Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires

893 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1915, 02 Maart. Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires. Geraadpleegd op 21 oktober 2020, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/xk84j0c32b/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

AvrVïTPÇ Marrli 2 Mars 1915 Cinquante-septième Année - No 17.247 RÉDACTIOI f|foE%MINCKX( 14 a ENVERS s* • / — Téléphone : 3761 LLOYD ANVERSOIS Seul Journal Maritime quotidien émanant des Courtiers de Navires Annonces : 25 centimes la petite ligne. — 50 centimes la double ligne 1 franc la ligne sur double colonne. Émissions et Annonces financières : Prix à convenir Les annonces sont mesurées au lignomètre. — Les titres se paient d'après l'espace qu'ils occupent. ~~~ . Astronomie 3 mars , 6 h. 25 m. matin -= ( 6.25) Lever du soleil • . 5 „ 25 .soir = (17.25) Coucher du soleil . ■ • g g ^ soir _ g/ Lever de la lune . ■ 44 matjn ( 644) Coucher de la une • • • 2 ' 2g soir ; (12.28 3 Dernier quartier e 8 ma ' 7 42 oir = (19.42 | «uvelle tarie le } 5 ™a's ' ' l0 " 48 „ soir -(22.481 Jremier quartier le 23 mars. » . Pleine lune le 31 mars ... 5 .. 38 „ m lin t 5.38) Haute marée à Anvers Matin Solr o n ■)<! m - ' 4 li 28) I 4 h 46 m (16 h. 46) 3 mars 4 h. 28 m. - 4 h. « 23 m „ h 23 4 mars on. D in. — > j "• *" i , . _ ,. 0 , 0 5 mars 5 h. 41 u. = ( ih 41) I 6 h. 3 m.-'.18h. 3, Hauteur du Rhin Cologne 27 fév. 2.61 in Strasbourg 27 fév. - m Huuingen . 1-08 „ Lauterbourg „ - .. i/ Li 2.09 „ Maxau „ „ Mannheim : 2.95 „ Germerslieiir „ - Caub . - - M"*™" " -°° » Kuhrort .. - . B'??"1 » ' " ' Duisbourg „ 1 94 .. Coblence .. 2.58 „ Waldsbût — - Dusseldorl 2 42 . Lobith 28 fév. 11.59 „ Hauteur du Main Hauteur du Neckar ï Francfort 27 fév. 2.32 m. Heilbronn 27 fév. 1.10 m Hauteur de la Moselle Hauteur du Bodensee n . r. , -n r I 11 m i reves icv. i.-jv iu- | Port d'Anvers STATISTIQUES DE LA NAVIGATION INTERIEURE Mois de février 1915 Entrés : Navires Tonnes i Ecluse de Bonaparte 219 ?o §92 » du Kattendyk 40 13.385 » Royers G 180 i Canal 20.136 Bassins des Bateliers 222 25.569 Quais de l'Escaut 113 - 25.662 Installations pétrolières — Totaux 679 171.032 Sortis : Navires Tonnes Ecluse de Bonaparte 261 105.674 » du Kattendyk 16 12.090 » Royers — — Canal 115 31.851 Bassins des Bateliers 221 24.319 Quais de l'Escaut 110 27.403 Installations pétrolières 4 5.06S Totaux 727 206.410 ARRIVAGES DU 1er MARS Steamer Telegraaf 2, de la Hollande. Bateaii-motevr Eclair 3, de Bruxelles. » Ringrose 3, de Bruxelles. Allège Stanislas, de Calloo. » Révision, de Merxem. » La Jeune Céline, de Merxem. » Demandeur, de Merxem » .1 âme, de Raevels. » 2 Gebroeders, de Moïl. » Le Rupel, de Moll. » Régina 2, de Beersse. » Mehaigne, de Lommel. » Alice, de Turnhout. » st. Antoine, de Overpelt. Heure, de Overpelt. » 2 Frères, de Bruxelles. » Jeune Joseph, de Charleroi. » Transvaal, de Charleroi. R. S. G. 14, de l'Allemagne. DEPARTS DU 1er MARS Steamer Union II, pour Bruxelles. 'Bateau-moteur Kromhoit 12, pour la Hollande. Allège St. Joseph, pour Merxem. » Cathérine, pour Merxem. » Colette, pour St. Amands. » Charlotte, pour Moll. » Coralie, pour Moll. » Sag; pour Moll. » Elise, pour Liège. » La Jeune Céline, pour Charleroi. » Revision, pour Charleroi. » demandeur, pour Charleroi. » Vereinigung 35, pour l'Allemagne. AVIS steamer MABEL RICKMERS actuellement à Hambourg Les chargeurs sont informés que toute la cargaison de ce steamer sera déchargée à Hambourg. Ils sont priés de se présenter dans nos bureaux, pour s'entendre concernant la réception des marchandises.Siebert & Co, Les agents de la RicKmers Linie, AVIS Messieurs les réceptionnaires des marchandises par steamer AENNE RICKMERS, actuellement à Alexandrie, qui désirent avoir des renseignements concernant leurs marchandises se trouvant à bord de ce vapeur sont priés de se présenter dans nos bureaux. Siebet t & Co, Agents de la Rickmers Linie. AVIS Le porteur du connaissement à ORDRE à 210 sacs cornes, par steamer PRESIDENT BUNGE, du 2 novembre 191'i, de Rosario et Buenos-Ayres, est informé de ce que cette marchandise a été mise en entrepôt à Amsterdam à ses frais, risques et périls ; il est prié de se faire connaître au bureau de Armement Adolf Deppe. Conseil Communal dAnvers Séance du 1er mars A l'unanimité des membres présents, il a été voté un crédit de 150.000 francs comme prêts d'hypothè-[ ques pour la reconstruction des maisons incendiées. Mr Desguin donne lecture du télégramme suivant adressé au Comité de Secours et d'Alimentation de la province d'Anvers : Le Conseil Communal d'Anvers au Comité de Secours et d'Alimentation de la province d'Anvers Messieurs, Nous avons l'honneur de porter à vo.tre connaissance que le Conseil Communal d'Anvers, réuni en seànce publique du 1er mars 1915, a voté des remerciements et hommages à la Commission for -Relief Helgium et au Comité National de Secours et d Alimentation dont les concours généreux ont préserves de la famine la population d'Anvers, le grand port, l'entrepôt du pays et de l'étranger, déjà tant éprouvée par la guerre. La Ville d'Anvers, ainsi que toute la Belgique occupée, doit une reconnaissance éternelle à ces institutions et surtout à la population américaine, dont la générosité inépuisable permet d'accorder aide et assistance à des milliers de familles nécessiteuses. Dans son livre d'histoires, cet élan admirable de solidarité humaine, sera écrit en lettres dor et répandra un doux éclat sur la page sombre de ces temps néfastes. Nous vous prions, Messieurs, d'être l'interprète de nos sentiments de profonde reconnaissance auprès J f. !a Commission for Relief of Belgium et du Co-i mite National de Secours et d'Alimentation. Au nom du Conseil Communal d'Anvers : Par ordonnance : Le secrétaire, Le bourgmestre, Hubert Melis. J. De Vos. Séance à huit clos I o^ ?0nseil c_ommunal dans sa séance d'hier a pro-cnm'i " "omination de Mr H. Wilten, au poste de aucteur près du service des travaux du port. Notes de jurisprudence belge Propriétaires et locataires. 1. Un nouveau cas intéresssant se présente devan le tribunal civil d'Anvers. Le propriétaire d'un garage réclame à son loca taire, qui a pris à bail ce garage, le payement de: •loyers depuis le lr août dernier. Le locataire objecte que dès le début de la guern ses automobiles ont été réquisitionnées, sans qu'i ait touché un centime ou obtenu des bons de paye ments ; le régime allemand ne l'a pas mis dans uin position meilleure. Eu vertu de l'arrêté du 20 110 veinbre 1914, il a cité devant le juge de paix pou: obtenir une diminution du bail. Le juge de pai: étant compétent, en vertu du dit arrête, poui' toute les contestations de l'espèce, il y a lieu d'attendri qu'une décision ait été prise. A ce système plaidé par le défendeur, le deman deur réplique : — Je me suis adressé au tribunal compétent pou: réclamer l'argent qui m'est dû. . Si le juge de pai: vous accorde nue dmmution, vous en aurez le béné fice. En attendant, provisoin est due au titre. Moi titre, c'est le bail. J'ai le droit de réclamer le paye ment. Le défendeur réplique à son tour : — 11 n'est pas possible que deux tribunaux soien compétents pour juger sur le même objet. Votre de mande se confond avec ma défense. C'est cette dé fense qui fait que le juge de paix devient seul coin pétent. Le jugement sera rendu à une prochaine audience (lre Chambre). II. Affaire plaidée à la justice de paix de Schaar beek. Une dame, dont le mari est parti au début de U guerre, demandait la résiliation de son bail, la ré duction des sommes dues au propriétaire, des facili tés de payement pour le solde, en alléguant' qui l'immeuble avait été loué pour y exercer une indus trie dont son mari était l'unique ouvrier. Le juge accorde la résiliation du bail, réduit le; loyers et accorde à la défenderesse la facilité de s< libérer à raison de 15 frs par mois pendant la guer re et 35 frs par mois après la paix. Evénements de Mer SINISTRES,, AVARIES, ETC. Laura. — Rotterdam, 28 février. — On mande de Londres que le steamer néerlandais Laura, allant de Rotterdam à Philadelphie, est arrivé à St. Mi chael's avec machine défectueuse. Oostdijk. — Ymuiden, 28 février. — Le steamei OosTDiJK, parti d'ici pour Rotterdam, se trouve à l'ancre près de Noordwijk et demande à être remorqué.Le remorqueur Oostzee est parti de Maassluis pour prêter assistance. Raithmoor. — Entre Rhyl et Prestatyn, en Angleterre, des épaves et papiers de bord du steamei Raithmoor se sont jetés sur la rive. Navires saisis Paris, 28 février. — Le steamer Dacia a été arrête dans la Manche et interné à Brest par un croiseur français. La situation générale du Congo-Belge (a). — Navigation Le service hydrographique du Bac-Congo foin; tionne régulièrement. Le pilotage est assuré. Les travaux de dragage se poursuivent à Fétisch-Rock poui maintenir et approfondir la passe. Ils sont effectués par deux dragues. E11 1912, les engins de dragage ont extrait du fleuve 477.000 mètres cubes de sable dont une partie a. servi au remblayage des marai.: du Bas-Congo. Navigation fluviale. — Une ordonnance du 4 avril 1913, dont les dispositions sont "entrées en vigueur le lr juin 1913, modifie les règlements et tarifs des transports effectués sur les lacs Tanganyika et Moe-ro par les vapeurs de la Colonie. Le Gouvernement a expédié pour le service hydrographique un bateau-pilote à moteur, utilisant du pétrole lourd. En juillet dernier, le yacht à vapeur Mouette, de 283 tonnes, a quitté Ostende se rendant au Congo par ses propres moyens. Il est destiné au service du Bas-Congo. H1 remplacera le steamer Héron qui doit être déclassé pour cause de vétusté. Deux chaloupes à vapeur et deux chalands-logement, destinés au service hydrographique du Haut-Congo, sont en montage à Léopoldville. Les chantiers de la marine à Léopoldville sont actuellement occupés au montage d'un dock flottant, dont.les dimensions permettront la mise en cale des unités les plus grandes. Ils ont monté le steamer Luxembourg, de 200 tonnes, et les deux vapeurs de 500 tonnes de la Compagnie des Grands-Lacs, ainsi que divers bateaux pour des sociétés commerciales. La composition actuelle de la flottille de la Colonie est, la suivante : a) Dans le Bas-Congo Types Nombre Tonnage Bateaux en serv. Cockerill 1 250 1 Wall 1 200 1 Mouette 1 283 1 Hirondelle 1 100 1 Alouette 1 10 1 Prince Baudouin 19 1 Divers 10 2à5 10 Baleinières diverses 65 là3 61 Drague Mateba 1 575 1 Drague Boma 1 560 1 Prince Léopold 1 10 1 b) Sur le Haut-Congo et ses affluents Kintambo "5 500 5 . Remorqueur avec barge. . .. 2 350 2 Remorqueur avec barge 1 70 l Luxembourg i 200 1 Brabant 3 150 3 Ville de Bruxelles 4 35 1; de Kempenaar 1 30 j Délivrance 11 ç>o 11 Auxiliaire 5 [3 5 Ville de Hasselt 4 13 5 Remorqueur avec allèges.. 3 5 3 Dérocheur 1 _ \ Dragueur 1 — \ Baleinières diverses 253 1 à 10 c) Katanga Alexandre Delcommune 1 30 1 (Sur le lac Tanganyika) Emile Wangermée. 1 10 1 (Sur le lac Moero) Baleinières 9 là3 6 Le gouvernement a passé commande pour les embarcations suivantes : 1. Un bateau cargo de 1000 tonnes ; 2. Un bateau pour le service hydrographique du Haut-Congo ; 3. Un petit bateau rapide, type hydroplane, pour le service du courrier du Haut-Fleuve. Soixante-cinq embarcations métalliques d'un tonnage variant de 1 1/2 à 10 tonnes sont encore en commande. Ces types d'embarcations sont destinés à remplace]*, au fur et a mesure des besoins, les pirogues indigènes utilisées pour les transports locaux. L'outillage des chantiers de Léopoldville a été complété par l'envoi d'une grue de 10 tonnes. Une bigue de 25 tonnes est en commande. Les transports sur les biefs Ponthierville-Kindu et Kongolo-Bukama sont assurés par les vapeurs appartenant à la Compagnie des Chemins de fer du Congo supérieur. Le tableau ci-dessous donne la composition de la rlottille des biefs navigables du Lualaba : biei ponth 1er ville-kindu Type Nombre Mernwheel de 30 tonnes utiles 2 Sternwheel de 100 tonnes utiles 1 Remorqueur avec barge de 70 tonnes 1 Remorqueur avec barge de 375 tonnes 1 Barges de 70 tonnes 2 Bief Kongolo-Bukama sternwheel de 100 tonnes utiles 1 Sternwheel de 250 tonnes utiles 1 Sternwheel de 50 tonnes à marche rapide, destiné spécialement au transport des passagers 1 Remorqueur avec deux barges de 2(X) tonnes chacune, (un de ces remorqueurs est en cours de montage) 2 Canot à vapeur avec baleinières de 5 tonnés 3 | Les travaux du service hydrographique du Haui j Congo se poursuivent entre Léopoldville et Stanley vilile. La passe dangereuse de l'île Bertha, près d Stanley ville, est balisée ainsi que la plupart de seuils rocheux du bief. Les travaux d'amélioration et d'approfondissemen des passes du bief Kongolo-Bukama continuent, b). — Chemins de fer Chemin de fer de Matadi à Stanley-Pool. — A dii J ter du lr juillet 1913, le tarif du transport du caoul 1 chouc a été abaissé provisoirement de fr. 1.075 à fi 0,35 la tonne kilométrique, çe qui ramène à 140 fr - au lieu de 430 frarncs le prix de transport d'une toi; 11e de caoutchouc de Léopoldville à Matadi. La corr pagnie a consenti une réduction aussi importante . : la demande du gouvernement qui, pour pallier le ' effets de la crise du caoutchouc, a fait les dégrève 3 ments exclusivement sur le tarif de transport de c produit. Le développement du trafic a amené la Compa gnie du Chemin de fer à entreprendre divers tra vaux au port de Matadi. Les deux piers oait été élai ■ gis de manière à permettre l'établissement de deu: voies d'e chemin de fer. O11 disposera sous peu d 1 500 mètres, d'accostage. La rive du fleuve sera remblayée entre les deu: piers sur 1111 espace mesurant 200 mètres de largeu sur 80 mètres d,e profondeur. La digue et le perr destinés à maintenir le remblai sont construits e 40.000 mètres cubes de terres ont été apportées. La compagnie a construit dans la ville haute, i Matadi,une vingtaine de maisons pour agents blanc et a établi à Kinkanda un.hôpital pour son person nel blanc. A Thysville, la compagnie agrandit les installa tions de la gare et poursuit les travaux d'apprc priât ion de la ville. A Kinshasa, une boucfle, sur laquelle viendron s'embrancher les raccordements particuliers, est ei construction. Cette ligne de 2 1/2 kilomètres-enviroi est. à peu près achevée. Chemins de fer du Congo supérieur aux Grands Lacs africains. — Les études définitives du Chemii de fer du Lualaba au lac Tanganyika sont achevées 1 La construction de la ligne sur les 87 kilomètres res taaits présente plus de difficultés. Elle se poursui avec diligence. Chemin de fer du Katanga. — La section d'Elisa bethviUile à Kambove (163 kilomètres) a été ouvert' à l'exploitation provisoire le 15 juin 1913. Certain travaux qui restaient à parachever doivent être tei minés pour le moment. Les travaux de terrassement de la section de Kam bove à Djilongo (102 kilomètres) ont été entamé à la fin du mois de décembre 1912. D'après les pré visoius, cette section avait être terminée avant 1; fin du premier semestre 1915. Au cours de l'été 1912, les travaux de terrassemen ont été attaqués à la tète de ligne à Bukama. Il: s'étendent actuellement sur environ 30 kilomètres i partir de Bukama. Le Chemin de fer au Katanga, destiné à relier 1: frontière méridionale de la colonie au bief naviga ble du Lualaba (Koingolo-Bukama), dont la longueu comporte environ 750 kilomètres, est terminé su: 415 kilomètres. Les travaux en cours ont nécessité l'émission d'uni cinquième tranche de 10 millions de francs de l'em prunt de 150 millions de francs. Le règlement général des transports sur la partii de la ligne du Katanga actuellement exploitée 1 subi de légères modifications. Le tarif de transpor •pour les matériaux réfractaires, destinés à la cou struction des fours à coke, a été abaissé à fr. 0.071! la tonne kilométrique. Diverses réductions de tari ont été accordées. * * * Chemin de fer du Bas-Congo au Katanga. — Lé Compagnie du Chemin de fer du Bas-Congo au Ka tanga poursuit les études du tracé nouveau indiqu< dans le dernier rapport. Les reconnaissances sont achevées sur enviroi 1200 kilomètres. La reconnaissance des 600 kilomè très' restant à parcourir dans les districts du Kwan go et. du Kasai sera terminée prochainement. Les études définitives sont achevées sur 400 kilomètres du Lubilash à Bukama. Trois brigades sont parties en août et septembre derniers, pour faire les études définitives au Kasai, au Kwango et à Dolo. Chemin de fer du May limbe. — Les travaux de prolongement du Chemin de fer du Mayumbe se poursuivent. A la date du 31 août 1913, le piquetage était ter mine jusqu'au kilomètre 134.5; le rail était arrivd au kilomètre 126.3. La. plate-forme était achevée jusqu'au kilomètre 126.6 et attaquée jusqu'au kilomètre 129. Vingt-cinq ponts de diverses dimensions ont été lancés depuis le kilomètre 80, d'autres sont commandes. De nombreuses buses d'aqueducs ont été placées pour Je passage des ravins. * * * Pipe-line. — La Société anonyme des Pétroles au Congo a achevé l'établissement de la conduite ou pipe line, destinée à transporter le pétrole de Ango-Augo an Stanley-Pool. Les installations à Ango Anga comprennent un ponton flottant d'accostage de 41 mètres sur 18, huit tanks de I0()0 tonnes chacun et une pompe de vidange des bateaux pétroliers pouvant débiter cent tonnes à l'heure. La pipe-line, qui a une 'longueur de 398 kilomètres, est formée de tuyaux en acier de 102 milimètres de diamètre intérieur. Elle suit généralement la ligne du chemin de fer de Matadi au Pool. Le long de la conduite sont installées huit stations de pompage avec deux tanks de 42 mètres cubes servant de relais. ■ A Kins'.iasa est installé le dépôt principal avec deux tanks de 200 tonnes chacun, reliés aux mouillages des bateaux par une canalisation. La pipeline est prolongée jusqu'à LéopoldviUe où elle alimentera un tank de 100 tonnes à proximité du port. A Matadi, Songololo, Thysville et. Kinshasa, une canalisation spéciale conduit au réservoir du chemin de fer. A Boma, se trouvent deux réservoirs de 100 tonnes avec canalisation pour l'alimentation des bateaux de la colonie et des locomotives du chemin de fer de Mayumbe. Le service sur Je Congo et le Kasai sera' assuré par des bateaux-tanks et des barges-dépôts. La société sera sous peu en mesure de ravitailler le Haut-Congo. c). — Transport par voie de terre Les transports par voie de terre s'effectuent sans trop de difficultés dans la majeure partie du territoire. Toutefois, le prix du portage tend à augmenter partout par suite d'une demande plus grande de main-d'œuvre résultant de la création de nouvelles entreprises dans toutes les régions de la colonie. Au Katanga, les transports restent coûteux et difficiles. L'administration s'efforce de réduire le portage à dos d'homme par l'utilisation des cours d'eau praticables ou la création de routes carrossables. Mais les transports rencontrent, toujours île grosses difficultés, surtout dans l'Uele où le coût des transports reste très élevé. d}. Transports extérieurs Il n'est guère possible à l'administration de déterminer exactement l'importance des transports entre Belgique et le Congo et vic-e-versa, par les différentes voies d'accès de la colonie. Les transports par 1a. voie du NU ont'été repris; le Ooiivernement utilise provisoirement cette voie pour alléger le service des transports du H.as-Uele. Les charges de la Colonie sont acheminées par f.i bogo, à proximité du poste d'Aba. L industrie des matières alimentaires en Hollande L'industrie qui s'occupe en Hollande de la préparation ou de la fabrication de produits alimentaires — industrie qui, dans les circonstances actuelles se place au premier .rang des branches tle l'activité économique. de nos voisins du Nord — embrasse un groupe étendu de métiers et de manufactures très dissemblables. Ces multiples entreprises occupent un très grand nombre d'ouvriers et leur production entre pour une forte proportion dans la valeur totale des produits de d'industrie hollandaise. Plusieurs branches de ce travail ne pourvoient pas seulement dans les besoins du pays, mais sont encore, en temps normal, d'importantes industries d'exportation.Nous ne parlerons pas de l'agriculture néerlandaise et de ce qui s'y rattache. L'élevage, la fabrication du fromage, la préparation du beurre, etc.. sont des spécialités nationales que tout le monde connaît et qui ont depuis longtemps caractérisé le — — pays aux yeux du public. Nous nous attacheror spécialement à l'industrie proprement dite. 3 La grande importation de café, venant surtout d< 5 colonies de l'Inde et du Brésil, a fait des Pays-Ba pour ce qui concerne ce produit, un des marche t prépondérants de l'Europe. Le commerce s'est mêir tellement développé depuis une vingtaine d'année c'est-à-dire depuis que l'importation du café Santé dépasse celle du café de Java,' que des affaires à te me, facilitées par le fonctionnement à Rotterdam < à Amsterdam de caisses de liquidation, ont donn une ampleur sans pareille aux transactions en cafi s L'exportation hollandaise oscille, annuellement ai tour de 80 millions de kilogrammes. L'accroissement de la consommation à l'intérie.i 1 du pays a, à son tour, provoqué le développemei 15 de l'industrie du café, c'est-à-dire de la torréfactio en gros. Celle-ci a particulièrement son siège à Ro terdam, Amsterdam, Bois-le-Duc, Leyde, Utrecht ( Maestricht. Un autre article dont la préparation occupe un quarantaine d'établissements néerlandais, est le c; ; cao, très souvent encore transformé en chocolat.Di ^ de ces usines sont situées à Amsterdam, trois à L Haye, six à Rotterdam ; les autres sont disséminée un peu partout et sont établies notamment à AU L maar, Zaandijk, etc. L'importation de cacao brut s chiffre annuellement à une trentaine de millions el ' kilogrammes, dont un tiers est réexporté. Le r-est est travaillé dans le pays, où on le transforme e poudre ou en chocolat et dont les Pays-Bas font un 1 importante exportation s ers tous les pays du glolx ' C'étaient (.les commerçants hollandais qui, a 17m° siècle, introduisirent en Europe occidentale 1 thé du Japon. Rien d'étonnant donc à ce que 1 Hollande soit restée un des grands marchés distr buteurs du thé en Europe et fasse même, en dehoi , d'un important commerce en gros, des affaire , étendues en détail. Aussi compte-t-on à Amsterdai , et à Rotterdam de nombreuses maisons où le th est soigneusemeni trié, emb.iMé et préparé suivar les divers goûts de la nombreuse clientèle étran-gèr 1 qui le consomme. Une des industries d'exportation véritablemer ' nationale des Pays-Bas, est celle des conserves, qi l doit son extension non seulement au développa ment pris dans le pays par l'agriculture, la cultur maraîchère, l'élevage du bétail et l'industrie du lai mais aussi à l'excellente réputation qu'elle s'es ~ acquise par la bonne qualité et la pureté de se produits. Cette industrie se divise en plusieui 3 branches principales : la préparation des viande conservées, la fabrication de lait condensé, la pr< paration de conserves de légumes indigènes, d potages, poissons, sauces, pickles, puddings, etc. ' L'industrie qui s'occupe de la production de viar , des conservées embrasse la préparation de ces art cles dans le sens le plus étendu, et comprend pa conséquent les viandes salées ou fumées, les extrait de viande, les pâtés de venaison, etc. Malgré 1 ' concurrence de l'Amérique et de l'Australie, ces art: cles trouvent de nombreux débouchés tant à l'étrar ger qu'à l'intérieur même du pays. Le nombre de établissements qui se sont spécialisés dans cett production s'élève à une trentaine, situés un pe partout. Comme produits principaux livrés par l'industri > du lait conservé, citons le lait pasteurisé et stér lisé, le lait condensé et le sucre de lait ainsi qu divers articles pharmaceutiques à l'usage des nouj ) lissons et dés malades. Alors que le lait pasteuris ne peut naturel]enient se vendre que dans le pay ' même, le lait condensé est presqu'exclusivernent e> porté, surtout vers les régions tropicales. L'Angle ■ terre est un excellent client de la Hollande pour c qui concerne le lait en poudre. 35 fabriques, don 7 appartiennent a une seule firme qui a son sièg central à Vlaardingen, se consacrent à cette indus trie. Les légumes et autres produits alimentaires coi: servés sont consommés dans le pays ou envoyés ■ l'étranger (Angleterre, Amérique du Sud, Perse lurquie, colonies britanniques et néerlandaises). En 1818, il existait aux Pays-Bas 466 brasseries e depuis lors ce chiffre n'a guère varié, puisque 1 nombre de brasseries actuellement en activité oscill i entre 450 et 550. Trait caractéristique, le nombre d ces établissements diminue d'année en année dan i le centre et dans le Nord du pays, où l'industrie d la bière se concentre, sous l'influence des progrè réalisés air point de vue technique, dans de vaste entreprises. Par contre, les brasseries villageoise se multiplient de plus en plus dans le Limbourg e le Brabant septentrional. Les plus vastes firmes sont établies à Amsterdam Rotterdam, La Haye, Maestricht, Amersfoort, Ara hem et Hengeloo. Six d'entre elles occupent plu de cent ouvriers chacune et ont leurs propres mal teries tandis que les autres font venir de l'étrange de grandes quantités de malt d'orge et de « grits (maïs préparé spécialement pour le brassage). Tou tes emploient également beaucoup de riz. Schiedam et. ses environs sont renommés poui leur vin de moût et alcool de grains, qui sont égale ment produits en de fortes quantités à Delft et ;: Sappemeer. Bergen-op-Zoom et Zevenbergen livren exclusivement de l'alcool de mélasse, dont une par iie est. méthylisée et vendue comme alcool à brûler Accessoirement, les distilleries fournissent de la le vure, dont il y a toujours un fort excédent d'expor talion. Enfin, la préparation de liepieurs diverses es centralisée par de vastes entreprises dont les usines se trouvent spécialement à Amsterdam.Culembourg Delft-, Dokkum, La Haye, Leyde, Rotterdam et Schie dam. La maison «Bols», du nom de Lucas Bols, citoyen d'Amsterdam qui monta, en 1575, la pre mière distillerie de liqueurs, est universellement connue. 11 en est de même de la firme « Wyiiand Fockinck », fondée en 1679, et de la maison « Van Zuylekom, Levert & C° », qui existe depuis 1684. Le vinaigre se fabrique en Hollande dans 59 établissements, qui en livrent à peu près 20.000 litres-titrés a 30 grammes d'acide acétique pur, par an. Dix-sept grandes meuneries mécaniques, outillées d après toutes les exigences de la technique moderne, traitent aussi bien le froment cjue le seigle, dont il se fait une grande importation.Parmi les froments indigènes, in n'y a que celui de Groningue qui sert aux grands établissements ; le restant des grains récoltes est moulu dans les innombrables moulins à vent qui pullulent en Hollande ; mais comme ces petites exploitations ne peuvent plus guère suporter la concurrence que leur fait la minoterie mécanique, la plupart des vieux moulins qui donnaient aux bourgs hollandais un aspect si pittoresque et original, disparaissent l'un après l'autre ou, privés de leurs ailes et leur toiture spéciale, ne sont plus que de lourdes bâtisses généralement employées comme entrepôts. De grandes quantités d'orges, tant indigènes qu'importées, sont mondées aux Pays-Bas et vendues sous le nom de « gort », qui se consomme sur grande échelle dans le pays-même. Le riz, importé principalement de Java, de Rangoon, de Bassam, de Saigon et du Japon est le plus souvent vendu après avoir subi une décort.ication qui en fait le fameux « riz épluché » hollandais très renomme en Europe. Il y a une dizaine de décorti-queries occupant un total d'environ 600 ouvriers Le vermicelle, préparé à l'aide de farine riche en gluten, est produit par deux fabriques. La chicorée et le « peekoffie », la première se vendant quelque peu humide et le second entièrement sec-, sont deux produits dont la préparation est très importante en Hollande, car Ha matière première est indigène et livrée par les cultures de racines de chicorée de la Frise, de Groningue, des îles de Schou-wen et de Flakkee. Le nombre total des fabriques qui s en occupent est de 35 environ, avec une production qui peut s'évaluer à 3 à 4 millions de k«s. L'article s'exporte surtout en Belgique et en Afrique méridionale. Pendant la période de grande production, 7500 ouvriers trouvent du travail dans les 27 sucreries hollandaises, pa-rini lesquelles 17 sont situés dans la partie occidentale du Brabant septentrional, c'est-à-dire à proximité de la région productrice de betteraves. En Zélande il y a une sucrerie coopérative. La plus grande des usines travaille environ 1 1/2 millioci de kgs de betteraves par 24 heures La production totale s'élève à plus de 200 millions de kgs dont un sixième environ est exporté surtout en' Belgique. En fait de raffineries, on ne compte que 14 exploitations, dont- les deux plus importantes, situées à Amsterdam, ont. une production qui dépasse celle que livrent les neufs autres. La production de ces raffineries consiste en sucre en pains, en blocs, en grands cristaux et en sucre mélis plus un produit secondaire, appelé « sucre bâtard » et. un sous-produit, : le s-ucre candi. L'exploitation dépasse les 100 millions de krrs et le meilleur client est l'Angleterre Jadis, on obtenait aux Pays-Bas du sel en"faisant briller ]n t-ivrbe de Zélande, qui éta.it. saturée de sel marin. Actuellement la raffinerie du sel gemme, importe d'Angleterre et d'Allemagne, est encore une des branches importantes de l'activité du pays, 35 s saunieries s'en occupent et traitent plus de 100.00C tonnes par an qui sont par après utilisées par la is pêche maritime, consommées dans le pays ou ex->, portées en Belgique, Danemark, Suède et Norvège, s Cette exportation atteint environ 5 millions de kgs e par an. Angleterre MOUVEMENT DE LA NAVIGATION i Nous donnons ci-après les statistiques des navires entrés et sortis pendant les années 1913 et 1914 : Tonnage r Entrés Sortis 11 1913 1914 1913 1914 11 Janv.-juillet . 27.561.870 28.094.231 38.864.768 39.568.129 [j Aoùt-déc. .. . 21.502.363 15.054.108 28.954.933 16.433.819 Total . . 49.064.233 43.148.339 67.819.701 56.001.948 e desquels de et •" vers : à Colonies angl. 8.955.852 8.919.760 8.733.127 7.837.70É s Pays étrang. 40.108.381 34.228.579 59.086.574 48.164.2 it 6 Nav. angl. . 32.292.343 29.014.483 40.101.232 32.547.475 e Nav. étrang. 16.771.890 14.133.856 27.718.469 23.454.473 e Répartition par pavillon :1 Entrés Sortis 6 1913 1914 1913 1914 !' Tonnes Tonnes u Gr.-Bretagne . 32.292.000 29.014.000 40.101.000 32.547.00t e Russie . . . 678.000 493.000 937.000 623.00IJ Il Suède . . . 1.891.000 1.569.000 3.016.000 2.401.000 i- Norvège . . 3.285.000 2.833.000 4.683.000 4.446.000 s Danemark. . 1.161.000 987.000 2.613.000 2.484.00U s Allemagne . 3.166.000 2.013.000 5.730.000 3.300.000 u Pays-Bas . . 1.702.000 1.929.000 2.536.000 2.470.00(1 é Belgique . 1.369.000 956.000 957.00U 760.00(1 t France . . . 999.000 965.000 1.975.000 2.015.00(1 e Espagne . . 1.060.000 1.038.000 1.694.000 1.679.001) Italie . . . 122.000 142.000 955.000 844.000 t Autr.-Hongr. . 128.000 95.000 715.000 !i87.00d > Grèce . . . 221.000 228.000 1.072.000 1.178.00(1 Etats-Unis. . 724.000 666.000 370.000 420.000 e ,-apon . . . 140.000 162.000 282.000 248.000 J Autres pays . 125.000 59.000 185.000 99.000 ® Le tableau suivant indique la progression ou la » diminution des relations avec les divers pays pour les années 1913 et 1914 (en 1000 tonnes registre) : Navires entrés Navires sortis e En Anglet. 1913 1914 1913 1913 1911 1913 de ou pour Différ. Différ. Russie, mer Noire . . 567 425 — 122 328 180 - 148 i' Suède . . 1.689 1.479 - 210 2.698 2.446 - 252 s Norvège . 1.371 1.345 - 36 1.635 1.790 + 155 i Danemark . 548 521 - 27 2.047 2.027 - 20 ■ Allemagne . 2.53S 1.534 -1.004 5.810 3.318 - 2.492 Pays-Bas . 3.165 2.829 - 336 3.505 3.010 - 493 s Belgique . 3.089 2.015 -1.074 3.030 1.907 - 1 123 e France . 4.057 3.709 - 348 8.627 8.369 - 258 r Espagne . 3.135 2.616 - 519 2.221 1.885 - 336 Portugal . 297 280 - 17 778 646 - 132 e l'aile ... 398 411 + 13 4.838 4.266 - 572 - Autr.-Hongr. 129 71 - 58 620 330 - 298 e Grèce . . 119 144 + 25 361 307 - 54 '; Turquie . . 180 125 - 55 286 296 + 10 e Roumanie . 163 244 + 81 208 181 - 27 s Egypte . . 311 315 + 4 1.723 1.383 - 340 " Algérie . . 465 423 - 42 687 498 - 187 Afr. occiden. f portugaise 294 247 - 47 398 263 - 135 ' Etats-Unis . 8.663 8.087 - 576 6.838 6.223 - 615 B Mexique et Amér. c"-. 548 575 + 27 643 474 - 169 Colombie . 142 100 - 42 43 40 - 3 ; Brésil ... 260 311 + 51 1.423 897 - 526 1 Pérou . . 229 228 - 1 275 186 - 89 ' Chili ... 158 169 + 11 488 370 - 118 Uruguay . . 65 36 - 29 459 291 - 178 1 Argentine . 2.591 2.237 - 354 3.714 2.923 - 791 ! Ctli,le • • • 64- 72 + 8 15, 79 - 75 : Java ... 89 362 - 263 317 319 + 2 ; Japon . . 508 526 + 18 753 669 - 84 | Autr. pays . 902 849 - 53 850 725 - 125 ! Totaux : . 49.064 43.148 —5.916 67.820 56.002 -11 818 ^ Total pays ï étrangers . 40.108 34.229 -5.879 59.087 48.164 -10.923 Colon, angl. 8.956 8.920 - 36 8.733 7.838 - 895 Londres, 26 février. — L'Amirauté fait connaître les chiffres suivants concernant les arrivages et départs de navires de plus de 300 tonnes denuis le 31 décembre 1914 : Du 31 décembre au 6 janvier : arrivés 605, partis o/o ; du 7 au 13 janvier, respectivement 632 et 723 ; du 14 au 20 janvier, 821 et 763 ; du 21 au 27 janvier, 823 et 680 ; du 28 janvier au 3 février, 677 et 743 ; du fl'vr'er, 754 et 664 ; du 11 au 17 février, 752 et 686 ; du 18 au 24 février, 708 et. 673. Depuis le 18 février, 7 navires anglais ont été tor-pilles.Les vapeurs anglais enregistrés en Irlande qui font le trajet entre Liverpool, le Nord du Pays de Galles et l'Irlande naviguent sous le pavillon vert irlandais. Etats-Unis Les détails suivants fourniront quelques indications sur l'importance qu'a prise en Amérique la construction des voitures automobiles. L'une des usines américaines va non seulement distribuer 50 millions connue dividende à ses actionnaires mais 50 autres millions vont être répartis entre son personnel qui comprend 26.000 employés ou ouvriers A partir du 17 janvier, les gages et salaires des employés âges de plus de vingt-quatre ans seront doubles jusqu'à ce que les 50 millions aient été absorbes.Le fait est probablement unique au monde • c'est la construction automobile américaine oui là m-p-mière, en fournit un exemple. AVIS. — Pour vos ventes à domicile, après : Dé-ces, départ, oessation de commerce, etc., adressez-vous directement à la plus ancienne salle de vente de la ville, 9 et 15 Marché-au-Grains, direction : Louis Simons. Rhein- und See-Speditions Gesellschaft m. b. H. En charge pour COLOGNE le bateau KOELN 32 A suivre par des départs réguliers Pour frets avantageux pour TOUTES LES DESTINATIONS RHÉNANES s'adresser aux bureaux Canal au Sucre, 5, Hansa Huis Transports pour toute la Belgique de marchandises par service accéléré et à prix réduits S'adresser : 65, RUE SANDERUS, ANVERS. La maison s'occupe des formalités de sortie. SERVICE DE MESSAGERIES Auguste VEREYCKEN 32-32a, rue Picard, Bruxelles-Maritime Camionnage. Transport de marchandises dans toutes les villes autorisées. Service accéléré. CONDITIONS RÉDUITES DEMANDEZ TARIF DÉTAILLÉ

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires behorende tot de categorie Financieel-economische pers. Uitgegeven in Anvers van 1858 tot 1979.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes