L'indépendance belge

357 0
19 november 1917
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1917, 19 November. L'indépendance belge. Geraadpleegd op 17 november 2019, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/959c53fx9z/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

L'INDÉPENDANCE ROYAUME-UNI : ONE PENNY BELGE CONTINENT: 15 CENTIMES (HOLLANDE : 5 CENTS) t S2ASmm?la1. 11, p!ac1AVla'botrse. LUNDI 19 NOVEMBRE 1917 3 mois, 9 shillings, i „ „ ™TuT)n (311-57 et c„ upntp à Lnnciroe h 1 h I» ABONNEMENT» : - 6 MOIS, 17 SHILLINGS. CONSERVATION PAR LE PROGRES. TELEPHONE: HOLBOKN 1773-4 TELEPH. : i 238.75 tn vente a LOnareS a J n. le samedi 17 novembre 11 *im i RWfTTTi'jr's LA SITUATION Samedi midi. * La semaine finit mieux qu'eile n'avait, commencé. L'avance austro-Allemande en Vénerie est arrêtée les Alliés sont, en progrès en Flandre et-en Palestine et la crise ministérielle en France, à peine annoncée, est déjà résolue. Quant à Ha situation en Russie, elle reste obscure sans t pouvoir être considérée comme plus avantageuse ou défavorable à l'un ou l'autre groupe de belligérants que les i jours précédents. Chez nos' alliés' italiens, la situation «en s'améliorait de jour en jour, et : tant sur le Pi ave que dans le Trentin, ,les Austro-Allemands rencontrent une résis' 1 tance opiniâtre qui doit singulièrement ; toiiger leurs plans. L'etinemi n'a pu encore élargir les deux fêtes de pont qu'il s'est assurées sur le ; moven Piave et dans les marais du sud, et les Italiens font tout ce qu'il faut pour rendre aussi peu confortable que posâible | îeSéjèur.de l'adversaire dans ces lieux. Des monitors britanniques participent à la défense italienne dans la région des bouches du Piave, où l'ennemi affirme ; avoir fait un millier de prisonniers, ce qui.semblerait indiquer qu'un nombre respectable de soldats ennemis est parvenu à s'infiltrer sur la rive occidentale du fleuve. Il s'agit,"à lire le communiqué i de Berlinl de troupes de cavalerie hongroise, et le fait que des détachements ennemis de cette importance-peuvent évoluer avec un tel Succès dans ces parages, indique que le danger de voir la 'ligne du Piave forcée n'est- point écarté. 'Pour •çlus de sécurité, .Venise <& été -évacuée — i\ teste à pei ne 2Q,000 habitants — et les [ principales œuvres d'art dont le déménagement était possible, ont- été mis en Sçcui'ité, car on sait-'de dont les Huns eont capables. Le Pape, que les souffrances italiennes t-oùchent de plus près apparemment, .qu«-$ne fut- le cas jusqu'ici de? sçmffrançes des populations de Belgique, de France', de Serbie, de Pologne et d'Arménie, n'a pas craint de sortir de sa tour d'ivoire pour recommander à ses' représentants à Berlin et à Vienne d'intercéder auprès i des autorités austro-allemandes pour que les armées opérant en Italie respectent, | eoMorrnément aux lois internationales, ' la population civile, notamment les fem-! mes, les enfants et le Clergé, les hôpi-iàtii, les églises et la propriété privée ! [ les nonces ont reçu pour instructions . d'en appeler, au besoin, aux souveràins j des deux Empires en.personne. Cette intervention — sur le succès de ' laquelle il est inutile de se faire des illusions, vu le travail forcé que les Allemands appliquent avec plus de-vigueur ' que jamais à nos populations des Flan-dres — est non seulement justifiée par le passé, mais encore par le nouvel accès de rage brutale que révèle le texte du dernier hymne à la haine distribué aux •soldats boches, lequël se termine par un appel à la destruction et à l'assassinat ! Espérons qu'il ne sera pas permis aux hordes austro-allemandes de mettre en, pratique en Italie les mœurs qui en ont fait le peuple le plus cordialement détesté dans le monde, et que les armées franco-britanniques qui s'avancent ré-I feont à néant les projets d'invasion ultérieurs des Empires Centraux. Par chemin de fer et par routes, poi- ' I -îus ettommies déferlent dans les plaines la Lombardie, et, comme à l'époque ! napoléonienne, les légions françaises franchissent, en partie à pied (afin de j décongestionner les voies ferrées), les Alpes couvertes de neige et de glace, en i Vue, cette fois-ci, de libérer le sol ita- ' lien des barbares de l'Est qui le foulent de leurs pas sacrilèges. Dans le Trentin oriental, les Italiens i continuent de poursuivre, avec succès, i lenT tactique défensive, qui consiste à s disputer Je terrain pas a pas et a n eva-cuer 'leurs positions que lorsque les sacrifices -qu'exigerait, leur défense sont hors de proport-ion -avec leur valeur militaire. 11 ne faut pas oublier, au surplus, que les troupes italiennes qui ont pour mission de défendre le front nord n'ont pas eu le moral ébranlé par la retraite, comme ce fut le cas pour celles revenant de l'Isonzo, et elles disposent également d'une artillerie suffisante pour tenir tête aux colonnes ennemies. On s'attend généralement- à voir les Austro-Allemands tenter un nouvel effort en force dans le but d'enfoncer les nouvelles lignes italiennes, mais les cha-nces de succès d'une offensive de ce genre diminuent rapidement.En Flandre, les Allemands ont renouvelé, avec Je même insuccès que l'autre jour, leurs contre-attaques contre Pas1 schendaele et les hauteurs avoisinantes. L'échec fut sanglant et nullement de nature à encourager nos ennemis à.le renouveler. Les batteries nouvelles mises en jeu par les Allemands ont été rapidement repérées et si effectivement oontre-bat-tues qu'elles furent bientôt réduites au Silence. Il faut s'attendre, sur ce front, à des développements nouveaux et probablement prochains, car la situation faite à l'adversaire par les récents succès britanniques et français est telle qu'il ne lui reste d"au:tre 'alternative que de reprendre la crête de Passchendaele ou d'avoir récours à un de ces déménagements "à la cloche de bois" qui constituent l'unique opération stratégique qui ait marqué jusqu'ici l'intervention du grand Hin-deiiburg sur le front1 occidental. Aux dernières nouvelles, le duçl d'artillerie est très sévère sur tout le front des Flandres, ainsi qu'en Champagne et sur la Meuse,, et le,s communiqué? signalent également une activité très grande des aviateurs. Jaffa, Alle'nbv n'étaient éloignées, d'après le dernier communiqué, que de cinq kilomètres à peine. L'avance totale de nos alliés en deux semaines a été de 70 kilomètres, et le total des prisonniers capturés s'élève à 9,000. Const-antinople enregistre philosophiquement que sur le front de la presqu'île de Sinaï (sic) aucun engagement important- n'a eu lieu ! Et dire que c'est la vérité, puisqu'on ne s'y bat plus ! Voilà certes un genre de censure qui simplifie bien des choses, et M. Clemenceau, qui est définitivement appelé aux fonctions de chef de cabinet et qui prend charge en même temps du portefeuille de la guerre, en France, doit s'avouer, à part lui-même, qu'il est plus facile de gouverner sur les rives du Bosphore que sur les bords de la Seine. Le Tigre est, une fois de plus, en charge du char de l'Etat, et on ne peut- s'empêcher d'admirer la vitalité magnifique de ce vétéran de la politique et- de la presse qui, à 76 ans, se sent assez vigoureux pour diriger les destinées de la France malgré l'opposition dont le menacent des groupes politiques qui redoutent pardessus tout la poigne solide du fameux tombeur de ministères, La rapidité avec laquelle M. Clemenceau est parvenu à former son cabinet prouve que le nouveau Premier possède toujours cet esprit de décision qui, avec son intelligence hors-ligne et sa ferme volonté, constitue u,ne des caractéristiques de son tempérament.M. Clemenceau à ^"aris et M. Lloyd 1 George à Londres nous sont les sûrs garants d'une gestion heuréuse des affaires françaises et britanniques, et, par extension, des affaires des Alliés. [sur le front occidental Echec allemand au nord de Veldhoek 1® communiqué de Paris de vendredi après-midi signale que les Allemands ont essayé d'enlever un des points d'appui français au nord de Veldhoek. L'attaque échoua complètement et coûta des pertes appréciables à l'ennemi. Le reste de la journée, dit le communiqué du soir, l'activité de l'artillerie fut intense sur le front français en Bel-| gique. Les "bulletins britanniques de vendredi S1gnalent qu'un détachement ennemi en ^connaissance a tenté de s'approcher j 63 lignes britanniques au nord de Poel-csppelle, mais il fut repoussé. L'activité de l'artillerie a été très vive de part et d'autre, sur le front de bataille, particulièrement dans le voisinage de °Msoheik(iael«, en palestine \ ^ Devant Jaffa Le général Allenby signale que le 15 novembre, les troupes britanniques, iprès avoir vaincu une légère résistance, avaient atteint la ligne Bamleh-Lydda, à environ quatre kilomètres et iemi au sud de Jaffa (soit à 64 k. au lord de Gaza). Dans une zone des opérations une at--aque livrée par un régiment turc contre Jes troupes montées néo-zélandaises, a Sté refoulée par une charge à la baïon-îett-e qui infligea de lourdes pertes à 'ennemi. Le nombre total des prisonniers faits în Palestine depuis le 31 octobre défasse actuellement 9,000 hommes. Sur le front de Sinaï aucun combat important ne s'est produit mercredi. OrEdâîiù^i âlhiËMé Le bombardement d'Anvers Les détails commencenf- à arriver par fragments sur le bombardement d'Anvers,C'est ainsi qu'on apprend que 17 personnes furent tuées aux environs de la Gare du Sud. Rue Montigny, la succursale du magasin Delhaize fut entièrement détruite L'institut'du vétérinaire Deprez, rue Joseph Lies, a été atteint. Une bombe est tombée rue de Naples. M. De Buysscher, l'entrepreneur de la rue du Retranchement, fut tué d'un éclat de bombe qui l'atteignit en pleine poitrine. Aux noms des victimes que nous avons publiés dimanche dernier il faut ajouter ceux des personnes suivantes : Albert Oosterbosch, 25 ans, rue Bré-derode, 37 ; Charlotte Mathyssen, rue des Vieillards, 26; Pauline Stevens, 45 ans, rue des Ardoises, 16; Anna Van Rey-broeck, 67 ans, rue Chapelle des Bateliers; Maria Van Brabant, rue Cuylits; Maria Van Acker, 26,rue des Vieillards; K. Theus, né en 1893, 92, rue Moens; Marius Wouters, 101, rue Blanche. Parmi les blessés admis en traitement à l'hôpital Sainte-Elisabeth se trouvent : Bâtens, Louis, 17 ans, à Mortsel; Cambré, Henri, 20 ans, à Mortsel ; De Ben, Alphonse, 47 ans, rue de Gand, 1 ; Schits, Guillaume, 22 ans, rue St. Laurent, 66; Van Heffen, Constant, 12 ans, place St. Paul;- Van Heffen, Charles-Louis, place St. Paul; Hanjoul, Ernest, né en 1903, Canal St. Pierre, 12 ; Huls-traet, Pierre, né à Lokeren le 19 juillet 1874, rue des Vieillards, 26; Hulstraet, Maria» née en 1905, rue des Vieillards, 26 ; Hulstraet, Raphaël, nè en 1908, rue des Vieillards, 26; Jacobs, Henri, né en 1899; Jacobs, Lucie, née en 1899; Claus, Maria, ép. Jacobs,-née à MiverS; Scheers, 'Maria, ép, van Heffen, Place St. Paul ; Wouwen,Gertruçle, ■Place St. Paul; De Vriëndt, Philomèné, rue des "Vieillards, 6 ; Van Gastel, Jos., Place St. Paul; Willems, Bért-ha, rue Pothgek, 13 ; De Bov. Frans, rue Po-thoek, 13 ; Mol, . Charles, rue des Vieillards, 26 ; une femme inconnue, 30 ans. —"Echo Belge." le nouveau ministere français M. Clemenceau a réussi a former un ministère, qui est constitué comme suit : M. Clemenceau, chef du cabinet et ministre de la guerre ; M. Nail, justice; M. Pichon, affaires étrangères; M. Pains, intérieur; M. Klotz, finances; M. Georges Leygues, marine; M. Cle-mentel, commerce ; M. Claveille, travaux publics; M. Loucheur,munitions ; M. Lafferre, instruction publique; M. Henri Simon, colonies^ M. Colliard, travail; M. Jonnart, blocus; M. Boret, ravitaillement et agriculture. Le correspondant parisien du "Times" dit- que hier matin encore diverses réunions des groupes de gauche ont eu lieu, mais qu'il semble peu probable que les manœuvres qui tendent à reconstituer le "bloc" réussiront à faire échouer au dernier moment, la combinaison ci-dessus; celle-ci comprend en effet quatre ministres appartenant aux groupes radical et radical-socialistes, et deux ministres appartenant au groupe de la gauche républicaine. \ ——— les evenements en russie Les rumeurs à Pétrograd La situation reste toujours embrouillée en Russie. Le correspondant du "Times" resté à Pétrograd envoie à son journal un mes- ; sage assez étendu, mais il est évident ju'il ne connaît les événements que d'à-Jrès des rumeurs mises en circulation oar les maximalistes, qui semblent toujours maîtres de Pétrograd. ."L'isolement de la capitale, dit-il, ' jui dure depuis quelques jours, com-nence à avoir un effet pernicieux sur les ( aerfs de la population, qui ignore ce qui ;e passe. Mercredi dernier, il y a eu une égère panique causée par le détourne- ' nent soudain des tramways des ponts, evés pour permettre le passage du croi- 1 seur "Republika" et de deux destroyers, * •emont-ant la Neva avec mission de dé-'endre l'Institut Smolny, où siège le 1 Congrès des Conseils ouvriers. ' "Des rumeurs inquiétantes sont- mi- ! es en circulation en ville au sujet des ' 'ombats à Gatchina, Pulkovaet Taarskoe ' 3elo. Les comités militaires extrémistes ( lignaient que les troupes de Kerenslu < >nt été' battues et sont poursuivies. 1 "Des négociations se poursuivent en- 1 re tous les partis socialistes modérés et ' es extrémistes, et un résultat est atten f lu d'hsure en heure. Au début, les ex- rémi&tes et-aient prêts à admettre que .e nouveau gouvernement relèverai l'un conseil dans lequel le comité exécutif des conseils Ouvriers serait repré' senté, mais les socialistes modérés ne voulurent pas accepter cette condition C'est sur cette question que toutes le; tentatives de compromis ont échoué A un moment donné, 'les négociations furent poussées si loin qu'un cabinet fui presque formé, duquel Lénin, Zinovief et même Trotsky étaient exclus; Les nou velles annonçant la victoire des extré mistes encouragèrent ces derniers et leui i firent adopter une 1 attitude intransigeante Au moment où ce télégramme esi : lancé, la situation est de nouveau indé-, cise," D'autre part, une dépêche de Hapa-randa à Copenhague dit que la population de Pétrograd -attendait avec anxié té l'arrivée de M. Kerensky depuis plusieurs heures, lorsqu'on apprit que le ministre président avait renoncé à conquérir Pétrograd et négociait avec de-délégués bols'heviks; spécialement avec les cheminots. Ces derniers affirmaienl qu'ils déclareraient la .grève générale si un gouvernement socialiste n'était pas constitué. La grève aurait pour conséquence d'affamer Pétrograd en.quelques jours, et il'en résulterait bientôt dans "la capitale une anarchie, absolue. La "Garde Rouge" qui, pendant quelque temps, avait été calme, recommence à s'agiter et organise des battues en dehors de la ville. -Le- bruit court que les cosaques ont- abandonné M. Kerensky e1 qu'ils reprennent le pouvoir suprême sous la conduite des généraux Ka-ledin et Korniloff. On dit que le général Ale-xeiefî a. adhéré au mouvement cosaque. D'autres informations disent qu'un gouvernement indépendant, ayant l'appui des cosaques, a été formé à Moscou, et- que si. les cosaques étaient victorieux, ils nommeraient probablement un dictateur.La guerre civile en Finlande Suivant les dernière.'-/iqu.veHes de Finlande, la guerre civile battrait son plein dans ce pays. Les socialistes gagnèrent haut la main à Helsingfo-rs, grâce à l'assistance de marins russes, mais, plus tard, plusieurs milliers de gardes-civiles volontaire^ reprirent les positions. Dans d'autres villes finlandaises les socialistes semblent, conserver l'avantage. Les télégrammes ne sont, pas envoyés et- les seuls trains mis en circulation sont socialistes. Des voyageurs qui étaient partis de Haparanda pour la Finlande sont- rentrés.L'anxiété du Japon On mande de Tokio, à la date du 15 novembre, que la situation en Russie cause une grande anxiété dans cette ville. Un conseil des ministres devait se tenir le 16 novembre et- on attendait'd'impor tantes décisions..- du DISCOURS demTvÊNIZELOS L'attitude de la Grèce M. Vénizélos, le premier'ministre de Grèce, a été reçu hier avec enthousiasme à une réunion publique organisée à Mansion House par la Ligue anglo-hellénique. Le Lord Maire présidait- et des discours cordiaux de bienvenue ont été prononcés par M. Balfour, lord Curîon et. M. Churchill. Dans sa réponse, M. Vénizélos déclara qu'au début de la guerre l'attitude de la Grèce était déterminée non seulement par son traité d'alliance avec la Serbie, et par ses liens d'amitié envers les trois Puissances de l'Entente, qui n'ont jamais démenti leur titre de Puissances protectrices de la Grèce, mais aussi par la conscience du fait que la lutte engagée avait pour enjeu la liberté du monde. ' « Certes la Grèce Sentait que sa contribution à cette lutte gigantesque ne pouvait être que faible, par rapport aux forces engagées, mais elle envisageait d'employer ses forces à elle au bon endroit et au bon moment,, de manière à obtenir ainsi de grands résultats. La véritable occasion était l'expédition les Dardanelles. J'insistai alors, dit M. ^ énizélos, pour que njous y prenions part immédiatement et pour que nous v débarquions les troupes nécessaires. Si ma politique n'avait pas été mise en 5ehec par la Couronne, je puis afïirmei îans exagération que l'occupation de la Péninsule de Gallipoli, dont la défense l'était pas préparée à ce moment, eût été .'affaire d'une semaine et que l'effet; moral produit à Constantinople' eut été tel |ue la paix avec la Turquie en eut été e résultat probable.-Les Détroits eussent 'lté ouverts aux Alliés; la Russie eut pr Itre équipée par voie de la Mer Noire, a retraite russe de 1915 n'aurait, pas er, ieu, la Bulgarie n'aurait pas osé pren-Ire position contre l'Entente et la paix mrait pu être obtenue en 1916. Mais l'opposition du Roi Constantin f : échouer ma politique. Il déclara que le devoir de la Grèce était de- rester neutre aussi longtemps que la Bulgarie n'attaquerait .pas la Serbie. Appelé à se pro-noncér entre la politique royale et la mienne, la Grèce se déclara en ma faveur, mais six mais s'étaient écoulés et l'occasion propice était passée. Lorsque la Bulgarie mobilisa contre la Serbie, Se Roi changea de nouveau d'attitude et refusa de permettre au peuple-grec de prendre parti pour la Serbie; il me força de nouveau à démissionner, violant la Constitution, déchirant les., traités et sacrifiant l'honneur du pays. ■Le peuple était dans l'impossibilité de faire au Roi une opposition, efficace ; il était à craindre que la guerre civile n'ouvrît aux Bulgares les portes, de la Macédoine orientale et occidentale, et ce n'est que plus' tard quand le ÎLoi eut volontairement permis aux Bulgares d'envahir là Macédoine,, que l'opposition morale du pays ' put prendra la forme de la constitution d'un gouvernement provisoire ^ Salonique. M. Vénizélos fit appel au peuple britannique pour qu'il ne condamne pas 5e peuple grec, victime de la politique personnelle de Constantin, et exprima sa foi dans la victoire finale. AUTOUR de la GUERRE ALLEMAGNE — L'Allemagne Ivient de découvrir un nouvel aliment de substitution; c'est de la terre comestible, aussi appelée farine fossile ou terre d'infusoi.res. Le journal allemand qui l'annonce dit que cette' terre se trouve tn quantité considérable en Suède, en Lap.onie, en Finlande, en Allemagne, et en Bohême, tandis que la ■brahce et 1 Angleterre sont, beaucoup moins favorisées squs ce rapport. Les Allemands, .ne seront. pas lej. premiers iauvages qui mandent de la terre'; certain.? peuplades malaises ont depuis longtemps adopté eet "Ersatz"; on les appelle des géophages ; il paraît que cette pratique ne va cependant pas sans certains inconvénients. BELGIQUE — Un -évadé d Arlon, arrivé en pavs neutre, après avoir été déporté au 'camp de Gûben, affirme que plusieurs déportés de ce camp ont été envoyés vers la Prusse Orientale-et la-RusSie. — Dans le pays de Liège les Allemands ont procédé au pillage ou à la destruction des usines mé-t'allurgiquës de Prayon, aux laminoirs de la Rochette, Chaudfontaine, chez Ropet-, à Font-de-Forêt, où ils ont saisi 4,500 seaux émail-lés. . ■ . CHILI — La commission parlementaire a soumis au congrès un projet de loi pour la formation d'un trust de producteurs de nitrates avec intervention du gouvernement; ce projet obligerait les producteurs à faire partie du trust en frap pant d'un droit d'exportation supplé mentaire, de 40 centimes au quintal, les non-adhérents. Cette mesure" est le ré sultat de la situation causée par la création d'iin organisme de contrôle d'achat par les Alliés. Il est probable que les iroducteurs allemands pourront continuer à accumuler de nouveaux stocks de nitrate, car ils ont pu obtenir de grandes quantités de combustible des compagnies pétrolifères qui vendent Te combustible sur la côte.—''Times." ETATS-UNIS — La Croix-Rouge américaine avâià recueilli, au 1 novembre de cette année, près de 400 millions de francs et affecté environ 205 millions à des dépenses, dont 135 millions pour secours à l'étranger. De cette dernière somme, la France a reçu 97J millions et la Belgique millions. — Le général Villa ayant, renouvelé son activité à Ojinaya, en face de Presi-dio, dans le Texas, des renforts ont été envoyés dansi les postes améTicains le long de la frontière mexicaine. FRANGE- _ annonce de Paris le décès de 1 éminent- socïologiste français, M. Emile Durkheim. — Le célèbre sculpteur français Rodin, ■jui a actuellement 77 ans, est très sérieusement malade. Il souffre d'une inflammation des poumons. ETAGNE — Nous avons dit qu'un vote avait ieu parmi les mineurs au sujet de la déclaration d une grève au cas où le gouvernement- appellerait plus de mineurs lous les drapeaux. Ce vote vient de se :çrminer; la grève a été repoussée par 38,946 Y°t©s contre 28,903. 88ème année. îMo 273 I

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'indépendance belge behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in Londres van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes