Le bruxellois: journal quotidien indépendant

145 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1918, 06 Maart. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Geraadpleegd op 04 juli 2020, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/n58cf9k606/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

5me année. 1 H" 1232 Ed. B ABONNEMENT Bruxelles - Province - Etranger Le« abonnements sent reçus exclusivement par tous les UREAUX DE I*OSTES. lLes réclamations o©*ccmant les abonnements doivent tre a( *ss§cs exclusivement au bureau de poste qui a é livré ^'abonnement PRIX DES ABONNEMENTS : 3 mois : 2 mois : î mois : r. 9.00 Fr. 6.00 Fr. 3.00 riRÂGE : 125,000 par jour DIX CENTIMES Msrcg-edS 6 Svïars liîîS Le Bruxellois J O XJ J? IV A îv QUOTIDIEN IKTI>E5I»».JVI> A-KT-TT ANNONCES Faits divers et Echos . LaHgne.fr. SOQ Nécrologie 3 CO Annonces commerciales ?.0(> Annonces financières 2.C0 PETITES ANNONCES. . . La grande ligne. 2 00 Rédacteur en chef : Rts'f: ARMAND g Rédaction. Administration, Publicité, Vente : BRUXELLES, 33-35, rue de la Casern» TIRAGE s 125,000 par jou? LA GUERRE Cofnmfffilqués Officiels ALLEMANDS BERLIN, 5 mars (Officiel) ; Théâtre de la guerre de l'Ouest, Group© d'armée du leld-maréchal général prince héritier Kupprecht de Bavière : Groupe d'armée t!u prince impérial allemand : Vive action de reconnaissance en beaucoup d"endroits du front. Au nord de Reims et sur les coteaux de la rire orientale droite de la Meuse, l'artillerie française a été -plusieurs fois animée. Groupe d'armée du duc Albreelit: Sur les coteaux de la rire gauche de la Meuse, violent duel d'artillerie -pendant la journée. D~importants détachements français se sont lancés dans la soirée à Vattaque contre nos -positions a C'est de Mouilly. Ils furent repousses en contre-attaque. Au front lorrain et dans les Vosges centrales également, une nette» renforcée a régné hier. Théâtre de la guerre à l'Est, Les Roumains ont accepté nos conditions; l'armistice en Roumanie entre donc de nouveau en vigueur. Des autres théâtres de la guerre rien de tiouveau. BERLIN, 4 m.trs (Offijel) : Rien de nouveau des Jtcâires de la guerre. Les Roumains ont (icce-pté nos conditions d'armistice. BERLIN, S mars (Officiel); Nouveau! succès de nos sous-marivs sur le théâtre de ia guerre septen^ional - HJ3â(îO t. Parmi les navires figuraient deux vapeurs précieusement chargés, de 7,000 et de 5,000 t., qui ont été coules a h j côte ouest d'Angleterre. Uwn des tapeur S) à conclure d'une détonation particulièrement forte qui succéda à l'explosion de la torpille, avait à bord line chu rge de muHil'exs, AUTRICHIEN VIENNE, i mars (\Offieiel de midi); Sur le front italien pas d'événements essen-Ufli-En l'odolie les opérations suivent leur tours en ÙTtzwt ffvs& Jrrrcrar. L-e butin, dénombré jus-qu'à présent, consiste en plus de 770 canons el plus de IJlOO mitrailleuses. En outre de grandes quantités de matériel de guerre de toute sorte. BULGARES ...SOFIA, o mars : front tu Macctioine : A l'ouest du lac d'\)ehrida nos pair ouiiics ont fait des prise» n ers parmi les troupes d'Essadj après -un e&rps-k-tcrps. Dans la région de Bitoha, à l'esi de la Cerna el dans la vallée du Var-dar, le feu d'aitillciie lècsproque a été plus animé. Au 'ira de Gewgheli nos troupes de 'eevitH/tissance oui pénétré jusque" dans les t*unchées ennemies et ont ramené des Français prisonniers. Front de ta Dovroudscha; Armistice. communiqués des ar?.iees DE L'£MT£N7£ FRANÇAIS PARIS, 4 mars (Officiel), « h. P.M. : La lutte /l'artillerie a été vive pendant la Kitii dans les régions de /paumont, ainsi que dt Besomanx et en Hante-Alsace, au liatic-de-Sapt et à l est de Largitzcn. En Lorraine l'ennemi a tenté plusieurs coups de main consécutifs à des bombardements dans la région de Parroy. Vers Ncnvillers ses feux ont dispersé les assaillants. Dans la légion de Bures un combat s'est engagé à la suite du- \ quel nous avons repousse l'ennemi qui a subi des pertes sensibles. Vers Vého l'etmentii a également échoué. Nous avons fait des pri- ■ sauniers. A7mi caljp.e sur le reste du front, PARIS, 4 mars (Officiel), 11 h. P.M.: A l'est dç la Meuse nous avons exécuté, vsalgré une tempête de neige, un large coup de main sur les tranchées ennemies à la Iran-liée de Colonne, h os troupes ont pénétre jus- . qu'à la quatrième ligne ennemie sur tin front de douze cents mètres et à une profondeur at- ' teignant cinq cents mètres en certains points. :iu cours de ces coups de main une contre-attaque ennemie lancée dans notre flanc gau- ! che a été repoussée par un vif combat qui a '■ loûtê des pertes imporl&itcs à l'ennemi. Le \ chiffre des prisonniers actuellement iénom- | très dépasse cent cinquante. Nous avons éga- \ îemenl ramené du matériel. Nos perles sont extrêmement légères. Au nord-ouest de Be-sowvaux un coup de main ennemi a échoué sous nos feux. En Haute-Alsace assez gratine activité d'artillerie en quelques secteurs. Nous avons arrêté -une tentative ennemie sur nos tranchées à l'est de Largilzen. Journée calme sur le resle du front. ITALIEN! ROME, 2 mars QÇfficiel) : Les opérations ont été très minimes hier sur tout le front a cause du mauvais temps. Sur le haut plaieau d'Asiago, nos patrouilles ont enlevé des unies et des munitions à Vennemi. Une Patrouille française a tassé sur la rive. gauche du Piave el en a ramené quelques prisonniers. ANGLAIS LONDRES, 2 mars (Officiel) ; . Deux détachements de reconnaissance ennemis ont réussi à pénétrer dans nos lignes établies dans le secteur de Saint-Quentin; quelques-uns de nos hommes manquent à Vappel. Au cours d'une troisième attaque exécutée par les Allemands aux environs d'Hargicourt, quelques soldats ennemis ont réussi à atteindre nos tranchées; ils ont été tous tués ou fait prisonniers. Après un violent bombardement exécuté ce matin sur un large front au nord de Neuve-Chapelle, une forte troupe d'-attaque allemande a pris l'offensive et a pénétré dans les tranchées de ce secteur défendues par les Portugais. L'ennemi a été nettement repoussé par une contre-attaque immédiate, qui a rétabli la situation primitive. Dernières Dépêchés La presse au sujet du traité uD paix des Centraux avec la Sussie. Berlin, 5 mars. — De la « Gazette générale de l'Allemagne du Nord » : Après de si pénibles années de guerre, on -ose à peine donner cours à sa joie au sujet de ce traité de paix. Aux incrédules invétérés, l'àvcnir tout prochain prouvera ce que i'heure use issue peut procurer de bienfaits sous le rapport militaire, politique, économique et moral. Ce qui met en reliei la solution favorable, c'est que les Centraux, malgré leur supériorité militaire, cherchent la paix telle que la désire la i majorité du peuple allemand et que les Russes la préconisaient, aux termes de leur radie-télégramme devenu historique : une paix de conciliation et d'amitié; et le vainqueur y imprime un caractère qui ne pourra lui être dénié par un gouvernement russe quelconque venant éventuellement prendre la place des bolchévistes. Voilà donc une Russie qui connaît les bienfaits de la paix, qui peut en retirer les moyens de se rééd:fier, et cela d'une façon inéluctable. La presse des pays neutres est particulièrement attentive à toutes les évolutions de désir ce paix qui se fait jour dans tous les pays actuellement en guerre. Ces derniers jours amenèrent une occasion favorable de constater les possibilités d'une paix générale; nous voulons parler des discours du Chancelier von Hertling et du ministre anglais Balfour. Si l'on épluche avec soin les considérations émises par la presse neutre, on s'aperçoit que les paroles du Chancelier rencontrent l'approbation générale de par leur désir sincère d'arriver à un arrangement, et que, par contre, on ne peut dissimuler sa déception à l'endroit du discours de Baïfour, dont toute la résolution se porte vers une prolongation de la guerre. La Suède, l'Allemagne et les îles Aalanct. Stockholm, 4 mars (Office télégr. suédois). — L'attaché d'ambassade d'Allemagne à Stockholm a fait connaître au ministre des affaires étrangères que i'empire allemand désire satisfaire au vceu de la Finlande en y envoyant des troupes dans le but d'y réprimer les désordres, lesquelles troupes, du consentement finlandais, utiliseraient les îles Aaiaud pour leurs opérations. Toutefois, pour éviter toute perturbation dans l'accomplissement des devoirs humanitaires que la Suède assume à l'égard des îles Aaland, l'Allemagne se bornerait à y établir une zone d'étape nécessaire pour son action militaire; que d'ailleurs, elle n'a aucun intérêt territorial dans ces îles et que la question y relative serait réglée de commun accord, en considération des intérêts vitaux de la Suède. Prenant connaissance de cette déclaration au nom -de l'Allemagne, le gouvernement suédois fit observer que le fait d'impliquer ces îles dans les opérations de guerre pouvait influer sur l'accomplissement des devoirs humanitaires de la Suède à l'égard de la population intéressée; que, d'après lui, une occupation, même restreinte, de ces îles, donnerait lieu à des difficultés quant à la réalisation du but humanitaire de la Suède. Au demeurant le commandant du corps de garde préposé par le gouvernement suédois aux iies Aaland a été informé du projet d'expédition de troupes allemandes et des explications de l'Allemagne. Stockholm, -4 mars. — La déclaration du gouvernement suédois relative aux îles Aaland a été accueillie, dans son ensemble, avec un calme parfait. Le « Stockholm Dag-bladet » renonce à penser qu'il soit indispensable pour l'Allemagne, d'établir une zone d'étape sur ces îles en vue de ses opérations militaires; toutefois, il lui semble que, à strictement parler, on ne peut entièrement dénier à celle-ci le droit de le faire, du moment qu'elle signifie qu'elle agit du consentement de la Finlande préalablement au débarquement de ses troupes; par exemple, l'accomplissement de la mission humanitaire de la Suède s'en trouverait compliquée; il s'agit d'envisager froidement le côté politi-1 que des circonstances; l'Allemagne a solennellement déclaré n'avoir, en ces îles, aucun intérêt territorial en vue; le programme de la Suède reste naturellement inchangé, et tel qu'il ressort de la réponse donnée par le roi à ta dé.lécoiijûo dû» lias AaJ^nd- au r-e cpnc que la question devrait être résolue en concordance avec les vœux des habitants et du gouvernement finlandais. Le (( Dagens Nyheter» qualifie cette complication de hautement désagréable pour l'Angleterre, et sonhiûte à son gouvernement de ne pas s'empêtrer davantage dans les affaires de la Finlande; l'assistance de l'Allemagne à cette dernière était " assurée même au cas où la Suède se fût embarquée dans 'une aventure plus conséquente encore, voire plus certaine en telle e>ccurrence, car en somme, les intérêts de ia Finlande et de l'Allemagne se trouvent intimement liés entre eux. La situation en Finlande. "VVasa, 7> mars. "— Grand quartier général: Les Gardes blanches se sont emparées de La-via après de violents combats et ont conquis deux mitrailleuses. Un violent combat dure encore près de Manki et du front de Tavast. Au front Carélien nous nous sommes emparés du village de Màâtila, après des combats acharnés de huit .heures contre des soldats de marine russes et des huligans. Près de Peilenge la Garde blanche maintient depuis 11/2 semaine sa position, en dépit de la supériorité de l'ennemi. L'ennemi a perdu jusqu'ici 200 morts; la Garde blanche compte 6 moits et blessés. Les délégués finlandais on Italie. Rome, 4 mars (Stefani). — Sonnino a reçu les délégués finlandais, qui lui ont communiqué la proclamation de l'indépendance de la Finlande. La délégation se rend à Paris. Le « Corriere délia Sera » annonce qu'une délégation finlandaise sera reçue en audisr^e par le Pape et qu'une adresse lui sera remise où l'on demande au Saint-Siège de nouer des relations directes. Le rapatriement fie duédo;s de 1 -daneie. Stockholm, 4 mars. — La quatrième expédition suédoise a pris le chemin de Stockholm avec 4QG passagers. Le nombre des réfugiés suédois, rapatriés de Finlande, s'élève à l'heure actuelle à plus de mille. La richesse de l'Ukraine. Berne, 4 mars. — Les stocks de blé de la province de Kherson seule s'élèvent à plus de 80 millions Ide ponds (1 pou«î — lô.5 kilos). De même, les stocl^ dans les autres provinces sont très impo^nts. Le sort de M. Eaffaîovitch, Pétrograd, i :nan. /•>.- Un d-îcrrt de. oom-_ missaires pour les finances a révoqué l'ageni financier russe à Paris, M. Raffalovitch. La situation eu Sibérie. {Reuter). — On mande de "Tokio que Bla-govestchensk, Irkcutsk, Kharbaro-wsk et Omsk se trouveraient encore aux mains des Maximalistes. Les difficultés du ravitaillement suisse. Berne, 4 mars. — Le département écoho-niicpie fédéral a adressé aux gouvernements cantonaux une circulaire dans laquelle il dit que le ravitaillement du pays est devenu si difficile, qu'aujourd'hui chacun doit collaborer sérieusement à l'œuvre commune et faire des sacrifices afin d'assurer l'alimentation de la population, jusqu'à la prochaine récolte. La situation politique en Chine. Amsterdam, 4 mars. — On mande de Shanghaï à la date du 1 ;nars qu'en Chine le chaos politique est effroyable. Aux dernières nouvelles de Pékin la pression exercée par le parti militaire entrr.înera probablement la retraite du président fong-Kout-Chang. 11 serait virtuellement prisonnier. Comme exemple de la jalousie et de Ja discorde qui régnent entre les états du Sud, on cite ce fait oue l'amiral Tchin-Pi-Kwang a été assassiné mardi soir à Canton. Les charges financières de l'Italie. Rome, 4 mars. — Le ministre des finances M. Nitti a déclaré au Sénat que les dépenses de l'Etat, pendant la période du 1er août 1914 \ au 31 décembre 1917, se sont élevées à 44 milliards 478 millions. Mesures iiuaucières aux Etats-Unis. Washington, 4 mars. — Le département des finances américain prépare l'interdiction complète de toute nouvelle émission privée aussi bien que de toute transaction portant sur 1 des actions de sociétés particulières, de peur qu'elles n'influencent défavorablement le troisième emprunt de guerre américain, qui ; sera émis le 6 août. Les combats à l'Ouest. Berlin, 3 mars. — Les nombreuses reconnaissances couronnées de succès entreprises hier par les Allemands à l'Ouest, furent sui- ! vies de poussées victorieuses. Ainsi, d>»ns la nuit du 2 au 3, celle effectuée au nord de ■ Lombartzijde leur a lait capturer aux Belges j un officier, neuf hommes, une mitrailleuse et ; divers objets importants. Dans la région du j passage de Maneken, nouvelle randonnée de j patrouille allemande, avec le succès voulu. L'attaque des Allemands à Neuve-Chapelle fut opérée par un détachement d'assaut bran-debourgeois, lequel, confiant comme toujours en la victoire et en l'habilité de ses chefs, pénétra dans la position ennemie malgré la violence de la canonnade ennemie, détruisit les installations de défense et fit sauter plusieurs abris, non sans avoir capturé 3 officiers et 63 Portugais ainsi qu'une caisse bien garnie, et cela en n'éprouvant que d&s pertes minimes.Par contre il y a lieu de démentir le com muniqué du 2 à 4 heures après-midi, émanai des Français et prétendant qu'ils auraient i, mené des prisonniers allemands d'une pou sée dans fa légion de Vaux à Palameix. De l'Est, on signale un immense butin e milliers de canons et mitrailleuses, automeb les, autos blindées, véhicules de toute espi ce, et plusieurs mil'ions de projectiles pot l'artillerie, abstraction faite de nombreuse locomotives, voitures et wagons de chemins C fer, le tout venant renforcer dans de vaste proportions les ressources de l'armée et d l'industrie d'Allemagne. Les effets de la guerre sous-marine. Berlin, 5 mars. — Le télégramme suivar publié par le « Wallstreet Journal », du H montre à quel point l'industrie de l'acier d Nord de l'Amérique est sans ressources vis-2 vis du manque de tonnage. L'industrie d fer et de l'acier se trouve dans une situatlo: des plus précaires par suite des difficultés d transport. De nombreux ateliers et 23 hauts fourneaux chôment, et le déficit de produc tion se chiffre pat des milliers de tonnes. L construction de décembre a été la plus bass qu'il y ait eu depuis août 1915. Le déficit de derniers mois s'élève à 12 p. c. Quelque inté ressacte que soit cette information elle n nous dit toutefois rien de neuf, vu que de puis le 2o octobre de l'année dernière le « Pu blic Lodger », de Philadelphie, avait affirni sur demande que l'acier manquait effec tivemftnt pour des constructions nouvelles 11 établit que les aciéries avaient dû ferme: ou restreindie leur production par suite di manque de charbon. Les difficultés de trans port se sont naturellement considérablemen aggravées, depuis que de nombreux vapeur; appartenant à la flote côtière et intérieure d< l'Amérique, ont été affectés en faveur de 1; traversée vers l'Europe; de sorte que les pro jets de réalisation du programme naval amé ricain tact vanté s'évanouissent chaque joui davantage. La guerre sous-marine. Copenhague, 3 mars (Ritzau). — On mande de Chiistiania que le gouvernement norvégien a- chargé son ambassadeur à Londreî d« protester énergiquement près du gouvernement britannique au sujet de la capture du vapeur allemand « Dusseldorf Le « Dussel-dorf » faisait route avec une cargaison de mi--uorai de TTnrn-iV ttt, ,ar.'&t. cté. cyjt-le 27 lévrier, à 3 L 30 du matin, par un croiseur anglais. Cette capture a été indiscutablement opérée dans les eaux territoriales norvégiennes. Le gouvernement norvégien exige la mise en liberté de ces navires, de leur cargaison et de leur équipage, se réserve de demander des dommages-intérêts et exprime l'espoir que le gouvernement anglais témoignera ses regrets en vue d'éviter que des violations semblables des eaux territoriales norvégiennes ;e reproduisent encore. DÉPÊCHES (Reproduites de l'édition précédente.) L'action du Japon. Londres, 4 (Reuter). — Le «Daily Mail» annonce qu'on négocie au sujet de 1a situation en Sibérie entre l'Angleterre, Ja France, l'Italie et les Etals-Unis. Le Japon ne participe pas aux négociations. Berne, 4 mars. — L'«Echo de Paris» exprime des craintes que le Japon, lors d'une intervention éventuelle, pourrait s'entendre avec l'Allemagne. En face de la catastrophe russe, le japon aura le choix de s'entendre avec l'Allemagne ou de participer par tous les moyens au combat contre l'Allemagne. Dans les deux cas, le journal suppose l'oc-cipation de territoires sibériens comme inévitable. « L'Action Française » écrit : Si le Japon devait servir à l'Entente comme contrepoids pour la catastrophe tusse, l'Entente ne pourrait restreindre les prétentions japonaises et ne devrait pas opposer des difficultés a-u Japon à cause de son impérialisme. La signature du tra.té de paix avec la Bussie au Reickstag. Berlin, 4 mars. — Le Comité principal du Roichstag s'est réuni aujourd'hui en délibération d'état. Au début des délibérations, le baron von dem Bussche, sous-secrétaire d'Etat aux affaires étrangères, a pris la parole en ces termes: « Messieurs! Vous avez tous lu que le traité de faix avec la Russie a été signé hier à Bres'.-en-Lithuanie. Je me crois autorisé à ajouter que d'ici quelques jours, la paix sera également signée avec la Finlande... 11 est en outre notoire que la Roumanie s'est déclarée disposée à entamer des négociations de paix sur la base de nos propositions. A'nsi, grâce au succès de nos armées, nous sommes à la veille d'avoir rétabli la paix à l'Est. » Le baron von dem Bus-sche-Haddenhausen donna ensuite lecture du tiaité de paix germano-russe. Il ajouta que 1rs mesures concernant les îles Aaland devaient être attribuées à l'appel au secours de la Finlande qui veut se rendre maîtresse de la Révolution et du brigandage avec l'appui de l'Allemagne. Une mise au point. Berlin, 4 mars. — De la « Gazette de l'Allemagne du Nord » : On affirme de source russe que les négociateurs russes ont été forcés de siener le traité de paix à Brest-en-Li- it thuanie, sans avoir eu connaissance de sou i- contenu. Cette asseition est totalement in. 5- exacte. En te qui concerne les décisions juridiques du traité, .elles concordent complète-n rnent avec celles qui avaient été établies de. i- uis plusieurs semaines au cours ces négocia, i- tions qui ont duré des semaines entre r les délégations à Brest-en-Lithuanie avant la. s reprise des hostilités. Les décisions polit, que s e du présent traité de paix ont été discutées lo. s s de la reprise des négociations entre les cielé-e gués russes et l'ambassadeur von Resenbt i «. Les Russes eux-mêmes déclinent 1a nomination de commissions spéciales, ils ont donc signé le traité en pleine connaissance de eau. * se et après un examen qu'ils ont estimé eux-') mêmes suffisant. X Les négociations de paix avec ia itcumai.ia 1 Berlin, 4 mars. — Le secrétaire d'Etat aux j affaires étrangères, M. von Kiihlmann, et le E comte Czernin signeront à Bucarest le traité de paix avec la Russie. Bucarest étant destiné à devenir prochainement le centre de 1 l'intérêt pol.tique, l'ambassadeur von Rosen. berg, le directeur du détachement politique aux affaires étrangères von Korner, le direc. teur Kriege et le conseiller --oret von Stock-hammer s'y rendront en conséquence. Par une lettre datée du 2 mars, le général Ave-rescu a accepté les bases des négociations e* demandant qu'on veuille bien fixer une date à ce sujet. De notre côté, nous avons pose la condition que la Roumanie conclue d'abord un armistice d'où il résuits qu'elle est disposée, à accepter nos conditions. Comme elle s'est déclarée disposée à ceci, les négociations ont commencé et on peut leur pré* dire uue issue favorable Vienne, 4 mars. — Le « Fremden'uiatt » déclare semi-officieliement qu'on peut déduire de la continuation des négociations que nos conditions, c.-à-d. celles des Puissasveg Centrales et de la Bulgarie, ont été accei>-tées sur la base fixée par nous pour servir à édifier la paix; l'entretien de Czernin avec le roi Ferdinand doit donc avoir donné lieu, de la part de la Roumanie, à une réponse où on peut percevoir une hase de négociations; la Roumanie paraît ainsi se rendre compte de sa situation et décidée à vouloir éviter le sort qui pourrait lui être réservé du fan d'une résistance ultérieure. Constantinople, 4 mars (Milli). — Le grarid-Titu i aiaat-r-acha est parti hier pour Bucarest afin de participer aux négociations de paix avec la Roumanie. Le butin de Keval. Berlin, 4 mars. — Hi;ft anciens sous-marins, 3 vapeurs utilisables de 1,200 a 2,0U<1 tonnes, 2 brise-glaces, plusieurs navires légers, des remorqueurs, 3 canots avec des munitions de guerre et beaucoup de matériel de guerre servant à protéger ces navires sont tombés entre nos mains. Les navires russes, dont 3 ou 4 petits croiseurs et destroyers de torpilleur;, ainsi qu'un assez grand croiseur, qui se trouvaient dans le port de Reval, étaient déjà en route pour Helsingfors et ont probablement été pris par les glaces. Trotaki malade es chagriné. Pétrograd, i mars. — Trctzki ne paraît plus à l'Institut Smolny, où il est représenté par son secrétaire Radek depuis une diza.ne de jours. On dit que la capitulation russe lui a causé un chagrin tel qu'il en est devenu malade et est cloué chez lui. bétails sar ia demiere attaqua airvesna ce Venise. La Hâve, 4 mars. — Du correspondant vénitien de l'agence Reuter : Cette dernière attaque aérienne fut 1* plus grave subre par Venise depuis le début de la, guerre. Elle dura huit heures sans interruption, de 10 h. )/2 du soir à G heures un quart du matin, avec :ntervalie d'une demi-heure seulement. Un total ae 300 bombes de gros calibre ayant été jetées sur la ville, y détruisirent de tond en comble, 3S maisons et plusieurs édifices pub!ics;'le palais royal fut également endommagé, de même que trois églises. 11 y eut une personne tuée et 15 blessées. Le petit nombre des victimes s'explique p.;r la rapidîtié du public à chercher abri dans ies voûtes ad hoc, et par la circonstance que, st.r ies 150,000 haùitants d'une époque normale, plus de 100,000 avaient déjà .quitté Venise. Un ne peut préciser le nombre d'avions ayant participé à cette attaque, car on voyait toujours les mêmes revtnir à la charge pour jeter de nouvelles bombes. Il faut noter que -pour les aviateurs, la viiie n'est éloignée que de 20 minutes du frent ennemi. Les agresseurs devaient disposer d'un abondant dépôt de bombes derrière leur front, de sorte à pouvoir y aller renouveler leurs charge* sans difficulté. Le président Wikon et l'intervention japonaise. Paris, 4 mars. — Le bruit court, dans les milieux diplomatiques, que le président Wil-son ne donnerait son consentement à une intervention japonaise en Sibérie que moyen, nant coopération de troupes américaines. En tout cas, les téiégrammes de Washington ne signalent aucune signification d'accord de s» part. L'Intervention japonaise en Sibérie. Londres, 4 mars. — On mande de Tokio à l'agence Reuter ; En dépit des bruits qui cou. rent, le Japon n'a pas encore mobilisé sej Itaupes; les rumeurs représentant les circoa»

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Le bruxellois: journal quotidien indépendant behorende tot de categorie Gecensureerde pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes