécessité. C'est ainsi qu'actuellement le kilo de blé se paye 95 fr., de café 60 fr., de cacao 90 fr.,de beurre 30 fr., de lard, 32 fr., de graisse alimentaire, 38 fr., de pommes de terre, 2 fr. 25 et de savon 20 fr. Le charbon, de mauvaise qualité, se paye 135 les mille kilos. La viande est un luxe de gens très riches, qui s'obtient à raison de 10 fr. la livre. Les œufs coûtent 0 fr. 75 la pièce et le lait 1 fr. 30 le litre. Le sucre se vend 10 fr. le kilo. Les fruits et les légumes sont inabordables : le prix d'un choux blanc, par exemple, varie entre 2 fr. 50 et 3fr. La vie matérielle est également difficile. Une paire de bottines se vend de 80 à 90 francs. (xx) — La récolte des pommes de terre en Belgique occupée n'a pas été très satisfaisante. — La ration de pommes de terre, en Belgique occupée, est fixée à 190 grammes par tête et par jour, 6 kilos environ par mois. A lire les journaux bruxellois teutonisés, on n'a pas l'impression qu'elle soit à la veille d'être augmentée. La récolte des tubercules, en effet, ne donna pas tout ce que l'on attendait d'elle. Ici, elle fut peu abondante ; là, d'une qualité inférieure. Ainsi, il est signalé de Bruxelles que beaucoup de pommes de terre sont tachées (La Belgique, 4 octobre 1917), ce qui menace donc leur conservation. Cette avarie est due aux pluies d'août. Même remarque arrive du pays de Dinant (Le Messager de Bruxelles, 28 septembre 1917) où, au surplus, les sangliers ont prélevé une dîme. Les « coins de terre », toutefois, se trouvant à proximité des maisons, ont échappé aux déprédations des saœgliers. Malheureusement leur sol n'était pas préparé à la culture et les personnes qui l'ont emblavé manquaient d'expérience. La ration de 190 grammes — il ne faut pas oublier que toutes les autres denrées alimentaires sont rationnées également par les Comités de ravitaillement — ne suffisant pas, les habitants sont forcés de subir les exigences de certains vendeurs qui leur font payer de 225 à 260 francs le sac de pommes de terre ! (La Belgique, 4 octobre 1917). Ouvriers et bourgeois n'ont même pas cette ressource et, eux, comblent leur délicit par divers expédients, notamment le glanage. C'est ainsi que, il y a quelque temps, la police de La Louvière ayant crié, vers midi : « On glane », « plus de 2,000 personnes se sont abattues à la fois sur un terrain de 5 hectares ayant servi à la culture des pommes de terre, pour y fouiller le sol, à la recherche des tubercules- perdus ». (Le Messager de Bruxelles, 25 septembre 1917.) (xx) — La crise alimentaire en Belgique occupée. — Rationnement de la basse cour. — Le nombre des malades augmente chaque jouren Belgique occupée. Pour maintenir l'œuf, d'une valeur nutritive si élevée dans le régime alimentaire de ces derniers, les œuvres de ravitaillement étendent leur sollicitude aux basses-cours. Des criblures de froment, par exemple, sont distribuées à bon compte aux propriétaires de poules ; mais la pénurie des céréales oblige à une grande parcimonie. Ainsi, à Uccle-lez-Bruxelles, la ration est (xx) La crise du papier en Belgique occupée.— Les écoliers reprennent ardoises et « touches ». — La crise du papier, en Belgique occupée, n'a pas eu seulement pour résultat l'augmentation du prix des journaux teutonisés. Elle a fait sentir ses effets jusque dans les écoles. A Herstal, notamment, les ardoises et les « touches » vont être reprises pour les élèves: Ce qui ne contribuera pas à relever les conditions sanitaires, l'ardoise nécessitant un nettoyage que les petitsn'effectuent pas toujours selon les règles de l'hygiène. (xx) — Les Allemands préparent la saisie des pigeons à Bruxelles. — Les Allemands font savoir, par affiches, aux colombophiles bruxellois, qu'ils ont à fournir, avant le 15 octobre 1917, la liste de leurs pigeons, groupés par colombiers. Lesjeunes pigeons nés pendant l'année doivent être également renseignés.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Informations belges behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in Le Havre van 1916 tot 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes