Informations belges

254 0
02 januari 1917
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1917, 02 Januari. Informations belges. Geraadpleegd op 16 oktober 2019, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/4b2x34nc3n/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

N" 204- 2 Janvier 1917 INFORMATIONS BELGES Observation importante Les difficultés inhérentes à l'état de guerre rendent actuellement impraticable le contrôle régulier des nouvelles de presse concernant la Belgique occupée ; lorsqu'il s'agit de nouvelles indirectes, il est seulement possible, en certains cas, de s'assurer de l'exactitude de leur texte ou de leur substance, par un contrôle de leur source première de publication. On aura donc égard aux classifications ci-après : (x) signifie : Information indirecte et qui, tout en présentant des caractères suffisants de vérité, n'a pu être contrôlée sur source. (xx) signifie : Information indirecte qui a pu être contrôlée sur source. (xxx) signifie : Information de source officieuse ou officielle belge. Les notes d'information directe et personnelle ne sont précédées d'aucun signe. Adresser les communications de service : 53, rue des Gobelins, H.Ï3 lïATOE (Seine-Inférieure) France. Un truquage grossier: onze lettres apocryphes d'ouvriers belges dans le journal officiel allemand. — La_ Gazette Générale de l'Allemagne du Nord (n° 356 du 24 décembre 1916, 2e édition), sous prétexte de représenter quelle est l'exacte opinion des travailleurs belges déportés en Allemagne, publie 11 lettres émanant prétendument d'ouvriers belges, toutes datées de l'époque 19 27 novembre 1916. Les auteurs de ces lettres, qui ne sont naturellement pas désignés, se répandent en témoignages de satisfaction sur les soins dont ils sont l'objet, sur les égards que l'on a eus pour eux dans le voyage, surtout sur la nourriture. A les en croire, les déportés ne seraient ni plus ni moins que suralimentés!...Ils racontent qu'ils ont à manger des œufs, des tartines (4 par jour) avec du beurre, de la graisse, des poissons, du lard, des saucisses, du café au sucre, des pommes de terre autant qu'ils veulent, des légumes, des tranches de viande, des harengs saurs, des rollmops, du potage et du bouillon, des côtelettes de porc, de la bière, des épinards, du veau, du bifsteack, du jambon, etc. L'un d'eux dit que pour 45 pfennigs, les ouvriers ont « au restaurant », soupe, pommes de terre et légumes « en si grande quantité que l'on en doit laisser dans l'assiette.» Cette seule énumération, qui fait ressembler le séjour des ouvriers belges en Allemagne, et la situation en général de l'ouvrier dans ce pays, à un paradis de Mahomet, suffirait déjà à elle seule à indiquer la véracité de ces prétendus témoignages. C'est décidément « trop beau » pour être vrai. Il suffira d'ailleurs pour se faire une opinion définitive, de rapprocher ces déclarations d'un passage de la lettre du maréchal von Hindenburg au chancelier (27 septembre 1916), confirmée encore un mois après par une nouvelle lettre du maréchal. Ce document a paru dans la même Gazette de l Allemagne du Nord du 17 novembre 1916 (Ire édition). On y lit que : « 11 est impossible que nos ouvriers restent à la longue productifs si on ne réussit pas à leur distribuer équitablement une quantité de graisse suffisante. Tant du bassin liouiller de la Ruhr que du Siegeriand (près de Cologne) et que d'autre bassins industriels, on m'informe que l'on n'est pas encore parvenu à obtenir une distribution de graisse suffisante, quelque pea équitable. Dans le Siegeriand il paraît que, depuis des mois, on ne dispose que d'une quantité de graisse tout à fait dérisoire. » Entre l'opinion officielle du maréchal, communiquée parle chancelier impérial à tous les gouvernements fédéraux de l'Empire, et les lettres anonymes publiées à la même place un mois après, mais se rapportant à la date de publication du document officiel, le lecteur intelligent choisira, On doit même aller jusqu'à douter de l'authenticité matérielle des lettres. La Nordeutsche les reproduit dans leur « texte (français) original » et en traduction allemande. Or, le texte français est rempli de termes et' de toul's de phrases absolument étrangers à la manière de s'exprimer des Belges de langue française, et dont beaucoup sont, par contre, la translation littérale d'idiotismes allemands. • On relève, par exemple, ceci : «Nous avons ici le temps de voir le beau Dusseldorf (das schône Diisseldorf) ». « Nous avons aussi une cuisinerie en émail (ein Emaille Kockgeschirr). » D'autre part, les lettres sont agrémentées de fautes d'orthographe que tout porte à croire artificielles, car elles sont tout autres que celles que commettent en Belgique les personnes peu instruites. Du reste, les mêmes lettres, émanant soi-disant d'ouvriers peu lettrés, renferment, à côté de ces fautes d'orthographe, des expressions de style relevé ou scientifique invraisemblables dé leur part. Exemples : « Ne vous faites pas allution sur mon sort. Je suis déjà tout accoutumer* (un ouvrier belge aurait dit : « Je suis déjà tout habitué » ; les gens du peuple n'emploient pas le mot allusion (illusion ?) « Je me plai très bien en Allemagne, bonnes gens aimables et prêtes à vous rendre service quand ils peuvent vous le faire ». « Robert et mois couchons dans une chambre spéciale. Je tiens le gouvernement du tout et Robert m'aide dans ma tâche ». (Allemand : ich habe die Leitung). « On a du chauffage central partout où l'on se rend » (cantine, stall de repos)... « Il y a de l'ouvrage, mais en compensation, il y a argent et nourriture excellente » ; les gens du peuple n'emploient pas les mots < compensation » et « stall de repos »). « Nous avons if(\) également des saurets fumée, des rollmops, des pladeis fumée ah ah ah. et une sauce excise (!!).

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Informations belges behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in Le Havre van 1916 tot 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes