L'indépendance belge

329 0
06 november 1917
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1917, 06 November. L'indépendance belge. Geraadpleegd op 29 mei 2020, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/4j09w09t2c/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

L'INDÉPENDANCE If ■ ROYAUME-UNI : ONE PENNY BELGE CONTINENT : 15 CENTIMES (HOLLANDE : 5 CENTS) IjpUINÏSTRATION ET REDACTION; PLAC^EeS,1^ BOTRSE. {, PANE STK., HIGH HOLBORN, W.C. 1. et TELEPHONE: HOLBORN 1773-4 TELEPH. : (238-75 MARDI 6 NOVEMBRE 1917 En vente à Londres à 3 h. le lundi 5 novembre (3 MOIS, 9 SHILLINGS. ABONNEMENTS : 1 6 MOIS, 17 SHILLINGS. [-CONSERVATION PAR LE PROGRES. ( 1 AN, 32 SHILLINGS. J LA SITUATION I Lundi midi. La situation sur le front italien n'a pas subi de' changement. La ligne du Tagliamento est toujours intacte, niais ,ur les deux rives l'artillerie se montre très active.. L'ennemi hésit^ à attaquer les Italiens de front et il essaie de les déloger de leurs positions actuelles en menaçant leur aile gauche, qui, par les 'Alpes Carniques, s'étend jusqu'au lac de Carde et la frontière suisse. Après une lonjpe préparation d'artillerie, dit le communiqué de Rome, de forts détachements ennemis attaquèrent ' nos avant-postes dans les vallées du Daone et du Guimella (région du Giudi-cario), mais ils furent repoussés' après un combat acharné et nos troupes firent quelques prisonniers. Ce n'est là, probablement, qu'un coup de sonde destiné à renseigner l'état-ma-jor allemand sur ,1e degré de résistance du fi;ont septentrional italien, et il faut s'attendre, croyons-nous, à de nouvelles tentatives ennemies dans le Trentin aussi bien que dans le Cadore et dans les Alpes Carniques. Le danger pour l'armée italienne — i danger , provenant de ' la disposition géographique des frontières italiennes— ; eat que tout succès remporté dans les régions alpestres permet à l'ennemi de menacer les derrières de l'armée de l'est, [et cette épée de Damoclès paralyse néces-lairement Tes mouvements de nos alliés. Tant que les troupes du général Ca-dorna sont maîtres de la vallée de la Fella, prolongement de la ligne orientale du Tagliamento, le danger n'est pas ■ passant, ruais si nos amis devaient encore céder du terrain en Carnie, la position de l'armée italienne sur le Moyen et Bas-Tagliamento devrait être abandonnée pour conjurer un désastre analogue à celui de l'Isonzo. j La ligne du Piave se prête bien mieux que celle du Tagliamento à la défensive et à l'offensive, et si nos alliés devaient ! décider de l'adopter, maintenant ou plus tard, leur situation stratégique ne pour-i rait qu'en bénéficier. Entretemps, les Alliés s'appliquent à ! aider l'Italie par tous les moyens, et le Tovage à Rome des Premiers Ministres français et britanniques, accompagnés des généraux Foch, sir W. Robertson, l chef d'état-major général britannique, ét Sffiuts, indique que - des questions importantes seront discutées au cours de cette conférence mémorable. Nous avons dit déjà que l'intervention des forces navales franco britanniques i dans l'Adriatique constitue une des éveu^ tualités avec lesquelles il y a lieu de ' compter. Î1 est intéressant à ce point de rue d'enregistrer le succès du duc- des Àbruzzes, commandant en chef de la flotte italienne, qui, par une manœuvre [ brillamment exécutée, s'est emparé de l'Ile de Grado, située à mi-chemin des Bouches du Tagliamento et de Trieste, et qui commande la grande lagune à l'est du Tagliamento. , Cette opération doit être considérée comme indiquant que les Alliés n'ont pas l'intention délaisser à l'ennemi l'initia-Itive des opérations en Italie. C'est là un facteur avec lequel nos ennemis vont devoir compter et qui pourrait bien mo-|difier leurs plans ambitieux. D'ailleurs, ocux-ci ne peuvent pas ne pas se ressentir ;des événements sur les autres fronts, Principalement le front occidental, où "os ennemis sont battus' journellement et leurs troupes sont obligées, chaque ■ ■jour, de céder du terrain. Au nord de l'Aisne, les Français occu-a peut maintenant toute la rive- gauche u (occidentale) de l'Ailette, que les Aile-. s mands ont dû abandonner comme noui c l'avions prédit, et ainsi s'achève une r opération soigneusement" préparée et s brillamment exécutée, qui a -permis à nos alliés de faire 12,000 prisonniers et is de capturer un total de 200 canons, e lourds et de campagne, 222 morti/rs de tranchée et 720 mitrailleuses. [. U est facile de s'imaginer où en se-e raient nos ennemis à l'heure actuelle si t la Russie révolutionnaire, faillant à u son devoir primordial : la lutte contre [. l'envahisseur, n'avait, par ses faiblesses et son ignorance, sauvé l'autocratie mili-t, fariste prussienne du désastre. En Flandre, la position des Allemands p devient de jour en jour plus critique, i- Dans le secteur de Passchendaele, atta-:e ques et contre-attaques se suivent à inter-:t valles très rapprochés, et la vigueur avec is laquelle les Allemands disputent le ter-;i rain indique quel prix ils y attachent, •s La panique dans les rangs de l'adversaire est telle que, l'autre jour, les Alle- - mands avaient évacué le village de Pas-n schendaele, qu'ils croyaient bien perdu, - et c'est ainsi qu'on a pu lire dans un j- communiqué de Berlin que les Allemands e avaient "reconquis" Passchendaele ! ;, Dans les autres secteurs, il n'y a rien 5- eu de particulier, à part quelques raids 3. dans les^régions d'Arras et d'Havrin-i- court, et un bombardement assez violent a sur la Meuse, suivi par des attaques d'im-le portance secondaire. IS Du front russe on signale des fraterni-[" Bâtions dans certains secteurs du nord *- et des engagements insignifiants dans le n sud. l" En Palestine, le général Allenby a l" complété son succès de Bersheeba par l'attaque brusquée des lignes de défense x turques à l'ouest et au sud-ouest de Gaza. c L'opération a donné d'excellents résul-lt: tats. Nos alliés ont percé les lignes enne-IS mies sur un front de près de cinq kilo '* mètres et ont fait 444 prisonniers. En Mésopotamie, ils ont égale-a lement remporté un succès nouveau. Engageant l'ennemi à 140 kilomètres de Bagdad, sur les bords du Tigre, ils l'obligèrent'à rétrograder vers le nord, pour-' suivis par la cavalerie britannique, qui '' ramena 89 prisonniers. u La Turquie, abandonnée à elle-même et malgré l'abstention des troupes russes, n n'est plus capable, semble-t-il, d'un ef->g fort sérieux. C'est elle qui sera la pre-^ mi ère victime de l'égoïsme allemand. e Après la récente attaque allemande e c^'un convoi britannique dans la Mer du ;s Nord, la marine britannique devait être a avide de prendre sa revanche. Elle l'a •€ eue vendredi matin. Une escadrille bri-;c tannique, naviguant dans le Eattegat, ;fi découvrit un croiseur auxiliaire alle-;t mand accompagné de chalutiers, qui ;t s'apprêtait, apparemment, à forcer le blocus afin d'aller renouveler les exploits ^ de l'"Emden." Au bout d'un bombarde-ls ment de quelques minutes, le croiseur l- flamba et dix chalutiers étaient coulés, n Nos alliés firent 64 prisonniers. !- Sur la côte belge, les navires-patrouil->- les britanniques coulèrent, au bout d'un s, engagement très bref également, un na-r vire allemand mû par l'électricité et 5, animé d'une très grande vitesse! Il i» s'agit, (fans l'espèce, d'un bateau d'un ;t type nouveau dirigé, croit-on, de la t^'re e ou d'un ballon au moyen d'ondes électriques. Sl'fi LE mm OCOIOEWTAL Prefnier communiqué officiel américain Un communiqué de Washington dit que le général Pershing annonce la perte de trois hommes tués, cinq blessés et douze manquants, dans le premier engagement avec des troupes allemandes. Un Allemand a été fait prisonnier. — Central News. * SUR LE FMjlJ «ERI0I0NAL Le butin allemand Le communiqué allemand de samedi annonce que jusqu'à ce jour 200,000 prisonniers et 1,800 canons ont été comptés. Le butin en mitrailleuses, lance-mines, véhicules automobiles et autre 1 matériel ne peut pas encore être estimé, ^ même approximativement. Le communi-3 qué de dimanche dit qu'il y a eu, lé long k du Tagliamento, de l'activité d'artillerie, d'intensité variable, i - EN PALESTINE Defaite turque à Gaza Londres, 3 novembre.—Dans la nuit du 1er au 2 novembre, après un violent i bombardement, nos troupes ont attaqué ) les défences occidentales et sud-occiden tales de Gaza, et capturé la première ligne des défenses ennemies sur un front de quatre kilomètres et demi. Nous i_ avons^fait 296 prisonniers et pris cinq ie mitrailleuses. Trois contre-attaques a_ ont été refoulées et de lourdes pertes ont ^#té infligées à l'ennemi. 4 novembre.— Aucune information ^ nouvelle n'a été reçue au sujet des opé-rations sur le front de Palestine. Le général Allenby signale que le total des canons captur'és autour de J-' Beersheba est de 15 et que 26 officiers, y compris deux commandants de bataillon, et 418 soldats, ont été faits prison-e- niers dans l'attaque sur les défenses de si Gwaa. £ EN MESOPOTAMIE ♦— ) i- Succès britannique sur le Tigre ls Londres, 4 novembre. — Le 2 novem-;. bre, au matin, une de nos colonnes en i- reconnaissance, remontant le Tigre, a r- attaqué les Turcs, qui défendaient une -•c position sur la rive droite du flewve en r- face de Dur, à environ 32 kilomètres au t. nord de Samarra (qui se trouve à'envi-[■- ron 104 kilomètres au nord de Bagdad).' e- L'ennemi se «retira hâtivement vers s- Tekrit, couvert par une puissante ar-i, rière-garde. Nos troupes ont rejeté cette ,n dernière de lignes de tranchées succes-ls sives et ont occupé toute la position. Entretemps, notre cavalerie a harcelé m l'ennemi en retraite pendant toute la ls journée. Quatre-vingt neuf prisonniers i- ont été faits et nous avons capturé une xt certaine quantité de munitions. q- ' j OPERATIONS NAVALES •d —•— le , SUCCES BRITANNIQUE AU CATTEGAT a ' fc" Onze navires allemands coulés ^ Amirauté, samedi, 12 h. 45. — Nos forces navales opérant dans le Cattégat ont eu apparemment un engagement e" avec cîes forces ennemies, probablement e avec ctes unités en patrouille. Des raisons évidentes interdisent e- l'envoi par T.S';F. de dépêches relatives i- aux navires opérant dans les eaux en-le nemies. i- , Les seules informations officielles que v- possède l'Amirauté disent que des ri navires britanniques ont été détachés pour ramener des prisonniers et qu'ils le approchent de leurs bases. s Dans ces conditions l'Amirauté a per-f' mis la publication des dépêches de presse au fur et à mesure de leur arrivée. Dès qu'une information nouvelle sera reçue, elle sera rendue pub'lique. On croit que cette affair^n'a pas une 111 grande envergure. re ■a Amirauté, samedi, 2 h. 10.—De nou-f. velles informations relatives à nos ' forces navales opérant dans le Cattégat, ". ont été reçues. Nous avons détruit un ,U croiseur auxiliaire armé de canons de e six pouces, et 10 patrouilleurs armés s allemands. e~ Soixante-quatre prisonniers ont' été 11 repêchés par nos forces, Aucune perte s> britannique n'est signalée. De nouveau détails seront publiés lors 1- du retour de nos forces à leurs bases. Bateau allemand détruit r,j L'Amirauté signale qu'un bateau à jj grande vitesse "dirigé" à l'électricité, a n attaqué des navires de guerre britanni-re ques patrouillant dans la mer du Nord, au leurge de la côte belge. L'attaque q, échoué et le bateau .n-nemi a été détruit. OPERATIONS AERIENNES re é, 611 combats aériens i- Les communiqués français annoncent: lS (a) Samedi après-midi: Du 21 au 31 e" ootofore, 23 aéroplanes allemands ont été détruits, 21 par nos pilotes et 2 par nos oanons anti-aériens. De plus, 28 appareils allemands, sérieusement endommagés, ont été forcés d'atterrir dans leurs propres lignes. (b) Samedi soir: Au cours de la ba-taille de Malmaison, nos aviateurs ont attaqué les troupes ennemies à l'aide de jé leurs mitrailleuses, ont bombardé les Q. gares et les points de concentration'enrie- e mis et ont participé à 611 -combats aé-t riens. Seize aéroplanes allemands ont s été abattus et trois ballons captifs ont 1 été mis en feu. De plus, 50 aéroplanes s ennemis sont -tombés dans leurs lignes, t te plupart de ceux-ci étant complètement détruits. H ———^ AUTOUR de ia GUERRE e I GRANDE-BRETAGNE — Une certaine inquiétude règne à Du» - blin et des bruits divers y circulent. Le e parti des Sinn .Fein s'est montré des plus audacieux depuis quelque temps et fait ouvertement c mipa'gne pour une république irlandaise. Le chef du mouvement, M. de Yajera, n'a pas craint, dans un récent discours, de conseiller à ses adhérents de "tenir leur poudre sèche.'' ;- D'après l'ensemble des rumeuis, on sem-q ble s'attendre à quelque événement. a ITALIE c — M. Orlando, premier ministre II italien, a reçu samedi à 11 h. du matin, 11 la visite de M. Véiiizéloà avec lequel il ~ a eu une longue et cordiale conver'sa-' tiort, 5 . — La nouvelle de la nomination du comte Hertling comme chancelier a été accueillie avec une grande satisfaction au Vatican. Le comte Hertling entre- , tenait des relations particulièrement e cordiales avec le Pape actuel, alors que a ce dernier était sous-secrétaire d'Etat s sous le cardinal Rampolla. A cette e époque, ils arrangèrent entre eux la germanisation du clergé en Alsace-Lorraine, suDm'imant en fait le grand séminaire historique de Strasbourg, qui fut transformé en une école où des<< professeurs d'Outre-Rhin furent envoyés pour enseigne^ les principes pan-germaniques.JAPON — Le Japon a atteint, dans les derniers s mois, à un degré de prospérité extraor-t dinaire. Le premier semestre 1917 a-sur-i pris les plus optimistes, Deux milliards £ et demi de francs sont entrés dans des affaires nouvelles, contre 1,3G0 millions ^ dans le premier semestre 191G et 600 mil-ss tions'îclans le premier semestre 1915. — , La Presse Associée. RUSSIE € — Des rumeurs circulent avec persis-s tance au sujet d'une imminente action iS armée des-maximalistes à Pétrograd. Le. s gouverneur militaire de cette ville a pris des mesures extraordinaires afin d'assu- _ rer le maintien de l'ordre. 6 i. — Les Etats-Unis ont fait un transfert e de 150 millions de francs au compte de :. la Russie..Washington veut encourager e et assister la Russie par tous les moyens en son pouvoir. — Un télégramme de Posen adressé au l- "Generalanzeiger" d'Essen, dit que le is cabinet polonais sera constitué comme ;, suit: Premier ministre, le comte Tar-n nowski ; Guerre, le général Rozowa-e dowski ; Justice, le professeur Crae-s zewski ; Instruction publique, M. Karki ; Armée, le comte H. Postrowski, et Agri-e culture, M. A. Wienacki. e Un télégramme de Bej'lin aux journaux de -Varsovie dit, d'autre part, que s le Conseil de la Régence polonais a été officiellement informé par les autorités" allemandes qu'elles n'approuveront pas à la candidature, à la présidence du Con-a seil, du comte Ta r nowski. — La Diète finlandaise, nouvellement !, élue, s'est réunie pour la première fois le 3 novembre, sous la présidence du ba- - ron Vreden. La Diète a élu à la présidence M. Viborg Lundson par 67 voix contre 37. Dans son discours de remer ciement, M. Lundson a dit: "La guerre a fortement ébranlé la situation politique de la Finlande et a amené le pays à ' prendre la décision de se gouverner : lui-même." I ' LES SMNDftLES EN FRANGE i- L'affaire du " Bonnet Rouge " s Deux nouveaux incidents se sont produits dans l'affaire du "Bonnet Rouge." i- L'un ooncerne la remise à Almereyda it d'un document confidentiel important, e relatif à Salonique, par un souscripteur îs d'une somme importante dans les fonds î- du "Bonnet Rouge," et qui serait, pré- - tend-on, un ami de M. Painlevé- Le se- t cond incident est la citatioji adressée à . t M. Caillaux; de comparaître comme té-5 moin devant le capitaine Bouchardon, , chargé des-rnquêtes "Bonnet Rouge" et t Bolo. Le correspondant du "Times" à Paris rappelle que pendant le procès de Mme Caillaux, M. Caillaux versa Fr. . 40,000 au "Bonnet Rouge," qui devint l pour la première fois quotidien à cette époque au lieu d'hebdomadaire. Le "Tim^s'' dit aussi que les relations de M. Caillaux avec Almereyda doivent P avoir continué dans la suite, car lorsque ce dernier mourut en prison,Sm des ré-' dacteurs du "Bonûet Rouge" télégraphia à M. Caillaux pour l'informer de la mort de "notre ami" Almereyda. M. Caillaux sera entendu mardi par ' M. Bouchardon. NOUVEAU CABINET ESPAGNOL Le marquis Alhucemas (senor Don<É!ar-3 cia Ejrieto) a réussi à former un minis-, tère. Il sera Premier Ministre et Minis-[ tre des Affaires Etrangères. Les autres -portefeuilles sont répartis-comme suit: Intérieur, seîior B.aliamonde; Finances, i senor Ventosa; Guerre, senor La Cierva ; > Marine, senor Ginieno; Instruction pu-i blique, §enor Rodes ; Travaux publics, - senor ARjala Zamora ; Justice, senor t don Fernandez Prida. Les conservateurs î annoncent qu'ils donneront tout leur ap-t pui aux déiïiocrates, mais qu'ils ne veu-! lent pas collaborer, avec eux. 1 Une déclaration au sujet de la politi-' que du gouvernement a été' publiée à la ^ suite d'un conseil des ministres. Elle dit 1 que le cabinet continuera la politique de " neutralité, prendra des mesures vigou-' reuses au sujet des problèmes économiques, étudiera de près toutes les questions relatives à la défense nationale et; convoquera un nouveau Parlement, qui s reflétera fidèlement la volonté du pays. EN MARGE DU COMMUNIQUE 3 ! DEVANT O XMUDE (D'un témoin oculaire.) Front belge, 28 octobre 1917. Les Allemands occupent Dixmude de-" puis novembre 1914. Ils s'y sont installés 1 dans les maisons détruites dont les rui--^nes cachent des abris ei/béton; des tran-5 chées ont été construites; un decauville " circule dtfns les rues principales. Aucun point du front ennemi opposé au secteur t belge n'est fortifié comme celui-là. Les : Allemands ont eu le temps d'y accumuler i- les moyens de défense depuis les journées s fameuses où les fantassins et les artilleurs belges, côte à côte avec les fusiliers , marins de l'amiral Ronarc'h, empêchè-^ rent l'assaillant de traverser l'Yser. ~ Ces héros, dont la ténacité et la bra-_ voure sont déjà de l'histoire, renaissent _ plus grands que jamais dans mon souve-_ nir, cette nuit où, roulant par des routes . défoncées,, seul un pan de mur que la ' lune éclaire m'apparaît comme le dernier vestige du quartier général _ de "l'amiral français, à Caeskerke. La canonnade est incessante, entrecon-; pée du crépitement rageur des mitrail-leus^s. Voilà plus d'une quinzaine que le combat d'artillerie dure. Hier soir, la cadence semblait se précipiter chez les nôtres. Peut-être va-t-il se passer queK ^ que chose? Il faut aller voir, et je quitte la route pour m'enfoncer — au sens réel 15 du mot — dans un boyau de communi-" cation. Oh ! cette boue des tranchées en Flan-1 dre ! Malgré les clayonnages et le béton, on y patauge, on s'y englue jusqu'au mollet. Peut-on d'ailleurs parler des " tranchées? Ce sont des ruisseaux de pâte 3 liquide défendus par des épaulements '' en sacs de terre : car dans cette région où l'eau affleure au premier coup cfa * bêche, il ne peut être question de cren-' • ser le sol. Il faut avoir circulé dans ce cloaque pour comprendre combien est mérité* l'admiration des soldats français et a,n-~ glais, compétents en matière d'endurance et de bravoure, pour les soldats 1 belges qui tiennent ici depuis 1914. An-' glais et Français qui ont combattu p&r- r tout ailleurs, reconnaissaient spontané- . s| ««w—_ Suite à la 2e page, jghflî Sfiliiti r No 262

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'indépendance belge behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in Londres van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes